Archives de Catégorie: Israel

Emmanuel Macron Exige un Etat Palestinien en Terre Sainte.

Emmanuel Macron adresse un message ferme au gouvernement israélien, exigeant l’annulation d’une loi votée par la Knesset.

Il y a quelques jours à peine, le président français Emmanuel Macron demandait à Binyamin Netanyahou que le prochain gouvernement israélien facilite la création d’un Etat « palestinien ».

Dimanche, on apprend que la semaine dernière, le président français avait adressé un message ferme au gouvernement israélien, exigeant l’annulation de la loi votée par la Knesset qui permet de déduire le montant des salaires versés par l’Autorité Palestinienne aux terroristes détenus en Israël des sommes de la TVA collectée en Judée-Samarie pour le compte de l’AP. L’argent ainsi gelé sera transféré à l’AP dès le moment où elle cessera cette pratique de versements de salaires aux terroristes ou à leurs familles.

Cette exigence française intervient après la décision du gouvernement israélien de geler 500 millions de shekels, montant des salaires versés en 2018 par l’AP aux terroristes ou leurs familles.

La France – tout comme Federica Mogherini au nom de l’Union européenne – considère cette politique israélienne comme « déséquilibrée », « portant atteinte à l’Autorité Palestinienne » et « susceptible de perturber la stabilité de la région ». La France considère également comme « injuste » le fait qu’Israël gèle des montants destinés à l’AP alors qu’il permet le transfert d’argent qatari au Hamas.

La réponse israélienne à cette ingérence française n’a pas tardé. Le Premier ministre Binyamin Netanyahou, dans une lettre officielle, a répondu: « Israël continuera à appliquer la politique qu’elle s’est fixée, en conformité avec la loi votée par la Knesset. La demande française n’est pas juste, ni moralement ni politiquement, et elle est en contradiction avec la politique européenne de lutte contre le terrorisme ».

La loi de déduction des salaires aux terroristes, proposée conjointement par Avi Dichter (Likoud) et Eleazar Stern (Yesh Atid), avait été adoptée en juillet 2018 après des débats houleux, notamment du côté des députés arabes. En vertu de cette loi, chaque année, le ministre de la Défense présentera au cabinet politico-sécuritaire un rapport financier sur les salaires versés durant l’année par l’AP aux terroristes détenus en Israël ou aux familles de terroristes morts. Sur la base de ces chiffres Israël gèlera ensuite chaque mois un douzième de cette somme sur le montant des impôts prélevés par l’Administration civile en Judée-Samarie et normalement reversée à l’AP.

On eut préféré qu’au lieu d’exiger de la part d’israël, le président français admoneste le chef terroriste Abou Mazen et lui demande de cesser cette pratique intolérable de salaires-récompenses versés aux terroristes.

Source

 

Le Roitelet lâchera t’il prise ou mettra t’il un coup de poing sur la Table ????

M, le film sur la pédophilie des rabbins, dont les grands médias ne feront pas leurs titres

C’est Tribune Juive qui le dit :

« On en sort bouleversé, sonné, choqué, étonné, chaviré… Ce n est pas tous les jours qu’on peut voir un film sur la sexualité des ultras-orthodoxes, celle de la communauté hassidique. Ce film est la trajectoire de M, comme Menahem Lang qui raconte – et joue – sa propre vie. Il fut dans son enfance victime de prédations sexuelles, oui de viols, au sein d’une des plus grandes communautés ultra orthodoxes au monde, celle de Bnei Brak, à Tel Aviv. »

http://www.tribunejuive.info/cinema/m-un-film-insoutenable-sur-la-sexualite-des-ultra-orthodoxes-par-alain-chouffan

La réalisatrice Yolande Zauberman a recueilli le témoignage du comédien Menahem Lang, qui a été la victime, enfant, de rabbins pédophiles.

 

Le journal Le Parisien écrit :

« Ce documentaire absolument ahurissant a été tourné, principalement de nuit, dans la ville de Bnei Brak, située dans la banlieue nord-est de Tel Aviv en Israël et considérée comme la capitale mondiale des juifs orthodoxes. La réalisatrice y accompagne le comédien et chanteur Menahem Lang, dont la voix d’enfant a merveilleusement servi la liturgie juive et qui fut une cible de choix pour les rabbins pédophiles.

[…] Plus de 30 ans après les faits – car une terrible vérité survient encore vers la fin du film – Menahem assure ne plus savoir ce qu’est l’amour avec une femme et ne se confie qu’à son amie, élue « Miss Trans ». « Je suis à la fois ton père et ta mère », s’exclame-t-elle. Menahem dit aussi comment il lui est arrivé de chanter mentalement lorsqu’il était le jouet de ses prédateurs. »

Source

Un rapport accusant Israël de Crimes de Guerre à Gaza Adopté par l’ONU.

Le ministère des Affaires étrangères israélien a juré que Jérusalem ne coopérera pas et noté qu’une « majorité morale » n’a pas voté pour la mesure

Texte Intégral du Site : Time Of Israël.

Le conseil des droits de l’Homme des Nations unies a voté vendredi l’adoption d’un rapport accusant Israël de crimes contre l’humanité pour sa gestion des manifestations violentes sur la frontière avec la bande de Gaza.

Vingt-trois pays ont voté en faveur de cette mesure contre neuf qui s’y sont opposés. Quatorze pays se sont abstenus. Un était absent.

Les pays qui se sont prononcés contre l’adoption de ce rapport sont l’Australie, l’Autriche, le Brésil, la Bulgarie, la République tchèque, les îles Fidji, la Hongrie, le Togo et l’Ukraine.

La décision a été condamnée par le ministère des Affaires étrangères israélien qui a clamé qu’une « majorité morale » n’avait pas voté en faveur de la mesure.

« Les dictatures et les hypocrites ont voté pour ce rapport pro-terroriste et pro-Hamas absurde et singularisant », a commenté sur Twitter le porte-parole Emmanuel Nahshon.

« Nous ne coopérerons pas à cette mascarade et nous continuerons à protéger Israël et les Israéliens », a-t-il ajouté.

Aviva Raz Schecter, ambassadrice israélienne aux institutions des Nations unies à Genève, avait indiqué avant le vote que le rapport était « né dans le péché » et l’avait accusé d’ignorer le rôle tenu par le groupe terroriste du Hamas à la tête de Gaza dans les affrontements.

« Le rapport émis par la commission ne servira qu’à encourager l’usage par le Hamas de la population civile comme bouclier et comme outil dans ses efforts visant à attaquer Israël. Il ne fera qu’augmenter le danger pour les civils des deux côtés », avait-elle dit devant le conseil des droits de l’Homme.

Raz Schechter avait également défendu les antécédents d’Israël en termes d’enquêtes lancées contre des soldats israéliens dont la conduite avait été mise en doute.

Le vote a eu lieu après que la dite « commission d’enquête sur les manifestations dans les territoires occupés » a présenté lundi un rapport de 250 pages prétendant qu’Israël s’était rendu coupable de « crimes contre l’humanité » en utilisant des balles réelles contre les Palestiniens ayant participé au mouvement de protestation violent.

Tuer intentionnellement des civils qui ne « participent pas directement aux hostilités » est un crime de guerre, a souligné le rapport. « La commission a trouvé des éléments raisonnables permettant de croire que des membres individuels des forces de sécurité israéliennes, au cours de leurs ripostes aux manifestations, ont tué et blessé grièvement des civils qui ne prenaient pas directement part aux hostilités et qui ne représentaient pas une menace imminente ».

Israël avait à sa disposition des « alternatives moins létales », poursuit le document, qui affirme que l’usage de balles réelles contre les manifestants a été disproportionné et illégal.

Selon l’enquête, les forces de sécurité israéliennes ont ouvert le feu sur plus de 6 000 Palestiniens qui avaient participé à des manifestations le long de la frontière entre les mois de mars et décembre 2018, faisant 183 morts dont 32 enfants.

Israël affirme que les manifestations ont été organisées par l’organisation terroriste du Hamas et visaient à franchir la clôture de la frontière dans le but précis de tuer des Israéliens.

La commission d’enquête affirme que moins de 30 des personnes tuées étaient des « membres de groupes armés palestiniens organisés ». Elle ajoute que l’utilisation de tirs réels par les forces israéliennes ne se justifiait que dans de très rares cas -lorsque la vie des soldats se trouvait menacée exclusivement.

Le Hamas a reconnu que des dizaines de personnes tuées faisaient parti de ses rangs.

Le rapport accuse également Israël d’avoir « systématiquement omis d’enquêter de manière significative sur les crimes et violations commis contre les Palestiniens et de ne pas avoir poursuivi les commandants et les soldats qui les ont commis ». Tout en reconnaissant que l’armée a ouvert plusieurs enquêtes internes sur les tirs contre des civils apparemment non impliqués, elle a douté de la volonté du gouvernement d’examiner honnêtement ses politiques et actions.

« Le bilan d’Israël en matière d’enquêtes sur les morts de Palestiniens à Gaza et en Cisjordanie est lamentable », affirme-t-il ainsi.

Dans le même temps, la commission d’enquête a également déclaré qu’elle estimait que le Hamas « encourageait ou défendait l’utilisation par les manifestants de cerfs-volants et de ballons incendiaires, provoquant la peur et d’importants dégâts matériels dans le sud d’Israël » et que le groupe n’avait pas réussi à mettre fin à l’utilisation de ces ‘engins incontrôlables’. »

Il y a des « motifs raisonnables » de croire que les forces israéliennes chargées de repousser les manifestants de Gaza « ont tué et gravement blessé des civils qui ne participaient pas directement aux hostilités ni ne représentaient une menace imminente », dit le rapport.

La commission a déclaré qu’elle avait pour mandat d’“identifier les personnes qu’elle jugeait responsables des violations” prétendument commises par Israël.

« Elle le fera en consignant les informations pertinentes dans un dossier confidentiel qui sera transmis au Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’Homme », peut-on lire dans le rapport.

Israël avait rejeté catégoriquement le rapport, le dénonçant il y a deux semaines, lorsque la commission en a publié un bref résumé.

«En prison mais jamais à l’armée» : heurts entre Juifs orthodoxes et police à Jérusalem (VIDEO)

Des heurts ont éclaté à Jérusalem le 7 mars entre la police israélienne et des manifestants juifs ultra-orthodoxes. En cause : l’obligation pour ces derniers d’effectuer le service militaire en Israël, ce à quoi ils se refusent

Au moins 30 Juifs ultra-orthodoxes ont été arrêtés le 7 mars à Jérusalem lors d’une manifestation contre l’obligation récemment réaffirmée par la Cour constitutionnelle pour cette communauté d’effectuer le service militaire (obligatoire en Israël pour tous les citoyens).

La police israélienne a tenté de déloger des centaines de personnes qui bloquaient les rues de la ville et la circulation du tramway.

Des heurts assez impressionnants ont ainsi éclaté entre quelque 500 personnes appartenant au mouvement de la Faction de Jérusalem, un groupe dissident politique radical au sein de la communauté Haredim ashkénaze, et les policiers israéliens.

Les manifestants accusent le gouvernement de vouloir réprimer la religion. «Le projet est une persécution religieuse», criaient certains d’entre eux. Pour ces Juifs orthodoxes, il est préférable d’être condamné à de la prison plutôt que de servir l’armée. «En prison mais jamais à l’armée !», scandaient les manifestants qui ont également traité les policiers de nazis.

Pour les disperser, des canons à eau et des officiers à cheval ont été déployés.

En Israël, seuls les étudiants des institutions rabbiniques appelées «yeshivas», centres d’étude de la Torah et du Talmud, peuvent être dispensés du service militaire obligatoire. Les hommes doivent cependant se présenter à l’armée pour que leur service soit différé, ce que les dirigeants de la faction de Jérusalem ont contesté à de nombreuses reprises, entraînant des arrestations et des affrontements avec les autorités.

Exemptés du service militaire depuis la création de l’Etat hébreu, les juifs ultra-orthodoxes doivent se plier à l’obligation de service militaire depuis septembre 2018, après une décision de la Cour suprême israélienne de septembre 2017. Une disposition à laquelle sont opposés les dirigeants rabbiniques. Ces derniers ont appelé à plusieurs reprises les étudiants à ne pas se présenter aux bureaux de recrutement.

L’ONU accuse Israël de possibles «crimes contre l’humanité» à Gaza

La riposte israélienne aux manifestations de Palestiniens à Gaza en 2018 s’apparente à des «crimes de guerre ou des crimes contre l’humanité», a conclu ce jeudi une commission d’enquête de l’ONU dans un rapport jugé «partial» par Israël. Selon la commission, dont le mandat était limité aux événements de 2018, ces manifestations étaient essentiellement de «nature civile» et il existe des «motifs raisonnables de croire que des tireurs d’élite israéliens ont tiré sur des journalistes, du personnel de santé, des enfants et des personnes handicapées, en sachant qu’ils étaient clairement reconnaissables comme tels».

 

D’après les enquêteurs, mandatés par le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU mais qui n’ont pas reçu le feu vert d’Israël pour aller sur le terrain, «plus de 6.000 manifestants non armés ont été touchés par des tireurs d’élite militaires» lors des manifestations l’an dernier. Le premier ministre Benjamin Nétanyahou a rejeté le rapport sur Twitter: «Le Conseil établit de nouveaux records d’hypocrisie et d’attitude mensongère, motivé par sa haine obsessive d’Israël». Israël a aussi invoqué son droit à se défendre contre les agissements du mouvement islamiste palestinien Hamas, qui gouverne sans partage la bande de Gaza, tandis que ce dernier a réclamé que la communauté internationale fasse «rendre des comptes» à Israël pour «crimes de guerre». Le Hamas, qui «salue» ce rapport, a pour sa part réclamé ce jeudi que la communauté internationale fasse «rendre des comptes» à Israël.

«Les soldats israéliens ont commis des violations du droit international humanitaire et des droits humains»

Santiago Canton, président de la commission de l’ONU

À Genève, le président de la commission de l’ONU, Santiago Canton, a expliqué que le droit international relatif aux droits de l’Homme était applicable à ces manifestations car l’enquête avait montré qu’«une majorité écrasante des manifestants n’étaient pas armés, même s’ils n’étaient pas tout le temps pacifiques». Certaines de ces violations peuvent constituer des crimes de guerre ou des crimes contre l’humanité et doivent immédiatement faire l’objet d’une enquête par Israël», a-t-il affirmé, assurant que seul un tribunal pourra déterminer s’il y a bien eu de tels crimes. La commission recommande par ailleurs aux autorités de la bande de Gaza de cesser d’utiliser des «cerfs-volants et des ballons dotés de dispositif incendiaire», l’envoi de ces engins vers Israël constituant un des aspects de la vaste mobilisation palestinienne.

La bande de Gaza, coincée entre Israël, l’Égypte et la Méditerranée, est le théâtre depuis mars 2018 de protestations hebdomadaires, généralement accompagnées de violences, le long de la barrière. Au moins 251 Palestiniens ont été tués par des tirs israéliens depuis cette date, la grande majorité le long de la frontière, et les autres dans des frappes israéliennes en représailles à des actes hostiles en provenance de l’enclave. Deux soldats israéliens ont été tués sur la même période. La commission a procédé à 325 entretiens avec des victimes, des témoins et des sources et recueilli plus de 8000 documents. Elle a aussi eu accès à du matériel audiovisuel, dont des enregistrements réalisés par des drones.

Liste confidentielle de suspects

Manifestations dans la bande de Gaza.

Outre la fin du blocus israélien imposé à l’enclave depuis plus de 10 ans, la «Marche du retour» réclame le retour des réfugiés palestiniens sur les terres qu’ils ont fuies ou dont ils ont été chassés à la création de l’État d’Israël en 1948. Israël n’a cessé de proclamer que cette protestation massive était orchestrée par le Hamas, auquel il a livré trois guerres depuis 2008. Mais pour les enquêteurs de l’ONU, «les manifestations étaient de nature civile, avec des objectifs politiques clairement énoncés» et «malgré certains actes de violence importante, la commission a estimé que les manifestations ne constituaient pas des combats ou des campagnes militaires».

Israël premier refuge des juifs pédophiles ?

Un article effarant du Times of Israël évoque les difficultés des associations de lutte contre la pédophilie juive – notamment dans la diaspora – face à certains rabbins et à la « politique du retour » qui permet aux pédophiles de trouver en Israël un refuge contre les poursuites…

Il est clair que le premier souci de ces rabbins – notamment ceux des sectes orthodoxes et ultra-orthodoxes – est de minimiser les actes pédophiles et de cacher cette situation au motif que la révélation des cas multiples de pédophilie juive est susceptible de porter atteinte à l’image de la communauté…

Depuis 2006 un groupe de juifs essentiellement américains s’est constitué sous l’acronyme JCW :

http://www.jewishcommunitywatch.org/

Ses membres, officiellement reconnus comme association de défense des enfants à partir de 2011, dénoncent et surveillent les pédophiles de la communauté et enquêtent auprès des victimes…

Les révélations du JCW sont accablantes.

On remarquera (qualification intentionnelle ou mauvaise traduction ce dont les articles israéliens « francophones » sont coutumiers) que ces militants de la protection de l’enfance sont ici qualifiés d’activistes !

https://fr.timesofisrael.com/les-pedophiles-de-la-diaspora-utilisent-de-plus-en-plus-israel-comme-refuge-deplorent-les-activistes/

Les statistiques globales établissent qu’un enfant sur cinq est victime d’abus avant l’âge de 18 ans. C’est vrai pour les Etats-Unis, c’est vrai pour Israël et c’est vrai pour l’Australie”, explique Manny Waks. “Seulement 30 % des victimes font part un jour de ce qu’elles ont subi, et, en moyenne, il leur faut 20 ans pour parvenir à en parler ».

« Les activistes des droits de l’enfant affirment qu’il existe une sombre faille législative qui permet aux pédophiles juifs de fuir de manière effective les contrôles décidés par les tribunaux dans leurs propres pays et autorise ces derniers à venir s’installer en Israël avec une ardoise vierge. »

Dès que les militants de JWC ont connaissance de l’alya d’un pédophile avéré, ils multiplient les communiqués sur les réseaux sociaux israéliens pour avertir les familles de l’arrivé de l’individu ciblé dans leur ville…

Dans un effort basique visant à mieux appréhender cette question, les militants et les parents concernés commencent à organiser des campagnes de sensibilisation sur les réseaux sociaux, émettant des “avertissements” par texto, sur Twitter et sur Facebook en direction des parents dans les quartiers où s’installent des pédophiles condamnés ou présumés.

Ce qui n’est du goût desdits pédophiles : ces initiatives non-réglementées conduisent à des plaintes dûment suivies par la justice, déposées par des pédophiles, à l’encontre de ceux qui dévoilent ainsi publiquement leur nature, surtout si ce sont des rabbins :

« Le Rabbin Yakov Horowitz, est ainsi poursuivi par un délinquant sexuel coupable d’avoir abusé d’un enfant, Yona Weinberg. Horowitz est un fondateur de la Yeshiva Darchei Noam de Monsey et directeur du Center for Jewish Family Life. »

« Le 24 novembre, le Tribunal de District de Jérusalem a tenu sa toute première audience procédurale dans l’affaire opposant un pédophile, Yona Weinberg, qui avait été condamné, à l’activiste des droits de l’enfant Yakov Horowitz. Horowitz avait tweeté un avertissement aux parents du quartier Har Nof de Jérusalem après que Weinberg s’y soit installé.

Dans cette plainte, Weinberg, originaire de Brooklyn à New York, accuse Horowitz de diffamation et de calomnie en encourageant les parents à le traiter comme “un terroriste armé d’une machette ». (sic!)

Toutefois, les militants spécialistes des violences envers les enfants disent que ces mises en garde via les réseaux sociaux sont justifiées, plus particulièrement dans le cas d’Israël.

« L’observatoire Jewish Community Watch indique que 32 pédophiles figurant dans sa base de données ont quitté leurs pays dans le monde entier pour s’installer en Israël au cours de la dernière décennie. En comparaison, au cours de la même période, il n’a enregistré que 12 cas de pédophiles Juifs ayant fui de la même façon à l’étranger dans des pays autres qu’Israël. »

Et de poursuivre :

« Dans les communautés juives très denses, en particulier parmi les ultra-orthodoxes, une méfiance naturelle face aux autorités et des traditions de problèmes conservés « au sein des communautés » signifient que les allégations concernant des violences peuvent émerger bien avant que les victimes n’aient effectivement recours à la loi. Ce qui offre aux prétendus pédophiles une amplitude de temps importante pour fuir en Israël et demander l’alyah. »

C’est donc là que l’influence de certains rabbins est déterminante et des plus pernicieuses…

L’éducation à ce sujet dans le monde Haredim est manquante. Il y a de graves lacunes”, commente Manny Waks, qui a grandi dans la communauté ‘Habad de Melbourne et a été victime d’abus à la Yeshiva de la ville australienne.

Waks vient de publier son premier livre intitulé « Who Gave you Permission? Story of a Child Sexual-Abuse Survivor Who Fought Back » sur l’histoire de sa propre lutte en tant que rescapé de violences sexuelles.

Le titre provient d’une admonestation pleine de colère adressée, à la synagogue de la Yeshiva de Melbourne, au père de Manny Waks : « Qui vous a donné la permission d’en parler à qui que ce soit ? »

Une mentalité rabbinique qui se passe de commentaires !

« Ils font venir sans cesse des professeurs dans les yeshivas sans aucune vérification préalable. Le gouvernement israélien doit se pencher sur ce problème pour le gérer, parce que c’est une injustice faite aux victimes et cela représente un danger pour les enfants israéliens ».

Un combat pour les enfants contre la pédophilie et ses sympathies rabbiniques qui n’est donc pas gagné, surtout en Israël!…

Claude Timmerman

Source

Le Dîner de Paix Mondiale de l’Elysée.

Afin de montrer au Peuple de France que la République c’est la Paix, notre Roitelet Zélé a organisé un Grand Dîner avec Uniquement des Hommes de Paix.

Et qui mieux que le Président Israëlien pour Représenter cette Paix ?

Personne.

C’est donc un grand Dîner, tout simple car la république montre toujours l’exemple.

Bon d’accord, les luminaires brillent de milles Feux, la Vaisselle coûte 400 000 €, la moquette 300 000 € Mais que représentent quelques millions d’Euros lorsque l’on est POUR LA PAIX ?

ABSOLUMENT RIEN.

Le roitelet a pris la parole avant le diner et a réaffirmer au président Israëlien, inquiet,  que la république était en lutte contre le racisme et l’antisémitisme, c’est la moindre des choses. Sans les juifs, que serait la république ? Eh bien elle n’existerait pas, c’est aussi simple que ça et « qu’on se le dise dans les chaumières » !

Dîner1.png

Le roitelet, pour mieux lutter contre le racisme et l’antisémitisme, souhaite que la France devienne Israël : Ce n’est que du Bon sens, n’en déplaise aux Haineux !

Dîner2.png

Sans Israël, la France n’existerai pas. J’en suis de plus en plus convaincue.

Dîner4.png

 

« L’Iran est un état Terroriste » dit notre Roitelet à Reuven Rivlin ! Car Oui, l’Iran protège la Syrie de Bachar Al Assad. Mon Dieu, l’Iran est un Monstre !

Dîner5.png

Le président Israëlien est très ému par les Saintes Paroles de notre roitelet et affirme que la seule menace sur Terre est l’antisémitisme et non pas le racisme. Notre roitelet mélange Tout tellement il est ému !

Reuven Rivlin.png

Le président Rivlin et notre Roitelet sont Unis et partent en Lutte contre le Terrorisme Mondial ! J’en ai les larmes aux Yeux tellement c’est Beau !

Reuven.png

Quand je pense aux Grandes Choses de faites depuis 1945, je fonds en larmes tellement c’est Beau !

Reuven1.png

L’ Air Force Française et Israëlienne Réunies POUR LA PAIX : La France et Israël, lieutenants de Paix contre le Monde Entier en Guerre ! Mon Dieu c’est Magnifique !

Reuven2.png

 

Et que dire des Saintes Personnes qui ont servi la république en faisant adopter des lois contre les « futurs génocideurs » car Oui, un enfant à naître Français est peut-être un Futur Génocideur Potentiel de juifs, Allez savoir ! Heureusement que Simone Veil est intervenue pour l’avortement afin qu’il n’y ai pas de 2ème Shoah car les Français sont des tueurs, tout le monde le sait !

Dîner6.png

Ca me rapelle : « L’Année prochaine à Jérusalem » ! Oui, il faut aller à Jérusalem Roitelet et aller prier à Yad Vachem car la France n’a pas encore expié Tous ses pêchés !

Dîner7.png

 

Pour clôturer ce Diner de Paix Mondiale, la Garde républi-Israëlienne joue à son Président préféré « HAVA NAGUILA », écoutez comme c’est Délicieux :

 

 

 

 

Et la Garde Républi-Israëlienne joue ensuite : « OSSE SHALOM », j’en pleure de Joie :

 

 

Et voilà qu’un internaute Français vient troubler cette Paix Mondiale en désignant David Rothschild assis à la Table de la Paix :

Dîner.png

Je suis absolument consternée !

Il faut le dire, le répéter et le Rabâcher : La Noble Famille Rothschild ne Finance JAMAIS un Côté pendant les Guerres, TOUJOURS LES DEUX ! C’est pas compliqué à comprendre pourtant ! C’est donc une Famille qui est Pour la Paix !

Mais les Français n’aiment pas cette Famille Rothschild, ils disent que c’est un système et que le roitelet a été mis à l’Elysée par cette Famille de la Banque :

Rothschild1.png

 

Et voilà ensuite que le Français Gilet Jaune Eric Drouet veut « UNE NUIT JAUNE » !

Une « Nuit Jaune » Mon Dieu ! Une deuxième Nuit de Cristal !!!!!!

Nuit de Cristal.png

Et voilà encore que Notre Philosophe préféré, BHL, se fait Attaquer en Direct à la Télévision Suisse par l’Ecrivain Slobodan Despot qui « ni va pas de main morte » :

 

Les Français ne comprennent pas qu’Israël est en France pour Proclamer LA PAIX MONDIALE !

J’avoue qu’il n’y a de Paix Nulle Part depuis 70 ans, c’est Troublant tout ça !

Bon, en attendant de Trouver La Solution, levons notre Coupe de Champagne Edmond De Rothschild (j’y peux rien si la marque « Champagne » à été achetée par Rothschild) et aux 70 ans (depuis 1945) qu’Israël est en France :

Rivlin.png

SHALOM MES FRERES ET SOEURS.

« Entrées précédentes