UNE DRÔLE D’HISTOIRE AU TRIBUNAL D’ÉVRY

Ce mardi 26 juin, une drôle d’affaire s’est déroulée au Tribunal de Grande Instance d’Évry.

La juge Myriam GUIDOUM, lors d’une audience, a refusé explicitement d’appliquer le code français (article 344 du code de procédure civil).

En effet, sa conduite de l’audience a amené une demande de récusation de cette juge. Elle a refusé. Heureusement, la 1e vice-présidente de ce tribunal qui a immédiatement été saisie de cette violation du droit, est venue imposer à la juge Myriam GUIDOUM de prendre par l’intermédiaire de sa greffière la récusation dont elle faisait l’objet.

Il est quand même curieux qu’il faille aller déranger une 1e vice présidente de tribunal pour qu’un des juges qui refusait d’appliquer la loi, soit contraint de s’exécuter.

Un grand bravo à cette 1e vice-présidente du TGI d’Évry qui a eu le courage et l’intelligence de forcer une magistrate et une de ses collègues à appliquer immédiatement la loi.

Dans cette affaire importante, le dossier est maintenant monté au niveau du 1er vice-président de la Cour d’Appel de Paris.

Comme dans les fables de La Fontaine, il y a une leçon à retenir : « Ne jamais capituler quand on est dans son droit » et une autre leçon à adapter à la justice cette maxime de Clémenceau : « A la guerre comme en politique, la victoire est celui qui tient le plus longtemps.»

Fin de compte-rendu d’audience.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s