Archives de Catégorie: St Pie X

Monseigneur Williamson est-il aujourd’hui le porte-drapeau de la tradition ?

En ce moment je passe beaucoup de temps à écouter les enseignements des hommes d’église qui tentent à conserver la tradition religieuse de nos pères. Je souhaiterais vous en faire découvrir quelques-unes avec le temps.

J’aimerais spécialement attiré l’attention d’éventuels lecteurs sur le cas de Monseigneur Williamson.

En effet, ces dernières années, depuis les différentes dissensions au sein de la Fraternité sacerdotale saint Pie X, il semblerait que deux sillons se soient creusés.

Un premier chemin visant un rapprochement de la fraternité sacerdotale saint Pie X avec Rome en poursuivant des efforts d’unification suite au dialogue entre le pape Benoît XVI et Monseigneur Bernard Fellay.

Puis, une seconde route, elle chère à mon cœur, visant la conservation stricte des enseignements de Monseigneur Lefebvre face aux erreurs modernes de Vatican 2.

Le chef de file préservant la voie de la tradition millénaire serait donc Monseigneur Williamson, prenant ses distances avec une fraternité qui, selon ses dires, aurait à son tour succombé à la maladie d’aujourd’hui attrapant le virus du catholicisme libéral, expression forte et destructrice de l’esprit du monde frappant au sein l’église.

Ainsi, la Fraternité sacerdotale saint Pie X serait en passe de répéter les mêmes erreurs de soumission à la modernité, pour un souci d’unité, en faisant des compromis avec le réel, la pensée juste, saine et le règne naturel.

Deux directions différentes s’imposent donc l’une à l’autre.

Bien qu’aucune décision ferme et finale n’ait encore été prise bien, les esprits sont en proie au doute et craignent l’éclatement du travail de conservation de la doctrine et du sacerdoce par le très heureux Monseigneur Lefebvre.

Oui c’est mon cœur qui s’exprime ici, je crois en conscience et sincèrement, que Monseigneur Lefebvre est bienheureux, que d’ailleurs son œuvre est récompensée du ciel par de nombreux fruits, puis finalement un personnage lui-même réhabilité par l’Église conciliaire après suspense a divinis et excommunication.

Ainsi donc, j’aimerais que vous puissiez vous intéresser aux différentes vidéos YouTube accessibles en ligne où l’on peut écouter les enseignements Monseigneur Williamson.

Je vois en cet homme de Dieu un digne successeur de Monseigneur Lefebvre pour plusieurs raisons.

Tout d’abord, il s’exprime avec beaucoup de simplicité. Il parle avec le cœur et au-delà des mots, l’on ressens dans le ton employé, dans la gestuelle, l’amour des choses véritables. Son accent britannique offre au public de fidèles français une forme d’enseignement et de compréhension unique. Je fais partie de ces gens qui pensent que l’homme de Dieu doit rendre son discours simple et non simpliste mais surtout accessible comme le faisait en son temps Monseigneur Lefebvre dont les discours de formation à l’attention des jeunes prêtres en devenir étaient compréhensibles par un enfant de 10 ans !

Mais encore, Monseigneur Williamson ne se cache pas derrière le cancer du politiquement correct qui mine les propos publics de ceux qui doivent transmettre l’enseignement aux plus jeunes. Car ce sont bien les méthodes modernes de l’éducation nationale républicaine, gavée de lectures maçonniques abstraites, prépondérantes, qui ont rendu des générations de français à l’esprit vide de sens, sans compréhension de la vie réelle, perdues dans le conceptuel, dans l’imaginaire et dans l’idéologisme.

N’est-ce pas là d’ailleurs un esprit judaïsant contre lequel nous avons tous à combattre, un esprit lui-même exacerbé qui doit devenir la norme, rassurant les pécheurs en chef dans leur ignominie, et motivant de ce fait la venue d’un messie antéchrist, telle la tradition sabbatéenne ou frankiste.

Pour cela, je veux mettre en avant les explications de Mgr Williamson visant la déconstruction de Dignitatis humanae, document maudit s’il en est, réalisé lors du Concile Vatican II sous la direction du pape Paul VI.

Ce texte fut vivement critiqué à l’époque par Mgr Lefebvre et avec raison. Document malheureux, qui je le crois, est à la base d’une motivation réelle et la raison pour laquelle s’est engagé Mgr Lefebvre dans la création d’une nouvelle fraternité religieuse afin se s’opposer à la mainmise maçonnique, qui tentant de l’intérieur de l’église, à détruire la tradition de toujours. But fixé duquel ils ne se sont jamais cachés.

Mgr Lefebvre avait donc personnellement assisté, en tant que responsable, à la débandade des évêques face à la déferlante maçonnico-libérale qui a lourdement pesé sur les décisions prise par le concile des 1962 puis choqué par un événement en particulier.

Alors que durant les débats et les votes, concernant notamment la liberté religieuse, un combat farouche et insoluble les heures durant, opposait les évêques défendant la tradition et les évêques libéraux.

Il eût fallu, scène incroyable, que le pape Paul VI lui-même, en fin de séance, finisse par rajouter personnellement une unique annotation exprimant que la position nouvelle du concile, concernant la liberté religieuse, ne remettait pas en cause la tradition d’antan.

Par cette simple phrase, la fatigue aidant, les derniers évêques réfractaires au changement finirent par donner leur consentement et votèrent en faveur de la réforme.

Folie s’il en est, malheur, car le texte au complet n’avait quant à lui, en dehors de cette phrase rajoutée, pas varié d’un iota ! Enfer et damnation.

Un article rédigé par AyM.B.

Voici la vidéo de Monseigneur Williamson sur Dignitatis humanae intitulée:  » c’est la mouise  »

Durée, 1h30. Bon visionnage.