Australie : La police arrête un réseau « horrible » d’abus sexuels sur des enfants répartis dans cinq États

Photo à la une : Reece Kershaw, commissaire de la police fédérale australienne. Photo: Gary Ramage

Une piqûre mondiale d’exploitation d’enfants déclenchée par une enquête du Département américain de la sécurité intérieure a sauvé quatre enfants australiens, âgés de deux mois seulement, qui étaient utilisés pour produire et échanger des vidéos et des images de viols d’enfants par le biais de réseaux pédophiles en ligne dans le monde entier.

Dans l’une des plus grandes opérations conjointes du pays – dirigée par la police fédérale australienne et répartie dans cinq États – 16 personnes ont été inculpées de 738 infractions d’exploitation et d’abus sexuels sur enfants à la suite d’une enquête de deux ans sur l’échange en ligne de matériel pédopornographique. .

Les arrestations interviennent alors que la commissaire de l’AFP, Reece Kershaw, a averti d’un pic de trafic sur le soi-disant dark web – y compris la diffusion en direct et des incidents d’abus sexuels et de soins aux enfants – depuis l’épidémie du coronavirus, incitant les parents à strictement surveiller l’activité en ligne de leurs enfants pendant le verrouillage.

Reece Kershaw, commissaire de la police fédérale australienne.  Image: AFP
Reece Kershaw, commissaire de la police fédérale australienne. Image: AFP

Trois ont été secourus en Nouvelle-Galles du Sud et le quatrième à Victoria dans le cadre d’une opération conjointe, du nom de code Walwa, impliquant l’AFP, la police de l’État et du territoire et les équipes mixtes d’exploitation contre les enfants.

Les 16 personnes ont été arrêtées et accusées d’avoir commis des délits de contact et d’avoir produit et échangé du matériel sexuel impliquant des enfants sur Internet.

Trois viennent de Nouvelle-Galles du Sud, un en Australie-Méridionale, cinq au Queensland, trois à Victoria et quatre en Australie-Occidentale. Sur les 728 accusations portées, 632 portaient sur des personnes arrêtées à Victoria et 70 sur celles de NSW.

Alors que la grande majorité de la diffusion en direct de l’exploitation sexuelle des enfants provient de points d’accès connus, y compris les Philippines, le dernier cas révèle que du matériel est également généré en Australie et acheminé via des réseaux d’échange via le dark web.

« Ce type de délit n’a pas de frontières », a déclaré M. Kershaw à The Australian. Il a dit que la profondeur de la dépravation serait difficile à comprendre pour la plupart des gens.

«Il est très difficile d’expliquer à une société, à des gens qui ne voient pas les images… il s’agit d’images comme vous n’en avez jamais vues auparavant», a-t-il déclaré.

«Si je le pouvais, je mettrais le feu à la toile noire.»

L’enquête de deux ans a été déclenchée par une opération secrète de la US Homeland Security dans des réseaux sombres cryptés qui fonctionnent via des réseaux pratiquement introuvables sur le Web et ne sont pas accessibles sans logiciel spécifique, ce qui rend difficile pour les forces de l’ordre de traquer les contrevenants.

Des agents de la sécurité intérieure à Phoenix, en Arizona, avaient découvert des activités en Australie et transmis les informations à l’AFP via le Centre australien de lutte contre l’exploitation des enfants, créé en 2018 dans le cadre d’enquêtes mondiales sur l’augmentation de l’exploitation des enfants sur le Web.

M. Kershaw a déclaré qu’il y avait eu un pic d’activité depuis que les restrictions strictes de COVID-19 sur la distanciation sociale avaient été mises en place dans le monde, ajoutant que le dark web était récemment devenu «congestionné».

Le ministre des Affaires intérieures, Peter Dutton, a déclaré que la création de l’ACCCE avait prouvé son succès grâce aux arrestations et au sauvetage d’enfants australiens.

Cependant, il a dit qu’il était préoccupé par l’augmentation du nombre d’utilisateurs sur Internet accédant au matériel depuis l’épidémie de COVID-19.

« Nous avons eu de plus en plus de rapports sur des personnes cherchant à exploiter la quantité accrue de temps d’écran que les enfants passeront en ligne dans le climat actuel pour avoir accès aux enfants et en abuser », a déclaré M. Dutton à The Australian.

«Le travail de l’ACCCE et des forces de l’ordre australiennes ne s’arrête pas. L’ACCCE continue de mener la lutte contre l’exploitation des enfants en ligne, malgré les défis auxquels l’Australie est confrontée en raison de COVID-19 », a-t-il déclaré.

«Comme ces résultats le démontrent, nous continuerons de poursuivre tous ceux qui commettent ces crimes horribles, qui peuvent avoir un impact terrible sur les survivants, leurs familles et la communauté australienne dans son ensemble.»

M. Kershaw a déclaré que tous les parents, tuteurs et tuteurs devaient être extrêmement vigilants dans l’environnement actuel pour s’assurer que les enfants ne soient pas exposés à ces prédateurs impitoyables.

«De plus en plus d’enfants sont soumis à des comportements prédateurs par ces pervers malades. Nous sommes très inquiets à ce sujet », a-t-il déclaré.

«Certaines de ces personnes sont très douées pour exploiter les enfants… nous exhortons donc tous les parents à être connectés à leurs enfants lorsqu’ils sont en ligne.»

Les arrestations interviennent alors que les forces de l’ordre affirment qu’elles sont entravées dans leurs efforts pour suivre les délinquants sur le dark web parce que les entreprises technologiques hésitent à coopérer pour autoriser l’accès aux codes de chiffrement à des fins d’enquêtes criminelles sur l’exploitation des enfants.

M. Dutton a averti les grandes plates-formes numériques telles que Facebook et Google, ainsi que les fabricants d’appareils, notamment Apple et Samsung, qu’une législation plus importante sera envisagée si une coopération plus étroite n’est pas prévue.

Lors d’une allocution au Press Club au début de cette année, M. Kershaw a déclaré qu’il y a 10 ans, il y aurait eu 300 renvois par an pour des activités d’exploitation des enfants en ligne, ce chiffre était désormais monté à près de 20 000.

«Aux États-Unis, c’est par millions», a-t-il déclaré. «Et comprenez que chaque référence n’est pas un fichier unique – il pourrait s’agir de milliers, de millions de vidéos et de photos d’enfants victimes d’abus sexuels.

«Le Centre australien de lutte contre l’exploitation des enfants gère une base de données de 22 millions de vidéos et d’images saisies, et il fusionnera bientôt avec une base de données du Queensland de 50 millions supplémentaires», a déclaré M. Kershaw.

«Nous voyons plus de vidéos, de jeunes enfants et plus de violence. Nous assistons au viol et à la torture de nos enfants. Tout pour la gratification sexuelle. « 

Il a déclaré que les enquêtes relatives à l’opération Walwa étaient toujours en cours, tant en Australie qu’au niveau international, des officiers de l’ACCCE et de la police locale analysant des rames de matériel saisi pour tenter de retrouver d’autres enfants victimes en Australie.

Source

2 Commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s