Archives de Catégorie: Vatican II

Petit à Petit, l’ Eglise Conciliaire Française se Réveille !

Et c’est par le Biais du plus Haut représentant de Rome en France que le Miracle s’accomplit !

Effectivement, Michel Aupetit a pris conscience du Danger qu’encouraient les Catholiques Français Non Reniés au travers de l’Incendie Volontaire de Notre Dame de Paris que la franc-maçonnerie Sataniste appelle  « NOTRE COMMUN » !!!

Un Evêque Conciliaire ne peut pas, d’emblée, rejeter d’un revers de main Vatican II. Ce n’est que par Etapes que la Franc-maçonnerie au Sein de l’Eglise de Notre Seigneur sera Eradiquée.

C’est cette Porte qu’Ouvre Michel Aupetit à ceux qui veulent bien comprendre qu’en ayant les mains liées, il est possible toutefois de remettre à l’endroit ce qui était à l’envers.

Nous notons que Désormais, de plus en plus de Prêtres reviennent à la Soutane. Cela aurait été IMPOSSIBLE sans l’Accord Direct et Franc du plus Haut Représentant de l’Eglise en France : Michel Aupetit.

La Soutane de retour chez les Prêtres : https://www.valeursactuelles.com/societe/il-faut-etre-visible-la-soutane-de-retour-chez-les-pretres-108754

Il faut bien comprendre et bien assimiler que nous ne reviendrons pas à la Sainte Eglise Catholique de Notre Seigneur d’un coup de baguette Magique.

Ce n’est qu’en agissant doucement mais surement, comme le Fait Michel Aupetit que l’Eglise Catholique du Christ sera Restaurée.

Vatican II, instauré en 1962, a été préparé en 1789.

Le Retour de Notre Seigneur dans son Eglise prendra du Temps. Ce qui est sur, c’est que des Prêtres ont lutté en 1789, Monseigneur Lefebvre de 1962 jusqu’à sa mort et des membres du Clergé Catholique luttent Tous les Jours contre le Fléau maçon qu’a imposé Satan au sein de la Sainte Eglise Catholique.

Le Temps du Malin est compté, il le sait.

Il faut bien comprendre que le Faux ne dure qu’un Temps et que Seul :

« Ce qui a été sera et Demeurera ».

 

C’est la raison pour laquelle il est impératif de prier pour le clergé conciliaire car c’est de Lui que viendra la Délivrance de l’Eglise Corps du Christ.

Screenshot_2019-07-10 PMA, GPA, fin de vie… Mgr Aupetit appelle «les catholiques à se mobiliser»

 

PMA, GPA, fin de vie… Mgr Aupetit appelle «les catholiques à se mobiliser»

Le Parisien : https://t.co/37M7bpNWsw

Pour la première fois, un des plus hauts dignitaires de l’Eglise française, Mgr Aupetit, archevêque de Paris, prend la parole après les avis du conseil national d’éthique. PMA, GPA, fin de vie, il répond à toutes les questions. Y compris sur la pédophilie.

C’est la voix de l’Eglise de France désormais la plus écoutée et la plus influente. Mgr Michel Aupetit, 67 ans, archevêque de Paris depuis janvier, nous a reçus, chez lui, une bonne heure durant afin d’évoquer les sujets d’actualité qui font trembler ses fidèles : PMA, GPA, recherches sur l’embryon humain, euthanasie, avortement… C’est pour sa maîtrise de ces dossiers sensibles, pour défendre également haut et fort la ligne conservatrice des catholiques, que le pape François l’a choisi.

 

Car avant d’être ordonné prêtre il y a 23 ans, ce fils d’un cheminot qui ne mettait jamais les pieds à l’église, était médecin généraliste. De ses années dans un cabinet en banlieue, ce diplômé en bioéthique a gardé le sens du contact. D’un abord facile, il répond, avec sa voix de crooner, spontanément et sans langue de bois pour faire passer son message toujours très conservateur.

PMA et GPA : « On fait de l’embryon humain un cobaye »

  « Est-il pensable que l’on puisse considérer qu’un enfant n’a pas besoin de père ? » questionne l’archevêque sur la PMA. LP/Jean-Baptiste Quentin
« Est-il pensable que l’on puisse considérer qu’un enfant n’a pas besoin de père ? » questionne l’archevêque sur la PMA. LP/Jean-Baptiste Quentin  

Comment avez-vous accueilli l’avis du conseil consultatif national d’éthique (CCNE) qui s’est dit, mardi, favorable à l’extension de la PMA aux femmes seules et aux couples de femmes ?

Je l’ai accueilli sans surprise. Il y a longtemps que je pense que le CCNE n’est plus ce qu’il était. J’ai connu celui du Pr Bernard. A l’époque, il avait été voulu comme un comité de Sages qui puisse s’exprimer de manière indépendante. J’avoue très honnêtement que je ne sens plus cela aujourd’hui. Le résultat était quand même assez attendu, ce qui est d’ailleurs un peu inquiétant. On se demande pourquoi on a fait des Etats Généraux puisqu’ils n’ont aucun impact sur la décision finale.

Vous pensez que la communauté catholique n’a pas été entendue lors de ces débats ?

Le problème n’est pas là. Ce n’est pas l’Eglise catholique qui est en jeu. L’Eglise catholique est un éveilleur de consciences. La vraie question est : qu’est-ce que la dignité de l’homme ? Cela va bien au-delà de la conception catholique de l’humanité. Nous pensons qu’une société doit se construire sur la fraternité, sur la recherche du bien commun. Or, on ne trouve aucun argument à ce niveau-là. On n’a que des impressions, des « oui, on pourrait », « non, on ne pourrait pas » mais pas de véritable argumentaire.

Quels sont, selon vous, les principaux sujets qui touchent le plus à cette dignité de l’homme ?

Il y en a au moins deux. D’abord cette question de la PMA. Est-il pensable que l’on puisse considérer qu’un enfant n’a pas besoin de père ? Parce que c’est bien de cela qu’il s’agit. Il peut y avoir, bien évidemment, des enfants élevés sans leur père pour des raisons accidentelles ou parce qu’ils sont abandonnés mais là on décrète légalement qu’un enfant n’en a pas besoin.

Et le second ?

La question de l’embryon. La recherche s’ouvre de plus en plus. Aujourd’hui, dans la législation, vous n’avez rien. Il n’y a pas de statut juridique de l’embryon humain. Ce vide autorise des expériences et fait de lui un cobaye. Puisqu’on utilise de moins en moins les animaux, on va utiliser les embryons humains. Alors, est-ce que la larve de scarabée doré sera plus protégée que l’embryon humain ? Cela pose quand même une question qui va bien au-delà de la religion.

Le médecin que vous êtes aussi devrait être un passionné de recherches. Or, là elle vous fait peur…

Je suis tout à fait pour la recherche mais il y a des recherches légitimes, d’autres non. Vous savez, les médecins nazis pensaient aussi qu’ils faisaient de la recherche. C’est ainsi qu’ils ont présenté leur défense ! La recherche ne justifie pas tout. Elle a un but et si le but est souvent bon, le moyen employé ne l’est pas toujours. Le diagnostic prénatal, par exemple, est une bonne chose mais lorsqu’on l’utilise pour éliminer l’enfant parce qu’il est porteur d’une tare quelconque, là c’est une question éthique.

Est-ce que vous appelez les catholiques à se mobiliser contre l’extension de la PMA ?

J’appelle les catholiques à se mobiliser par une parole, déjà.

Cela n’a pas porté ses fruits…

 

Une parole, si elle est juste, traverse l’Histoire et finit par triompher. C’est toujours comme cela. Elle fera son chemin de conscience en conscience.

Pas d’appel à manifester ?

La question d’une manifestation dans la rue appartient aux citoyens, pas du tout aux évêques. Ce n’est pas à nous d’en organiser et nous ne le ferons pas.

Et y participer ?

Si j’y participe, ce sera en tant que citoyen, je n’irai jamais en tant qu’évêque. Ce n’est pas ma place. Mais comme citoyen, je suis libre. Il faut bien faire la distinction entre l’expression d’un évêque et celle d’un citoyen.

Croyez-vous en une Manif pour Tous bis ?

Je ne suis pas sûr que les gens se mobilisent comme ils l’ont fait au moment du Mariage pour Tous. A l’époque, d’ailleurs, ils s’étaient surtout mobilisés contre la PMA. Ils savaient que le mariage allait déboucher sur ces problématiques de procréation, et donc de filiation. Et c’est bien ce qui risque d’arriver. Alors vont-ils se remobiliser alors que précédemment cela n’a servi à rien sur le plan légal ? Je ne sais pas. Je pense quand même que ces manifestations, avec des centaines de milliers de personnes, et pas seulement des catholiques, ont servi au réveil des consciences. Elles ont montré qu’il n’y avait pas de consensus.

Êtes-vous rassuré par le gouvernement qui explique que l’extension de la PMA n’entraînera pas la levée de l’interdiction de la gestation pour autrui (GPA) ?

Je n’y crois pas une seconde. D’abord parce que lorsqu’il y a eu le Mariage pour Tous, on nous avait déjà affirmé qu’il n’y aurait pas de PMA. Au nom de quoi refuserait-on aujourd’hui la GPA ?

L’animateur Marc-Olivier Fogiel sort la semaine prochaine un livre où il raconte son bonheur d’être père de deux filles grâce à la GPA. Vous ne croyez pas à ce bonheur et au fait que ces enfants puissent être heureuses ?

Elles sont encore jeunes mais à l’adolescence… Ce moment où l’on cherche à savoir d’où l’on vient. Le risque d’un déséquilibre est alors important. Je ne souhaite bien sûr aucun mal à cette famille, mais je dis simplement : est-ce qu’on prend la mesure de ce que les enfants qui sont dans cette situation vont avoir à vivre ? Comment vont-ils accepter d’avoir fait l’objet d’une certaine marchandisation ? Est-ce que le fait de savoir qu’ils sont nés dans ces conditions va leur permettre d’être apaisés ?

EUTHANASIE : « Une loi qui va dire ce que l’on peut faire ou ne pas faire, c’est extrêmement compliqué »

  Pour Mgr Aupetit, ouvrir la porte une aide active à mourir n’est « pas très sérieux ». LP/Jean-Baptiste Quentin
Pour Mgr Aupetit, ouvrir la porte une aide active à mourir n’est « pas très sérieux ». LP/Jean-Baptiste Quentin  

Sur la fin de vie, l’avis du CCNE préconise de ne pas toucher à la loi actuelle mais évoque tout de même des cas exceptionnels nécessitant un travail de réflexion qui pourrait faire évoluer la loi à la marge. Selon vous, c’est un pas vers l’aide active à mourir ?

Oui, il y a effectivement des risques réels que ce soit une « ouverture » ou alors c’est une caution pour ceux qui militent en sa faveur au sein de La République en Marche, comme M. Touraine par exemple (NDLR : le député Jean-Louis Touraine est l’auteur d’une tribune pour le droit à l’euthanasie). Cela ne me paraît pas très sérieux.

Selon vous, il ne faut pas toucher à la loi actuelle sur la fin de vie…

Elle a au moins le mérite d’exister et de permettre une forme de souplesse. Faire une loi qui va dire ce que l’on peut faire ou ne pas faire, c’est extrêmement compliqué en matière de fin de vie. L’important, c’est que la personne puisse vivre ces moments qui sont d’une intensité extraordinaire. Si on supprime ces instants d’intimité entre un parent qui s’en va et ceux qui restent, il y a quelque chose de volé. Il faut généraliser les soins palliatifs et permettre aux proches d’y participer, en accompagnant leur tendresse d’un geste concret. Ce qui est insupportable, c’est de voir les gens souffrir sans pouvoir rien faire.

IVG : « Le médecin est libre, c’est capital »

  Lorsqu’il était médecin, Michel Aupetit, « en conscience », a refusé de pratiquer l’IVG. LP/Jean-Baptiste Quentin
Lorsqu’il était médecin, Michel Aupetit, « en conscience », a refusé de pratiquer l’IVG. LP/Jean-Baptiste Quentin  

Un président de syndicat de gynécologues a récemment assimilé l’IVG à un homicide, suscitant une vive polémique jusqu’au gouvernement. Le soutenez-vous ?

Je le soutiens dans son expression. Est-ce qu’un médecin peut encore s’exprimer librement ? La réponse est oui. La liberté de conscience est le droit le plus fondamental de toute société. Une société qui l’annihile, ça s’appelle une dictature. L’objection de conscience fait partie du droit médical et elle est intouchable. Ce droit doit être absolument préservé, je peux vous dire que les médecins vont réagir durement si on y touche.

Des sénateurs PS, sous la houlette de Laurence Rossignol, ex-ministre de la Famille, ont déposé vendredi une proposition de loi pour supprimer cette clause de conscience…

C’est terrible. Cela signifie qu’on entre dans une forme de dictature qui dit : « Vous n’avez pas le droit de penser, votre conscience doit être éteinte ».

Avez-vous utilisé ce droit quand vous étiez médecin, concernant des demandes d’avortement ?

Oui, bien sûr, j’ai expliqué à la patiente : « Moi, en conscience, je ne peux pas ». Le médecin est libre, c’est capital. Cela s’appelle la relation médecin-malade. Sinon, c’est une prestation de service.

PÉDOPHILIE : « Pourquoi pas une commission d’enquête parlementaire »

  Mgr Aupetit assure que le célibat des prêtres concernant la problématique de la pédophilie au sein de l’Eglise est « une fausse question ». LP/Jean-Baptiste Quentin
Mgr Aupetit assure que le célibat des prêtres concernant la problématique de la pédophilie au sein de l’Eglise est « une fausse question ». LP/Jean-Baptiste Quentin  

Dans les débats sur la bioéthique, l’Eglise a systématiquement mis en avant l’intérêt de l’enfant. Mais comment peut-elle être crédible alors que ces mêmes enfants sont parfois la proie de prêtres pédophiles ?

Il faut absolument que l’Eglise soit cohérente. Il nous faut une conversion radicale sinon, c’est évident, on ne peut pas avoir de parole crédible. Il faut remercier les victimes que nous ne savions peut-être pas entendre, mais aussi les médias d’avoir révélé toutes ces affaires. C’est une bonne chose. Il y a un abcès, il faut que le pus soit complètement vidé. Nous avons déjà pris des décisions, nous avons fait des signalements, nous nous sommes entourés de juristes… Nous ne pouvons pas régler ces problèmes nous-mêmes, il nous faut travailler avec le droit civil et écouter de plus en plus les victimes, les accompagner pour qu’elles se reconstruisent.

Êtes-vous favorable à la mise en place d’une commission d’enquête parlementaire afin de faire toute la lumière sur ces crimes commis par l’Eglise ?

Pourquoi pas, bien sûr ! Une commission nationale d’expertise indépendante a été créée par la Conférence des évêques de France en 2016. Mais si ce n’est pas suffisant, il faut faire autre chose.

Ce n’est pas, pour vous, une entorse à la laïcité ?

Je ne pense pas. C’est vraiment une question de justice. Si la société juge que c’est important pour davantage de clarté, si la situation montre qu’on a besoin d’une intervention extérieure à l’Eglise pour aller au bout des choses, je ne vois pas d’entorse à la laïcité. La laïcité, pour moi, ce n’est pas cela, c’est la possibilité, pour chacun, de pouvoir exercer librement sa religion.

En matière de lutte contre la pédophilie, le pape François en fait-il assez ?

Il essaie d’en faire le plus possible avec les moyens qui sont les siens. Il faut qu’il soit suivi partout, le problème est là. Il a beau être pape, il a une parole d’autorité mais pas de pouvoir. L’Eglise, ce n’est pas l’armée, tout le monde n’est pas au garde à vous.

Face aux scandales de prêtres pédophiles, l’Eglise catholique allemande vient d’appeler à une réflexion sur le célibat. Faut-il autoriser les membres du clergé à se marier ?

Je crois que c’est une fausse question. Personnellement, je pense que la pédophilie n’est pas du tout liée au célibat. C’est une structure mentale, et il est possible que certains profils pédophiles se réfugient dans l’Eglise et dans le célibat. Mais la grande majorité d’entre eux sont mariés et pères de famille. Croire qu’en mariant les prêtres, il n’y aura plus de problème, c’est une douce illusion.

MIGRANTS : « S’il y a des gens perdus, bien sûr qu’il faut les accueillir »

  L’archevêque explique que l’on « peut aider à réfléchir » ceux qui veulent fermer la porte aux migrants. LP/Jean-Baptiste Quentin
L’archevêque explique que l’on « peut aider à réfléchir » ceux qui veulent fermer la porte aux migrants. LP/Jean-Baptiste Quentin  

La France devrait-elle accueillir l’Aquarius, ce navire humanitaire qui sauve des migrants en mer et que l’exécutif ne veut pas voir accoster à Marseille ?

S’il y a des gens perdus, bien sûr qu’il faut les accueillir ! On ne peut pas laisser des personnes en détresse. Elles sont là, il faut s’en occuper, ça, c’est l’Evangile. Mais après, il faut bien sûr une réflexion politique qui ne nous appartient pas forcément. Pourquoi des populations de pays qui ont un potentiel extraordinaire sont-elles obligées de fuir pour venir chez nous ?

Une frange importante de catholiques veut fermer la porte aux migrants, ça vous choque ?

Avant d’être choqué, il faut parler avec eux. Par le témoignage, les rencontres, on peut les aider à réfléchir. Je ne crois pas que ce soit une question du refus de l’étranger. C’est plutôt la question d’une certaine insécurité culturelle qui semble en jeu. Notre pays se sent remis en cause par une culture venue d’ailleurs et qui ne s’intègre pas. Si nous disons que l’accueil des migrants est juste, dans la mesure de notre capacité à leur offrir des conditions de vie digne, et que c’est dans la Bible, cela fera son chemin.

 

*****

Michel Aupetit renvoie intelligemment à la Bible dans laquelle il n’est au Grand Jamais mentionné un quelconque multiculturalisme, un quelconque métissage.

Notre Seigneur à fait des Continents avec des Peuple différents et des cultures et moeurs différentes pour chacun de ses Peuples.

C’est cette DIVERSITE qui est SEULE admise et admirée par Notre Seigneur qui ne nous a JAMAIS DEMANDE de nous noyer dans le Multiculturalisme et encore moins de nous Métisser.

Ce qui imposé par l’homme sera détruit.

Seuls les desseins de Dieu sont Eternels.

Ils voulaient bouger la Parole, et Dieu le leur interdit. Par deux fois ! Il fallait être motivé pour continuer. Mais ils savaient une chose : s’ils voulaient avoir du succès dans leur entreprise, il valait mieux suivre les conseils de Dieu. Résultat, ils ont fini par bouger la Parole, et ils ont eu du succès ! Ils se sont laissé guider par Dieu.

Job 12 : 13-14
En Dieu résident la sagesse et la puissance; Le conseil et l’intelligence lui appartiennent.
Ce qu’il renverse ne sera point rebâti, Celui qu’il enferme ne sera point délivré.
Esaïe 55 : 8-9
Car mes pensées ne sont pas vos pensées, Et vos voies ne sont pas mes voies, Dit l’Éternel.
Autant les cieux sont élevés au-dessus de la terre, Autant mes voies sont élevées au-dessus de vos voies, Et mes pensées au-dessus de vos pensées.

C’est pourquoi…

Psaumes 33 : 10-11
L’Éternel renverse les desseins des nations, Il anéantit les projets des peuples ;
Les desseins de l’Éternel subsistent à toujours, Et les projets de son cœur, de génération en génération.

On voit bien la différence de nature entre Dieu et les hommes, entre les desseins de Dieu et ceux de l’homme.

Nous ne le voyons pas aux informations du journal télévisé car nous y voyons le règne du dieu de ce monde. Et pourtant, malgré ce « règne » du « squatteur » (le diable), rien n’a jamais empêché Dieu d’accomplir Sa volonté, comme une vague de fond irrésistible.

Et nous en sommes les heureux bénéficiaires.

L’irruption de nationalistes aux « Assises Église métisse 2019 ».

Lundi 10 juin dernier se tenaient à Trappes les « Assises Eglise métisse 2019 ». Comme nous l’avions expliqué dans notre dernier article L’Église catholique conciliaire et le métissage, sous couvert de défendre l’intégration des immigrés dans l’Église, les organisateurs promeuvent le multiculturalisme et l’accueil des migrants. Dans la charte rédigée pour ces Assises, on peut lire :

« Nous accueillons d’abord le mélange de populations dans les Yvelines comme un fait incontournable et la présence dans nos communautés de nombreux catholiques issus de l’immigration comme un signe des temps qui oriente la relecture de notre passé national et ecclésial, et prend sens dans la perspective du grand rassemblement de tous les hommes que Dieu prépare pour l’éternité. »

Pour l’Église catholique des Yvelines donc, l’immigration et sa conséquence le Grand Remplacement ne sont pas une rupture historique imposée aux Européens par une oligarchie cosmopolite dans une volonté de les affaiblir et de les dominer, ce que plusieurs auteurs ont très nettement montré (1), mais un phénomène contre lequel on ne peut lutter et qui est peut-être même voulu par Dieu dans des perspectives eschatologiques. On reconnaît la patte du pape François dans ces idées, lui qui n’a pas hésité à déclaré que la Vierge Marie était métisse (2). Nous qui croyions qu’elle était issue d’une famille de lévites, peu adeptes du mélange du sang…

Ce qui montre encore que ce rassemblement n’était pas seulement à caractère religieux mais avait une portée politique, c’est la présence du préfet des Yvelines, M. Jean-Jacques Brot. L’évêque auxiliaire de Versailles, Mgr Bruno Valentin, était également présent.

Lundi dernier donc, cinq militants nationalistes se sont rendus à la salle paroissiale de Trappes et ont interrompu avec fracas la réunion, s’emparant du micro pour dénoncer devant l’assemblée ce rassemblement et distribuant aux participants des tracts expliquant en détail les raisons de cette opposition. Le préfet a essayé de faire la morale républicaine aux jeunes militants, mais il ne s’est guère fait entendre dans le brouhaha général. Mais quelle idée a eue ce représentant de l’Etat de sortir de son domicile sans une triple rangée de CRS ?… Un participant à cette réunion a tenu à dire aux militants nationalistes qu’il partageait leur position. Une fois la distribution de tracts achevée, les militants sont sortis de la salle et ont eu une discussion très vive avec les organisateurs de l’événement, prêtres et laïcs, stupéfaits qu’on puisse ne pas être enthousiaste à l’idée de laisser la France être submergée de migrants.

Nous tenons à remercier La Croix pour avoir parlé de notre action de façon factuelle et neutre (3). Pour le reste, le quotidien des catholiques de gauche, qui a appelé à voter pour Macron le 2 mai 2017, se félicite naturellement de la tenue de ces Assises, et évoque une « diversité [qui] est incontestablement source de dynamisme », comme « la moitié des baptisés adultes à Pâques sont issus de l’immigration ». En fait ces Assises ne sont ni plus ni moins qu’une séance de marketing : l’Eglise constate que sa clientèle a changé, et s’interroge sur les moyens de la fidéliser. Tout comme Nike met en vente des vêtements de sport qui sont aussi des hijabs (4). Mais l’Église ne se penche guère sur l’avis des catholiques français de souche. Nous avons reçu depuis cette action le témoignage d’un paroissien d’Achères, dans les Yvelines, qui a fini par changer de paroisse car il était lassé des chants africains récurrents au cours des messes, comme ce sont des africaines qui animent la chorale. Il avait le sentiment de ne plus reconnaître la liturgie et d’être dérangé dans sa prière. Ce « métissage de la liturgie » crée quelques délaissés, passés par pertes et profits par l’Église.

Puissent le Pape et l’Église de France méditer les propos du Cardinal Sarah dans son dernier ouvrage, Le Soir approche et déjà le jour baisse :

« À la racine de l’effondrement de l’Occident, il y a une crise culturelle et identitaire. L’Occident ne sait plus qui il est, parce qu’il ne sait plus et ne veut pas savoir qui l’a façonné, qui l’a constitué, tel qu’il a été et tel qu’il est. De nombreux pays ignorent aujourd’hui leur histoire. Cette auto asphyxie   conduit naturellement à une décadence qui ouvre la voie à de nouvelles civilisations barbares. »

Nous recommandons aussi la lecture du livre de Julien Langella :

Nous encourageons les catholiques voulant protester contre cette propagande à imprimer et diffuser dans leur église le tract (ci-dessous) distribué à Trappes. Puisque le pape et le clergé se mêlent de politique, pourquoi ne ferions nous pas de la politique dans les églises ?

Nous voulons des pasteurs, pas des passeurs !

Rendez à César ce qui est à César !

Jeune Nation : https://t.co/V937c4J4iv

*****

Les Prêtres, Moines de l’Eglise Catholique sont allés Evangéliser le Monde et non Forcer les populations à abandonner leurs Nations Respectives.

Nulle part dans la Bible il est écrit que les Peuples migreront d’un continent à un autre.

Dieu a créé le Monde à son Image : Un Peuple pour chaque Nation.

Vatican II est à détruire et le plus vite sera le mieux.

Résultat d’images pour image des spectacles au pape au vatican

Résultat d’images pour image des spectacles au pape au vatican

Afficher l’image source

Bergoglio est un pitre de bas Etage.

La crise de l´autorité dans l´Église – Les papes de Vatican II sont-ils légitimes ? Maxence Hecquard

  • La crise de l´autorité dans l´Église – Les papes de Vatican II sont-ils légitimes ?
  • Auteur : Maxence Hecquard

 

L’Église est en pleine révolution depuis cinquante ans. À la suite de Vatican II et sous la houlette des papes qui ont suivi, le clergé enseigne des doctrines autrefois condamnées (liberté religieuse, oecuménisme.) et fraternise avec les autres religions. Les sacrements ont été transformés pour faciliter les échanges interreligieux. La morale des familles a été bouleversée (annulations de mariage facilitées et tolérance du divorce, régulation des naissances généralisée et allègement des peines de l’avortement, tolérance de l’homosexualité.). Non seulement les hérésies se multiplient, mais l’apostasie est générale et le catholicisme semble voué à la disparition.
De fait les papes d’aujourd’hui contredisent ceux d’hier. Comment est-ce possible ? Les papes ne sont-ils pas infaillibles ? Confrontés à ce paradoxe, de nombreux fidèles s’interrogent sur la légitimité des pontifes qui ont prôné ces changements.
Scrutant les décrets des papes, des conciles, ainsi que les écrits des grands théologiens et canonistes du XVIe au XXe siècle, Maxence Hecquard mène une enquête théologique rigoureuse sur cette légitimité. Il rappelle la doctrine de l’Église sur l’infaillibilité pontificale et sur l’hypothèse du Pape hérétique. Puis il passe en revue les principales tentatives d’explication de la situation présente. Certains estiment que les doctrines nouvelles ne sont pas couvertes par le charisme de l’infaillibilité, d’autres jugent qu’elles ne contredisent pas véritablement la doctrine antérieure de l’Église, les derniers pensent que l’élection des papes de Vatican II était invalide car ils appartenaient à des sectes interdites. L’auteur pèse les arguments et relève les incohérences.
Dans la dernière partie de l’ouvrage, il livre une explication inédite en montrant que la situation présente de l’Église est décrite dans les grands livres prophétiques de la Bible (Livre de Daniel, Apocalypse) qu’il commente à la lumière des Pères de l’Église et des exégètes médiévaux.
Après Les Fondements philosophiques de la démocratie moderne, ouvrage de référence qui a connu un grand succès (3e édition, Pierre-Guillaume de Roux, 2016), Maxence Hecquard, philosophe, donne ici un travail de théologie exhaustif sur une question qui provoque d’intenses débats dans l’Église actuelle.

Écoutez son émission du 5 mai 2019 animée par le Dr Jean-Pierre Dickès lui-même assisté par Dominique Tassot pour approfondir avant lecture.

« De la Salette à Diana Vaughan » de Paul-Etienne Pierrecourt.

Diana Vaughan a été Américaine par son Père et Française par sa Mère.

Elle appartenait à la Maçonnerie Luciférienne et dirigeait la Revue PALADIC.

Diana Vaughan, qui évoluait dans un milieu qui combattait l’Eglise Catholique, avait cependant une Passion : Sainte Jeanne D’Arc.

Elle avait du mal a concevoir que Sainte Jeanne D’Arc n’avait Rien à voir avec son milieu luciférien.

Sa Passion pour Sainte Jeanne était t’elle, qu’elle commença à faire des prières comme le faisait Sainte Jeanne.

Diana Vaughan se passionna également pour Mélanie Calvat de la Salette à qui la Sainte Vierge est apparue.

Diana délaissa son milieu maçon et luciférien car Sainte Jeanne D’Arc était pour elle « le Bâton de Berger » qui lui manquait : elle se convertit à la Religion Catholique de Sainte Jeanne.

Et Diana Vaughan décèdera Jeune, d’une Mort on ne peut plus Mystérieuse.

Fin 19ème siècle elle annonça des épouvantables évènements qui allaient s’abattre sur l’Eglise Catholique.

En 1903, après la Mort de Léon XIII, le Vatican a failli tomber avec le pape luciférien Rampolla de l’Ordo Templis Orientis.

Diana Vaughan, ayant révélé le réseau Rampolla, a t’elle été celle qui empêcha à ces lucifériens de s’emparer du Vatican ?

Car la maçonnerie luciférienne a officiellement échoué avec ses réseaux satanistes Rampolla ; c’est Saint Pie X qui sera élu Pape.

Dian Vaughan a dévoilé le Calendrier des lucifériens dans lequel des dates précises, des mois précis ont été le Fait d’évènements qui se passèrent au sein du Vatican le faisant basculer à Vatican II avec l’hérétique Roncalli qui déclenchera Vatican II, comme l’avait dévoilé Diana Vaughan.

 

L’Auteur du Livre « De la Salette à Diana Vaughan », Paul-Etienne Pierrecourt, nous explique pourquoi Diana Vaughan a été déclarée « n’ayant jamais existé » par Léo Taxil.

Aux vues de Tous les documents authentiques, avec l’auteur du livre, l’on peut affirmer que Diana Vaughan a bien vécu. L’on comprend pourquoi, pour les lucifériens satanistes, l’existence de Diana Vaughan est dérangeante d’autant plus qu’elle est « Morte » le plus Mystérieusement du Monde.

Vidéo de l’Auteur : Paul-Etienne Pierrecourt

 

Livre à lire car merveilleusement documenté :

De la Salette à Diana Vaughan.png

 

Diffusion de la Pensée Française :  Chiré : http://www.chire.fr/A-211452-de-la-salette-a-diana-vaughan-ou-le-siege-de-l-antechrist-devoile.aspx

Comment se fait-il que l’incarnation de l’Antechrist planifiée le 25 décembre 1961 par Albert Pike, vicaire de Lucifer, corresponde à la date de convocation officielle de Vatican II par la bulle Humanae Salutis de Jean XXIII ? Paul-Étienne Pierrecourt répond à cette question. 

Comme l’écrivait Saint Jérôme : « Toute prophétie est enveloppée d’énigmes et de sens coupés ; le prophète passe d’un objet à un autre, de peur qu’en conservant l’ordre des événements il ne fasse une histoire plutôt qu’une prophétie. » (In Isaïam, XVI, 1)
Aussi était-il annoncé dans le Secret confié par Notre-Dame de La Salette à Mélanie Calvat le 19 septembre 1846 que Rome perdrait la Foi, deviendrait le Siège de l’Antéchrist, et que l’Église serait éclipsée.
Ces prophéties s’appliquent-elles à notre époque ? Si oui, de quelle manière ?
Par-delà une lecture comparée du Secret de La Salette et de l’Interprétation de l’Apocalypse du vénérable Barthélémy Holzhauser, c’est d’une manière étonnante que la martyre méconnue Diana Vaughan, dans les divulgations qu’elle fit du calendrier de la Haute-Maçonnerie luciférienne d’Albert Pike, nous apporte de précieuses informations qui contribuent à faire la lumière sur l’époque de crise que nous vivons.
Cette étude, d’abord publiée en octobre 2017 dans La Voix des Francs n°46, est ici révisée et augmentée d’une douzaine d’annexes, dans lesquelles il est prouvé notamment que non seulement le Secret de La Salette ne fut jamais condamné par l’Église, mais qu’au contraire il fut plusieurs fois approuvé.
Nous démontrons aussi que le texte publié récemment par Michel Corteville, et présenté comme celui envoyé par Mélanie Calvat au Pape Pie IX en 1851, est un faux fabriqué de toute pièce (comparablement à l’affaire du 3ème Secret de Fatima), et que le Secret publié en 1879, avec imprimatur du Serviteur de Dieu Mgr Salvatore-Luigi Zola, est conforme au texte que reçut le Pape Pie IX en 1851.
Puisse le présent ouvrage contribuer à éclairer les intelligences et guider les volontés, en ces temps de calamités qui ne sont que trop mérités, et face auxquels il nous faut prier et faire pénitence.
Ainsi, comme l’énonce l’article 31 de la Règle religieuse remise par Notre-Dame de La Salette à Mélanie Calvat et approuvée par le Pape Léon XIII : « Que Jésus soit aimé de tous les coeurs ! »
Vive Notre-Dame de La Salette, et vive son Secret.

Diana Vaughan1.png

 

Bergoglio fait enfreindre la Loi à son aumônier.

L’aumônier de Bergoglio intervient donc en Italie dans un squat de migrants africains pour rétablir l’électricité qu’avait fait couper le gouvernement Italien parce-que c’est le gouvernement Italien qui paye donc les Italiens.

Face à la Pauvreté de beaucoup de Familles Italiennes, le Gouvernement Italien a décidé de faire couper l’entière électricité des squats qui ne sont occupés que par des migrants ayant enfreint toutes les Lois de maintien sur le sol Italien.

Mais Bergoglio, qui a plus d’un tour dans son Sac, a jugé utile de faire aller son aumônier remettre l’électricité dans un squat au mépris de nombreuses familles Italiennes qui se « serrent la ceinture ».

Matteo Salvini demande de fait à Bergoglio qu »il envoie l’IBAN du Vatican pour payer cette électricité et par la même qu’il paye aussi l’électricité de tous les Italiens en détresse.

 

Voilà ce que tolère l’infâme Bergoglio :

Un Meurtre que l’on cache

 

Ma présentation
Ma mère perdra sa vie après avoir été informé par les abjects et infâmes curés du diocèse d’Albi,  lorsque le bulletin  diocésain du Tarn paraissait en traitant son fils d’escroc  n’étant pas séminariste dans les années 1988  (preuves jointes  de son statut de séminariste+ lettre du cardinal Silvio Oddi de la congrégation du clergé : Rome).

L’infâme et abject clergé tarnais continua sa lutte contre moi, après  que le Nonce apostolique, Mgr Antonetti,  des années 1988 à Paris me certifiait que le diocèse d’Albi était le pire de France. Mgr Antonetti  m’enverra près d’un  chapelain à Lourdes, André Doze, pour recoudre un  tissu taché de sang par les abjects curés du Diocèse d’Albi et reconstruire un avenir pour Alain. Le père André Doze rentrera en contact avec le Nonce pour lui signifier qu’il envoyait Alain près de l’évêque aux armées françaises Mgr Jacques FiheY. Après la constitution de mon dossier auprès du père Favre à Bordeaux , il me fut signifié par téléphone chez moi, 3 impasse de la venelle Albine Tarn, que ma candidature n’était plus acceptée malgré un contrat ferme.

33860384_15499894900_r.jpegLouis Salomon

33860384_15499895380_r.jpegLouis Salomon à L’armée.

33860384_15500394680_r.jpegActe du décès du grand-père Louis Salomon.

Justificatifs.
Documents officiels d’Alain, comme séminariste, dont la plus grande partie de sa vie fut brisée par des infâmes et abjects prêtres du diocèse d’Albi. La vidéo ci-dessus  » dans les couloirs de l’Église catholique ! Lettre ouverte, témoignage  » vous explique le pourquoi de cette persécution.

33860384_15501347940_r.jpeg
33860384_15501348220_r.jpeg
33860384_15501348410_r.jpeg
33860384_15501348810_r.jpeg33860384_15501349100_r.jpeg
33860384_15501349450_r.jpeg
33860384_15501349690_r.jpeg33860384_15501350000_r.jpeg33860384_15501350090_r.jpeg
33860384_15501350360_r.jpeg

Diplôme + plainte déposée à Rome et envoyée à Matigon où Jospin était premier ministre : sans résultat.
33860384_15502144550_r.jpeg33860384_15502147720_r.jpeg33860384_15502149050_r.jpeg33860384_15502149930_r.jpeg

Source : https://t.co/vr6vo7J5vm

Bergoglio Boycotté de A à Z en Bulgarie.

Bergoglio, qui, comme BHL and Co veut remplir l’Europe de Congoïdes, se retrouve SEUL en Bulgarie qui ne veut pas être envahie par des hordes « Bienfaisantes » telles « Montaigne » nous dit la Doxa.

Bergoglio utilise la Baisse de Natalité en Bulgarie pour aller propager l’Idéologie Cosmopolite : « Peupler l’Europe » de Congoïdes Musulmans.

Cet hérétique se trouve Seul à « prier » dans l’Eglise de Sofia le seul dieu qu’il vénère : SATAN.

 

France Info : https://www.francetvinfo.fr/monde/vatican/pape-francois/

Boycotté par l’Eglise orthodoxe, le Pape prie seul dans la cathédrale de Sofia en Bulgarie

Avant de se rendre en Macédoine-du-Nord mardi 7 mai, le Pape est en Bulgarie dimanche. Il s’agit pour François d’un terrain délicat pour développer son plaidoyer pour l’unité des chrétiens car l’Eglise orthodoxe bulgare a refusé de participer aux célébrations avec le souverain pontife.

Le pape seul dans la cathédrale de Sofia 

L’image du jour, c’est François priant seul dans la grande cathédrale de Sofia face aux icônes de Cyrille et Méthode, les deux saints évangélisateurs des peuples Slavas. Seul, car l’Église orthodoxe locale a refusé de se joindre au chef de l’Église Catholique pour les célébrations. Lors de son adresse à la Nation dès son arrivée à Sofia, le Pape François avait lui insisté sur le nécessaire dialogue entre religions. « J’adresse une cordiale salutation aux chrétiens des autres communautés ecclésiales, avait lancé le Pape. Je réaffirme avec vous la forte conviction que les vrais enseignements des religions invitent à demeurer ancrés dans les valeurs de la paix et à soutenir les valeurs de la connaissance réciproque », avait-il poursuivi.

Un déplacement aux thématiques sociales

Le Pape François est ici, au-delà de la dimension religieuse, pour développer des questions sociales. Lundi, il se rendra dans un centre de réfugiés. Dès son premier discours il a exhorté les dirigeants à ouvrir leurs cœurs aux étrangers. Il les met en garde aussi contre le dépeuplement de leur pays, le plus pauvre de l’Union Européenne. Les jeunes s’expatrient et la natalité est en berne. « La Bulgarie, comme tant d’autres pays du Vieux Continent, doit affronter ce qui peut être considéré comme un nouvel hiver : l’hiver démographique, qui s’est abattu comme un rideau de gel sur toute l’Europe, a lancé le souverain pontife. La baisse de la natalité, associée donc à l’intense flux migratoire, a entraîné le dépeuplement et l’abandon de nombreux villages et villes », dit François.

La Bulgarie compte sept millions d’habitants aujourd’hui contre neuf millions à la chute du communisme. La plupart des amis de Teodora sont partis à l’étranger. Cette jeune catholique, kinésithérapeute de métier, a 29 ans : « Le pays est très vieillissant et il y a de moins en moins de naissance, dit-elle. On espère que ça va finir par s’améliorer pour les familles bulgares mais c’est vraiment difficile de faire sa vie en Bulgarie, vous n’avez aucune sécurité de l’emploi. L’horizon est bouché ». Teodora a été ravie de pouvoir apercevoir le Pape de près. La foule est clairsemée. La messe du dimanche à Sofia n’a pas rassemblé plus de 12 000 fidèles. Les Catholiques représentent moins de 1% de la population en Bulgarie.

*****

Les Bulgares Orthodoxes ont compris ce qu’il faut faire lorsque Bergoglio se rend dans un Pays Européen :

LE BOYCOTTER.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

SUICIDE, CE QUE L’ON VOUS CACHE, par Laurent Glauzy

La France présente un des taux de suicide les plus élevés d’Europe, avec 10.000 suicides par an. On dénombre 200.000 tentatives de suicide chaque année. D’après les statistiques, près de 5% de la population adulte déclare avoir pensé à se suicider au cours des 12 derniers mois. Il s’agit donc d’un problème majeur de santé publique.

Rappelons le point de vue de l’Église catholique sur ce fléau.

Ceux qui pensent au suicide s’imaginent que leur situation sera forcément moins mauvaise de l’autre côté de la mort. Mais, s’ils réfléchissaient, il leur faudrait bien reconnaître qu’ils n’en savent rien.

C’est tout le contraire qui est vrai. Le suicide est en soi une trappe qui mène tout droit sur l’enfer. L’enfer « facile », l’enfer éternel, un abîme de malheur infini, de souffrances sans fin, de haine totale, et à jamais. L’ENFER, OU COMME SUR TERRE, LES DEMONS PRENNENT LA FORME DES ANIMAUX LES PLUS HORRIBLES. (LIRE MON DERNIER LIVRE : LE POUVOIR DE SATAN)

Pourquoi ? Parce que le suicide est un acte de révolte contre Dieu, source de l’être et de la vie. C’est comme si nous disons à Dieu : « ce don fabuleux de la vie n’est pas un bien pour moi, vous qui me le donnez, vous ne savez pas ce que vous faites ! »… c’est une injure à Dieu, il s’agit d’un acte de désespérance en sa providence, à notre Créateur et Rédempteur : « vous ne m’aimez pas ! Vous ne vous occupez pas de moi ! Vous m’avez abandonné ! »

Mais le suicide est aussi un acte d’injustice vis-à-vis d’autrui : nous ne sommes pas sur la terre pour rien, nous avons une mission inscrite dans le Ciel à accomplir, qui est celle d’aimer et de nous rendre ainsi dignes de partager le bonheur éternel de l’Amour incarné et source de la Vie. Mes proches, mes parents, mes voisins, mes amis, ont besoin de moi, je peux les aider, telle est ma mission ici-bas.

C’est aussi un acte d’injustice à soi-même, car le temps ne reviendra jamais. Ce temps nous est donné pour faire notre Salut, il est précieux. Chaque seconde qui passe nous permet de grandir dans la connaissance et l’amour de Dieu pour faire notre bonheur éternel, ou notre malheur éternel si nous utilisons mal ce temps en faisant autre chose qu’acquérir cette connaissance et amour divins. Le suicidé se prive lui-même volontairement de tous ces biens.

Beaucoup connaissent cette histoire d’une vieille dame éplorée, venant trouver le St. Curé d’Ars dans son village. Cette dame confie au St. Curé que son mari s’est suicidé… La dame était inconsolable car elle savait, elle, que ce péché mortel mène en enfer. Le St. Curé la rassure contre toute attente et lui annonce la bonne nouvelle que son mari est finalement sauvé, qu’il est au Purgatoire ! En effet, il a eu le temps de se repentir entre le haut du pont depuis lequel il s’est jeté et les flots de la rivière.

La nouvelle Église ne prêche pas l’interdiction du suicide, comme étant un MALHEUR ABSOLU, un PECHE MORTEL qui voue, comme tous les péchés mortels, à l’ENFER ETERNEL. Pourquoi ? Car si nous ne faisons pas cela, les personnes psychologiquement fragiles peuvent se laisser aller à penser que le suicide serait une solution possible à leurs problèmes

Face à cet esprit du monde et de la culture de la mort qui se répand de plus en plus, et notamment par le biais des coteries pro-euthanasie et pro-avortement, il faut opposer cette confiance en Dieu. Il ne nous abandonne jamais et il est assez puissant pour faire tourner toute chose vers le bien de ceux qui l’aiment. (Romains 8:28)

« Aucune tentation ne vous est survenue, qui passât la mesure humaine. Dieu est fidèle ; il ne permettra pas que vous soyez tentés au-delà de vos forces ; mais avec la tentation, il vous donnera le moyen d’en sortir et la force de la supporter. » 1 Cor 10:13

Les épreuves sont là pour que nous puissions les faire tourner à notre avantage et ainsi montrer à Dieu ce que nous voulons réellement : sauver notre âme et Le posséder !

 

 

« Entrées précédentes