Archives de Catégorie: Triple donation

MAGNIFIQUE CHANT EN L’HONNEUR DE LA REINE DE FRANCE, par Laurent Glauzy

Chant très émouvant de la sainte de la fille aînée de l’Eglise, sainte Jeanne d’Arc qui eut le règne le plus court de l’histoire de France à l’occasion de la Triple donation le 21 juin 1429 à 16h. Une date et une heure à connaître par cœur quand nous défendons les principes de notre Seigneur Roi de France et d’une monarchie absolue s’opposant au régime de la dictature talmudo-maçonnique que nous devons subir actuellement comme châtiment.

Mais la sainte Vierge a promis qu’il lui faudrait à peine un mois pour nous débarrasser des loges, et des saints comme Padre Pio évoquent les trois jours de Ténèbres où seuls les catholiques en état de grâce seront sauvés. Autant dire qu’il ne restera pas grand monde ! Mais la Justice divine tarde, tarde et finit par tomber au moment le plus inattendu.

« Prions et veillons donc » et souvenons-nous que Sainte Jeanne d’Arc faisait confesser ses soldats avant chaque bataille, d’où le miracle des batailles de Patay et de Jargeau. A Patay deux français moururent contre 2.000 du côtés anglais. Ce qui est impossible dans un mode de combat au corps à corps. Les succès du Maréchal Foch qui assistait tous les matins à la messe sont aussi un écho aux miracles de Jeanne d’Arc. Dieu épargne toujours les siens (Dieu à Satan : « Je te donne l’humanité, mais tu ne pourras rien contre ceux qui m’adorent »).

Souvenons-nous aussi que les six personnes qui condamnèrent Jeanne d’Arc moururent violemment dans l’année. Un phénomène semblable s’est produit avec Mélanie Calvat quatre siècles plus tard. Les cadavres des prêtres qui s’opposèrent à sa vision de notre Dame de La Salette noircirent subitement, et l’évêque de Grenoble qui la fit exiler en Angleterre devint fou faisant des pâtés de ses excréments.

Le cœur de Jeanne battait encore sur le bûcher consumé. Le bourreau pris d’effroi se précipita dans le couvent le plus proche pour confesser son acte, et s’y enfermer le restant de ses jours. Le cœur de la sainte fut jeté dans la Seine, où il doit encore battre. C’est dire que cette seconde Vierge symbolise l’éternité de la France dont les desseins sont inscrits pour toujours dans le Ciel.