Archives de Catégorie: Non classé

PRO FIDE CATHOLICA soutient Livernette et Ploncard, par Laurent Glauzy

Sur ce site, PRO FIDE CATHOLICA, il n’existe aucun conflit de personne, car ce qui compte c’est la pertinence des propos, des engagements et le sens catholique.

Par conséquent, vous trouverez les vidéos de Johann Livernette et de Philippe Ploncard d’Assac, pour exposer notre politique d’une manière authentique et directe. Je n’adhère pas à toutes les positions de Ploncard d’Assac, mais ce qu’il dit ne se trouve nulle part ailleurs et il dit vrai quand il expose le double jeu du front national, qui est bien un parti du système, fondé par un phallocrate, avec l’aide de Mitterrand. Livernette ne démérite pas non plus sur le sujet. Les deux hommes sont complémentaires dans leur vision politique.

J’aime rappeler que l’ami de Jean-Marie Le Pen, son équivalent en Allemagne, feu Franz Schöhnuber, était financé par la Stasi, l’ancienne police politique de RDA (Cf. Jean-Paul Picaper, « Berlin Stasi »). Le Pen était reçu, d’après le journal « La Montagne », au CFR (fondé par Rockefeller), en 1987. Sa fille n’exprime que sa continuité, celle d’une famille sans raffinement, tirant à son profit les ficelles du nationalisme : ils sont des clowns parmi d’autres de la scène politique. Et concernant Marion Maréchal Le Pen, dont le père était un agent du Mossad, cette nièce qui était partie pour mieux revenir, via les Etats-Unis (sic) est là pour tromper et draguer le vote catholique. Je vous renvoie à l’analyse juste et fine de Johann Livernette à son sujet dans un Rivarol, il y a un mois.

Concernant Escada, je n’ai pas participé à sa Fête du « Pays Réel » car j’y vois une tromperie de plus, que j’ai suffisamment exprimée, et qu’expose à la perfection Ploncard dans la première partie de sa vidéo à travers des éléments nouveaux.

 

ABSTINENT ET ÉPANOUI, EST-CE POSSIBLE ? par Laurent Glauzy

Sans détour, je dirais que c’est indissociable. Bien sûr, je parle d’une abstinence complète.

Avant de développer et d’argumenter sur les moyens d’y parvenir, il y a lieu d’exposer que l’abstinence est la seule voie d’épanouissement en dehors de la famille.

La femme et l’homme doivent se rencontrer pour fonder un foyer. Hormis ce cadre naturel, l’homme et la femme n’ont rien à faire ensemble. Ce que les occidentaux, dans leur esprit « débilisant » et dégénéré ne comprennent pas et ne comprendront jamais. Empreints de « bons principes » faux, respirant à plein nez les odeurs du monde, ils contribuent à l’explosion des divorces, des suicides, des dépressions, qui sont des éléments clairs d’un monde qui tourne à l’envers.

Étant donné que leur grille de lecture est inexistante, car elle nie Dieu, l’occident ne peut pas analyser et tirer le bénéfice de ses échecs qui fait voler en éclats l’héritage de ses ancêtres.

L’homme occidental rêve. Il rêve de l’harmonie dans le couple, et d’une harmonie sans Dieu. C’est complètement impossible. Et les hommes dans leur manque de virilité et de maturité apportent leur pierre dans ce mauvais édifice branlant. C’est vraiment de la folie pure. C’est oublier aussi que la femme qui n’est pas dans Dieu, est inspirée par le démon. Un vieil Algérien, plein de sagesse, me confiait que « les femmes sont tellement vicieuses qu’à la soixantaine, c’est le démon qui vient leur demander conseil. » La Française s’offusque de ces propos, tandis que la femme arabe y sourit avec élégance. Encore une différence : la vérité fait peur aux occidentaux décadents. Ce sont d’ailleurs les mêmes qui croient que le monde arabe est violent. Une vraie femme arabe connaît tout de l’homme, de ses aspirations et du vrai amour.

J’écrirais avec un brin d’humour que l’homme aspire au calme ; la femme pour sa part cherche à encombrer son esprit. C’est ainsi. C’est une manière de le posséder. Très schématiquement, voilà comment ça se passe : « Chéri, je vais faire une sieste. » Réponse : « N’oublie pas de rentrer le pot de fleur et qu’ensuite tu dois aller faire les courses. » Voilà la Française dans toute la splendeur de sa connerie et de sa grossièreté. Ce que ne comprend pas cette idiote immature, c’est que la femme est faite pour servir l’homme, en vivant effacée derrière lui, et l’homme doit nourrir son foyer. Ainsi, l’amour est pérenne et grandissant. La femme n’a pas à commander, car seul l’homme (quand il s’agit d’un vrai homme, ce qui est rare en occident et chez les catholiques) a le discernement. Les femmes qui ont le discernement sont masculines. Bref, c’est un peu la réplique du film « gazon maudit ».

La femme latine (avant) et arabes (à l’exception de la Marocaine qui est la reine des dévergondés, des vénales, des manipulatrices et des menteuses) connaît sa place dans un couple. Pas en occident. La femme occidentale parle et rit avec les hommes, car la confiance doit exister. Comme si le démon ne pouvait pas se jouer de cette confiance très naïve que l’on voudrait placer au-dessus des lois et des attirances naturelles.

Donc, en dehors du mariage, un catholique doit être parfaitement abstinent. Comment couper toute envie sexuelle, c’est-à-dire sans penchant pour la pratique sans conjoint ? Si, les Musulmans ont su garder des relations saines dans le couple, contrairement aux occidentaux, en revanche, ils pensent que l’abstinence est impossible. C’est impossible pour eux, car leur croyance est fausse et ils n’obtiennent pas les grâces que les catholiques traditionalistes ont avec une pratique SÉRIEUSE des Sacrements.

Car, le fondement de toute vie saine réside en deux principes : une vie religieuse soignée et une vie réglée.

Une vie religieuse soignée signifie la pratique courante des sacrements : confession au moins deux fois par mois. Une fois par semaine est l’idéal. Bien entendu, la confession doit être sérieuse, et sans attente. A Paris, on fait le tour des prêtres, nombreux, pour cracher du bout des lèvres une petite confession. Ou alors, on attend deux mois. Autant dire que le Bon Dieu méprise ses pratiques tièdes, et que la Sacrement n’a aucune valeur. Je dois l’avouer : je n’ai jamais vu de catholiques aussi tièdes qu’à Paris. La confession doit se faire avec un bon prêtre qui prend le temps d’analyser, de poser les bonnes questions. Ce qui devient de plus en plus rare aussi dans la Fraternité saint Pie X. Pour la Fraternité saint Pierre et la confrérie du Christ-Roy, je préfère ne rien dire. Autant aller chez un psy ou lire Freud et le Talmud.

La messe au moins une fois par semaine. La prière du matin et du soir et le rosaire doivent être quotidiennes. Pour l’abstinence, le chapelet ne suffit pas. La sainte Vierge demande AU MOINS le chapelet de manière quotidienne. La retraite saint Ignace dont le principe est « cinq jours pour l’éternité » doit être pratiquée une fois par an. Chez les mous, on se gargarise souvent d’avoir fait une retraite saint Ignace il y a dix ans. Bilan, on se souvient davantage des repas et d’anecdotes stupides, et l’on oublie la pratique quotidienne qui est la guidance d’une vie spirituelle ordonnée. Ainsi, les bienfaits de la retraite se poursuivent les mois d’après si l’on conduit sa vie dans un cadre de prières sérieux. Le Bon Dieu continue à dispenser ses grâces, contrairement à quelqu’un qui ne tient pas ses engagements et ne montre aucune réforme sur les mois qui suivent.

Le désordre est le coussin du diable. La personne parfaitement abstinente doit avoir une vie réglée. Le soir, on arrête l’ordinateur et l’on se couche le plus tôt possible avec une bonne lecture sur la vie des saints. En faisant sa prière du soir, on peut aussi admirer une Croix et l’embrasser. Le saint curé d’Ars entrant dans son église aperçoit un paysan en prière. Une heure après, il l’interrompt le fidèle pour lui demander ce qu’il fait. Le paysan répond : « je regarde la Croix et je sais que Dieu me voit, je suis heureux ». Le Bon Dieu envoyait ses anges pour remplir le cœur de ce paysan.

Voilà les ingrédients d’une vie catholique, d’une vie ordonnée. Il est évident que cette pratique de l’abstinence génère au début de la déprime, des hésitations, car il est difficile de passer d’une vie désordonnée à une vie ordonnée. Mais peu à peu, l’âme se détache du matériel, et s’élève pour remplir le cœur. Ainsi, l’esprit qui est totalement libéré peut aller vers l’étude de nouveaux centres d’intérêt comme l’étude des langues, la fréquentation de maisons religieuses, etc. Mais, il faut plus que le chapelet. Il faut le rosaire.

Si votre vie est en désordre et que vous espérez vous épanouir dans le péché, non seulement vous irez en enfer, mais vous ne constituerez jamais un modèle pour des âmes à convertir qui sont déjà dans votre proche entourage. En prenant son temps à aimer le Bon Dieu, nous apprenons déjà à le connaître dans la joie d’être catholique ici bas et de fréquenter les Sacrements l’âme de plus en plus propre, sans être un catho coincé et mal dans sa peau « avec le dernier bouton de la chemise attachée ». Un catho abstinent, doit être élégant, bien habillé, souriant, généreux dans son comportement et ses sentiments, avenant et sportif : l’âme et le cœur légers et RÉELLEMENT LIBRES. Car, l’équilibre n’existe que dans Dieu seul. Et, puis, messieurs, plus vous êtes dans Dieu, dans la pureté et la sincérité, plus vous êtes beaux !

Image : la beauté et l’émotion d’une âme tournée vers le Christ par Marie.

LE DECALOGUE DE SATAN réédité et préfacé par Laurent Glauzy

Le nouveau livre d’auteur inconnu et préfacé par Laurent Glauzy sort en avril 2018.

Il s’agit d’un ouvrage grand format qui comptera plus de 500 pages dont 12 pages en courage : « Le Décalogue de Satan » est un livre choc.

4e DE COUVERTURE

De nombreux documents inédits et introuvables retracent trois siècles de complots menés par la franc-maçonnerie, et dévoilent les origines sataniques de la déclaration des droits de l’homme de 1789. À l’instar de Pie VI, les papes condamnèrent, bien entendu avant Vatican II, ces droits monstrueux qui entraînent la damnation des âmes.

La révolution mondiale se développe depuis deux siècles en s’appuyant sur les principes révolutionnaires. Elle a même gangrené le clergé ! Vatican II n’est qu’un écho de la doctrine élaborée dans les loges au XVIIIe siècle. Ainsi, ces pages dévoilent l’étrange mise en scène de l’intronisation dans les loges de Jean XXIII, l’implication de Paul VI avec le KGB et l’assassinat de prêtres envoyés en mission secrète en Union soviétique. Ce pape juif sodomite collaborait dans ses œuvres criminelles avec un certain Alighiero Tondi, devenu prêtre en 1936 à la demande d’une section spéciale du Parti communiste italien et entraîné à l’espionnage à l’Université Lénine de Moscou. Après l’avènement de Paul VI, il retourna à Rome avec sa femme communiste, qui fut élue membre de la Ve Législature en 1968.

C’est dans cet empire soviétique dédié aux talmudistes et à Satan, que l’architecte Stjusev construisit en 1932 le Mausolée de Lénine dédié au prince des Ténèbres… D’ailleurs, conformément à ces mêmes préceptes, le juif Karl Marx était un sataniste qui adhérait à la secte de Johanna Southcott vénérant la déesse Shilo.

Comme nous le constatons, Vatican II n’est pas épargné par le satanisme : il en est au contraire une des têtes de l’hydre et de la Synagogue de Satan. Le Dr Joseph Lichten (né Lichtensztul), juif d’origine polonaise, américain, membre de la franc-maçonnerie juive le B’naï B’rith et de l’Anti-defamation League qu’il représentait officiellement à Rome, chargé d’affaires officieux de l’État d’Israël auprès du Saint-Siège, se voit conférer le 1er juillet 1986, par Jean-Paul II, l’ordre de saint Grégoire avec la dignité de commandeur. En 1990, le « pape » décerne cette même distinction au pédo-sataniste Jimmy Savile. Ce proche ami du prince Charles se faisait notamment embaucher dans les hôpitaux pour y violer les cadavres. Plusieurs frères maçons assisteront à ses funérailles à la cathédrale de Leeds, le 8 novembre 2011. Jean-Paul II avait aussi côtoyé la famille Solvay, nom d’une dynastie d’industriels belges qui apparaît dans l’affaire du pédo-criminel Dutroux. Jean-Paul II semblait bien proche des juifs et des pédo-satanistes.

Le présent ouvrage, dont l’auteur reste inconnu, fait également toute la lumière sur la Révolution dite « française », ses mêmes principes talmudistes et lucifériens. Ainsi, apprenons-nous que si le cardinal Fleury, premier-ministre de Louis XV, interdit la maçonnerie en 1737, les loges tranchèrent en revanche la tête de Louis selon le rituel kadosch ; et que les révolutionnaires talmudistes tentèrent de gazer les vendéens ! Un vrai génocide celui-là !

 

RESERVATION ET PAIEMENT

34 € (port compris)

Vous pouvez le réserver sur Paypal : laurent-blancy@neuf.fr et par chèque à : Laurent Glauzy – BP 25 – 91151 Etampes Cedex

 

LE CRIF ET LA NUMEROLOGIE SATANISTE

Le 33e dîner du Conseil représentatif des Institutions juives de France (Crif) aura lieu le 7 mars prochain au Carrousel du Louvre.

Si l’on considère ce rendez-vous au prisme de la numérologie nous constatons que le 7 mars, sera le 66e jour de l’année, dans les fondements d’une pyramide qui compte 666 carreaux. Nous sommes bien en plein numérologie satanique.

Le Chanoine Crampon qui a fait une traduction de  la Bible en français portant son nom explique ainsi, dans les annotations, le nombre 666 : « La meilleure solution de l’énigme ne serait-elle plus de considérer le nombre 666, non plus comme la somme des valeurs numériques des lettres d’un nom propre, mais comme un nombre symbolique exprimant par lui-même, à la manière d’un nom, la nature de l’Antéchrist. Le nombre 7, est un nombre religieux, le nombre de la Création sanctifiée par le sabbat divin. Le nombre 8, d’après une idée commune chez les Pères, est le symbole du grand jour de la béatitude éternelle, octave glorieuse, succédant aux sept jours du Dieu créateur et sanctificateur, pour achever la grande semaine divine ; c’est donc le nombre de la Création restaurée et glorifiée par le Christ. Le nombre 6 restant en-dessous de 7, ne serait-il pas le nombre de la Création sans sabbat, de l’homme sans religion, sans Dieu ? Ainsi, l’ont pensé le Vénérable Bède et le Bienheureux Albert-le-Grand. »

Nuremberg fut aussi un tribunal monté sur une logique satanique et numérologique :

Le jugement fut donné après 218 [2+1+8=11] jours d’audition de 236 [2+3+6=11] témoins, écoutés pendant 11 mois et produisant 5330 [5+3+3=11] documents sur 22 [2×11] accusés et 11 condamnés à mort présents : Hermann Göring, Robert Ley, Hans Frank, Alfred Jodl, Ernst Kaltenbrunner, Wilhelm Keitel, Joachim von Ribbentrop, Alfred Rosenberg, Fritz Saukel, Arthur Seyss-Inquart et Julius Sreicher.

Louis Marschalko, écrivain de pièces de théâtre et poète, nationaliste hongrois et auteur en 1958 de The World Conquerors : The Real War Criminals (Les conquérants du monde : les réels criminels de guerre) observe : « Sur les trois mille employés du tribunal de Nuremberg, 2 400 étaient juifs. Beaucoup d’entre eux portaient indument des uniformes. Dans les salles du tribunal de Nuremberg, des juifs triomphants s’opposaient aux malchanceux et aux prisonniers assis sur le banc des accusés par des logorrhées de mensonges et des fausses preuves. »

Mgr Williamson: la vraie tradition ?

Il ne fait aucun doute que Mgr Williamson est un véritable homme de l’Eglise Traditionnelle.

Entre Escada qui fait de la politique et la Fraternité saint Pie X (malgré la qualité de ses prêtres) au discours si peu viril et douillé, on ne peut que tomber d’accord avec Mgr Williamson.

Je suis navré mais je suis de plus en plus lassé par le discours mou de la fraternité saint Pie X dont je suis persuadé que l’élite est financée par la crasse apatride. Dans la fraternité, rien ne stimule le spirituel. On s’endort, c’est toujours pareil. On y sens l’imprégnation de l’esprit maçonnique que définit Mgr Williamson.

La fraternité atteint le summum de la rebellion en parlant de l’islam, alors que Mgr Williamson parle de la franc-maçonnerie et des juifs.

Mgr Williamson, en tout cas parle vrai et sans détours.

 

CHINE : LES PLUS GRANDES PYRAMIDES AU MONDE par Laurent Glauzy

Dans le nord de la Chine, dans les plaines du Quin Chuan, le paysage cache les plus grandes pyramides du monde. L’une d’entre elles, la « pyramide blanche » est deux fois plus grande que la pyramide de Cheops ou « Grande Pyramide », en Egypte.

Pourquoi cette réalité est-elle cachée ?

L’homme d’aujourd’hui doit ignorer que les premières civilisations, qui découlent notamment de l’Atlantide, étaient bien plus avancées sur le plan technique que la nôtre. Les théories darwinistes sont battues en brèches, mais pas suffisamment, car le mythe ou le mensonge de la préhistoire cher aux évolutionnistes ne tombe pas : on rit de Darwin, mais les dégâts causés par ses billevesées sont négligés.

À ce sujet nous constatons que les peintures constituant l’art pariétal des grottes ne sont jamais dans les entrées mais dans des supports sombres et inaccessibles des grottes.

Toutes ces réalités sont mentionnées dans deux de mes ouvrages LES GEANTS ET L’ATLANTIDE : REVELATIONS DE L’ARCHEOLOGIE (existe en versions US et D) et LES MYSTERES DE L’ILE DE PÂQUES A LA LUMIERE DU CREATIONNISME.

Il faut rendre aussi à Jacques Grimaut son mérite d’avoir étudié ces sujets avec beaucoup d’honnêteté et de profondeur.

2 février : la chandeleur (origines et histoire)

Nom populaire de la fête chrétienne commémorant la « présentation de Jésus au Temple » (et, dans le calendrier traditionnel, « la purification de la sainte Vierge »), il nous vient du latin  festa candelarum (fête des chandelles), en raison de la bénédiction des cierges qui avait lieu ce jour-là. Quarante jours après Noël, l’Église célèbre l’épisode rapporté dans l’Évangile selon Saint Luc (Luc, 2, 22-35) de la présentation de l’Enfant au temple de Jérusalem : obligation sacrée, à cette époque, pour chaque nouveau-né (un peu comme le baptême par la suite).

Le vieillard Siméon avait alors reconnu en le Christ la « lumière pour éclairer les nations ». Célébrée à Jérusalem dès le IVe siècle, la procession des cierges (les chandelles) vit le jour vers 450. La célébration s’exporta en Syrie, à Constantinople puis à Rome (sous le pontificat de Sergius Ier, d’origine syrienne). Une procession avait alors lieu à l’aurore entre le Forum et Sainte-Marie-Majeure. L’utilisation des cierges serait à rapprocher de l’ancien usage des Romains de déposer des lampes funéraires sur les tombes des ancêtres du 13 au 21 février.

Ils cherchaient à éloigner les esprits des ténèbres (février vient du februare, « purifier ») ; la fin de l’hiver annonçant chez eux le réveil des forces chtoniennes. Dans le calendrier celtique, le premier février correspondait à la fête d’Imbolc, culte domestique destiné à protéger et purifier la maison. La pâtisserie rituelle associée à la chandeleur est la crêpe, également caractéristique du carnaval.

Faite de farine, lait et œufs, elle servait à prouver que l’on avait encore des réserves à la fin de l’hiver et jouait un rôle protecteur : la première devait être lancée sur le dessus d’une armoire, pour veiller à l’économie familiale, et une pièce en or dans la main selon certaines superstitions, pour s’assurer la fortune toute l’année. Une scène du film Archimède le clochard (campé par un Gabin truculent, réalisé par Gilles Grangier en 1959) illustre d’ailleurs cet usage.

Cette dernière fête familiale marque la fin du temps de Noël (en Provence, la crèche est enlevée à ce moment). Y succéderont les jours gras, tournés vers l’extérieur. Le 2 février était aussi la « fête de la purification de Marie » de la fin du VIIIe siècle à 1969 (nouveau calendrier romain mis en place par Paul VI). Là encore, la Sainte Vierge, bien que n’ayant nul besoin d’être « purifiée », se soumet à cette obligation rituelle.

Retrouvez cet article et l’info alternative sur : http://www.contre-info.com

« Entrées précédentes