Archives de Catégorie: Catholicisme

Négationnisme ou Seconde mort des martyrs de Mamilla: « Dieu Seul sait leurs noms »

Négationnisme ou Seconde mort des martyrs de Mamilla: « Dieu Seul sait leurs noms »

Un témoin oculaire, Strategius de Saint-Sabas, a écrit à ce propos : « Les Juifs rachetaient les Chrétiens des mains des soldats perses à prix fort et les égorgeaient ensuite avec une grande liesse à Mamilla débordant de sang ».

Aujourd’hui Mamilla a été quasiment effacé de la page du temps. À la place, on trouve un monstrueux “village” accueillant les très grosse fortunes, contigu au luxueux hôtel Hilton. Un peu plus loin, s’étendent le vieux cimetière de Mamilla où repose la noblesse arabe, et le réservoir d’eau de Mamilla que Ponce Pilate avait fait aménager. Au cours des travaux de génie civil, les ouvriers sont tombés sur une caverne funéraire abritant des centaines de crânes et d’os. Cette caverne était ornée d’une croix et d’une inscription : « Dieu seul sait leurs noms »

*******

L’histoire se répète dit-on. Aussi l’actualité se trouve-t-elle parfois vieille de plusieurs siècles. Il est à ce titre des constantes, ou des invariants, dont le retour périodique scande l’intarissable défilé des siècles. Nul n’ignore que les Égorgeurs de l’État islamique s’en sont pris, outre la communauté yézidie [1], aux chrétiens, assyro-chaldéens catholiques et nestoriens. Ceux-ci n’ont pas cette fois été totalement exterminés, il n’en ont pas moins été chassés de leur village, au mieux réduits à un état de dhimmitude [condition de tributaire au regard de la loi coranique marquant un statut social d’infériorité], les jeunes filles mariées de force et parfois vendues comme du bétail. Des faits qui se situent dans le prolongement d’autres phases de rupture immensément trop nombreuses pour être énumérées ici… à l’exception des trois événements qui marquent l’intitulé de ce texte.

Nous devons au Jerusalem Post [2] d’avoir fait remonter à la surface dans un article iconoclaste le massacre emblématique, il y a quatorze siècles à Jérusalem, treize siècles avant le génocide planifié des chrétiens d’Anatolie et de Thrace pendant la Première Guerre Mondiale, de soixante mille chrétiens palestiniens dans le Réservoir de Mamilla, à l’est des murs de la Vieille Ville de Jérusalem. Rendons au passage hommage au grand quotidien israélien pour la version relativement peu édulcorée qu’il nous présente d’un épisode particulièrement sordide des relations judéo-chrétiennes… et pour lequel aucune autorité religieuse en l’occurrence rabbinique ou laïque n’a jamais daigner présenter le moindre regret !

Traduisons mot à mot : « Cette année-là près de trois siècles de prospérité assurée par l’Empire byzantin sont brisés lors de la conquête du Levant par l’empereur sassanide [persan] Khosro II Parviz [le Victorieux]. Les Juifs locaux, de concert avec leurs coreligionnaires de Mésopotamie [Babylone], se sont alliés aux envahisseurs zoroastriens pour défaire la domination chrétienne. Assoiffés de vengeance après plusieurs générations de persécutions, les Juifs détruisent des centaines d’églises et de monastères ». Des « persécutions » qui, notons-le, ne sont pas précisément documentées !

… « James Parkes décrit le massacre qui suivit dans son livre [3] « Une histoire de la Palestine à partir de l’an 135 à aujourd’hui » : « En 614 [les Perses] prennent Jérusalem après seulement vingt jours de siège. Il ne fait aucun doute que les Perses ont reçu une aide substantielle de la part des Juifs de Galilée. Un chroniqueur mentionne le chiffre de 20 000 soldats juifs, un autre 26 000. Quoique les chiffres réels soient impossibles à établir, il n’y a aucune raison de douter du fait que les Juifs aient assisté les Perses avec tous les hommes disponibles et que ce soutien ait été considérable. Une fois Jérusalem tombée aux mains des Perses, un terrible massacre de chrétiens eut lieu ; les Juifs sont accusés d’avoir pris la tête de ce massacre. Il ne serait pas surprenant que cette accusation soit vraie, même si les histoires fantaisistes de vengeance juive rapportées par les chroniqueurs chrétiens sont certainement exagérées [4]… ».

Cependant, si l’on en croit le « Que sais-je » [n°2008/1982] consacré au Zoroastrisme, l’auteur précise que l’armée perse de 614 comprenait 26 000 mercenaires juifs… et que ceux-ci étaient animés du désir de « reconquérir Jérusalem » et de se venger des chrétiens responsables à leurs yeux de la destruction du Temple d’Hérode en 70 par les Romains. Destruction dont la seule cause est en vérité fut la réponse que donna Titus à la révolte des takfiristes de l’époque, les Zélotes !

Carnage

Poursuivons notre lecture du Jerusalem Post… « Mais combien de prisonniers de guerre chrétiens ont-ils été assassinés à Mamilla ? Un nombre précis n’est bien entendu pas possible à fixer de nos jours, cependant l’archéologue israélien Ronny Reich arrête le décompte à 60 000, avant que l’armée perse n’arrête le carnage [5]. Un témoin oculaire, Strategius de Saint-Sabas, a écrit à ce propos : « Les Juifs rachetaient les chrétiens des mains des soldats perses à prix fort et les égorgeaient ensuite avec une grande liesse à Mamilla débordant de sang ». La domination perse sur la Terre d’Israël aura duré quatorze ans. En 628, les Byzantins revinrent brièvement dans un pays en ruines, pour affronter la redoutable armée d’Omar ben Khattab, compagnon du Prophète. Or l’on ne peut [finalement] lire la Sulha al-Qods – le traité ayant scellé la capitulation [6] de Jérusalem en 638 – sans avoir en mémoire le massacre de Mamilla une génération plus tôt. Acte dans lequel le Patriarche Sofronius demandait au vainqueur de protéger les habitants de Jérusalem contre la férocité de juifs [from the ferocity of the Jews] » [jpost.com31oct14].

Le chiffre de 60 ou 65 000 individus, hommes, femmes et enfants, mis à mort avec « délectation » [Strategius de Saint-Sabas] est effarant au regard de la population de l’époque et démontre, il faut l’admettre, une claire volonté d’anéantissement – de génocide dirait-on aujourd’hui – obéissant à la lettre à l’injonction du Deutéronome… « Tous les peuples que le Seigneur ton Dieu te livre, tu les dévoreras, tu les regarderas sans pitié » [7/16]. Pourtant avec le recul du temps, nous nous garderons bien, au contraire de beaucoup d’autres, de dresser ici un quelconque gibet de la responsabilité collective [7].

Laissons in fine Israël Adam Shamir nous décrire Jérusalem à l’époque du grand carnage… « En 614, la Palestine faisait partie de l’Empire byzantin, lequel avait succédé à l’Empire romain. C’était une terre prospère à prédominance chrétienne où l’agriculture était développée, les eaux canalisées, les terrasses soigneusement entretenues. Les pèlerins affluaient vers les Lieux saints et les édifices construits par Constantin, le Saint-Sépulcre et l’Ascension au mont des Oliviers, figuraient parmi les merveilles du monde. Huit monastères égayaient les étendues sauvages de Judée. On y gardait des manuscrits précieux et l’on y priait. Les Pères de l’Église, Saint Jérôme de Bethléem et Origène de Césarée, vivaient encore dans les mémoires. Vivait aussi une communauté juive, fort riche, qui s’était installée principalement à Tibériade et sur les rives du Lac. Ses docteurs venaient juste d’achever leur version du Talmud qui codifiait leur foi, le judaïsme rabbinique. Pour autant, chaque fois qu’ils avaient besoin de directives, ils s’en remettaient à la communauté juive dominante de la Babylone perse ».

« En 614, les Juifs de Palestine se sont alliés à leurs coreligionnaires babyloniens pour prêter main forte aux Perses dans leur conquête de la Terre sainte. Or, à l’occasion de la victoire perse, les Juifs ont perpétré un holocauste massif des Gentils de Palestine. Ils ont incendié les églises et les monastères, tué les moines et les prêtres, et brûlé les Livres. La charmante basilique des Poissons et des Pains de Tabgha, l’Ascension sur le Mont des Oliviers, Saint Étienne, en face de la Porte de Damas, et Hagia Sion sur la colline du même nom, ne sont que quelques exemples parmi les plus notables de l’éradication des édifices religieux. De fait, très peu d’églises ont survécu à l’attaque. Laure de Saint Sabas, site extraordinaire niché dans la vallée sans fond du Wadi an-Nar, n’a dû son salut qu’à sa situation reculée et aux rochers escarpés qui l’environnent. L’église de la Nativité a survécu par miracle : lorsque les Juifs ont ordonné sa destruction, les Perses ont regimbé car ils avaient cru voir dans la mosaïque représentant les rois mages au-dessus du linteau le portrait de quelque roi perse… » [ISavr01]. En évoquant ces destructions, pensons de façon totalement non exhaustive aux saccages des édifices religieux et aux trafics d’œuvres d’art qui ont accompagné l’invasion de Chypre par les Turcs en 1974 ou au Kosovo après la guerre de l’Otan en 1999…

La seconde mort des martyrs de Mamilla

Aujourd’hui Mamilla a été quasiment effacé de la page du temps. À la place, on trouve un monstrueux “village” accueillant les très grosse fortunes, contigu au luxueux hôtel Hilton. Un peu plus loin, s’étendent le vieux cimetière de Mamilla où repose la noblesse arabe, et le réservoir d’eau de Mamilla que Ponce Pilate avait fait aménager. Au cours des travaux de génie civil, les ouvriers sont tombés sur une caverne funéraire abritant des centaines de crânes et d’os. Cette caverne était ornée d’une croix et d’une inscription : « Dieu seul sait leurs noms » [8] [Ibid]. Mais le pire était à venir. À présent le cimetière Mamilla – classé depuis 1927 abritant de très anciennes tombes soufies, de mamelouks et de Croisés – sera enseveli sous le béton d’un « Musée de la Tolérance » promu par le Centre Simon Wiesenthal [CSW]. Organisation qui de « chasseurs de nazis se reconvertit, faute de proie, en machine de propagande coloniale israélienne » [Ibid]. Établissement auquel l’Unesco a donné son feu vert au prix de la destruction d’un site de haute mémoire après avoir statué en 1996 « qu’il n’existait aucun projet risquant de désacraliser le site » [frontline.in21oct14] ! Il est vrai qu’en 1964, une section du cimetière a déjà été rasée et transformée en parc à voitures agrémenté de latrines publiques [9].

C’est donc non sans une certaine ironie que seront rappelés ici les propos tenus par la Directrice générale de l’Unesco, la Bulgare Irina Bokova, à l’occasion du saccage au Mali des tombes saintes de Tombouctou par les takfiristes d’Ansar al-Din… « L’attaque sur Tombouctou est une attaque contre notre Humanité ; elle est aussi… une attaque contre la tolérance ! » [frontline.in21févr14]. Plus récemment, le 28 octobre 2014, Irina Bokova condamnait à nouveau la destruction du mausolée de l’Imam Dur datant du XIe siècle et situé le gouvernorat de Salah-el-Din [Saladin]… « Au cours des derniers mois, nous avons assisté à des attaques similaires visant des bâtiments historiques, notamment des mosquées, des églises et des sanctuaires… Le nettoyage culturel à l’œuvre en Irak doit s’arrêter. La persécution des minorités ethniques et religieuses, qui s’accompagne de la destruction systématique de certaines des représentations les plus emblématiques du riche patrimoine irakien, relèvent d’une idéologie de la haine et de l’exclusion » [unesco.org28oct14]. Oubliant toute fois de dénoncer au passage ou de stigmatiser l’apatride marché international de l’art lequel motive souvent des destructions crapuleuses maquillées en « acte de foi ». Notons également que la remarquable position de la Directrice de l’Unesco le serait plus encore si elle n’était pas uniquement focalisée sur le seul État islamique et si elle osait rappeler à leurs devoirs patrimoniaux les descendants des perpétrateurs du massacre de masse de Mamilla.

Anatolie 1914

Nous reviendrons ultérieurement sur les grands massacres du début du XXe siècle en retenant la date symbolique de 1914, date charnière qui marque il y a cent ans le commencement de la Grande Guerre et le début du génocide des chrétiens de l’Empire ottoman par les Jeunes Turcs dönmeh, ceux-ci ayant pris le pouvoir à Constantinople en 1913. En ce qui concerne les Assyriens [Chrétiens syriaques], le nombre des victimes varient évidemment selon les auteurs. Certains avancent le chiffre de 270 000 morts mais des recherches plus récentes ont révisé cette estimation à la hausse en évoquant de 500 000 à 750 000 morts entre 1914 et 1920, soit environ 70 % de la population assyrienne de l’époque. Rappelons que la Grande Guerre ne prendra fin en Orient qu’en juillet 1923 avec le Traité de Lausanne conséquence de la défaite grecque du 13 septembre1921. Kemal Pacha [Atatürk], poursuivra cependant jusqu’à sa mort [10 nov.1938] sa politique de purification ethno-confessionnelle. À telle enseigne qu’en 1937, il scellera son règne de sang par un ultime massacre dont les Kurdes alevis de Dersim feront les frais… dix mille morts au bas mot. Reste que pour nos contemporains Kémal demeura encore longtemps le prototype inoxydable du héros.

Si l’on en croit W. Rendel que cite la très consensuelle Encyclopédie en ligne [wiki/Génocide_assyrien], l’action des Jeunes Turcs dans le Pont et l’Asie Mineure pendant et après la Grande Guerre, entre 1916 et 1923 se traduisirent par la déportation de quelque 500 000 Grecs dont un nombre infime survécu [G.W. Rendel, « Mémoire Du Bureau des Affaires Étrangères sur les Massacres et les Persécutions commises par les Turcs sur les Minorités depuis l’Armistice » 20 mars 1922]. Edward Hale Bierstadt indiquait à la même époque que « selon un témoignage officiel, les Turcs aurait massacré de sang-froid 1 500 000 Arméniens et 500 000 Grecs, femmes et enfants compris » [Bierstadt, Edward Hale « The great betrayal ; a survey of the near East problem » 1924]. Depuis la bataille des chiffres n’a jamais cessé, mais les évaluations les plus récentes confirment celles qui furent produites au moment des faits [10]. Au demeurant l’État turc héritier de la dictature kémaliste, ne cessera jamais de nier la planification de ces exterminations massives et par suite la réalité du génocide des chrétiens de l’empire ottoman… Un Empire à l’agonie tombé aux mains de révolutionnaires aussi impitoyables que ceux qui sévissaient alors en Russie. Des Révolutions sœurs par les liens d’étroite consanguinité qui d’ailleurs les unissaient.

Au moment où s’écrivent ces lignes la barbarie ravagent plus que jamais les Églises et les monastères du Levant, particulièrement ceux de Mossoul et du nord de l’Irak, tout comme a brûlé l’église de Deir ez-Zor en Syrie… là où vinrent s’échouer les débris du peuple arménien après son épouvantable voyage au bout de la nuit génocidaire.

Léon Camus 2 novembre 2014
http://www.geopolintel.fr/article880.html

NDE Merci Véronique.

La Tromperie Universelle.

« Dans des temps de Tromperie généralisée, le seul fait de dire la Vérité est un acte Révolutionnaire ». George Orwell

Définition dans le « Dictionnaire Français » :

tromperie , nom féminin

A chaque époque, les « Trompeurs » sortent du bois comme des loups affamés. Afin de s’accaparer et de rallier les mécontents, les Trompeurs se font passer pour ce qu’ils ne sont pas : c’est à dire les Nationalistes des Pays dans lequel ils vivent mais qu’ils méprisent.

Comment l’avocat Goldnadel ose t’il se dire Patriote Français en sachant qu’il Traque le Vrai Nationaliste Français Hervé Ryssen ?

https://www.youtube.com/watch?v=zeLe4FiwhNI

Hervé Ryssen fait une mise au point sur le positionnement du nationalisme français et met en garde contre les intrus cosmopolites déguisés en patriotes, qui …
C’est cette tromperie que nous combattons afin que la France puisse sortir du marasme dans lequel l’a plongé la république étrangère.
– A rejeter sans autre forme de procés : les William-Gilles Golnadel, les Alain Finkielkraut, les Eric Zemmour, les Elisabeth Levy, les André Bercoff, les Verlaine, les Stéphane Simon….

– A rejeter la structure « The Mouvment » Le Mouvement porté au pinacle par Steve Bannon, structure naît en Israël.

http://axedelaresistance.com/enquete-sur-the-movement-promu-par-steve-bannon/

– A rejeter « La FRANCE LIBRE » de Golnadel (Président des Avocats sans Frontières) qui préside également cette structure avec André Bercoff, Verlaine et Stéphane Simon.
2008eaa1-2124-4808-951d-64baa14cfeae
Il ne faut pas se jeter DANS LA TANIERE DU LOUP.

Ce qui nous fait plaisir et nous renforce c’est que Génération Identitaire a ENFIN COMPRIS qu’il ne servait à rien d’aller occuper des mosquées. Ils s’en sont ENFIN pris à qui de droit !

https://twitter.com/i/status/1051530300575141888

twitter.com
“📺 Occupation des locaux de @SOSMedFrance par Génération Identitaire : STOP AU TRAFIC D’ÊTRES HUMAINS ! Signez la pétition ici 👇 https://t.co/mP9RcpDPkk Soutenez-nous 👇 https://t.co/ZIQCIJpoqH Adhérez à Génération Identitaire 👇 https://t.co/ofwOWkjyDv https://t.co/slBVjMW48M”

Les « Arnaques » de nos ennemis sont nombreuses et beaucoup de Patriotes Honnêtes tombent dans les filets de l’adversaire, Alain Escada l’explique Admirablement :

https://youtu.be/U41iI8T9cus

youtu.be
Discours d’Alain Escada, Président de Civitas, à la 12ème journée de Synthèse Nationale. Rungis le dimanche 14 octobre 2018.

L’ ennemi qui dirige la France n’a pas envie que le Patrionisme et le Nationalisme 100% Français puissent Gagner.

C’est pourquoi il crée ou fait créer des cellules afin de dompter et de s’accaparer les Forces Vitales de notre Pays.

Infiltration et Déviation, c’est sa tactique.

Amadouer, faire croire que le combat mené est le meilleur,  rendre flexible ce qui doit l’être jusqu’à le rompre d’une main de fer cachée dans du velours, de telle manière que le Français honnête ne s’est même pas aperçu qu’il a été manipulé, trompé et trahi.

Le Nationalisme Français, voilà l’Ennemi pour notre Ennemi !

Le petit roitelet  rappelle dans son dernier discours  combien la lutte est dirigée contre les Français Nationalistes et non contre ceux qui tuent les Français.

Pour le petit roitelet zélé, nous sommes « Le Poison Ancien » ! Soupesez combien le fait de voir se Former des unités Nationalistes terrorise les judéos-francs-maçons, coupables des meurtres perpétrés depuis 1789 !

https://t.co/2TvAHTXCST

t.co
EmmanuelMacron was LIVE

Les Extrêmes !!!!!!

b16e3cdb-d859-4d67-93ae-aa87ee797287

 

e42cd7b9-a5fd-4400-ae9e-ed6df523f879

OUI, nous sommes EXTREME FRANCE, comme l’a rappelé Pierre Sidos chez Christophe Dechavanne !

 

Il est vrai que l’éclairage du petit roitelet manquait d’ Eclat Lumineux !

 

9a663e62-03bb-4951-ad4c-244f35ca8c62

La manière dont nos ennemis se réjouissent des condamnations des Nationalistes Français doit nous inciter à combattre fermement, voire Férocement toutes les associations Anti-Françaises comme le sont la LICRA, l’ UEJF, la Ligue des « Droits de l’homme et du Citoyen, les « Libres Penseurs », la DILCRAH, SOS RACISME, le B’NAI B’RITH France implanté dans toutes les villes, les CONSISTOIRES ISRAËLITES IMPLANTES PARTOUT EN FRANCE……..!!!!!

La jouissance qu’éprouvent les gnomes cachés derrière ces associations étrangères est abjecte !

e9076d00-4672-412b-b103-a45f8fa3a0dc

Soyons et Restons des Français qui voulont Renverser les Forces du Mal qui ont fait sombrer la France dans le chaos depuis 1789.

Personne d’autre que nous ne pourra déloger l’Ennemi et le renvoyer dans l’abîme dans lequel il est sorti.

Philippe Ploncard d’ Assac est très clair dans ses conférences concernant Notre Ennemi :

https://www.youtube.com/watch?v=358aEH9f2XU

Ne tombons pas dans le piège de ces « Donneurs de Paix » qui ne prônent que la Guerre, partout !

Meyer Habib promet un attentat en France :

https://twitter.com/i/status/1050906108557254656

Marcel Azoulay promet de faire rayer de la carte tout pays qui menacerait Israël :

cbea035e-82d0-4df5-b9d8-4dba4eb23e08

Les personnes qui se sont introduites dans les Milieux Nationalistes Français sont du même acabit que Meyer Habib et Marcel Azoulay.

Peu leur importe que la France s’embrase, Israël SEUL Compte.

Adrien Abauzit fait un Travail Remarquable que nous saluons :

https://www.editions-altitude.fr/etiquette-produit/adrien-abauzit/

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l’utilisation des cookies.

https://www.youtube.com/watch?v=8RRk22s464M&t=0s&index=3&list=PLy80r_Ir55apCFYiq05SbMK7l1gFUgFM-

Paris (France), vendredi 9 décembre 2017 . independenza webtv s’est entretenu avec Adrien Abauzit (avocat et écrivain), auteur de « La France divisée contre elle-même ».

Un Français doit Rester Français et faire Bloc contre tout ce qui n’est pas Français ………….

34770cc0-2ce1-4447-9fb1-bcde217ae739
………………………………………..POUR QUE REVIVE LA FRANCE FRANCAISE NATIONALE ET CATHOLIQUE.
can-stock-photo_csp9196898

Agnus Dei : Dieu gâte uniquement la religion catholique (traditionnelle), par Laurent Glauzy

VOUS N’ENTENDREZ CE CHANT MAGNIFIQUE – LORSQUE LES CATHOLIQUES LES MAINS JOINTES VONT RECEVOIR TÊTE BAISSÉE ET RECUEILLIE LA COMMUNION DANS LA BOUCHE ET A GENOUX – QUE DANS L’ÉGLISE TRADITIONNELLE (EX. SAINT NICOLAS DU CHARDONNET). L’EGLISE MODERNE A SUPPRIME CE CHANT, CAR CETTE ALCÔVE SATANIQUE, PROTESTANTE ET MACONNIQUE EST FAITE POUR DÉTRUIRE LA FOI.

 

Dans l’Église Traditionnelle, le chant de L’Agnus Dei est récitée au cours de la messe juste avant la communion. La pratique de ce chant dans le rite romain remonterait au VIIe siècle. Le document le plus ancien de ce texte est le Pontifical romano-germanique du Xe siècle qui contient l’ordinaire de la messe de l’Église romaine.

À la fin du XIIe siècle, Lotario Conti, aussitôt pape Innocent III, mentionnait dans son commentaire de la messe le nom de Serge Ier. D’après Lotario Conti, ce prédécesseur pontifical ordonna que l’Agnus Dei soit chanté par le clergé ainsi que par les fidèles. De surcroît, le futur pape précisait que le chant était exécuté tantôt trois fois selon le texte miserere nobis auprès d’un certain nombre d’établissements y compris au Latran, mais que tantôt les fidèles chantaient déjà le troisième verset avec dona nobis pacem.

La hauteur d’âme de ce chant montre encore que l’Eglise Traditionnelle, et par ses miracles, est celle qui élève l’âme, a contrario de l’église moderne dont la messe, non valide, a été fondée par le franc-maçon, criminel du réseau Rampolla, le « Père » Annibale Bugnini. Vous n’entendrez jamais pareil chant dans les croyances gnostiques, qui derrière la lune et le soleil, et autres apparats mensongers, vénèrent satan.

Il n’est pas une seule pièce constituant l’Eglise Traditionnelle, qui par sa beauté, ne montre son appartenance à Dieu. C’est pourquoi elle est la seule religion attaquée par le camp adverse. L’Agnus Dei témoigne de la profondeur de l’église traditionnelle catholique, la seule menant l’âme au ciel.

LA RELIGION CATHOLIQUE TRADITIONNELLE, LA SEULE AU-DESSUS DES SENS, par Laurent Glauzy

L’écrivain écossais Robert Louis Stevenson du XIXe siècle exposait que manquer la dimension surnaturelle, de fait, entraîner l’échec du naturel, car l’homme est spirituel. Si l’on manque donc la dimension que Dieu nous octroie, par le péché nous descendrons avec certitude en dessous du naturel, pour rejoindre le domaine des passions secrètes.

La religion catholique traditionnelle, unique religion des miracles, amène l’âme au surnaturel par les Sacrements, dont la confession et la communion. C’est pourquoi, la fréquentation régulière et soignée des Sacrements est essentielle. Car, c’est la force du Christ qu’il s’agit de mettre dans notre âme.

Un imam confiait de manière directe qu’il ne pouvait pas se passer de femme au-delà de quinze jours. Et, ce cas n’était pas singulier. Or, quand les sens dirigent, la concupiscence, l’orgueil, le mensonge sont des péchés qui arrivent à grand renfort. Le ramadan, le seul jeûne entraînant un surplus pondéral illustre très bien cette réalité d’une croyance qui nourrit tout sauf l’âme. Et cinq minutes après la rupture du jeûne, les récits sur les excès sensuels abondent. Dieu ne peut pas conduire de telles attitudes de schizophrénie et démoniaques. C’est aussi la raison pour laquelle le divorce et le remariage sont facile dans l’Islam et le Talmudisme, car leur absence de VRAIE spiritualité exacerbe plus la chair qu’il ne la maîtrise. Un Algérien écœuré par l’hypocrisie de l’Islam me racontait que les islamistes réfugiaient dans les bois, durant la période terroriste, privés de femmes, se sodomisés. Nous sommes à l’opposé de l’armée de Jeanne d’Arc qui gagnait ses combats en faisant confesser ses soldats, des soudards pourtant peu enclins à la sainteté. Mais seul le catholicisme permet ces miracles. Et que dire du Maréchal Foch récitant chaque jour son chapelet, quand il ne pouvait assister à la messe, grand victorieux avec le Maréchal Pétain de la Grande Guerre ?

Un pasteur de très bonne morale et meurs que je connais personnellement, rapportait aussi qu’il avait des relations avec sa femme avec des moyens contraceptifs. Ce qui est complètement prohibé et considéré comme péché mortel.

La chasteté est très facile à condition d’être un catholique ayant une vie religieuse et sacramentelle soignée et ordonnée.

Et, si l’on regardait de plus près les cas de pédophilie, l’on constaterait que la religion catholique est de très loin la moins touchée, même si nous sommes obligés d’y intégrer les catholiques maçonniques. Il s’agit d’un phénomène nouveau liée à l’église moderne, qui a bafoué les sacres (donc les grâces ne passent plus), et dont la plupart des prêtres sont francs-maçons. Il faut donc y voir davantage l’aspect satanique de la franc-maçonnerie, où durant des séances de haut niveau Satan apparaît en personne.

Là encore, par ses grâces, forces d’Amour de Notre Créateur, nous constatons qu’elle est la vraie religion. Dans les sectes antichrétiennes, dont le protestantisme (qui est une secte talmudiste) fait partie, nous entrons dans le domaine des sens, des hommes qui ont manqué la dimension surnaturelle et qui à ce titre ne pourrons jamais être dans la contemplation béatifique du paradis.

 

 

La messe, un don du Ciel, par L. Glauzy

La messe est un don du Ciel, où les saints disent qu’une armée d’anges descend du ciel pour entourer le prêtre et dispenser les fidèles de leurs grâces.

La beauté de la messe et les saints Sacrements de l’Eglise catholique sont les seuls moyens de sanctification pour parvenir après notre mort à l’état de contemplation béatifique.

Il n’est donc pas un hasard si les autres sectes n’ont pas cette beauté, et témoignent d’un grand vide, car elles ne sont pas de Dieu. Dans cette logique, les miracles n’existent que dans l’Eglise.

Les Catholiques doivent donc être fiers de leur religion. Il est donc un devoir d’y assister chaque dimanche. La règle veut que l’on y assiste à 1 heure de route maximum. Autrement, il faut sanctifier son dimanche qui consiste chez soi, dans une église à prier le temps d’une messe. Ne pas le faire est péché mortel.

Dieu gâte ainsi ceux qui l’aiment. On dit qu’Adam et Eve étaient d’une beauté extraordinaire; inversement l’homme de Néanderthal descendant de la lignée maudite de Caïn, était laid. Cette vérité est encore vraie. Observez le visage et les attitudes d’un catholique de la tradition et comparez avec l’adepte d’une secte non catholique. Il en est de même sur le thème des inventions…. Rien n’est le fait du hasard !

Ne pouvant justifier leur croyance, par l’existence des saints et des miracles, les autres sectes tentent d’exposer que leur foi, dans des efforts parlementaires (une profusion de paroles vaines), est un havre de tolérance, dans un délire de réécriture de l’histoire et d’exploitation d’écrivains maçonniques certainement damnés. Les saints qui donc ont opéré des miracles, ont toujours décrit comme des erreurs menant en enfer les croyances étrangères à l’Église traditionnelle, les condamnant même fortement. La foi, nous l’aurons compris, n’est pas une question de tolérance, mais d’éternité de l’âme.

Le catholique est donc par sa foi, par la messe, par la grâce et sa beauté, un privilégier de Dieu.

 

religieuse

 

 

« Entrées précédentes