Archives de Catégorie: Catholicisme

Les unions libres mènent en enfer… la preuve par San Damiano, par Laurent Glauzy

A Fatima, en 1917, la Sainte Vierge rappelle que les péchés de chair sont ceux qui conduisent le plus d’âme en enfer. C’est dire l’importance du message.

Cette réalité est de plus rendue compte lors des bilocations de la sainte Vierge à la paysanne Rosa Quattrini, du 16 octobre 1964, à sa mort le 5 septembre 1981, à San Damiano, lieu de pèlerinage en outre de Mgr Lefebvre.

Que se passe t-il ?

Rosa Quattrini rapporte les messages de la Sainte Vierge. Nous sommes dans les années 1970. L’histoire qui va suivre n’est pas connue et encore moins écrite dans les livres. Elle m’a été rapportée par un prêtre exorciste de la Tradition catholique.

La foule est réunie écoutant les messages de la sainte Vierge exprimés par la bouche de Rosa Quattrini :

« La sainte Vierge demande au prêtre qui est dans l’assistance de se lever et de venir. »

Aucun prêtre ne se lève.

Un quart d’heure s’écoule. Le message est répété. Toujours rien.

Pour la troisième fois, Rosa Quattrini retransmet le message de la Sainte Vierge.

La foule voit alors un homme se lever, habillé en civil, suité d’une femme et de trois enfants.

Le prêtre que m’a relaté ce récit, connaissait cet homme. Il s’agissait d’un prêtre défroqué qui avait en effet plusieurs enfants, avec une femme, en union libre, ou un truc dans le genre. La sainte Vierge demanda à l’homme de reprendre son rang de prêtre et promit que sa compagne ne serait pas dans le besoin. Sa « compagne » trouva en effet un travail, et ne fut jamais dans le besoin.

Le prêtre quitta la femme sur le champ, comprenant avec pertinence qu’il s’agissait de sauver son âme et celle de cette femme, pour l’éternité. Et les enfants purent visiter leur père dans un monastère.

L’ANIMA CHRISTI, UN MOYEN DE TROUVER DIEU, par Laurent Glauzy

L’art est une transcription profonde de l’âme parlant et échangeant avec Dieu. Ainsi, art et prière se rejoignent et se confondent. Nous pourrions définir l’art comme toute chose qui plait à l’âme (et donc à Dieu), qui l’embellit et la conduit vers le haut. L’art serait donc une prière et un témoignage exprimés pour tous.

L’Anima Christi expose cette perfection retranscrivant la beauté divine, c’est-à-dire l’amour rayonnant de notre créateur pour sa créature la plus indigne, l’homme, mais centrale dans la création. Car, tout a été créé pour l’homme pour qu’il observe la grandeur de Dieu.

C’est pourquoi il n’y a pas d’homme plus heureux que celui qui connaît son créateur et qui Lui parle quotidiennement par la prière. Nous le constatons par les saints (uniquement de l’Eglise catholique) changeant de vie pour rentrer dans une plénitude parfaite. Nulle autre religion que le catholicisme est capable de conduire à la perfection un homme, à savoir à l’état de Salut dès sa vie ici bas.

Nous ne pouvons que plaindre ceux qui n’ont pas compris cet idéal de vie et s’en détourne pour de faux combats et des biens terrestres les pensant à tort supérieurs à une vie spirituelle soignée. Quelle erreur qui mène à la damnation éternelle. Pourtant par l’art que l’Eglise est la seule à posséder à un si haut degré, elle aura tout essayer pour sauver le plus grand nombre.

L’Anima Christi exprime donc cette perfection mais aussi l’amour et l’humilité d’un Dieu qui veut sauver le plus grand nombre. Il nous gâte, mais nous ne le voyons pas ! Cette pensée est illustrée notamment par la vie de Don Bosco qui a tout fait pour sauver des enfants, les sortant même de prison. Et malgré son dévouement, il voyait que nombre d’entre eux se damnait pour l’Éternité.

L’Anima Christi, l’ « âme du Christ », prière d’action de grâce composée au XIVe siècle, et qui suit l’a communion dans l’Eglise traditionnelle, est donc un moyen de nous sauver en faisant entrer le Christ dans notre cœur et dans notre âme : en l’écoutant et en méditant Celui qui est descendu sur la Croix pour nous sauver.

Nous ne comprenons que mieux pourquoi le pape JeanXXII attribuait 3000 jours d’indulgences à qui contribuait à sa popularité.

L’Anima Christi eut ENFIN une nouvelle diffusion et gain de popularité à partir du XVIe siècle, car elle est explicitement mentionnée dans les Exercices spirituels de saint Ignace de Loyola.

LES FAUX MIRACLES EUCHARISTIQUES DE L’EGLISE MODERNE, par Laurent Glauzy

L’église moderne est l’église de Satan, et ses prêtres soumis bien entendu à un nouveau rite d’ordination, célébrant la messe face à l’assistance, contribue de fait au culte de l’homme lancé par Vatican II sous l’initiative du pédosataniste et juif Paul VI.

Il est toujours bon de rappeler concernant ce « pape », et selon le témoignage de la journaliste Michele Reboul, que son cadavre sentait si mauvais, que l’on dut écourter les visites. S’agissait-il d’un signe de possession ? Nous pouvons le penser. Don Luigi Villa placé aux Affaires des services secrets par son père spirituel Padre Pio, qualifiait Paul VI, d’« homme le plus nuisible de l’humanité ». A cause de la destruction de la messe qui ont fait des nations apostâtes, combien d’âmes sont aujourd’hui en enfer pour l’éternité ?

C’est dire que le rite de la nouvelle messe était lancée par des hommes bien aux ordres de satan et de la franc-maçonnerie. Pour faire bref et concis.

Rappelons-le, Mgr Montini, sous Pie XII, dénonçait les prêtres partant évangéliser en URSS, en secret, au Parti Communiste italien, qui en avertissait le KGB. Ces prêtres étaient fusillés sur place ou conduit au Goulag. Lire à ce sujet : LE DECALOGUE DE SATAN (34,50 € fco de port à Laurent Glauzy – BP 25 – 91151 Etampes Cedex).

L’absence de Dieu dans la nouvelle messe qui abaisse le surnaturel et élève le naturel, l’homme, ne fait aucune place à Dieu. A Dieu revient sa place : la première ou aucune.

Et nous le voyons en quelques signes : les modernistes ne connaissent rien du catholicisme, rien des saints. Ils sont des disciples du New Age, laissés à leurs propres délires ou interprétations funestes. C’est le règne de la liberté de pensée, tant prônée par Satan.

Dans le domaine surnaturel, il en va de même. Au VIIIe siècle, le miracle eucharistique de Lanciano montrait une hostie se transformer en chair encore intacte, et ayant le même rhésus sanguin AB que le sang du linceul de Turin.

Les hosties blasphémées saignent. Tous ces miracles sont inexistants dans l’église moderne qui tente de cacher l’absence de Dieu et l’irrégularité de ses prêtres par du sentimentalisme : « la religion pouet pouet » où l’on ne recherche pas Dieu mais des sensations extraordinaires. Or, les modernistes répliquent qu’il ya des miracles eucharistiques : leurs hosties ne saignent pas mais lévitent.

Il est à cet effet à rappeler que le démon connaît les lois de la nature, et qu’une hostie consacrée par un (faux) prêtre moderniste, reste du pain. Le démon peut donc avoir toute emprise sur ce morceau de pâte azyme. Là encore, c’est dire la teneur de la messe moderniste voyant ce genre de prodige. Bien entendu, la connerie d’un fidèle moderniste, n’ayant aucune connaissance du sacré et encore moins de la démonologie, voit là un miracle pour sa croyance pouet pouet.

Et les fausses apparitions mariales de Međugorje s’adressent à ce public de naïfs modernistes complètement éthérés. Le modernisme et sa pseudo-église sont bien dirigés par le camp adverse, celui de Satan et de la franc-maçonnerie.

Mais les satanistes, eux, ne se trompent pas d’ Eglise. Ils achètent plus de 5.000 dollars une hostie consacrée par le rite extraordinaire, « ancien ». Les satanistes de haut niveau ne blasphèment jamais Mohammed, car ils savent que l’Islam est bien la création des talmudistes. A ce niveau là, on ne se trompe donc pas !

Ci-dessous vidéo d’une hostie en lévitation à Lourdes : Le démon essaie par ses ruses de prendre la place de la Sainte Vierge, lors d’un rite de l’église moderne. Ce rite fut institué par le P. Annibale Bugnini (franc-maçon) et des pasteurs protestants. La messe moderne est bien un culte rendu à Satan.

PHOTO SUR FOND ORANGE : miracle de Lanciano. Plus de douze siècle après, la chair est complètement intacte. Un miracle complètement impossible dans l’église moderne, église de Satan et maçonne.

 

« Entrées précédentes