Vol d’œuvres d’art à l’Elysée : enquête sur les objets disparus de la République.

Personne n’a jamais volé nos Rois ni l’Eglise Catholique de Clovis à Louis XVI. Le Respect était RAISON D’ETAT.

C’est la république qui inaugura le VOL et le Pillage des biens Royaux de la France et des bien du Clergé Catholique en 1789.

Et cette république découvre l’évidence du VOLEUR VOLE.

Les gens qu’elle « éduque » sont à l’image de ce qu’elle a commis contre la France Catholique et Royale : Voler pour de l’argent.

 

Le Parisien : https://t.co/Lf8IkbpDU3

Selon nos informations, une plainte a été déposée en juin à Paris pour le vol de sept œuvres d’art au sein de la présidence de la République. Au total, des milliers de biens de l’Etat se sont volatilisés à l’Elysée, à Matignon, dans les ministères, les préfectures ou les ambassades.

La plainte arrivée il y a quelques jours sur le bureau de la célèbre Brigade de répression du banditisme (BRB) de Paris a dû surprendre ces policiers pourtant aguerris. Elle a été déposée au cours du mois de juin par le Centre national des arts plastiques (CNAP). L’établissement culturel y dénonce le vol de sept œuvres. Des statuettes en bois, en terre cuite, mais aussi un buste en bronze. Des œuvres estimées à quelques milliers d’euros. Jusqu’ici, rien d’extraordinaire pour les enquêteurs de la BRB spécialisés dans le vol d’œuvres d’art.

Le lieu du larcin l’est beaucoup plus : ces statuettes n’ont pas été dérobées dans une salle de vente ou un luxueux appartement, mais… au sein même de la présidence de la République, dans le palais de l’Elysée ou ses annexes. Quand ? Mystère. Ce que l’on sait simplement, c’est que c’est un récolement effectué entre novembre 2012 et janvier 2013 au palais qui a permis de constater la disparition de ces œuvres déposées entre 1879 et 1984. Des recherches approfondies ont alors été menées, mais elles n’ont pas permis de retrouver les statuettes et le buste, poussant donc le CNAP à déposer plainte.

Comme ces statuettes, des milliers d’œuvres propriété de l’Etat ont disparu de musées, de mairies, d’ambassades, mais aussi de Matignon, de l’Assemblée nationale ou du Sénat. « Il en manque plus de 50 000 », selon les travaux de la Commission de récolement des dépôts d’œuvres d’art (CRDOA), créée après un rapport alarmant de la Cour des comptes, en 1997. Une grande partie est considérée comme définitivement perdue, faute de documentation précise ou pour cause de « mauvaise tenue des registres ».

A elle seule, la présidence de la République aurait ainsi égaré un peu plus de 1000 œuvres. C’est par exemple le cas de ce lustre retrouvé récemment à l’Elysée, après avoir disparu pendant vingt-cinq ans… Il avait juste été mal rangé.

2300 plaintes déposées, 900 encore dans les cartons

En revanche, des centaines d’œuvres n’ont pas été victimes d’une administration désorganisée, mais de larcins purs et simples. « A la fin de l’année 2018, 2300 plaintes pour vol avaient été déposées par les institutions en charge de ces œuvres », souligne Jean-Philippe Vachia, président de la CRDOA.

Ces dernières années, la commission a recommandé à la présidence de la République de déposer 87 plaintes pour vol. Une soixantaine d’autres émanent, depuis 2015, des services du Premier ministre. Le Mobilier national n’a, par exemple, jamais pu remettre la main sur une table ronde signée Jean-Michel Wilmotte confiée à Matignon. En 2014, c’est une sculpture « Vénus et Amour » dorée, inspirée de Clodion, qui est demeurée introuvable au cœur de l’hôtel de Castries, qui abritait alors le ministère du Logement.

900 nouvelles plaintes restent encore dans les cartons. Elles seront déposées dans les prochains mois. « On ne demande le dépôt de plainte que lorsque nous avons une documentation complète sur l’œuvre disparue, souligne le président de la CRDOA. Il faut avoir une photo et connaître le dernier lieu où elle a été vue. »

De la vaisselle ministérielle sur Le Bon Coin

Parfois dérobés des années plus tôt, ces objets sont toutefois rarement retrouvés par les policiers spécialisés, qui se concentrent surtout sur les biens de très grande valeur et les trafics. « Les objets volés ne sont pas des chefs-d’œuvre, note en effet Jean-Philippe Vachia. Mais ils peuvent tout de même valoir quelques dizaines de milliers d’euros, et ont surtout une valeur patrimoniale importante. »

Des trésors qui ne sont visiblement protégés dans aucun lieu de pouvoir. Une plainte a ainsi été déposée auprès de la BRB de Paris pour un tableau de Dupré volé… au ministère de la Justice. « Jusque dans les années 2000, il faut le reconnaître, nous avions beaucoup de salariés de grandes institutions qui prenaient un souvenir en quittant les lieux », déplore Jean-Philippe Vachia.

Un enquêteur spécialisé confie ainsi avoir déjà vu, sur Le Bon coin, de la vaisselle marquée du sceau d’un ministère régalien… Certains, dans le corps préfectoral, sont allés beaucoup plus loin. Condamné à deux ans de prison, un ancien sous-préfet de Haute-Loire avait remplacé un tableau de maître exposé dans sa préfecture par une vulgaire copie. Quelques années plus tôt, la préfète de Lozère avait, elle, dérobé des fauteuils Louis XVI, des chaises Napoléon III ou du linge de maison au sein de son logement de fonction.

Des pratiques qui seraient plus rares aujourd’hui. « Depuis qu’il y a un vrai inventaire des biens de valeurs, on constate une baisse des disparitions, souligne le président de la CRDOA. A l’Elysée, par exemple, dès qu’un chargé de mission prend possession d’un bureau, il doit signer un inventaire, qui est vérifié à sa sortie. Ça évite les tentations. »

Que valent ces biens disparus ?

Pour Le Parisien, le commissaire-priseur de l’émission «Affaire conclue» de France 2 a tenté, sans pouvoir analyser physiquement les œuvres, d’estimer quatre objets volés.

 Une statue en Bronze « Danseuse au serpent », de Paul Landowski, et une chaise Lyre, d’Alphonse Jacob Desmalter, font partie des biens disparus.

Une statue en Bronze « Danseuse au serpent », de Paul Landowski, et une chaise Lyre, d’Alphonse Jacob Desmalter, font partie des biens disparus. DR et RMN-Grand Palais/Thomas Garnier

 

Des centaines d’œuvres d’art, propriétés de l’Etat, ont déjà été volées dans les administrations françaises, que ce soit à l’Elysée, à Matignon, dans les ministères, préfectures ou ambassades. Pendant que les enquêteurs mènent leurs enquêtes – une plainte que nous révélons a encore été déposée en juin par le Centre national des arts plastiques (CNAP) -, nous avons demandé à Diem Crenais, commissaire-priseur de l’émission « Affaire conclue » (France 2), d’estimer quelques biens dérobés.

Chaise Lyre, d’Alphonse Jacob Desmalter. Vue en 2004 à l’hôtel de Matignon, elle est introuvable depuis 2010. Une plainte a été déposée en juillet 2015. « La famille Jacob Desmalter, c’est une dynastie d’ébénistes qui travaillait pour l’Empire », souligne Diem Crenais. Courantes dans les ventes aux enchères, les chaises Desmalter valent de 500 à 5000 euros, « en fonction de leur état général et de leur histoire ».

 

Table Washington, de Jean-Michel Wilmotte. Vue en 2009 au sein d’un ministère alors dirigé par Patrick Devedjian, la table avait disparu en 2012. Une plainte a été déposée en 2015. « Jean-Michel Wilmotte, c’est un très grand architecte, explique Diem Crenais. C’est aussi un designer important et côté. » Une table de Jean-Michel Wilmotte peut être vendue « entre 2000 et 3000 euros ».

 

Peinture « Ruines Antiques », de Giovanni Paolo Pannini. En 1970, l’œuvre a été déposée à l’Elysée. Depuis 1977, personne ne sait où est passée cette toile. La Commission de récolement des dépôts d’œuvres d’art (CRDOA) a demandé à l’Elysée de déposer plainte pour vol. Pannini « est un peintre italien reconnu du XVIIIe siècle » et, s’il est difficile d’estimer l’œuvre disparue de l’Elysée, Diem Crenais assure que ses tableaux « oscillent entre 20 000 et 200 000 euros. Mais estimer une peinture sans la voir est très compliqué. »

 

Sculpture « Danseuse au serpent », de Paul Landowski. L’œuvre déposée en 1959 a disparu des locaux du ministère de l’Intérieur à une date inconnue. Une plainte a été déposée en 2009. Statue en bronze, la « Danseuse au serpent » a été produite en série par Paul Landowski, le père du Corcovado de Rio de Janeiro. « Son prix dépendra de sa taille, de la qualité de la patine ou de la date de fonte », souligne Diem Crenais. Une « Danseuse aux serpents » en bronze de 42 cm a été estimée « entre 10 000 et 15 000 euros », lors d’une vente récente.

 

*****

L’Affaire de Valery Giscard d’Estaing avec Bokassa passe encore à la trappe : Mais où sont les Diamants que Bokassa avait offert à la France  donc au Peuple Français ?

Screenshot_2019-07-07 les diamants de bokassa - Bing

Jeune Afrique : https://www.jeuneafrique.com/189871/politique/giscard-bokassa-les-diamants-sont-ternels/

Ce jour-là : le 10 octobre 1979 éclate l’affaire des diamants entre Giscard et Bokassa.

Le 10 octobre 1979 éclatait en France une affaire dont le président Valéry Giscard d’Estaing ne devait jamais se remettre : celle des diamants de l’empereur Bokassa. Dans la biographie qu’il a publié le 19 octobre 2011, « VGE, une vie », l’ancien journaliste de L’Express Georges Valance revient sur l’épisode qui vit le chef de l’État s’enfermer dans sa superbe et perdre le contact avec les Français. Retrouvez les extraits que Jeune Afrique en publiait au moment de sa parution.

« Wahl [Jacques, secrétaire général de la présidence, NDLR], Sérisé [Jean, conseiller du président], Hunt [Pierre, porte-parole de la présidence] ont beaucoup insisté pour que Giscard réagisse très rapidement à l’attaque. Ils ont même proposé une intervention télévisuelle, une opération vérité consacrée à la pratique des cadeaux officiels qui aurait pu mettre un terme à l’affaire. En vain. Giscard a accusé d’abord le coup, mais s’est ensuite très vite irrité. Plus ils insistaient pour qu’il se défendît, plus Giscard semblait penser qu’ils le suspectaient d’avoir commis une indélicatesse. C’est alors que débute la plus mauvaise contre-attaque médiatique du sep­tennat, une contre-attaque qui s’étalera sur six semaines, mais ne viendra pas à bout de la suspicion née d’une manchette du Canard enchaîné et d’un éditorial du Monde. […]

Mercredi matin 10 octobre. […] À ­l’issue du Conseil, Giscard se retire dans son bureau en compagnie de Sérisé, Wahl, Combret et Hunt de plus en plus anxieux : « Je demandai au président ce que je devais dire à la presse qui allait fatalement me questionner. Mais il ne voulait absolument pas en parler. J’ai fini par faire une déclaration à partir d’une très faible indication qu’il m’avait donnée. J’ai minimisé la chose au maximum, mais ça n’a pas suffi. Le feu a pris. » […]

La « faible indication » que Giscard avait donnée à Pierre Hunt était : « Dites la vérité aux journalistes : que Bokassa m’a remis des cadeaux, comme il le faisait à tous ses visiteurs. Que je n’y ai pas attaché d’importance. Et que cela n’a pas pesé dans mes décisions. D’ailleurs, on l’a bien vu, puisque j’ai fait tomber Bokassa. » Le communiqué abscons, et en deçà de ces directives, délivré par l’Élysée à l’AFP à 19 h 50 sera : « L’Élysée, en réponse à une question concernant la pratique des cadeaux diplomatiques, a indiqué que “les échanges de cadeaux de caractère traditionnel, notamment lors de visites de membres de gouvernement dans les États étrangers, n’ont en aucun cas, ni le caractère ni la valeur qui ont été mentionnés par certains organes de presse à propos de Centrafrique”. » C’est mieux que la phrase laconique cavalièrement lancée par Hunt aux journalistes à l’issue de la réunion du gouvernement : « Le Conseil n’a évoqué que des affaires sérieuses. » […

Le pouvoir pense-t-il que cette mise au point suffira à éteindre l’incendie médiatique qui s’étend ? Tout porte à le croire. Le 11 octobre, Hunt déclare avec hauteur à la presse qu’il « ne serait pas digne pour la fonction présidentielle d’avoir à se justifier ou à donner des répliques sur des informations qui relèvent davantage de la diffamation ou d’une campagne orchestrée que d’une information véritable ». Et le 12, dans un discours sur le « nouvel état du monde », Giscard condamne avec mépris « tous ceux qui, trop nombreux, entrent dans l’avenir en regardant le passé. Pendant que certains discourent, s’agitent, dissertent, d’autres conduisent les hommes ».

En guise de réponse, Le Canard enchaîné publie le 17 octobre de nouveaux documents sur d’autres cadeaux empoisonnés de Bokassa. L’orgueilleux silence présidentiel est intenable. Le soir même, Pierre Hunt annonce sur TF1 que « le président de la République fera justice de ce sujet le moment venu et dans des conditions qui répondent à la confiance que lui font les Français ». Mais rien ne vient et les Français s’impatientent. […] Giscard se soumettra à l’exercice le 27 novembre, soit sept longues semaines après le premier article du Canard […].

Le 27 novembre au soir, Giscard répond le plus rapidement possible aux questions posées sur le sujet par les trois intervieweurs : que fait-il des cadeaux qu’il reçoit et la plaquette de diamants a-t-elle la valeur qui lui a été prêtée ? Le ton de Giscard est sec, oublié le communicant de charme du temps du « monopole du cœur » : « Je vais d’abord vous dire pourquoi je n’ai pas répondu tout de suite… Je suis le premier président de la République à n’avoir jamais poursuivi un journal… Par contre, je ne suis pas à la disposition de ceux qui utilisent vis-à-vis de moi l’attaque et la calomnie. À partir du moment où ils savent pouvoir le faire sans que le président de la République utilise les moyens de condamnation dont il dispose, il ne faut pas s’attendre en plus à ce que, tous les matins, je réponde aux attaques et aux calomnies. » La voix devient franchement désagréable et le port de tête agressif lorsque Giscard aborde la question de la valeur des diamants : « Enfin, à la question que vous m’avez posée sur la valeur de ce que j’aurais reçu comme ministre des Finances, j’oppose un démenti catégorique et j’ajoute méprisant ! » […]

En fait, le président a échoué à clore le débat par une prestation télévisée efficace où il aurait donné avec précision les coordonnées des musées ou des organismes caritatifs auxquels les plaquettes étaient, paraît-il, destinées. […]

Pourquoi Giscard, ce fin politique et cet habile communicant, a-t-il si mal géré l’affaire ? On a souvent mis en avant que c’était la première fois qu’il affrontait ce genre de situation, que cet enfant gâté de la politique n’avait jamais connu une « affaire de l’Observatoire » comme François Mitterrand […]. Que Le Canard et surtout Le Monde aient attaqué la famille en mettant en cause son père et ses cousins Jacques et François a sans doute beaucoup joué. Et la preuve en est la violente altercation téléphonique qu’il eut avec Jacques Fauvet après avoir lu Le Monde. Lui qui d’ordinaire se fait un point d’honneur de se maîtriser est hors de lui, comme lors des colères de son enfance. À tel point que le directeur du Monde lui écrira quelques jours plus tard : « Si un chef d’État perd son sang-froid comme vous l’avez fait, c’est l’État lui-même qui est menacé. » A pu être également un facteur d’inhibition le fait qu’il a entretenu si longtemps d’excellents rapports » avec Bokassa et a toujours bénéficié des plus grandes facilités pour aller chasser en République centrafricaine, alors même que le pays devenait un empire tragicomique.

Désagréable et agressif, il répond aux journalistes avec mépris.

Son éducation aussi a pu l’inhiber, qui lui interdisait non pas d’aimer l’argent mais d’en parler. Et encore plus de se justifier d’une accusation portant sur une question de cette nature. Pierre Hunt raconte : « J’ai eu une ou deux conversations avec Giscard sur l’affaire des diamants, sans qu’il me donne une explication directe. Il considérait comme au-dessous de lui de se justifier et je ne connais aucun de ses collaborateurs avec qui il l’ait fait […]. » Tous ses proches le confirment : Giscard refusait de se défendre.

Son frère Olivier : « Je lui ai dit : “Arrête cela immédiatement.” Il m’a dit : “Je ne réponds pas au Canard. – Mais il y a aussi Le Monde !” Il m’a répondu : “De Gaulle a toujours dit qu’il ne fallait pas répondre aux insultes.” » Jean Riolacci : « Sérisé et moi nous avons fait son siège pour l’inciter à réagir. Il nous a répondu : “Je ne mange pas de ce pain-là.” » Sa secrétaire Marguerite Villetelle : « Plusieurs de ses collaborateurs le pressaient de s’expliquer, mais il s’est fermé comme une huître. Ce qui le blesse l’enferme sur lui-même. Cette affaire a dû le freiner durant la campagne électorale. »

Jean-Claude Casanova raconte comment le Premier ministre lui-même et son équipe de Matignon furent tota­lement tenus en dehors de l’affaire des diamants : « Nous posions des questions à nos interlocuteurs à l’Élysée, Wahl, Sérisé, Riolacci, mais ils ne nous répondaient pas. Un jour, comme nous insistions, Wahl nous dit seulement : « Ce n’est rien. » Si Mitterrand s’était accroché avec le ­directeur du Monde, il aurait organisé une réunion pour en étudier les conséquences. Avec Giscard, rien. […] »

Et on ne voit pas comment cette affaire aurait pu ne pas influer sur la campagne électorale, et donc sur l’issue du scrutin. Un cercle vicieux semble s’être mis en place : la propension monarchique de Giscard, son management compartimenté de l’équipe élyséenne, son indifférence au sort de ses collaborateurs et partisans, son « économisme » qu’encouragent ses grandes discussions en tête-à-tête avec Raymond Barre expliquent pour une part la mauvaise gestion de l’affaire des diamants qui, elle-même, n’a fait qu’aggraver l’isolement du président. »

*****

En 2019, Nous ne savons encore pas où sont passés les Diamants que Bokassa avait offert à la France et non à VGE privativement.

Valery Giscard D’ Estaing devrait savoir qu’il n’y a pas de Fumée sans Feu.

 

La République Voleuse se plaint donc des Vols que commettent ses Enfants à son encontre !!!

Enfants qu’elle a éduqué sans Moralité Aucune sans Ethique aucune !

Résultat d’images pour image de larcins

 

« La moralité fait rarement bon ménage avec le profit. » Steve BERRY

 

« Il y a sept péchés sociaux,…, La Politique sans les Principes, la Fortune sans le Travail, le Savoir sans la Personnalité, les Affaires sans la Moralité, la Science sans l’Humanité, le Culte sans le Sacrifice et la Jouissance sans la Conscience. »

Marc Escayrol

 

De l’Amour à la Haine il n’y a qu’un pas.

Le logo de la Licra est exemplaire :

Screenshot_2019-07-06 LICRA ( _LICRA_) Twitter.png

 

Pour la Licra, les racistes seraient donc les internautes qui n’affichent pas leurs Vrais Noms et le racisme en ligne sévirait à Outrance selon la Licra :

 

Un Plan Territorial de « Lutte contre Toutes les «  » » »Haines » » » » vient d’être mis en place par Frédéric Potier de la Dilcrah, Dominique Sopo de SOS Racisme et Mario Stasi de la Licra. Mais de quelle « Haine » parlent ces Gens ?

Est-il question de la Haine contre les Français qui se font tuer par des étrangers sur le sol de leurs Ancêtres ?

NON.

 

Les « Plans » de ces organismes sont commis CONTRE les Français qui dénoncent ce qu’ils subissent :

Screenshot_2019-07-06 LICRA ( _LICRA_) Twitter(2).png

 

La Licra a décidé de former des « Décideurs publics et Privés » qui oeuvreront contre ce qu’elle définit comme « HAINE » car, selon cet organisme, il n’y a pas encore assez de lois contre la « Cyber-Haine » contre les Français Gaulois :

Screenshot_2019-07-06 LICRA ( _LICRA_) Twitter(7)

La Licra écrit sur son site : https://t.co/7v0xZph8dU

« La LICRA a engagé un nouveau chantier : ce lui de la formation des décideurs publics et privés. Au sein des administrations, des collectivités et des entreprises, la lutte contre la racisme, l’antisémitisme et les discriminations est un enjeu éthique qu’il nous faut relever. Elle a mis en place un Institut de Formation, à destination des élus comme des entreprises. »

« Les élus, en première ligne du combat pour l’universalisme ».

 

Les personnes qui oeuvrent pour l’Organisation « LICRA » sont des « Universalistes », c’est à dire des Cosmopolites, des Mondialistes lesquelles, comme Jacques Attali, affirment que : « La France est un Hôtel » pour le Tiers Monde qui privilégie, selon Jacques Attali les « Bac moins 4 » plutôt que les « Bac plus 4 ».

C’est pourquoi il est important pour la Licra de « Faire Taire » les Français qui s’opposent à la volonté de Jacques Attali qui est de Noyer la France de gens qui viennent en Crachant sur la France et son Peuple. Les organisations, telle La Licra, oeuvrent ouvertement contre  les Français de Sang qui « OSENT » émettrent des argumentaires négatifs sur l’immigration africaine et maghrébine portant l’islam. C’est cette imposture qui est Imposée aux Français malgré les Meurtres des Français par les Etrangers protégés par ces organisations. Meurtres qui sont de plus en plus croissants sur le sol Gaulois.

 

A ce Titre, la Licra n’est pas satisfaite de la Loi du Crif portée par Laetitia Avia sur la Cyber-Haine :

Ce n’est pas Assez pour la Licra et cette organisation le fait savoir !

 

Laetitia Avia n’est pas allée ASSEZ LOIN dans sa Loi de Cyber-Haine, de fait, la LICRA n’est pas satisfaite, s’insurge et présente des tweets qui ne seront pas encadrés par la Loi Crif/Avia:

Screenshot_2019-07-06 LICRA ( _LICRA_) Twitter(4)

Screenshot_2019-07-06 LICRA ( _LICRA_) Twitter(5)

Screenshot_2019-07-06 LICRA ( _LICRA_) Twitter(6)

Screenshot_2019-07-06 LICRA ( _LICRA_) Twitter(8)

Screenshot_2019-07-06 LICRA ( _LICRA_) Twitter(9)

Screenshot_2019-07-06 LICRA ( _LICRA_) Twitter(10)

Screenshot_2019-07-06 LICRA ( _LICRA_) Twitter(11)

Screenshot_2019-07-06 LICRA ( _LICRA_) Twitter(12)

Screenshot_2019-07-06 LICRA ( _LICRA_) Twitter(13)

 

La Licra et les organisations qui oeuvrent contre la France Française ne demandent pas que ce soient les Tweets des racistes étrangers qui soient incriminés, NON, cette organisation ne cible que des Français de Sang. De fait, tous les délits commis en France par les hordres étrangères sont donc tolérés par cette et ces Organisations qui ne ciblent que des Français de France.

AUCUN PROPOS DES ETRANGERS QUI FONT JOURNALIEREMENT L’APOLOGIE DE CRIMES CONTRE LES CATHOLIQUES FRANCAIS ET LES FRANCAIS DE SANG NE SONT MENTIONNES PAR LA LICRA ET LES ORGANISTIONS DITES « ANTIRACISTES »:

 

CONTRE HERVE RYSSEN :

Screenshot_2019-07-06 LICRA ( _LICRA_) Twitter(14)

 

 

CONTRE ANNE GUERRIER

Screenshot_2019-07-06 LICRA ( _LICRA_) Twitter(15)

 

 

CONTRE PIERRE BERNARD :

Screenshot_2019-07-06 LICRA ( _LICRA_) Twitter(16)

 

 

CONTRE BRIGITTE BARDOT :

Screenshot_2019-07-06 LICRA ( _LICRA_) Twitter(17)

 

CONTRE LE SITE « DEMOCRATIE PARTICIPATIVE » BASE EN AMERIQUE QUI EST PROTEGE PAR LE PREMIER AMENDEMENT DE LA LOI AMERICAINE :

Premier amendement à la Constitution des Etats-Unis, 1791 : « Le Congrès ne pourra faire aucune loi ayant pour objet l’établissement d’une religion ou interdisant son libre exercice, de limiter la liberté de parole ou de presse, ou le droit des citoyens de s’assembler pacifiquement et d’adresser des pétitions au gouvernement pour qu’il mette fin aux abus ».

  • Author : Claude‑Jean Bertrand
  • Publish Year : 2003

Screenshot_2019-07-06 LICRA ( _LICRA_) Twitter(18)

 

En étant une des principales « Tête de Proue » de l’immigration massive en France au nom de son « UNIVERSALISME », la Licra est indirectement Responsable des meurtres des Français commis par ces hordes d’immigrés qu’elle protège en ne nommait JAMAIS leurs CRIMES et ne nommant JAMAIS leurs propos HAINEUX en ligne et sur les Réseaux Sociaux.

La cible de cette Organisation est le Français de Sang, le Gaulois, et elle ne se cache plus de l’affirmer en ne dénonçant que des Français qui disent ce que leurs yeux voient.

 

Cette Organisation n’a Honte de Rien ! Sa Haine des Français est telle la malheureuse phrase de la pauvre Cécilia ex-Sarkozy qui avait gloussé fièrement :

 

 » Je suis fière de ne pas avoir une goutte de sang Francais « .

 

APPROUVE PAR LA LICRA QUI N’A JAMAIS DENONCE CETTE HAINE VISCERALE DU FRANCAIS DE SANG.

 

Screenshot_2019-07-06 Cecilia Sarkozy dit , quot; Je suis fiere de ne pas avoir une goutte de sang francais quot; , que dire

 

Au lieu de se couvrir derrière la citation de Martin Luther King,

Screenshot_2019-07-06 LICRA ( _LICRA_) Twitter

 

La Licra devrait assumer ce qu’elle est : Une Organisation au service de Tous les anti-France qui lutte contre les Français et Tout ce qui représente LA FRANCE :

 

APPROUVE PAR LA LICRA :

Screenshot_2019-07-06 Bernard-Henri Lévy ( BHL) Twitter

 

La REJOUISSANCE DE VOIR L’AFRIQUE SE DEVERSER DANS LES PAYS D’EUROPE MAIS SURTOUT PAS EN ISRAEL QUE BHL VENERE : APPROUVE PAR LA LICRA !

Screenshot_2019-07-06 Bernard-Henri Lévy ( BHL) Twitter(3)

Screenshot_2019-07-06 Bernard-Henri Lévy ( BHL) Twitter(1)

Screenshot_2019-07-06 Bernard-Henri Lévy ( BHL) Twitter(2)

 

La « Positive Planète » de Jacques Attali et de Soros, c’est de Dicter leurs Règles car ils se prennent pour des « Dieux » sur cette Terre où Satan règne en Maître Absolu : Approuvé par la Licra !

Screenshot_2019-07-06 Jacques Attali ( jattali) Twitter.png

 

Jacques Attali est Flatté d’être juif, tout comme Cécilia ex-Sarkozy : Approuvé par la LICRA !

Screenshot_2019-07-06 Jacques Attali ( jattali) Twitter(2)

 

Jacques Attali sévit Officiellement Contre les Français Gaulois de Sang depuis 1981 : Approuvé par la Licra !

Screenshot_2019-07-06 Jacques Attali ( jattali) Twitter(1)

 

Que tous ces Gens se mettent bien dans leurs Crânes et Sachent que nous ne LÂCHERONS RIEN au nom de ce que nous sommes :

DES HERITIERS.

 

( Rapporté par Alain Peyrefitte )

« C’est très bien qu’il y ait des Français jaunes, des Français noirs, des Français bruns. Ils montrent que la France est ouverte à toutes les races et qu’elle a une vocation universelle. Mais à condition qu’ils restent une petite minorité. Sinon, la France ne serait plus la France. Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne. Qu’on ne se raconte pas d’histoire ! Les musulmans, vous êtes allés les voir ? Vous les avez regardés avec leurs turbans et leurs djellabas ? Vous voyez bien que ce ne sont pas des Français. Ceux qui prônent l’intégration ont une cervelle de colibri, même s’ils sont très savants. Essayez d’intégrer de l’huile et du vinaigre. Agitez la bouteille. Au bout d’un moment, ils se sépareront de nouveau. Les Arabes sont des Arabes, les Français sont des Français. Vous croyez que le corps français peut absorber dix millions de musulmans, qui demain seront vingt millions et après-demain quarante ? Si nous faisions l’intégration, si tous les Arabes et les Berbères d’Algérie étaient considérés comme Français, comment les empêcherez-vous de venir s’installer en métropole, alors que le niveau de vie y est tellement plus élevé ? Mon village ne s’appellerait plus Colombey-les-Deux-Églises, mais Colombey-les-Deux-Mosquées. »

CHARLES DE GAULLE

 

Nous sommes des Héritiers qui portons sur nos bras depuis des Millénaires L’EUROPE BLANCHE ET CHRETIENNE et ce n’est pas des organisations NI DES GENS qui oeuvrent pour la Destruction de notre Civilisation qui nous fairons baisser l’Echine, BIEN AU CONTRAIRE.

Au Nom de Jésus-Christ, Roi de France, nous les combattrons jusqu’à la Victoire.

Leur Temps est compté et ils le savent.

Croix de Jésus.jpg

 

D’ Homère, Aristote, Platon, Cicéron, Sénèque, Plutarque à Aujourd’Hui.

Aujourd’Hui, dans l’ Institution Française née des « Grands Ancêtres », l’Assemblée Nationale, voilà les palabres qui y sont tenues :

 

Si vous vous demandez quelle est la finalité de la loi contre la « CYBERHAINE » portée par Laetitia Avia qui a mordu un chauffeur de Taxi………. Ne cherchez pas midi à quatorze heures. Il s’agit de criminaliser et censurer les Français qui luttent contre le Grand Remplacement et ses Fléaux contre nous, elle est là « LA HAINE » dont ils parlent.

Aprè la Loi Pleven contre la Liberté d’Expression le 1er Juillet 1972,

Après la Loi Mémorielle Fabius, portée par Gayssot du 13 Juillet 1990 pour Criminaliser les Révisionnistes par ses titres ronflants : réprimer tout acte raciste, antisémite ou xénophobe,

Voilà la Loi du Crif portée par Laetitia Avia en juillet 2019.

 

Ne cherchez pas l’Elégance, l’Intelligence, le Savoir, tout cela a disparu au profit du Laid, de la Bêtise Crasse et de l’Arrogance.

Screenshot_2019-07-05 ( ) Twitter(1).png

Nous sommes arrivés à un Stade dans lequel soit on plonge encore plus dans les entrailles de la Terre, soit on donne un coup de pied pour remonter à la surface.

Notre Civilisation n’a Rien à Voir avec ce qui nous est imposé. Nous sommes des HERITIERS et non des Passeurs de culture Etrangère.

Screenshot_2019-07-05 Le monde grec, l’Hellade, au sommet de son efflorescence et de sa puissance, c’était 1100 cités-États[...].png

 

Le Seul Homme d’Eglise qui a compris quels sont les Enjeux Civilisationnels qui se jouent AUJOURD’HUI, n’en déplaise à certains, est le Cardinal Sarah.

Screenshot_2019-07-05 ( ) Twitter(2).png

 

Tant que nous ne prendrons pas conscience que nous sommes les Seuls Héritiers d’une Culture Millénaire Jamais Egalée, nous ne pourrons pas empêcher les Massacres du Malin contre les Nôtres.

Screenshot_2019-07-05 ( ) Twitter(3).png

 

Que la Citation de Saint Augustin Réveille donc les Masses endormies.

« A force de tout voir on finit par tout supporter… A force de tout supporter on finit par tout tolérer… A force de tout tolérer on finit par tout accepter… A force de tout accepter on finit par tout approuver ! »

 

Nous sommes passés de Notre Civilisation des Bâtisseurs de CATHEDRALES :

Les+bâtisseurs+de+cathédrales+De+nombreux+corps+de+métiers.jpg

 

 

……….à un modèle d’exportation étranger qui nous est imposé par ceux qui font tout pour nous détruire :

Screenshot_2019-07-05 Samuel Lafont ( Samuel_Lafont) Twitter.png

 

 

Screenshot_2019-07-05 (8) Twitter.png

 

Screenshot_2019-07-05 (9) Twitter

 

Tout est déjà Mis en place pour nous Abattre.

Thomas Joly : https://t.co/sfB46m6Med

Thomas Joly, Secrétaire général du Parti de la France, a accordé un entretien au site Riposte Laïque suite à la confirmation de sa condamnation par la Cour d’Appel d’Amiens.

Riposte Laïque : Vous attendiez le verdict de la cour d’appel d’Amiens, où vous étiez poursuivi pour apologie du terrorisme. Pouvez-vous rappeler le contexte de cette affaire, pour laquelle vous vous êtes retrouvé devant les tribunaux ?

Thomas Joly : Non, je ne suis pas poursuivi pour « apologie du terrorisme », c’est plus vicieux que cela puisque a été retenue la « diffusion d’un message violent ou pornographique accessible à un mineur », comme pour Marine Le Pen et Gilbert Collard poursuivis pour exactement les mêmes faits. Un peu comme si j’avais montré mes attributs sexuels à la sortie d’une école maternelle ou bien des photos de décapitations…

Suite à ma condamnation inique en première instance pour avoir dénoncé la barbarie islamiste dans un article de mon blog en l’illustrant de photos pourtant trouvables dans la presse française et internationale, j’avais immédiatement fait appel de cette décision politique.

Le 24 octobre dernier, la cour d’appel d’Amiens ajournait l’audience en exigeant que je subisse une expertise psychiatrique comme aux plus belles heures de l’URSS. Le procès est alors reporté au 15 mai.

Riposte Laïque : Et vous avez donc été de nouveau condamné, sans même avoir été présent à votre procès ! Que s’est-il passé ?

Thomas Joly : Une semaine avant le 15 mai, mon avocat étant retenu à 500 km d’Amiens ce même jour pour une audience qui ne pouvait être ajournée, il demande, comme c’est l’usage, le report de mon procès au greffe de la cour d’appel d’Amiens qui lui répond que sa demande sera transmise à la présidente de la cour d’appel. Celle-ci ne signifie un refus à mon avocat que le matin-même de l’audience ! Alors même que mon procès ne comporte aucun caractère d’urgence et qu’elle n’invoque aucun motif pour justifier son refus, ce qui démontre clairement une hostilité politique à mon égard.

Sur les conseils de mon avocat, je ne me suis évidemment pas présenté au palais de justice, l’objectif des magistrats de la cour d’appel étant de me priver de mon défenseur. Ils m’ont donc jugé en mon absence.

L’arrêt de la cour d’appel a été rendu le 3 juillet. La cour a suivi les réquisitions de l’avocate générale et confirmé la peine infligée en première instance, soit deux mois de prison avec sursis et 2 000 € d’amende (peine bien souvent même pas appliquée aux islamistes faisant l’apologie du terrorisme).

Riposte Laïque : Parlez-nous de l’expertise psychiatrique à laquelle vous avez dû vous soumettre. Finalement, êtes-vous normal ?

Thomas Joly : En effet, j’ai passé une expertise psychiatrique, comme la procédure judiciaire m’y obligeait pour ce genre de poursuites qui, en temps normal, concerne des pédophiles ou autres demeurés pervers. La psychiatre qui m’a reçu était très aimable et presque gênée de devoir m’imposer cette expertise, me confiant même en partant que la justice avait sûrement mieux à faire que de me contraindre à cela.

Pour autant, il semble qu’elle m’ait trouvé – ce n’est pas une blague – un peu trop « normal », ma stabilité matrimoniale, professionnelle, politique et idéologique s’apparentant, selon ses critères, à une « rigidité de fonctionnement ». De plus, elle a déploré mon manque d’autocritique parce que je me scandalise des poursuites à mon encontre. La professeur Folledingue a donc suggéré dans son rapport remis à la cour de me proposer un travail psychothérapeutique pour corriger cela, mais quand même pas par le biais d’une injonction. Ouf !

Je pense que cette pauvre fille, à force de soigner des tarés à longueur de journée, ne sait même plus reconnaître un individu sain d’esprit lorsqu’elle en croise un. Ou alors s’agit-il d’une brave gauchiste qui souhaitait, elle-aussi, y aller de son coup de pied de l’âne à la Bête immonde.

Riposte Laïque : Après cette nouvelle condamnation, qu’allez-vous faire ?

Thomas Joly : J’ai immédiatement formé un pourvoi en cassation pour atteinte manifeste aux droits de la défense. Il est hors de question de laisser des juges rouges bafouer le droit et ma liberté d’expression face aux atrocités des islamistes fanatiques.

Riposte Laïque : Quel a été votre regard sur le résultat des élections européennes ? Vous vous êtes réjoui de la première place du RN, devant Macron ?

Thomas Joly : Il faut savoir que les élections européennes ne sont pas structurantes de la vie politique française et que le FN, en 2014, était aussi arrivé en tête de ce scrutin sans que ça ne change quoi que ce soit par la suite. Le Parlement européen n’a que très peu de pouvoir et ne sert, un peu comme le Parlement français, qu’à enregistrer les décisions de la Commission européenne où tout se décrète. Avoir des élus patriotes est évidemment une bonne chose, mais encore faut-il qu’ils aient le cran de s’opposer avec vigueur et fermeté aux délires migratoires, sociétaux et économiques des instances euro-mondialistes. Or, la plupart des députés sortants, dont Jean-Marie Le Pen et Bruno Gollnisch, n’ont pas été reconduits pour être remplacés par de pâles apparatchiks du RN et des margoulins venus des Républicains ou de la très obscure société dite « civile ». Je crois hélas qu’il n’y a pas grand chose à attendre de ces gens qui vont grassement toucher leurs indemnités tout en faisant le service minimum au sein d’un parlement-croupion.

J’ajoute que le Parti de la France n’a pas participé à ces élections européennes pour des raisons strictement financières puisque le coût du matériel officiel (professions de foi, bulletins de vote, affiches) s’élevait à plus de 1 million d’euros, ne souhaitant pas non plus présenter de liste virtuelle pour obtenir un score infinitésimal et anecdotique dans l’anonymat le plus complet.

Riposte Laïque : Comment le Parti de la France voit-il la situation de cette France, qui paraît accélérer son suicide, jour après jour, dans une espèce d’indifférence générale ?

Thomas Joly : Nous sommes hélas dans une phase nouvelle de submersion migratoire que les forces cosmopolites qui contrôlent nos gouvernants semblent vouloir accélérer. Je suis tout à fait en phase avec Jean-Marie Le Pen qui annonce des heures très sombres à venir avec l’explosion démographique des pays du Tiers-Monde. Celle-ci se traduira par un tsunami migratoire (et islamique) qui, si des mesures radicales de rétablissement de nos frontières ne sont pas prises, aboutira à la destruction pure et simple de notre civilisation.

Mais je reste persuadé que tout est encore possible si nos compatriotes sortent de leur torpeur et choisissent de reprendre en main leur destin. Rien n’est inéluctable. Le « sens de l’Histoire » est une élucubration marxiste. La reconquête se fera si nous en avons la volonté et que nous nous en donnons les moyens.

Riposte Laïque : Souhaitez-vous ajouter quelque chose, Thomas ?

Thomas Joly : Aux lecteurs de Riposte Laïque : ne vous contentez pas de râler sur les réseaux sociaux, ce qui sera d’ailleurs bientôt même plus possible vu les lois liberticides que nous concocte le gouvernement. Engagez-vous politiquement en rejoignant ou en aidant financièrement ceux qui se battent, sur le terrain, à visage découvert, pour que la France redevienne française et que le cancer islamique soit éradiqué de notre continent.

Propos recueillis par Pierre Cassen

 

*****

Rejoignez ceux qui se Battent, ou Disparaissez à jamais.

aristote-3.jpg

Les Sources Malfaisantes du Mondialisme : Pierre Hillard dans l’Aude.

Mis en Ligne par FACTUELLE 66.

Archives du mondialisme constitue le tome deux de l’Atlas du mondialisme. Le Professeur Pierre Hillard nous a reçu lors de sa visite en Aude après une érudite conférence organisée par la section locale de l’association Egalité et Réconciliation, il a ici voulu cibler un autre angle d’attaque permettant d’intégrer, sur le temps long, la trame pro­fonde – politique, économique, monétaire, géopolitique et spiri­tuelle – expliquant les rivalités entre factions oligarchiques. Ces dernières sont en dépit de cela animées par un idéal commun : l’émergence d’une gouvernance mondiale et l’instau­ration d’une monnaie planétaire dématérialisée, le tout en lien avec une spiritualité bien définie. Les volontés d’instaurer une sorte de Directoire mondial passent par une harmonisation des intérêts matériels plané­taires de diverses factions oligarchiques, l’ensemble reposant sur une spiritualité globale selon les canons propres à l’idéal du mondialisme. Pour illustrer son propos, l’auteur a réuni plusieurs dizaines de pièces d’archives remarquables en français, mais aussi en allemand, anglais, italien et hébreu. Tous les documents en langue étrangère y sont intégralement traduits en français afin que le lecteur puisse avoir une compréhension précise des événements passés – depuis le monde antique et hébraïque jusqu’au XXIe siècle. Ces pièces d’archives se complètent entre elles et s’avèrent exceptionnelles de par leurs révélations. Renforcée par un commentaire explicatif de plus de 220 pages, cette compilation permettra au lecteur de comprendre, à partir d’un socle d’infor­mations dûment référencées, le monde dans lequel il vit, mais aussi de mieux appréhender celui qui nous attend.

 

« Entrées précédentes Derniers articles »