Archives de Catégorie: Catholicisme

La ville de Nazareth annule Noël

Le maire musulman de la ville est très en colère contre la décision de Donald Trump de transférer l’ambassade américaine à Jérusalem, rapporte Mashable.

PAR 6MEDIAS

Modifié le – Publié le | Le Point.fr

La Douma demande à la Turquie que Sainte-Sophie soit rendue aux chrétiens

La demande peut sembler surprenante, d’autant plus que ces derniers temps l’islam turc a commis maintes provocations envers l’ancienne basilique devenue musée. Mais, à bien y réfléchir, dans le jeu diplomatique complexe auquel participent la Russie et la Turquie au Moyen-Orient, une telle éventualité n’est pas du tout à exclure…

Les députés de la Douma soutiennent l’idée de restituer SainteSophie à l’Église orthodoxe. C’est ce qu’a déclaré Sergei Gavrilov, président de la Commission sur la propriété et coordinateur de l’inter groupe parlementaire sur la défense des valeurs chrétiennes, selon ce que rapporte TSN [journal télévisé du soir de la chaîne ukrainienne 1+1].

En cette période où les relations russo-turques subissent un « test d’endurance », les initiatives et propositions amicales réciproques sont d’une importance toute spé­ciale, a déclaré Gavrilov. « La partie russe estime possible de reposer la question de Sainte-Sophie, l’ancien sanctuaire du monde chrétien, située à Constantinople, et ancienne cathédrale byzantine liée à l’histoire de l’Église universelle. Nous espérons une démarche amicale de la partie turque : rendre Sainte-Sophie de Constantinople à l’Église chrétienne », a déclaré le député.

Il a ajouté que la Russie était prête à une participation financière et à impliquer les meilleurs architectes et savants russes dans la restauration de ce monument chrétien universel. « Cette démarche permettrait à la Turquie et à l’islam de montrer que la bonne volonté est au-dessus de la politique. Saint-Sophie devrait être rendue aux chrétiens ».

Religious Information Service of Ukraine, 26 novembre – © traduction CH.

Source Christianophobie Hebdo.

L’ennemi le plus subtil : la deuxième classe d’hommes (note sur un exercice spirituel de Saint Ignace de Loyola par L.-H. Rémy)

Pour ceux qui ne sont pas habitués aux Exercices de saint Ignace, développons ce qu’est la deuxième classe d’hommes. Saint Ignace divise les chrétiens en trois classes. Les trois connaissent la vérité, mais face à cette vérité leur comportement diffère. Deux se damnent, une seule se sauve.

La première classe concerne ceux qui croient savoir et ne font rien. Elle est très répandue, même dans nos milieux. Ce sont ceux qui prient mal. Ils prient Dieu pour qu’Il fasse leur volonté. Ils ne cherchent même pas à savoir quelle est Sa sainte Volonté. Surtout ils ne font rien. Souvent même, ils enfouissent leurs talents. Il y a même des prêtres dans cette classe. Il faudrait… est leur mot préféré.

La deuxième est la plus nombreuse. C’est celle des libéraux, de ces libéraux qui composent toujours entre l’erreur et la vérité. Eux ils font quelque chose, mais …pas ce qu’il faudrait faire. Comme ceux de la première classe, ils ne sont pas assez attentifs à Sa sainte volonté, pas assez courageux. Ils font quelque chose, mais toujours à côté. C’est la classe des catholiques au visage pâle, les catholiques blêmes (BLMM : bourgeois, libéraux, matérialistes, mondains). Oui, mais… est leur mot préféré. Ils veulent bien, …mais plus tard, …à condition que. Malheureusement la grâce qui passe, parfois ne repasse pas. Ils ne craignent que le quand-dira-t-on.
– C’est la classe la plus dangereuse pour un chrétien, car elle a le nombre pour elle et les apparences du sérieux. C’est la classe du « camp » dira-t-on. L’expérience prouve que ceux qui la composent sont inconvertissables et il n’y a pas plus sectaires et violents quand ils trahissent, car ils finissent toujours par trahir. Oderis quem lœseris.
– Comme les chats n’engendrent que des chats, les libéraux que des libéraux, les gens de la deuxième classe ne forment que des enfants de la deuxième classe.
– Ce sont des consommateurs de sacrements, et par leur comportement, ils rendent leurs prêtres distributeurs de sacrements. Ils ont trop centré leur vie chrétienne sur les sacrements et pas assez sur la Foi. Ils ont compris que sans les sacrements on peut difficilement se sauver, mais ils n’ont pas compris que sans la Foi on ne peut pas du tout se sauver. Ils ont les apparences de la Foi, mais pas assez forte pour la transmettre à leurs enfants. Ils ont combattu et combattent pour les sacrements, mais pas pour la Foi. En général, la Foi s’amenuise de génération en génération pour disparaître complètement à la troisième. On le voit lors des mariages dans ces familles de deuxième classe d’hommes : les grands-parents vivent d’un reste de foi, les parents à peine et les petits-enfants plus rien.
– Ils ont remplacé le donnez-nous notre pain quotidien du Pater par : protégez et augmentez notre patrimoine. Si leurs prêtres deviennent un peu plus exigeants, ils ne leur obéissent pas. Ils paient pour capter leur amitié et ainsi paralyser la correction fraternelle. S’ils veulent rester fermes, ces prêtres seront bientôt déplacés à la demande de leurs chers fidèles. Désapprouvés par leurs supérieurs – plus attentifs aux rentrées d’argent qu’aux véritables conversions -, ils finissent en général par penser comme leurs fidèles et vivre comme eux, c’est-à-dire tièdes.
– Très souvent ce sont les épouses qui dirigent le ménage, épouses en général insoumises. Les clercs de cette classe préfèrent parler aux épouses. Ils craignent les hommes maîtres dans leur ménage.
– Quand ils se convertissent, ils s’arrêtent à la première conversion, celle où Notre-Seigneur donne tout. Mais à la seconde conversion où Notre-Seigneur nous demande de tout Lui donner, ils ne comprennent pas et se bloquent. C’est malheureusement irréversible et définitif.
– Cette classe d’hommes est en général attachée à L’AthéeLévySion, l’instrument qui a le plus fait perdre la Foi depuis cinquante ans. Il est impossible d’être chrétien, de le rester et d’avoir la télévision qui détruit les trois puissances de l’âme : mémoire, intelligence, volonté. Ils en critiqueront les truquages, la désinformation, mais surtout pas l’essentiel, à savoir que la télé est un outil de péché, de corruption, la pire pourriture.
– Ils ne comprendront pas que dans la vie, après les devoirs d’état, il reste à chacun peu de temps, temps qui peut être utilisé ou pour mal se détendre avec la télé, ou pour se former par la lecture. Plus hypocritement, avec un même résultat, ils refuseront la télé, mais useront des vidéos, ou batifoleront avec Inter(pas)net.
– Bien sûr ils ne lisent que peu de livres. De leur belle bibliothèque qu’ils possèdent parfois, ils ne connaissent que les titres et la table des matières… Plus spécialistes des lectures rapides, superficielles, du style journaux, petits articles, condensés, magazines , hommes de salon, ils sont capables de parler de tout, d’étaler leur inculture, en somme, de paraître. Mais confrontés à de vrais connaisseurs, ils sont ce qu’ils sont : légers. Eux qui ne méditent pas, redoutent plus que tout ceux qui ne vivent que de la Foi.
– Dans les débats, dans les combats, ils biaisent. Ils n’abordent pas franchement les problèmes. Parce qu’ils ne s’appuient pas vraiment sur Dieu, ils sont pusillanimes. Ils ne se sentent en sécurité que lorsqu’ils sont réunis, nombreux, d’où les fêtes, les kermesses, les pèlerinages, etc… Le nombre les rassure. Gênés, ils ne répondent jamais par un oui ou un non francs. C’est toujours un oui mais… Pis, ils s’applaudissent de résoudre les problèmes par leurs compromis. S’ils retardent un peu la sentence, ils ne l’empêchent jamais.
– C’est cette classe qui est vomie de Dieu. Pas assez proche du Sacré-Cœur, pas assez brûlante de Son Amour, elle mérite cette terrible sentence : être vomie de Dieu ! Ce fut la malédiction des chrétiens tièdes (évêques, prêtres, laïcs) d’avant Vatican II, ce fut celle des ralliés, c’est celle qui nous attend si nous trichons avec la Vérité.
– Pas assez centrés sur Dieu, ils s’appuient sur l’humain, ils cherchent à suivre un chef, ils attendent un sauveur, non pas Le Seigneur, mais un roi ou tout autre.
– Ils ne veulent entendre parler que de paix, alors que le Royaume de Dieu se mérite par la violence, dans le combat incessant, contre le démon, le monde et soi-même.
– Ils pensent avec leur sentiment : ils aiment être là où ils se sentent bien , fréquenter les chapelles où ils se sentent bien. Ils aiment la liturgie et le grégorien qui, pour eux, priment.
– Pour bien connaître un homme, plutôt que de savoir quels sont ses amis, il vaut mieux savoir quels sont ses ennemis : ils redoutent par dessus tout ceux qui les reprennent. Ils les dénoncent comme EXCESSIFS, OUTRANCIERS. Quand vous entendez ces deux mots dans la bouche de clercs ou de laïcs, sachez que vous avez à faire à des hommes de la deuxième classe. Ils utiliseront alors toujours la même échappatoire : « C’est INOPPORTUN ». Si vous leur demandez en quoi et pourquoi , ils ne vous répondent pas et vous traitent d’insolent… pour AVOIR LE DERNIER MOT.
– Il arrive qu’ils aient lu de Don Sarda Le Libéralisme est un péché, mais ils l’oublient vite pour n’être pas gênés dans leurs choix. Plus généralement, ce livre les indispose, et ceux qui s’en réclament, ils les attaquent par des sophismes. Car ce sont les spécialistes des sophismes. Ils en inventent toujours de nouveaux. A peine leur a-t-on démonté l’un d’eux, qu’ils en créent un autre, parfois plus redoutable. Quand ils se voient détectés, ils ne répondent pas à leur contradicteur, ils se taisent mais – par derrière -, ils se vengent auprès de leurs amis… par des sophismes. Il faudra du temps pour découvrir ces nouveaux sophismes et les réfuter ; ils en profiteront pour ridiculiser le « malheureux » contradicteur : et le mal court… !
– De la moquerie aussi, ils sont les spécialistes : arme redoutable, ils la manient de main de maître, l’ayant apprise de leurs pères (ou comme Voltaire, de leur Père, le menteur) ; c’est pour eux le seul moyen d’avoir le DERNIER mot. Ainsi pensent-ils avoir raison de leur adversaire. Vous comprendrez aisément, qu’avec une telle tournure d’esprit, ils redoutent la scolastique.
– Attentifs aux mauvais effets des mauvais principes, ils ne centrent pas le combat sur les principes. Ils ne cherchent pas la Vérité, ils cherchent à AVOIR RAISON. Voilà pourquoi, cette classe d’hommes (surtout les clercs) se trompe toujours sur la liste des amis et des ennemis. A la fin, elle ne combat qu’un seul ennemi, et avec grande violence, aujourd’hui comme hier : celui de la troisième classe. Les seuls vilipendés, et méchamment, sont les plus fermes antilibéraux. Les autres, les ennemis réels, elle les ménage au nom de la de charité ! (cf. Don Sarda).
– Dans leur vie, et même leur vie chrétienne, ces hommes-là aiment un certain confort : tranquillité, train-train, pas de secousses, pas de contraintes, le principal est de dormir tranquille! Quant aux prêtres, ils parlent bien de se sanctifier, prêchent justement la sanctification, mais sans dire comment et sans vérifier si leurs ouailles se sanctifient : ce ne sont pas des confesseurs de la Foi.
– Dans les événements vécus depuis 300 ans, ils n’ont aucune responsabilité, ce n’est jamais de leur faute. Parfaits, ils trouvent toujours un autre responsable, c’est toujours de la faute des autres. Jamais ils ne disent que la Révolution ou le Concile sont UN CHÂTIMENT et, n’ayant pas réfléchi sur les péchés qui ont mérité ces châtiments, ils recommencent à chaque génération, clercs et laïcs, les mêmes péchés qui engendrent les mêmes châtiments. Ils sont surpris de voir que leur nombre diminue.
Cette classe ne se sauve pas, ce qui veut dire que ces chrétiens finissent damnés . Ce sont nos pires ennemis.

La troisième est très peu nombreuse. Elle seule se sauve, avec crainte et tremblement (saint Alphonse de Liguori). Très différente en tout : vie, analyses, examens de conscience, jugements, etc., elle est composée d’hommes qui combattent. Leur seul trésor est la Foi à laquelle ils sont attachés plus que tout. Tout centrés sur Dieu et Sa volonté, ils se moquent du qu’en dira-t-on. C’est la classe du « camp » dira Dieu. Oui, mon Dieu, tout ce que Vous voulez, est leur mot préféré. Ils savent que sans Lui, on ne peut RIEN faire, ils savent qu’ils doivent tout à Dieu, ils ne s’appuient que sur Lui. Ils n’ont pas une grande estime des hommes. Ils ne veulent que la gloire de Dieu.
Ils n’ont que des principes chrétiens et n’en changent pas au gré des attaques, des combats, des défaites, des avis, fussent-ils ceux des clercs. Seule la Vérité sans compromis les rassure, Vérité qu’ils méditent, en priant beaucoup.
Ils aiment relire Le libéralisme est un péché de Don Sarda (Mgr de Castro-Mayer en lisait une page tous les soirs) et Du nombre des élus de José Ricart Torrens.
Leurs prêtres sont des confesseurs de la Foi.

Puissions-nous en être !

Louis-Hubert Rémy, in Vrais et Faux Principes et Maîtres, pages 24 à 30.

Les pro-vie contre le pape François : « fidèles à la vraie doctrine, non aux pasteurs qui se trompent »

Le pape François est à nouveau sous accusations à cause de sa pastorale familiale. Après les dubia des quatre cardinaux, après la Correctio filialis, après la Supplica filialis, voici la Promesse de fidélité à la vraie doctrine des mouvements pro-vie et en défense de la famille contre les « ambiguïtés » doctrinales et la « confusion » dans l’Église qui règnent en matière familiale sous le pontificat bergoglien.

Une déclaration sans équivoque, qui critique ouvertement la doctrine et la pastorale familiales du pape François. Les signataires soulignent que

« C’est donc avec une grande douleur que ces dernières années nous avons du constater que la clarté doctrinale et morale, sur les questions liées à la défense de la vie humaine et de la famille, a été toujours plus avant remplacée par une doctrine ambiguë et même directement contraire à l’enseignement du Christ et aux préceptes de la loi naturelle. »

Les mouvements catholiques, dont SOS-Tout-Petits du docteur Dor, précisent qu’ils s’inscrivent dans la continuité des dubia, de la Correctio filialis et de la Supplica filialis, de la demande d’audience de la part de ces mêmes mouvements présentée par l’intermédiaire du cardinal Caffarra : toutes des initiatives auxquelles le pape n’a pas daigné répondre.

« Comme responsables catholiques pro-vie et pro-famille, nous sommes tenus de souligner les déclarations et actions de ces dernières années qui ont eu un impact particulièrement dommageable sur notre travail pour la protection des enfants pas encore nés et de la famille »,

continuent les auteurs de cette promesse de fidélité.

Pour renforcer leur propos, ils donnent en exemple certaines interventions romaines qui ne peuvent que miner la doctrine officielle de l’Église catholique : déclaration et actions qui contredisent l’enseignement catholique sur la nature du mariage et sur le mal intrinsèque de la contraception et des actes sexuels en-dehors de l’union matrimoniale ; l’approbation, par le Vatican, des Objectifs du Développement durable des Nations-Unies, qui demandent avec insistance aux États membres la réalisation d’un accès universel à l’avortement, à la contraception et à l’éducation sexuelle d’ici 2030 ; l’approche adoptée concernant l’éducation sexuelle, en particulier dans le chapitre VII d’Amoris laetitia et dans le programme The Meeting Point élaboré par le Conseil pontifical pour la Famille ; et ainsi de suite.

Les signataires, « afin de respecter leurs responsabilités envers ceux qu’ils ont promis de protéger », souhaitent donc « clarifier leur position sur ces thèmes » en « renouvelant leur immuable adhésion aux positions morales fondamentales »  qu’ils énumèrent :

« ils existent certains actes intrinsèquement mauvais qu’il est toujours interdit de commettre ;

le meurtre direct d’un être humain innocent est toujours gravement immoral. Par conséquence l’avortement, l’euthanasie et le suicide assisté sont des actes intrinsèquement mauvais ;

le mariage est l’union exclusive et indissoluble d’un homme et d’une femme et tous les actes sexuels en-dehors du mariage et toutes les formes d’union contre-nature sont intrinsèquement négatifs et gravement nocifs pour les individus et la société ;

l’adultère est un grave péché et ceux qui vivent dans l’adultère ne peuvent être admis aux sacrements de pénitence et de la sainte communion, tant qu’ils ne se repentent pas et ne modifient leur vie ;

les parents sont les premiers éducateurs de leurs enfants et l’éducation sexuelle doit être faite par les parents ou, dans certains cas déterminés, « dans ces centres éducatifs choisis et contrôlés par eux » ;

la séparation de la fin procréative et univoque de l’acte sexuel à travers des moyens contraceptifs est intrinsèquement négative et a des conséquences dévastatrices pour la famille, pour la société et pour l’Église ;

les méthodes de reproduction artificielle sont gravement immorales dans la mesure où elles séparent la procréation de l’acte sexuel et, dans la majeur partie des cas, portent directement à la destruction de la vie humaine dans ses premières étapes ;

il y a uniquement deux sexes, masculin et féminin, chacun d’eux possédant les caractéristiques complémentaires et les différences qui lui sont propres ;

les actes homosexuels sont intrinsèquement mauvais et aucune forme d’union entre personnes de même sexe peut être approuvée d’une quelconque manière.

Comme responsables catholiques pro-vie et pro-famille nous devons rester fidèles à Notre Seigneur Jésus-Christ, qui a confié le dépôt de la foi à son Église. »

En définitive, les signataires spécifient être « obéissants à la hiérarchie de l’Église catholique dans le légitime exercice de son autorité ». Mais précisent-ils « elle ne pourra jamais nous convaincre et nous obliger à abandonner ou contredire un quelconque article de la foi et de la morale catholique ».

L’acte d’accusation est dirigé contre l’actuelle hiérarchie ecclésiastique, pape compris, qui alimente la confusion morale et favorise la révolution anthropologique en cours sous la pression du monde Lgbt et transhumaniste. Ce texte courageux, sans ambiguïtéet ferme, se termine par une déclaration de fidélité à l’enseignement pérenne de l’Église :

« S’il existe un conflit entre les paroles et les actes de n’importe quel membre de la hiérarchie, y compris le pape, et la doctrine que l’Église a toujours enseignée, nous resterons fidèles à l’enseignement pérenne de l’Église. Si nous devions abandonner la foi catholique, nous nous séparerions de Jésus-Christ, à qui nous voulons être unis pour toute l’éternité. Nous, soussignés, promettons de continuer à enseigner et propager les principaux moraux énoncés ci-dessus et tout autre enseignement authentique de l’Église catholique et que jamais, pour aucune raison, nous nous éloignerons d’eux. »

Il est cependant un point qu’il faut noter, et ce sera notre bémol à cette belle déclaration : cette révolution morale bergoglienne, qui sape profondément les fondements de la famille et de la société et qui porte un autre coup mortel à la défense de la vie, n’est pas une génération spontanée, comme on pourrait le croire en lisant ces lignes intrépides. Elle a ses racines, et il est fort dommage que les signataires ne les voient pas, dans la révolution moderniste et progressiste qui s’est opérée à Vatican II. La mentalité relativiste du pape François n’est que le fruit des enseignements doctrinaux libéraux et indifférentistes professés par le dernier Concile et devenus le fondement de l’Église conciliaire qui en est issue, « église nouvelle » qui, après avoir « fait de nouveaux catéchismes, de nouveaux sacrements, une nouvelle messe, une nouvelle liturgie » (dixit Mgr Lefbvre), fait, tout bonnement, une nouvelle morale ! 

Les deux révolutions se tiennent, sont dans la continuité l’une de l’autre. En fait c’est une même et seule révolution anthropocentrique qui, depuis plus de 50 ans, travaille, inlassablement, à couvert et à découvert, à faire table rase du passé. A détruire le catholicisme !

Pour la combattre efficacement, c’est donc bien à l’enseignement pérenne de l’Église qu’il faut rester fidèles, c’est-à-dire à la Tradition intégrale de l’Église catholique en rejetant les novations destructrices et mortifères de Vatican II, source empoisonnée à laquelle s’abreuvent le pape François et sa pastorale immorale !

Francesca de Villasmundo

« Entrées précédentes