ARIÈGE, PAYS D’ABRUTIS ET D’ESPOIR, par Laurent Glauzy

Je n’ai jamais vu département aussi archaïque que l’Ariège et aussi demeurés que ses habitants !

Voilà le travail de cent ans de république dans un coin de France qui ne fut pas un des plus socialistes, mais le plus socialiste. Il y a encore quinze ans, à Foix, cette préfecture réputée pour son château et l’histoire du comte Gaston Fébus (+1391), lors des élections, la parti socialiste avait la majorité dès le premier tour, secondé par le Parti communiste.

Ici, plus qu’ailleurs, nous le constatons, le gauchisme laisse des séquelles intergénérationnelles particulièrement profondes. Quoi de plus normal, car en plus d’être une maladie mentale, le gauchisme est un péché. Un homme de gauche est un débile mental qui se damne.

Et, pourtant c’est dans ce département, où à la manière des catholiques de Dresde bombardés par les criminels talmudistes et reconstruisant pierre par pierre leur maison, que j’essaie de constituer un réseau pour ensuite avoir la messe traditionnelle. La tâche est difficile, car c’est tous les jours que l’on se heurte à une population vivant hors des sacrements du mariage. Ce quotidien use, mais il faut riposter en montant un réseau par des conversations avec des gens qui sont catholiques et qui ne demandent qu’à retourner à la messe. Il ne faut donc pas se plaindre, mais regarder qu’il y a des âmes en attente et que ces âmes pourront demain évangéliser. Dans ce combat, on se heurte bien entendu au prêtre maçonnico-moderniste du village qui ne vous rappelle pas, qui n’ouvre pas quand vous allez sonner à sa porte pour demander l’autorisation de la messe en rite extraordinaire. J’attends que l’été passe pour ré-attaquer. Car, peut-être que ce prêtre moderniste a pris congés de son église et de sa loge pour quelques jours de plage. Et, ça, c’est sacré pour un futur damné !

En un an de présence dans ce département, je peux donc compter aujourd’hui sur cinq personnes qui commencent à militer. C’est énorme. Mais pour parvenir à ce résultat qui paraît mince, et qui ne l’est pas, il faut s’armer de médailles miraculeuses et d’images pieuses à distribuer. C’est un travail de labour, un travail de profondeur.

Alors, il n’y a aucun temps pour les lamentations. Notre Seigneur ne nous demande pas de porter sa Croix, même pas un clou de sa Crucifixion. Alors, de quoi nous plaignons-nous ? Celui qui veut suivre notre Seigneur sait que jusqu’à sa propre famille, on lui tournera le dos. Mais le Catholique sait que la récolte et les petites victoires données par Notre Seigneur sont des miracles offerts et des joies incommensurables : les meilleures soupes ne sont pas celles des grands hôtels mais des vieux âtres de cheminées.

La foi et l’évangélisation demandent un investissement énorme, de la sueur et du sang, comme dans un match de rugby. Il faut savoir être adroit, diplomate mais aussi physique.

Quand j’écris ces phrases, je pense notamment à deux amis de combat auxquels j’exprime ma profonde admiration, Patrick Ramirez, fondateur à Perpignan de Factuelle 66, ancien treiziste de haut niveau, et à la jeune mère de famille Gaëlle Corbineau, 100% basque, convertie il y a trois ans et qui avec son mari organise maintenant des chapelets pour la vie dans les rues de Bayonne. Leur conversion précède celle de la France. Car autant de courage et d’abnégation seront un jour récompensés par notre Seigneur.

Demain, mercredi 15 août, est fête de Notre Très Sainte Mère. Participez en famille, amenez un voisin, un ami dans les pèlerinages de l’Assomption. Ne gardez pas votre foi pour vous.

 

4 Commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s