L’ALPINISTE DE DIEU (Альпинист от бога), par Laurent Glauzy

A presque 60 ans, en 1963, Jean-Marie Le Guilcher est un alpiniste sans filet des clochers, ou un alpiniste de Dieu. Il a travaillé pendant plus de trente ans, au moins deux fois par semaine, à escalader les toits escarpés des églises bretonnes pour redresser un paratonnerre, un coq ou colmater une fissure.

Dans ses témoignages, il expose qu’il ne fut jamais en danger. Et quand on l’écoute, on entend la voix d’un homme simple, humble, un bon français comme notre pays en produisait jadis. Nous remarquons dans les vidéos le visage de Bretons sans malice qui montrent les mêmes qualités. Et, au milieu de ces gens, un prêtre en soutane, mince et aux cheveux courts. Bref, un prêtre de la Tradition, de la vraie église, avant que l’église moderne et maçonnique n’importe ses prêtes pédosatanistes.

Tel était la France d’avant : une France dont les habitants, de simples gens, heureux, allaient au ciel pour l’éternité.

Jean-Marie Le Guilcher, dans ses phrases simples expose donc qu’il ne fut jamais en danger, faisant de la varappe à plus de soixante mètres du sol. Il dit n’avoir jamais tremblé. La question pleine de bon sens est de se demander pourquoi. Tout simplement, si la Bible mentionne que Dieu donne le vrai savoir aux gens simples et humbles, Dieu (qui fondit l’Eglise par son Fils) agit de même avec Jean-Marie Le Guicher. Car, en grimpant sur les clochers, il s’est approché de Dieu, car il en était digne. Et, comme tous les saints, Jean-Marie Le Guicher ne fait rien d’extraordinaire, il se comporte tout simplement comme un homme. Ce que nos temps modernes ne produisent plus. Nos temps modernes ne produisent que des hâtés, des crétins d’universités, des veaux traîtres à tout et à la patrie : bref des incapables en tout et des bons à rien incapables de se dresser pour la moindre injustice. Le pédosatanisme dans lequel on peut se demander quel ministre ne baigne pas, n’est vraiment pas un hasard, pour qui ose regarder la vérité en face.

La France de Jean-Marie Le Guilcher est toute autre : c’est la vraie France des hommes courageux, des hommes qui avaient du discernement, des hommes de foi. Une France où les hommes étaient des maris et les femmes étaient des mères de famille. Et, tout ce monde allait à la messe le dimanche et obéissait à son prêtre. On obéissait pas à des journalistes stupides échappés de la synagogue de Satan. Car l’on avait le bon sens.

Voilà ce qu’incarne Jean-Marie Le Guilcher, un homme qui a aimé une femme qui l’a suivie partout par amour. Jean-Marie Le Guilcher méritait mille fois la Légion d’Honneur, une récompense que l’on donne aujourd’hui à tout ce qui est inverti, perverti, sans courage et sans colonne vertébrale.

Mais, qu’importe Jean-Marie Le Guilcher était un saint.

REGARDER LA VIDEO CI-DESSOUS :

https://m.ina.fr/video/CPF04007160/le-reparateur-de-clochers-video.html

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s