LE POUVOIR DE SATAN, par Laurent Glauzy

LE POUVOIR DE SATAN est le prochain livre de Laurent Glauzy.

Sortie courant mars 2019.

RESERVEZ-LE ! Son prix de lancement est de 22€ fco de port (au lieu de 26 €), 230pages dont 4 en couleur. Peut être acheté sur Paypal : laurent-blancy@neuf.fr ou par chèque à l’ordre de Laurent Glauzy (L. Glauzy – BP 25 – 91151 Etampes Cedex)

Ce livre traite des cas de possession, des dangers de l’occultisme, des apparitions du démon dans les loges, etc.

 

DECOUVREZ LES NOUVELLES BOMBES DE LA LIBRAIRIE DE LAURENT GLAUZY

Découvrez LES NOUVELLES BOMBES DE LA LIBRAIRIE DE LAURENT GLAUZY

L’INTEGRALE DE SERGE MONAST

Serge Monast était un journaliste d’enquête, poète, essayiste et auteur conspirationniste. Disciple de René Bergeron et de William Guy Carr, Serge Monast fut proche des défenseurs du crédit social. Au début des années 1990, il se consacre à la rédaction d’ouvrages sur les thèmes du “Nouvel Ordre Mondial” et des sociétés secrètes. Il fonde l’Agence Internationale de Presse libre (A I P L) où il publie la plupart de ses enquêtes. En 1995, il fait paraître un document intitulé les “Protocoles de Toronto” ; un livre façonné selon le modèle des “Protocoles des Sages de Sion” où il dévoile l’activité secrète d’un groupe maçonnique ; les “666”, rassemblant tous les vingt ans les puissants de ce monde en vue de l’établissement du “Nouvel Ordre Mondial” et du contrôle mental des individus. Affirmant formellement être traqué par les hautes instances policières pour avoir « trempé dans des réseaux d’informations interdites », Monast meurt d’une crise cardiaque dans des conditions étranges, le 5 décembre 1996.     

(678 p ; 39 €)

DU FRANKISME AU JACOBINISME de Gershom Scholem

 

Lors de ses études sur les sectes des adeptes de Sabbataï Tsevi et Jacob Frank, l’auteur découvrit Moses Dobruška, un personnage  mystérieux et « polyvalent » qui naquit dans un ghetto de Moravie, participa à la Révolution française et mourut sur l’échafaud. Élevé comme juif orthodoxe, il se convertit au catholicisme (tout en jouant un rôle très actif au sein d’une secte kabbaliste), fut anobli par l’empereur d’Autriche et prit le nom de Franz Thomas von Schönfeld. Par la suite il s’établit à Paris sous le nom de Junius Frey et devient un membre du Club des Jacobins. Il fut guillotiné, à l’âge de 40 ans, le 4 avril 1794. Les résultats des investigations de Gershom Sholem avaient déjà été publiés antérieurement de façon plus embryonnaire et circonstancié, mais ce n’est que dans ce présent texte qu’il s’est senti à même d’en donner une description plus définitive.  Bien que de nombreux points restent encore obscurs à son sujet, nous savons aujourd’hui qu’il fut une figure caractéristique de la seconde génération du mouvement « frankiste ».  (160 p., 16 €) 

LES SOCIETES SECRETES ET LEURS CRIMES de Louis Dasté

L’histoire des Sociétés Secrètes emplit d’énormes et nombreux livres en toutes langues, et malgré cela, les Sociétés Secrètes savent exercer une suggestion si habile sur les meilleurs esprits, qu’elles sont parvenues à faire complètement négliger, par presque tous les historiens, leur influence dans le monde. Combien pourtant est grande cette  »malfaisante puissance » des Sectes que la divulgation des fiches rédigées par les délateurs du Grand-Orient de France est venue faire éclater en fin aux yeux les plus fermés jusqu’alors ! Les Sociétés Secrètes ont toujours exercé des ravages ; elles, furent nuisibles et criminelles autrefois, comme elles le sont aujourd’hui encore – immuables dans le Mystère, immuables aussi dans le Crime. Mais les honnêtes gens de tous les partis ne se doutent point du mal qu’elles font, du mal plus grand encore qu’elles peuvent faire, parce qu’ils ignorent la montagne de forfaits qu’elles accumulèrent dans le passé. C’est pourquoi il est opportun et cohérent de donner un aperçu du rôle malfaisant des Sociétés Secrètes à travers le monde et les âges, en remontant de près de 21 siècles, avec un soin scrupuleux aux sources historiques les plus pures.   

(254 p. 18 €)

LE VIOL DE LA CONSCIENCE PAR LES MESSAGES SUBLIMINAUX du Père Régimbald

Une puissante révolution a pris forme, sans parti politique, sans discours électoraux, et même sans manifeste idéologique pour énoncer les buts et objectifs des nouveaux révolutionnaires. Pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, une profonde révolution sociale, économique, morale et culturelle a choisi de proclamer son radicalisme par la musique, les chansons et les groupes-étoiles du rock n’roll. Au départ, tout cela n’a pas été pris au sérieux, car tous s’imaginaient que c’était une mode de plus qui finirait bien par passer. Toutefois, le phénomène socio-culturel du rock n’roll, apparu au début des années 1950, allait déferler sur le monde tel une vague de fond mêlée de boue, de scories, de sang et de sacrifices humains.

 (70 p., 12 €)

LA CONJURATION ANTICHRETIENNE de Mgr Delassus

La question de la conjuration antichrétienne, dont la secte judéo-maçonnique est l’âme et le bras, est le sujet du présent livre. L’auteur ne s’est point arrêté à rechercher les origines de la secte ; il ne s’est point attaché à l’étudier aux points de vue divers où d’autres publicistes se sont placés. Ce qu’il a voulu mettre en lumière, c’est la part d’action que la secte judéo-maçonnique a dans la guerre livrée à l’institution catholique et à l’idée chrétienne, et le but de cette guerre. Comme vous pourrez l’étudier dans ce livre, cette guerre a pour but d’arracher l’humanité à l’ordre surnaturel fondé sur la Rédemption du divin Sauveur et de la fixer définitivement dans le naturalisme. Le problème d’aujourd’hui est celui de la résistance que le naturalisme oppose à l’état surnaturel que Dieu a daigné offrir à ses créatures intelligentes. Ainsi considéré, le problème embrasse tous les temps. Il s’est posé la création des anges, au paradis terrestre, au désert où le Christ a voulu se soumettre à la tentation ; il restera posé, pour la chrétienté et pour chacun de nous, jusqu’à la fin du monde. Il y a lutte entre la civilisation chrétienne qui est en possession d’état et la civilisation moderne qui veut la supplanter. Quelle sera l’issue de cet antagonisme ?     

(740 p., 23,50 €)

Rebondissement dans l’Affaire de la tuerie de Christchurch.

La Mosquée de Christchurch était un Centre de Recrutement d’Al Qaeda au Yémen qui a mené les Attentats contre Charlie Hebdo.

Il paraissait étrange que les médias et journalistes soient plus que silencieux sur cette affaire. Nous nous attendions à un déferlement d’invectives contre l’Extrême Droite et au lieu de cela, silence total.

Et c’est ce lourd silence qui a conduit des sites de réinformation à mener des investigations scrupuleuses.

Et les investigations menées sont lourdes de sens et expliquent le silence de l’ensemble des médias.

La Mosquée de Chrischurch est donc une base qui a servi à la Tuerie Mortelle de Charlie Hebdo.

 

Site Stuff.co.nz – Kiwi’s death drone

TONY WALL, BLAIR ENSOR AND ANDREA VANCE

Last updated 05:00 27/07/2014

Yemen drone strikes

Reuters
DESERT STORM: Graffiti on a wall in Yemen protests drone strikes.

Al-Noor mosque

KIRK HARGREAVES/Fairfax NZ
CHRISTCHURCH BASE: Al-Noor mosque where Daryl Jones attended.

Middle East

Analysis: Old story, new twists in Gaza Libya seeks ceasefire as airport a war zone The two-state solution is dead 30 houses in Gaza Strip struck Iran detains four journalists Israeli shells kill at least 15 at UN school Europe lifts Israel flight ban Gaza war in ‘saddest’ photo from space Palestinian death toll hits 718 60 dead in Iraq bus attack

When the Jones boys converted to Islam, it caused quite a stir in Christchurch.

Suddenly Daryl and his younger brother Nathan, who grew up in a strong Christian house, were sporting beards, learning Arabic and wearing flowing robes. Carloads of Muslims, including immigrant women in veils, would turn up at the family’s home in a smart east Christchurch suburb, neighbours tut-tutting and muttering about terrorists.

Some who knew the family accepted the conversion, others struggled. When Daryl was in his early 20s and still flirting with Islam, he surprised the family of a Christian friend he was visiting when he suddenly declared he had to go to the far end of the house to pray towards Mecca. « We thought it was weird, » said the friend’s mother.

All of this upset the boys’ parents – the father a former Australian police officer doing security for a government organisation, the mother employed by a Christchurch tertiary institution. The Sunday Star-Times has decided not to name the parents to protect their privacy. They declined interviews and have told friends not to speak to the media.

Daryl, 30 when he died, moved to Sydney around 2008 and converted to Islam soon after arriving. Nathan, still in Christchurch, converted soon after with the help of Saudi Arabian students he was friendly with.

« The parents desperately wanted both the boys to leave Islam. They had seen their sons change dramatically in appearance – it’s scary for parents when that happens, » a source said.

Mr and Mrs Jones turned to their New Life Church for help, and were put in touch with some people with knowledge of Islam to teach them more about it and hopefully convince Nathan to re-think his decision. He listened politely to the delegation, but rejected the advice.

In Sydney, Daryl began attending the Lakemba Mosque, known as a hotbed of radicalism, and drew the attention of counter-terrorism authorities because of the company he kept.

He changed his name to Muslim bin John, married a Somali woman and around 2009 headed to Saudi Arabia and then Yemen, ancestral home of Osama bin Laden and home base of al-Qaeda in the Arabian Peninsula (AQAP). He told his family he wanted to teach English and help people. But a source said Jones was thrown in prison in Yemen because he was not a registered teacher, leaving his wife and four children stranded. His parents arranged for the family to come to Christchurch, where they remain.

The family last heard from Daryl around May 2012, then lost all contact. The strain on his parents’ marriage was immense, and they separated.

After the 2011 earthquakes Mrs Jones spent time in a motor home, staying at a caravan park near Christchurch. She gave the impression of a lost soul, said those who knew her. Residents of the park remember her saying her son was « missing » in the Middle East and she had asked church groups to help find him. She seemed very depressed and had had some sort of falling out with her daughter-in-law.

When news of Daryl’s death finally filtered through after DNA was used to identify the remains, Mrs Jones fell apart.

« No-one really has any answers, it makes the grieving process very difficult, » said a friend. « As a parent, who wouldn’t be devastated that someone can flick a switch and your child is gone? It’s absolutely devastating. This is a completely broken woman. To lose a child this way. Who makes these decisions to murder your child, and doesn’t even let you know what happened? »

Born in Australia on September 14, 1983, Daryl Anthony Jones and his family moved to New Zealand, his mother’s home country, when he was about six or seven. Those who knew Jones used the same words to describe him: quiet, shy, soft-spoken, gentle, polite.

« Nathan seemed a good kid too, » said a source. « I think the two boys would have been fairly easily led. I think they were just influenced by the wrong people. »

Daryl and Nathan attended Aranui High School and were involved in Christian youth groups, but became disillusioned and didn’t fit in. Sensitive and deep thinkers, they believed there was hypocrisy in the church.

« They felt that what was being taught about love and acceptance was not being practised, » a source said. « Daryl was looking for a belief system that worked for him. Muslim friends offered brotherhood if he converted to Islam. » One issue for Daryl was the Christian doctrine of the Holy Trinity. « Daryl accepted the [Islamic] view of one absolute God, » the source said.

Experts familiar with Islamic converts said there was usually some problem or crisis in their background. Although Daryl was from a good family, sources said the father was angry and controlling. « Daryl was a very quiet man, very serious. I would say he had an anger issue deep down, » said a person who knew the family.

« It was not a settled family, there was a lot of anger there, I think there were underlying insecurity issues for both boys from when they were little. »

Papanui man Kevin Fish met Daryl 10 years ago and they would hang out at weekends, playing video games, before Jones moved to Australia. « He was into tinkering with gadgets and stuff. He was a genuinely good guy. »

Jones would come back from Australia on holiday. « He’d converted to Islam, » Fish said. « We didn’t see much of him after that, he just disconnected from the rest of us. »

They argued on occasion about religion, but Fish never sensed that his friend would join a terrorist group. « He didn’t seem like the kind of guy that would lay a finger on anyone. »

Fish said he heard Jones had moved to an Arab country where he was studying the Koran « or something like that.

« I heard through an old friend that he’d been missing for a while and then we saw the thing about a New Zealander being killed in a drone strike. « It just clicked – ‘oh, it was him’. »

Jones was killed alongside Australian Christopher Havard, whose parents said he was introduced to radical Islam at the Al-Noor mosque in Christchurch.

Mosque leaders confirmed Havard stayed there and studied in 2011, but denied radical teaching took place. But a man who attended a converts’ weekend at the mosque 10 years ago said a visiting speaker from Indonesia talked about violent jihad and plenty shared his views. « Most of the men were angry with the moral weakness of New Zealand. I would say they were radical. »

Jones’ radicalisation was a gradual process. It appears he listened to controversial speakers on the internet, such as Anwar al-Awlaki, a US citizen taken out by a drone in Yemen in 2011, and mixed with radicals in Sydney.

An Egyptian immigrant who has seen first-hand how Muslims are recruited for jihad said Western converts were vulnerable because, besides feeling marginalised from Western society, they were curious about their new religion and wanted to dig deeper. « The [recruiters] have a brainwashing process known as CRA – conversion, radicalisation and activation, » said the source. « Once the person is radicalised, they tell them, ‘here is your role, your responsibility’. Now the person feels they have something to do, to be important, to be someone. »

Australian media reported Jones was known to Australian Federal Police (AFP) as an « Islamic radical » and the subject of numerous border protection reports. He and Havard had their Australian passports cancelled in 2012 because it was feared they posed a threat to national security.

Havard was the subject of an AFP arrest warrant over the kidnapping of Westerners in Yemen in December, 2012. It is not known if Jones, who reportedly fought under the name Abu Suhaib al-Australi, was involved.

Last week New Zealand Islamic convert Mark Taylor, now apparently fighting in Syria, told The Australian Jones tried to recruit him to al-Qaeda in Yemen in 2009. Taylor, also known as Muhammad Daniel, claimed that at one point Jones had flown back to Australia to get a Saudi Arabia visa to work as a teacher, and was met by British intelligence agents hoping he would work with them.

Jones and Havard were with five others in the convoy hit by a missile fired from a US drone in Yemen’s Hadramout province on November 19. While authorities believe they were « foot soldiers » of AQAP, they were not the main target of the attack.

Jones’ presence in the convoy remains a mystery to his heartbroken family, who have to face the fact their boy is buried in the sands of Yemen.

« It’s scary for them. They are normal Kiwis and the SIS [Security Intelligence Service] may have been watching them, » a friend said. « We don’t know why Daryl was in that car. Was he really with al-Qaeda? Or was he deceived into thinking he was helping victims of US attacks? But what on earth was he doing in that convoy? You don’t just sit in a convoy of al-Qaeda militants. Maybe he met them when he was in jail. »

Mrs Jones remains unhappy with the lack of information from the government, while Mr Jones is angry he wasn’t able to persuade his boy not to go to the Middle East, a source says. « It’s devastating for the parents. They are not anti-American but it raises big issues about why they are dropping bombs. Daryl’s mother wants to know what proof our Government had that her son was a terrorist. She says people don’t know the real Daryl and are only speculating he was with a terrorist organisation. »

Prime Minister John Key, minister in charge of the SIS, has remained tight-lipped about the case, initially refusing to release his real name until it was reported in Australian media. He said the Government Communications Security Bureau (GCSB) didn’t supply information that led directly to Jones’ death, but had a warrant to monitor him and passed information to Five Eyes security agency partners. Key said drone strikes were justified, even when innocent civilians were mistakenly killed.

The Star-Times sought information on Jones from the Department of Internal Affairs (DIA) and the Ministry of Foreign Affairs and Trade. DIA confirmed it held passport information on him but refused to release details on privacy and national security grounds. MFAT said: « The family has requested privacy and we won’t be commenting. » A senior DIA source said pressure was exerted from the Prime Minister’s office not to release information. Friends of the family say they suddenly went quiet a couple of months ago, and speculated the Government had advised them not to speak.

In Christchurch, the ex-judicial death of Jones elicits little sympathy from some. « If he was stupid enough to go [to Yemen], » one former neighbour spat, « then he deserves it. »

NZ ISLAMISTS PROMOTE PEACE

On Friday afternoons, Muslim converts gather at a drop-in centre in suburban Christchurch to chat and teach anyone who’s interested about Islam.

They have taken names like Abu Hamzah and Abdul Hakeem. One has kept his old name – Nathan Jones. He is the younger brother of Daryl Jones, also known as Muslim bin John, killed by an American drone last year. Nathan Jones and his friends set up the centre to promote Salafism, a sect which follows strict Islam as practised in Mohammed’s time. Some Salafi followers in Western countries espouse jihad but Jones and his friends denounce violence. Flyers in the window proclaim that « terrorists kill Muslims and non-Muslims indiscriminately ».

Jones, married to an Iraqi woman, declined to comment about his brother or his religious beliefs but his friends said Daryl had followed a « deviant » ideaology. « Orthodox Islam does not teach us to kill innocent people and to blow up trains and strap bombs to ourselves, » said Abu Hamzah. « [Daryl] was following . . . an extremist ideology in the ways of [Osama] bin Laden and we never agreed with that ideology. We speak against it. »

Hamzah said Muslims in New Zealand were peaceful. « I’ve been up and down this country and to every single masjid [mosque] there is, almost, and I have met how many people with this radical idea? Two [Jones and Christopher Havard]. And where are they now? Apparently dead. Nathan’s brother . . . went to Yemen, he was on some deviant ideology, he thought he’d go join a group and got killed by a drone. »

Another convert, Abdul Hakeem Laughton, said « we were advising Saleem [Havard] a long time ago that his ideology was wrong, he didn’t take the advice on board. »

Hamzah said Havard and Jones listened to radical preachers like Anwar al-Awlaki and were « overcome by emotions » over the killing of Muslims. « We feel pain for our Muslim brothers and we ask almighty Lord to change the situation but we do it based on morals and knowledge. If we did it based on emotions we’d probably be there [Yemen] too.

– Sunday Star Times

 

Christchurch mosque linked to al-Qaida suspect

A Christchurch mosque has been linked to the drone killing of New Zealand al-Qaida suspect Daryl Jones.
The parents of an Australian killed alongside Jones say their son was taught radical Islam in Christchurch, where he also met Mr Jones.
Christopher Havard was killed alongside Mr Jones by a US drone in Yemen last year.
His parents, Neill and Bronwyn Dowrick, say their son told them he was first taught radical Islam at the Al Noor mosque in Addington.
Mr Havard moved from Australia to New Zealand in 2010. He’s remembered at the mosque by the name of Saleem Khattab.
« [He was] no different than other people, » says mosque president Mohamed Jama. « He was a normal man. »
Mr Havard’s parents say it’s at the mosque he met fellow convert Mr Jones, who was known at Muslim Bin John.
But the mosque can’t remember Mr Jones, and denies teaching radical Islam.
It seems Kiwi spies may have had the mosque under surveillance.
« I’m not going to go into the individual entities or the operations that the SIS or the GCSB conducted, » says Prime Minister John Key.
Australian Federal Police (AFP) began an investigation into Mr Havard’s possible involvement in an alleged al-Qaida kidnapping of three westerners in Yemen.
Documents show, « Mr Havard and Mr Nin John were of long-standing interest to the AFP due to their assessed activities in Yemen liked to al-Qaida ».
All that’s known of Mr Jones is that he was 31 years old, a joint New Zealand-Australian citizen, and his family are still here.
3 News
source: newshub archive

 

Les médias de Nouvelle-Zélande avaient donné le détail de l’affaire en 2014.

NewsHub :

Une mosquée de Christchurch est liée à la mort de Daryl Jones, un membre d’Al Qaeda, suite à une frappe par un drone.

Les parents de l’Australien tué aux côtés de Jones ont indiqué que leur fils avait été exposé à l’enseignement de l’islam radical à Christchurch où il a également rencontré M. Jones.

Christopher Havard a été tué aux côtés de M. Jones par un drone US au Yémen l’année dernière.

Ses parents, Neill et Bronwyn Dowrick, ont déclaré que leur fils leur a dit qu’il avait d’abord été exposé à l’islam radical à la mosquée Al Noor, à Addington.

M. Havard a déménagé d’Australie en Nouvelle-Zélande en 2010. Il était connu à la mosquée sous le nom de Saleem Khattab.

Les parents de M. Havard ont déclaré que c’est à la mosquée qu’il a rencontré son ami converti M. Jones qui était connu sous le nom de Muslim Bin John.

Il semble que les espions néo-zélandais surveillaient la mosquée.

La police fédérale australienne a ouvert une enquête au sujet de la possible implication de M. Havard dans l’enlèvement de trois Occidentaux au Yémen pour le compte d’Al Qaeda.

Des documents indiquent que « M. Havard et M. Nin John attiraient depuis longtemps l’attention de la Police Fédérale Australienne en raison de leurs activités connues au Yémen en rapport avec Al Qaeda.

Les autoritées Australiennes surveillaient cette mosquée car elle était un centre de recrutement de djihadistes qui étaient formés ensuite pour le terrorisme international. Brenton Tarrant était également informé du but précis qu’avait cette mosquée puisqu’il avait les Noms des personnes Tuées par les djihadistes qui étaient passés dans cette mosquée. Il avait gravé les Noms des Défunts Occidentaux sur ses armes.

Combien de Temps faudra t’il attendre pour les Français et les Européens en général soient informés par la presse et les Médias qui cachent volontairement ces vérités en continuant leur propagande Cosmopolite Mortifaire ?

L’Eglise Saint Sulpice de Paris incendiée.

Pendant que les Synagogues sont surveillées et désormais les mosquées, ce sont les Eglises sans surveillance Aucune que l’on Brûle.

FORCE EST DE CONSTATER QUE CELA EST PROBABLEMENT VOULU SINON SOUHAITE.

Louis Riel

 

Boris6.png

 

 

Historique de l’Eglise Saint Sulpice :

C’est dans l’Eglise Saint Sulpice de Paris que passe Le Méridien de Paris ou la Rose Ligne (Rose Line). Les mesures de la Méridienne de France sont à l’Origine de la Géodésie ainsi que la définition du Mètre.

Le Méridien de Paris ou Rose Ligne passe également dans l’Eglise de Rennes-leChâteau dans le département de l’Aude, que Rénova entièrement Feu Abbé Saunière.

Ce Méridien traverse donc 2 Eglises en France.

C’est pourquoi étaient exposés à Saint Sulpice à Paris le Tableau de Nicolas Poussin « Les Bergers d’Arcadie », « La Crucifiction du Christ » de Signol, le « Saint Antoine Ermite » de David Téniers et le « Sacre du Pape Célestin V » qui avaient pour Fond des paysages de Rennes-le Château.

L’Angleterre raflera la Rose Ligne ou Méridien de Paris à la France et imposera son Méridien de Greenwich qui est toujours en vigueur alors que c’est la France qui est à l’Origine, Grâce au Méridien de Paris, de la Définition du Mètre.

Ultimatum.

Ultimatum

« Attendre aura été notre seule erreur, depuis toujours. Et nous convaincre d’attendre, tout l’art des gouvernants. »

paru dans lundimatin#182, le 10 mars 2019

À la rue, le pouvoir algérien répond par les mêmes gaz que le pouvoir français, et les mêmes discours gazeux. « C’est nous ou le chaos »… « attention, vous êtes infiltrés »… « comment osez-vous parler au nom du peuple ? »… « il y a un cadre pour vous exprimer : les élections démocratiques ! », et sans attendre il trame de nouvelles et si anciennes manigances. En Algérie aussi, il est question de lancer un « grand débat national ». C’est la base de la contre-insurrection : lancer de faux débats d’un côté, une vraie répression de l’autre, et justifier celle-ci par ceux-là.

Mais il n’est plus temps de respecter les cadres. Cela fait quarante ans que la classe dominante gagne du temps par le théâtre de guignols de la politique et des élections. La détresse n’attend pas. L’extinction des abeilles n’attend pas. L’huissier n’attend pas. La catastrophe climatique n’attend pas. Les manifestants éborgnés n’attendent pas. La contamination au chlordécone n’attend pas. Les derniers poissons bourrés de plastique et les dauphins massacrés n’attendent pas. Les sénateurs, eux, peuvent attendre. Les commentateurs politiques peuvent attendre. Les yuppies des métropoles peuvent attendre. Les fonds de pension peuvent attendre. Monsanto et Bayer peuvent attendre, c’est même le secret depuis toujours de leurs profits mirobolants. Nous nous noyons, et on nous dit d’attendre les prochaines élections, au cas où une petite loi serait enfin votée… Quelle blague ! Attendre aura été notre seule erreur, depuis toujours. Et nous convaincre d’attendre, tout l’art des gouvernants.

Ce qui s’est levé ne retombera pas. Si les LBD tirés à l’avenant, si les armes idéologiques d’intimidation de masse telles que l’accusation d’antisémitisme contre un mouvement entier et toute la logorrhée déchaînée des plateaux-télé contre les « séditieux », si les menaces de meurtre contre les manifestants, si la nouvelle loi « anti-casseurs », si tout cela a été impuissant à faire rentrer les gilets jaunes à la niche, rien ne ramènera « l’ordre ». Parce que l’ordre apparent était un désastre transparent. Aucune lassitude ne peut restaurer l’état de choses antérieur. Le simple fait que le parti présidentiel se félicite, dans de telles circonstances, d’être en tête dans les intentions de vote atteste combien la politique électorale est morte. La cohorte de vieux grigous qui chaperonnent la « jeune » marionnette présidentielle cache de plus en plus mal sa rage de voir ébranlé son business as usual. Le « grand débat » n’aura été pour Macron que l’occasion de briller dans le seul exercice auquel il excelle : la colle de prépa, où il s’agit de feindre pour la galerie une maîtrise que l’on n’a pas. Et pour le régime, ç’aura été un de ces moments de propagande totale, paradoxale, insensée, insinuante – soviétique. Cela faisait longtemps qu’on n’avait pas vu pareille caste de roués s’indigner si unanimement des vices supposés de ceux qu’ils dépouillent. Aux vainqueurs, il ne suffit manifestement pas d’avoir vaincu : il leur faut encore écraser moralement ceux qu’ils ont dû piétiner pour en arriver là. Dans son virage opportun « vers la droite », l’exécutif ne cache pas que le grand débat accouchera d’une souris, d’un fouillis de mesures techniques distillées sur trois ans, qu’un peu d’autoritarisme ne peut pas faire de mal et que de nouvelles doses de néolibéralisme sont la solution retenue aux ravages du néolibéralisme. Il ne voit même pas que les moyens policiers, judiciaires et médiatiques employés ces derniers mois pour conserver le pouvoir lui ont dérobé le sol sous les pieds. Que tous les masques sont tombés. Que les discours servis ne rencontrent plus qu’un immense dégoût. Tant est grand l’aveuglement des éborgneurs.

Le samedi 16 mars prochain convergent sur Paris l’acte XVIII des gilets jaunes « Ultimatum : toute la France à Paris ! », la manifestation des « quartiers populaires » contre les violences policières et la « marche du siècle » pour le climat, soit à peu près toutes les questions à quoi le pouvoir actuel est inapte à répondre. Toutes les questions qui l’excèdent, et qui sont l’urgence même du présent. Toutes les raisons que nous avons de retirer notre destin d’entre ses mains. Si l’impulsion à investir la capitale de l’État français est si diffuse, c’est simplement que se concentre à Paris le verrou le plus massif pour avoir accès à notre situation où que nous soyons en France, tant ce pays est centralisé. Le pouvoir médiatique et économique, le pouvoir administratif et culturel, la Présidence, les ministères, la « représentation nationale », les multinationales et tous les lobbyistes possibles : tout cela a élu domicile sur quelques kilomètres carrés, protégés mais submergeables. « Macron démission ! » n’est pas l’expression d’une fixation obsessionnelle sur le pouvoir symbolique de l’État, mais la condition politique pour toute reprise locale de nos conditions d’existence. Macron, au reste, assume pleinement l’obstacle qu’il constitue : « Ils me tueront peut-être d’une balle, mais jamais d’autre chose. » L’impulsion insurrectionnelle vers Paris s’impose depuis le 17 novembre comme un pas nécessaire sur le long chemin d’une autre organisation de la vie, d’une autre organisation de la production, d’autres façons de vivre qui se diront et se bâtiront différemment région par région, canton par canton, quartier par quartier. On vit toujours quelque part, c’est en partant de là que les gilets jaunes sont nés et c’est de là que ce monde en lambeaux peut être réparé. Et non depuis quelque centralité administrative, nationale ou européenne. On a d’ailleurs assez vu dans ce mouvement comment le local devient facilement le général, par l’écho complice que se font les différentes localités.

Jamais comme dans cette époque d’apocalypse le mot d’ordre « la révolution ou la mort ! » n’a eu un sens plus concret, et plus avéré scientifiquement. Le maintien de l’organisation sociale présente équivaut à un suicide, et nul d’entre les capitalistes n’entend céder moindrement sur sa rapacité. Seulement là où certains voyaient dans les révolutions les « locomotives de l’histoire », nous voyons désormais qu’elles en sont plutôt le frein d’urgence. Il faut tout arrêter et tout repenser. Cela peut faire peur, mais on n’a jamais vu soixante millions de gens se laisser mourir de faim. Et ce que nous avons retrouvé dans la chaleur des ronds-points, c’est la simplicité qu’il y a à s’organiser en bonne intelligence, chacun à partir de sa situation. Et puis, en vérité, face à des gouvernements qui ont partout mis le cap au pire, nous n’avons pas le choix. À Paris le 16 mars, et partout ailleurs en France par la suite, quelle plus belle saison que le printemps pour reprendre pied sur terre ? Et quel plus beau printemps que celui où prend fin la misère de l’économie ?

GJ Misère

 

Le compte à rebours de la Fin de la république a déjà commencé.

République Fin.jpg

 

Infaillibilité Pontificale : Virginie Vota et Adrien Abauzit.

« L’Eglise ne peut pas se Tromper parce-que, selon la promesse de Jésus-Christ, elle est toujours assistée par le Saint-Esprit. » Cathéchisme de Saint Pie X

« Enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. E t voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde. » Saint-Matthieu 28 : 20

Dans « L’Infaillibilité Pontificale » d’Adrien Abauzit aux Editions Altitude.

 

Magistère Infaillible du Pontife Romain :

« Si quelqu’un, ce qu’à Dieu ne plaise, avait la présomption de contredire notre définition, qu’il soit anathème ».

La Maison du Salat : Information pour Monsieur Alain Escada.

Je viens de prendre connaissance de l’entretien de Monsieur Escada que rapporte Médias Presse Info contre Laurent Glauzy.

Il y a des choses qu’il faut lire pour pouvoir croire que des gens soient capables de graver dans le marbre une pareille inculture.

Monsieur Escada n’est pas sans savoir que nous sommes EN FRANCE et EN FRANCE il n’y a aucune « Maison de Prière Islamique ». Même depuis la république, cela n’existe pas.

LA MAISON DU SALAT EN FRANCE, en Région Occitanie, anciennement Languedoc-Roussillon serait donc LA MAISON DE LA PRIERE ISLAMIQUE selon Monsieur Escada !!!!

L’éditeur peut-être Musulman mais LA MAISON DU SALAT désigne LA MAISON DES SALAISONS (du Salé) Monsieur Escada !

 

Texte de l’entretien de Monsieur Escada sur Média Presse Info :

Maison du Salat.png

 

Explications :

En Occitan SALAT désigne « Ce qui est Salé », « Ce que l’on Sale ».

Je le répète, nous sommes en France et en France nous avons des Lieux qui sont encore marqués de la Tradition de nos Ancêtres.

Monsieur Escada n’a été désireux que de trouver de l’Islamisme. Il faut donc lui rappeler que la Région Occitanie n’a rien à voir avec Molenbeek, Rien.

Lorsque nos anciens tuaient le Cochon, ils allaient faire les Salaisons dans LA MAISON DU SALAT = Maison dans Laquelle on Sale = Maison du Salé.

C’est dans ces maisons, mises par les communes ou par des particuliers à la disposition de la population, que nos aïeux salaient les Jambons, les saucissons et toutes les parties du Cochon qui devaient être conservées.

SALAT signifie bien Salé Monsieur Escada, il suffisait juste d’avoir l’Esprit Français pour en connaître le sens et non tourné vers la Mecque.

Si vous n’étiez pas obsédé par l’Islam, vous auriez fait ce qu’un esprit érudit fait : Tapez SALAT sur votre Moteur de Recherche et votre Esprit en serez sorti Grandi.

Salat

Salé.png

Afin que Monsieur Escada soit apaisé concernant l’Islam ou l’Islamisme, je l’invite en Occitanie où il pourra découvrir des noms de lieux qui ressemblent à des noms arabes tout en étant Français.

Pourquoi cela est-il possible ?

L’Alphabet Phénicien est La Matrice des Alphabets.

Le Français, comme le Latin et le Grec vient de l’Alphabet Phénicien.

N’en déplaise à Monsieur Escada, l’Arabe vient également de l’Alphabet Phénicien. Idem pour l’Hébreu. Des noms peuvent être de fait semblables.

Monsieur Escada pourra ainsi mettre son Esprit en Repos et ne pas avoir a penser que les Catholiques vont imprimer dans les Maisons de l’Islamisme direction la Mecque.

Quelques photos pour apaiser à jamais Monsieur Escada :

 

Haut Salat.png

 

Le SALAT c’est aussi une Rivière Monsieur Escada :

Salat Fleuve.png

 

Monsieur Escada déroule le Tapis Rouge à Jean-Marie Le Pen, Fort Bien !

Monsieur Escada se dote d’un parti politique « Civitas », Fort Bien !

Sauf que Jean-Marie le Pen, que vous accueillez grandement n’a Jamais voulu accéder au Pouvoir :

Jean-Marie le Pen.png

LE SCAN POLITIQUE – Le président d’honneur du FN admet avoir été angoissé à l’idée d’une «déferlante populiste» qui l’aurait poussé au pouvoir en 2002. Faute de préparation et d’équipes compétentes.

Au crépuscule de sa vie comme de sa carrière politique, Jean-Marie Le Pen ne s’en cache plus: il a peur. Des peurs qui l’ont accompagné tout au long de son parcours et qu’il confie dans un entretien à la revue Society à paraître vendredi 29 mai. Au-delà des bravades tonitruantes et des promesses de n’abandonner le combat qu’à son dernier souffle, le fondateur du FN revient notamment sur son accession au second tour de l’élection présidentielle, le 21 avril 2002. Si beaucoup de commentateurs ont estimé que la figure tutélaire de l’extrême droite française n’a jamais vraiment voulu prendre le pouvoir, c’est la première fois que Jean-Marie Le Pen l’admet aussi ouvertement.

«En 2002, c’est vrai, j’ai envisagé avec une certaine angoisse qu’il y ait une déferlante populiste. Je ne suis pas spécialement un homme politique qui a la réputation d’être peureux mais je sais évaluer le danger. Quand vous vous retrouvez dans l’hypothèse d’être président de la République alors que vous n’avez pas l’appareil pour le faire, vous ne trouvez pas que ça puisse susciter légitimement une impression d’angoisse? Si ce n’est pas le cas, c’est que vous êtes un branleur», confie celui que l’on surnomme volontiers «le Menhir». Malgré ses affirmations passées, l’eurodéputé n’a même jamais vraiment nourri l’espoir de rentrer à l’Élysée. «Je n’ai jamais fait plus de 18% et on n’accède pas au pouvoir quand on fait 18%. D’ailleurs, Marine n’a jamais fait plus, et elle ne fera pas plus demain en faisant un mélange d’UMP et de PS», assène-t-il à l’endroit de la direction actuelle de son parti. Une franchise qui contraste avec des propos tenus en mars 2014, lorsqu’il accusait Jacques Chirac d’avoir truqué les résultats en 2002.

C’est à dire que pendant des années, de Braves Gens ont voté pour lui POUR RIEN.

Concernant Marine Le Pen c’est du Pareil au même.

Et ce n’est pas moi qui le dit ! C’est Madame Sophie Montel qui, exédée par des procédés de tromperie, a quitté Marine le Pen pour le parti « Les Patriotes » de Florian Philippot et, encore décue par les procédés de ce dernier, a quitté Florian Philippot car elle a comprit que ces partis n’étaient que des PARTIS DE GARAGE.

Elle vient de commettre un lire dans lequel elle explique « Le Système Le Pen » que vous adulez !

Bal tragique au Front National

Votre parti politique rivalisera t’il avec le Front National ou le R.N. de Marine Le Pen ?

Parti de Pouvoir (en sachant qu’il faut des Millions d’Euros) ou Parti de Garage ?

Vous vous dites Hors-Système et vous vous vautrez dans le Système grandement Franc-maçon en créant un parti Politique ?

Il est vrai que contrairement à Laurent Glauzy les portes du Parlement Européen vous sont Grandes Ouvertes et ce Haut Lieu rassemble autant de Francs-Maçons que de Faux-Dissidents !

 

Civitas installe une crèche au Parlement Européen et la fait bénir par Mgr Fellay

benediction_creche_parlement_europeen_bruxelles_par_mgr_fellay_141209_02

Ce 9 décembre 2014, à l’initiative de Civitas et avec l’appui de l’eurodéputé Mario Borghezio, une crèche de Noël a été inaugurée au Parlement Européen à Bruxelles. C’est Mgr Fellay, supérieur général de la FSSPX, qui a souhaité venir personnellement pour bénir cette crèche.
Une magnifique crèche de Noël, de grande taille, a trouvé sa place dans l’espace officiel du Parlement Européen, au milieu d’un hall central de l’institution européenne.
A 16h30, ce mardi 9 décembre, le député européen Mario Borghezio a accueilli les personnes invitées à assister à l’inauguration de cette crèche de Noël. Des eurodéputés, des assistants parlementaires et des fonctionnaires européens, ainsi que quelques invités extérieurs, étaient présents.
Alain Escada, président de Civitas, a brièvement pris la parole pour rappeler que cet Enfant-Jésus au centre de la crèche est appelé à régner sur les Nations et que tout pouvoir vient de Dieu.
*****

Lire autant de Haine et de Calomnie de la part de quelqu’un se revandiquant Catholique relève de l’iréel !

 

MPI

 

Laurent Glauzy, « l’Imposteur » « Mythomane » n’a jamais rien Volé à personne. Il n’a jamais été cité à comparaître, dans Aucun Pays.

Laurent Glauzy publie les Conférences de Philippe Ploncard D’Assac dans leur Totalité car c’est bien Philippe Ploncard D’Assac et son Père Défunt qui dénoncent le mieux la Franc-Maçonnerie, certainement pas vous. A cet effet, c’est Philippe Ploncard D’Assac qui a ramené beaucoup de Français vers le Nationalisme et le Catholicisme grâce à ses conférences et entretiens politiques mensuels DEPUIS DES ANNEES.

Philippe Ploncard D’Assac a créé les Cercles Nationalistes au sein de Tous les Départements Français SANS DEMANDER AUCUN ARGENT.

Les Français sont ainsi informés du Mal qui ronge la France depuis 1789 GRATUITEMENT. Personne ne vous a attendu pour dénoncer les réseaux maçonniques. Personne.

Les conférences de Philippe D’Assac sont désormais visionnées par les Français Gilets Jaunes Constituants. Personne ne parle de vous chez les Français Gilets Jaunes, vous êtes inexistant. Philippe Ploncard D’Assac est dans toutes les Bouches.

Vos conférences à vous se comptent sur les doigts de la main.  Philippe Ploncard D’Assac informe sur la Franc-Maçonnerie pratiquement A TOUTES SES CONFERENCES, avec Citations à l’appui. Que faites-vous pendant que les Français Nationalistes et Catholiques prennent le Temps de se rassembler et d’informer ?

Où êtes-vous tous les Mois Monsieur Escada ? A Bruxelles ?

Collectez-vous des fonds pour votre parti politique ou allez-vous au Parlement Européen chercher de Généreux Donateurs ?

Contrairement à votre verbiage haineux contre Laurent Glauzy, avec Laurent, Steven et Aymeric nous prions pour vous car vous en avez grandement besoin aux vues de votre médiocrité et de votre égo surdimentioné qui font offense à Notre Seigneur Jésus-Christ, Roi de France.

Brianajane.

« Entrées précédentes