Archives de Catégorie: Mayotte

Le département français de Mayotte subventionnerait le pèlerinage à La Mecque (ou la laïcité à 2 vitesses)

Bénéficiant d’un décret de 1939, mesure d’exception à la loi de 1905, Mayotte alloue, selon Le Figaro, des subventions de plusieurs dizaines de milliers d’euros à des associations pour encadrer des pèlerins musulmans à La Mecque, en Arabie saoudite.

En France, la laïcité est apparemment à géométrie variable, comme le rappelle Le Figaro ce 21 novembre. Ainsi, par son histoire, l’Alsace-Moselle, par exemple, n’applique pas la loi 1905 mais un concordat avec l’Etat. C’est le cas aussi de certains départements d’outre-mer comme Mayotte. Le décret Mandel de 1939 permet en effet à des DOM d’être exclus de la loi de 1905 sur la séparation des Eglises et de l’Etat.

Le quotidien rappelle que «le conseil départemental peut aider les pèlerins à accomplir le hadj [pèlerinage à La Mecque] tout en respectant la laïcité».

En 2018, Mayotte aurait d’ailleurs accordé près de 70 000 euros de subventions à quatre associations encadrant ces pèlerinages en Arabie saoudite. «Le département ne finance pas le culte, nous ne faisons que de l’accompagnement», justifie auprès du Figaro Hadadi Andjilani, chef de cabinet du président du conseil départemental.

C’est comme s’il y avait un groupe de jeunes qui voulait aller visiter la tour Eiffel : ils auraient besoin d’un accompagnement pour ne pas se perdre dans le métro ! Et si, un jour, des catholiques sollicitaient le département pour aller à Lourdes, pas de problème, nous ferions pareil

Cette subvention aurait été votée le 11 juin 2018, «pour la prise en charge des billets d’avion, le transport interurbain, l’hébergement de l’équipe d’encadrement des pèlerins», selon Hadadi Andjilani. Celui-ci évalue le coût du voyage à 4 500 euros par personne et assure que la subvention permettrait de rembourser moins de la moitié de cette somme. D’après le département, dont les chiffres ont été publiés par le journal, 648 mahorais musulmans ont fait le pèlerinage cette année. «Ils ne parlent pas l’arabe, ne savent pas s’orienter à La Mecque, donc c’est obligatoire de leur fournir des guides et des infirmiers», souligne auprès du Figaro Saïd Maanrifa Ibrahima, président de l’Aspel, l’une des associations bénéficiaires de la subvention.

Il explique en outre le bien-fondé, selon lui, de ce financement : «C’est comme s’il y avait un groupe de jeunes qui voulait aller visiter la tour Eiffel : ils auraient besoin d’un accompagnement pour ne pas se perdre dans le métro ! Et si, un jour, des catholiques sollicitaient le département pour aller à Lourdes, pas de problème, nous ferions pareil.»