Un réseau franc-maçon derrière la tentative de meurtre d’une coach par des agents de la DGSE.

L’enquête sur le projet d’assassinat visant une coach en entreprise a abouti à l’identification du commanditaire présumé. Selon nos informations, ce dernier est lié à un réseau maçonnique qui serait à l’origine du meurtre d’un pilote corse.

En juillet 2020, deux miliaires rattachés au service d’espionnage français avaient été arrêtés pour avoir planifié l’assassinat d’une cheffe d’entreprise. Le commanditaire de cette opération à 50 000 € aurait été lui aussi interpellé, selon nos confrères de France Info.

Qu’est-ce qui a bien pu pousser deux membres de la DGSE à planifier l’assassinat de Marie-Hélène Dini, coach en entreprise, durant l’été 2020 ?

L’affaire, qui piétinait depuis quelques mois, vient de s’accélérer avec l’arrestation, vendredi 29 janvier 2021, du commanditaire présumé de cet assassinat sur commande.

Selon les données recueillies par France Info , il s’agit d’un coach en entreprise, qui aurait fait appel à ces professionnels pour se débarrasser d’une concurrente encombrante.

Un récit bien ficelé

Retour sur les faits. Dans la nuit du 23 au 24 juillet 2020, au cours d’une banale intervention de police, deux hommes sont interpellés à bord d’un véhicule volé à Créteil (Val-de-Marne). Âgés de 28 et 25 ans, ils sont en détention de plusieurs armes à feux.

Placés en garde à vue, les deux hommes avouent rapidement leur appartenance à la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), le prestigieux service d’espionnage français. Pierre B. et Carl E. disent plus précisément être affectés au centre parachutiste d’entraînement spécialisé de Saran (Loiret). Ils répondaient aux pseudos d’Adelard et Dagomar.

En août 2020, ils sont mis en examen et écroués pour « tentative d’homicide volontaire en bande organisée ».

Selon leur version des faits, rapportée par France Info, Adelard et Dagomar avaient planifié l’assassinat de Marie-Hélène Dini, coach en entreprise, en raison des liens qu’entretenait cette femme avec le Mossad, les services secrets israéliens. Les deux hommes disent avoir tendu un piège à cette  espionne , en agissant au service de l’État. Elle échappe de peu à la mort.

Une récompense de 50 000 €

Mais cette  espionne  n’en est pas une. L’enquête révèle aux policiers que Marie-Hélène Dini, 54 ans, mène vie classique et sans aucun lien avec les services secrets israéliens.

Se pose alors la question du motif de cet assassinat commandité, avec 50 000 € de récompense à la clé.  Tout aujourd’hui indique que nous sommes en présence d’une tentative crapuleuse d’éliminer une concurrente , ont expliqué Joseph Cohen-Sabban et Jean-William Vezinet, les avocats de la plaignante, à nos confrères de France Télévisions.

En 2019, Marie-Hélène Dini voulait créer un syndicat professionnel du coaching, afin de mieux encadrer la pratique. Cette initiative n’avait certainement pas plu à d’autres entrepreneurs du secteur, qui auraient donc souhaité l’éliminer.

Outre le coach en entreprise arrêté le 29 juillet, les policiers ont procédé à d’autres interpellations pour tirer enfin au clair cette histoire digne d’un scénario hollywoodien.

OUEST FRANCE : https://www.ouest-france.fr/societe/faits-divers/tentative-de-meurtre-par-deux-militaires-de-la-dgse-le-commanditaire-presume-arrete-7137120


LE POINT : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/le-commanditaire-pr-c3-a9sum-c3-a9-dune-tentative-de-meurtre-par-des-agents-de-la-dgse-arr-c3-aat-c3-a9/ar-BB1dkOjn

L’affaire est troublante. L’enquête sur la tentative d’assassinat sur une coach en entreprise, imputée à deux militaires rattachés à la DGSE et stoppée in extremis en juillet à Créteil, a permis l’emprisonnement et la mise en examen d’un possible commanditaire. Deux nouveaux suspects ont également été interpellés, comme l’a appris l’Agence France-Presse mardi 2 février de sources concordantes. Ces trois nouveaux suspects dans cette affaire, qui a éclaté avec l’interpellation presque fortuite des deux agents de la DGSE sur le point d’exécuter le contrat, se sont connus au sein d’une loge maçonnique. Comme le rapporte Le Parisien, l’enquête a permis de mettre en lumière une officine privée de tueurs à gages ancrée dans ce réseau franc-maçon.

L’un des trois suspects, Jean-Luc B., un coach en entreprise, est soupçonné d’avoir passé ce contrat pour éliminer une concurrente, Marie-Hélène Dini, a précisé une source à l’Agence France-Presse, confirmant les informations de France Info et RTL. Mme Dini, 54 ans, prévoyait de créer un syndicat pour encadrer les pratiques de la profession et son concurrent craignait de ne pas être labellisé, donc d’être financièrement pénalisé, selon les deux médias. Deux de ces nouveaux suspects « ont été mis en examen des chefs de complicité de tentative de meurtre en bande organisée, participation à une association de malfaiteurs et complicité de vol avec violences », a indiqué une source judiciaire de l’Agence France-Presse. Les mêmes chefs ont été retenus contre le troisième suspect, également poursuivi pour « complicité de destruction de biens appartenant à autrui et acquisition et détention d’arme de catégorie A », a ajouté cette source. « Ces trois personnes », mises en examen entre le 25 janvier et ce mardi, « ont été placées en détention provisoire », a-t-elle précisé.

En planque dans une voiture

Au total, neuf personnes sont désormais poursuivies dans cette affaire qui avait démarré le 24 juillet à Créteil, dans le département du Val-de-Marne, quand un riverain avait signalé le comportement étrange de deux hommes visiblement en planque dans une voiture. Interpellés, les deux hommes s’étaient révélés être des soldats de 28 et 25 ans, affectés au centre parachutiste d’entraînement de Saran (Loiret), dépendant de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE). Dans leur voiture, volée, se trouvaient plusieurs armes, dont un revolver et des couteaux en dotation dans l’armée.

Quatre autres personnes avaient ensuite été arrêtées. En tout, quatre militaires du centre de Saran sont poursuivis dans cette enquête, confiée à la brigade criminelle de la police judiciaire de Paris. « Les policiers ont remonté toute la filière », s’est réjoui auprès de l’Agence France-Presse l’avocat de Marie-Hélène Dini, Me Joseph Cohen-Sabban. « En bas, ce sont des fous dangereux et en haut des malfaisants dangereux », a-t-il ajouté, précisant que sa cliente « revit » de les savoir en détention. « Ce sont des personnes qui normalement sont là pour protéger les autres, qui sont dans le domaine de la défense, la police, la sécurité, le monde des affaires, ou qui y ont été, et qui violent toutes les règles. C’est le côté le plus sombre de notre société », a commenté Me Cohen-Sabban.

Un réseau également lié au meurtre d’un pilote de rallye ?

Selon plusieurs médias, les deux militaires arrêtés à proximité du domicile de Marie-Hélène Dini ont affirmé aux enquêteurs qu’ils pensaient agir pour le service action de la DGSE, dont ils ne faisaient pas partie. Au total, au moins sept suspects sont en détention provisoire. Certains des membres de l’équipe pourraient par ailleurs être impliqués dans d’autres affaires criminelles, notamment la disparition d’un pilote de rallye corse qui avait participé à l’édition 2008 des 24 heures du Mans, et dont le corps a été retrouvé en 2020, ainsi que la tentative de meurtre d’un « syndicaliste » de l’Ain, selon Le Parisien

Les juges de l’affaire de la tentative de meurtre sur Marie-Hélène Dini devraient reprendre le dossier du pilote corse assassiné. Les enquêteurs sont déterminés à mettre en lumière d’éventuelles autres « basses ouvres ». « Nous sommes au bout de la chaîne dans cette affaire », a déclaré une source proche de l’enquête au Parisien.

« Pour de l’argent, des gros bras ont dévoyé une loge maçonnique pour commettre de basses oeuvres dans une forme d’entraide mortifère. »


Ce n’est pas « Génération Identitaire » qu’il faut abolir,

c’est LA STRUCTURE FRANC-MACONNERIE dans laquelle sont mis sur Pied tous les plans et Complots contre les Peuples et les Nations depuis sa création.

C’est la Première Action qu’a accompli le Maréchal Pétain avec l’abolition du Décret Crémieux.

C’est pour cela qu’il a été emprisonné A VIE par De Gaulle qui remettra la secte en vigueur.

Fred Zeller : « De Gaulle nous a redonné Force et Vigueur ».

28 mai 1973 : Entretien avec Fred ZELLER, Grand Maître du Grand Orient, au sujet de la franc maçonnerie, son histoire, évolution, anti cléricalisme. Les propos sont illustrés par des images d’archives et des dessins, couvertures d’ouvrages. Images d’archive INA.

Le CANCER de la France et de Toutes les Nations est la Franc-Maçonnerie.