Archives de Catégorie: Maroc

Laurent Glauzy s’adresse à ses internautes d’Algérie, du Maroc et de Tunisie : « Distribuez et placez des milliers de Médailles miraculeuses ».

La diffusion de cette vidéo s’adresse avant tout aux lecteurs de mon site habitant en Algérie, en Tunisie et au Maroc.

Je leur demande de chercher Dieu à travers la sainte Vierge qui saura toujours les conduire au Fils, et à sa représentation qu’Il nous a laissé sur Terre : l’Église.

Seulement, cette Église ne doit pas être regardée à travers les faux papes de Vatican II comme François qui ne sont que des satanistes ayant infiltré le Vatican. La véritable Église, celle des miracles et qui mène au Ciel, est l’Église de la Tradition et non celle de Vatican II, des prêtres francs-maçons et pédosatanistes.

Je vous demande aussi de fuir les milieux évangélistes, fiefs d’hommes d’affaires déguisés en hommes de religion et travaillant parfois pour la CIA. Ces hommes n’ont rien à voir avec les 12 prophètes qui avec rien ont évangélisé le monde. Les évangélistes se moquent de vous et de votre culture : pendant que leurs fidèles tapent dans les mains, ils ramassent le tiroir caisse.

Pour montrer la collusion CIA et évangélistes, quand les Eglises catholiques traditionnelles étaient attaquées en Irak où des catholiques dont des prêtres moururent, comme par hasard, les nouvelles églises évangélistes ne furent jamais touchées.

Les évangélistes travestissent la Bible : ils traduisent par exemple « inferno » (enfer) dans la Bible Louis Second par « sous la terre ». Ce qui est juste mais en dehors de l’esprit de la Bible. L’enfer les dérange, bien entendu ! Ils disent, pour accuser les catholiques, qu’ « il ne faut pas se tailler d’images des cieux » mais oublient sciemment l’esprit de la seconde partie : « pour les prier ». Les tribus anciennes, par la force du démon, faisaient parler les statues. Les catholiques n’ont pas de telles pratiques. Certes, cet argument est lourd, mais les pasteurs ne sont pas des gens de grandes culture. Ils aiment principalement l’argent et la naïveté de leur fidèle.

Concernant les Témoins de Jéhovah, il faut les fuir. La lecture du livre que j’ai traduit en donne toutes les explications : TEMOINS DE JEHOVAH : LES MISSIONNAIRES DE SATAN. Des vidéos sont en ligne.

Je vous demande donc de persister et de prendre contact avec des églises de la fraternité saint Pie X. Vous pouvez aussi passer par ce site. Nous vous aiderons !

La Médaille Miraculeuse à d’énormes pouvoirs donnés par la Sainte Vierge. Placez-en dans vos pays en des lieux où la lumière de Dieu n’entre pas et en demandant la venue de prêtres de la Tradition catholique. Placez des milliers de Médailles miraculeuses. Soyez des agents discrets et actifs dans vos pays pour que la Sainte Vierge y règne contre Satan.

Photographie centrale : la sainte Vierge demande à Catherine Labouret en 1830 de faire frapper la Médaille miraculeuse.

Ci-dessous : Corps intact de Catherine Labouret (+1876) pouvant être visité rue du Bac.

Catherine.Cercueil

https://www.youtube.com/watch?v=ymhSsBQft2o

 

 

Un général israélien raconte l’apport de Hassan II dans la victoire d’Israël lors de la guerre de 1967

Les révélations d’anciens généraux israéliens sur les liens entre le Maroc et leur pays se succèdent. Cette fois, c’est au tour de Shlomo Gazit, ex-chef du renseignement militaire, de revenir sur l’appui de Hassan II au Mossad à l’occasion de la tenue d’un sommet de la Ligue arabe en septembre 1965 à Casablanca.

Temps de lecture: 2′
L’appui de Hassan II a été déterminant pour le Tsahal pendant la guerre des Six Jours en juin 1967, avance le général israélien Shlomo Gazit. / DR

Après Meit Amir, le chef du Mossad (1963-1968), c’est un autre haut cadre du renseignement israélien qui évoque le soutien de Hassan II à ses services. Le général Shlomo Gazit avance, dans des déclarations au quotidien Yedioth Ahronoth, que l’appui du monarque a été déterminant pour l’armée israélienne pendant la guerre des Six Jours, du 5 au 10 juin 1967.

Dans son témoignage, l’ancien chef du renseignement militaire souligne que le royaume a permis aux Israéliens de suivre minute par minute le sommet de la Ligue arabe de 1965, tenu du 13 au 18 septembre à Casablanca, consacré exclusivement à l’examen des conditions de préparation des armées arabes dans la perspective d’une nouvelle confrontation avec Israël. La réunion était réservée aux chefs d’Etat, aux chefs des renseignements et aux généraux des armées.

Ancien chef du renseignement militaire, Shlomo Gazit / Ph. Amit Magal

Casablanca a contribué à la victoire d’Israël dans la guerre des Six Jours

Deux ans après cette opération, qualifiée par le chef du Mossad de l’époque comme «l’une des gloires suprêmes du renseignement israélien», le Premier ministre Levi Eshkol (21 juin 1963-26 février 1969) donnait l’ordre à son aviation de bombarder les aéroports égyptiens et jordaniens. Une opération couronnée de succès pour la partie israélienne ; presque tous les avions de chasse de l’Egypte avaient été détruits. Ces raids rapides avaient également balisé le terrain aux corps de blindés, leur permettant d’occuper d’un seul coup la Bande de Gaza, le Sinaï, le Golan et Jérusalem-Est.

L’appui du Maroc, dont fait état le général Shlomo Gazit, n’a pas été sans contrepartie. Un mois après le sommet de la Ligue arabe à Casablanca, des agents du Mossad étaient impliqués dans l’opération d’enlèvement de Mehdi Ben Barka. Ils avaient suivi les déplacements de l’opposant de Hassan II, mission rendue possible grâce à la présence d’une antenne du Mossad sur le territoire français, depuis cinq années, avec la bénédiction de Charles de Gaulle.

C’est justement ce bureau qui avait permis de piéger Ben Barka avec le projet de film historique d’une part ; de faciliter aux agents des services secrets marocains l’entrée en France avec de faux passeports d’autre part. Dans cette opération, l’aide israélienne au Maroc avait été autorisée par le Premier ministre, Levi Eshkol et le chef du Mossad, Meit Amir.

Source : https://www.yabiladi.com/articles/details/47773/general-israelien-raconte-l-apport-hassan.html