Archives de Catégorie: Sciences

« Vous êtes Fous d’Avalez ça » ! Un industriel de l’Agroalimentaire dénonce !

Matières premières avariées, marchandises trafiquées, contrôles d’hygiène contournés, Christophe Brusset dénonce les multiples dérives dont il est, depuis vingt ans, le complice ou le témoin dans les coulisses de l’industrie agroalimentaire. Ingénieur de haut niveau devenu dirigeant au sein de groupes internationaux, à 44 ans, il a décidé de « faire aujourd’hui son devoir » et de briser la loi du silence.
Piment indien rempli de crottes de souris, thé vert de Chine bourré de pesticides, faux safran marocain, viande de cheval transformée en boeuf, confiture de fraises sans fraises, origan coupé aux feuilles d’olivier, etc. Les arnaques qu’il révèle sont nombreuses mais ses conseils rassemblés dans son « guide de survie en magasin » devraient vous permettre d’en déjouer la plupart. Christophe Brusset raconte la course de vitesse planétaire entre fraudeurs pour fournir aux industriels des matières premières toujours moins chères.
Son récit effarant est une plongée saisissante et pleine d’humour dans un monde souvent sans foi ni loi.
« Soyons directs, ce qui intéresse les industriels, c’est votre argent. Pas votre bonheur ni votre santé ! »

Vous êtes fous d’avaler ça !: Un industriel de l’agroalimentaire dénonce

  • Christophe Brusset
  • Flammarion
  • Format Kindle
  • Français
Vous êtes fous d'avaler ça !: Un industriel de l'agroalimentaire dénonce
Site Planètes 360 : https://t.co/VrdAhDMJdE

Plus de six millions de Français boivent une eau contaminée au tritium.

Info sur TV Liberté : L’association pour le contrôle de la radioactivité dans l’Ouest (ACRO), basée près de Caen, révèle la présence de tritium dans l’eau potable de 6,4 millions de Français, d’après les données du ministère de la Santé. Si le seuil de contamination ne dépasse pas la limite autorisée, cette contamination pose la question de la vulnérabilité du système d’eau potable, notamment en cas de catastrophe (Voir la carte).

Voir carte

Un système d’eau potable particulièrement vulnérable

La présence de tritium concerne au total 268 commune et 6,4 millions d’habitants, pour lesquels l’eau potable est puisée dans les cours d’eau. Ainsi, des zones comme la vallée du Rhône ou la Normandie, pourtant fortement nucléarisées n’apparaissent pas car l’eau est captée ailleurs.

Si la contamination reste en dessous des niveaux acceptés par les autorités sanitaires, à savoir 100 Bq/l avant d’engager des contrôles supplémentaires, le tritium est un « lanceur d’alerte«  pour l’ACRO, qui précise qu’ »En cas d’accident grave sur une de ces centrales, il n’y aura pas que le tritium rejeté et ce sont des millions de personnes qui risquent d’être privées d’eau potable« . L’association avertit qu’en cas de catastrophe, près de deux millions de personnes et des grandes villes comme Orléans, Blois, Tours, Angers et Nantes, pourraient être touchées. En Île-de-France, cela pourrait affecter quatre millions de personnes.

L’ACRO s’interroge :  « Les autorités sont-elles préparées?« . Pour l’association, il n’existe à ce jour pas de plan ORSEC eau potable. « Le risque est incroyable et montre une vulnérabilité impressionnante du système d’eau potable en France, il y a un véritable trou noir sur l’eau potable dans les plans d’urgence« .

L’ACRO lance un observatoire citoyen de la radioactivité

En attendant une réaction du gouvernement, l’ACRO a lancé un « Observatoire citoyen de la radioactivité dans l’eau », auquel vous pouvez participer en vous rendant sur son site internet.

Pour rappel : Le tritium est une forme radioactive de l’hydrogène rejeté par les installations nucléaires relativement rare à l’état naturel, mais est émis dans l’environnement par l’industrie nucléaire : dans le fonctionnement normal des réacteurs nucléaires, et lors du traitement des éléments combustibles. Il est également produit lors d’explosions nucléaires. La période radioactive du tritium est de 12,32 ans

Source : France Bleu Le Parisien
Illustration : porte-clé contenant du tritium, interdit dans certains pays, dont la France (Wikipedia)

*****

Screenshot_2019-07-19 ACROTritium.png

Maladie de Lyme : une expérimentation secrète du Pentagone qui aurait dérapé ?

Ouest France : https://t.co/Pgxri95RJI

Ouest France serait-il devenu un Journal « Complotiste » ?

 

Le Pentagone serait-il responsable de la propagation de la maladie de Lyme ? Cette maladie est apparue aux États-Unis et elle touche désormais 80 pays dans le monde. Les parlementaires américains veulent savoir.

Plus de 67 000 nouveaux cas de Lyme ont été enregistrés en 2018, en France. | AFP

Plus de 67 000 nouveaux cas de Lyme ont été enregistrés en 2018, en France.

Les militaires américains ont-ils, entre 1950 et 1975, effectué des expériences sur des tiques pour en faire des armes biologiques ?

Les élus de la Chambre des représentants voudraient bien le savoir ; c’est pourquoi ils ont approuvé un amendement demandant à l’Inspection générale un rapport sur ces tests et sur le risque que ces tiques « modifiées » aient contribué à la propagation de la maladie de Lyme. Une maladie véhiculée par des tiques qui sont contaminées par des bactéries et qui vivent dans des zones tempérées, humides et boisées.

Cette endémie toucherait plusieurs millions d’humains qui, par conséquent, souffrent d’arthrite rhumatoïde juvénile. En France, une augmentation significative du nombre de nouveaux cas de maladie de Lyme a été constatée entre 2017 et 2018 (104 cas pour 100 000 habitants en 2018 contre 69 cas pour 100 000 en 2017).

Un labo militaire dans le collimateur

Le centre de Plum Island est situé près de la ville de Lyme qui a donné son nom à la maladie. | DHS

La ville de Lyme, d’où la maladie tire son nom, se trouve à seulement 15 kilomètres d’un laboratoire du gouvernement américain, le Plum Island Animal Disease Center. Ce laboratoire n’a ouvert ses portes à la presse qu’en 1992 et ses activités sont longtemps restées secrètes. En 2002, le contrôle du Plum Island Animal Disease Center est passé du Département de l’Agriculture à celui du Département de la Sécurité intérieure (NHS).

Ce centre de tests biologiques, situé dans l’État de New York et ouvert en 1954, a bien mené des expériences basées sur « la contamination de mouches, de moustiques et de tiques avec des germes biologiques ». Des tiques « biologiquement militarisées » auraient pu s’en échapper vers 1975 et auraient provoqué l’apparition de la maladie qui ne serait pas une simple infection bactérienne.

Cette théorie n’est pas nouvelle. Elle date de 2004. Elle a été reprise dans un livre paru en mai. Kris Newby, un enseignant de la Stanford University lui-même souffrant de la maladie de Lyme, y soutient que la maladie est en fait une expérimentation militaire qui a dérapé.

Les insectes, des alliés

En attendant les résultats de l’enquête parlementaire, les recherches militaires sur les insectes se poursuivent aux États-Unis. Plum Island Animal Disease Center va fermer en 2023 mais les travaux qui y sont conduits se poursuivront à partir de mai 2021 dans un nouveau laboratoire installé dans le Kansas et baptisé National Bio and Agro-Defense Facility (NBAF).

Le DoD s’intéresse aux micro-drones qui peuvent opérer dans des espaces minuscules. | DARPA

Parallèlement, le Pentagone poursuit ses recherches. La fameuse DARPA, la Defense Advanced Research Projects Agency, ne se contente pas de développer des microdrones de la taille d’insecte dans le cadre du projet SHRIMP (SHort-Range Independent Microrobotic Platforms) que conduisent Honeywell International Inc. Automation and Control Solutions (ACS) et la Rutgers University (New Brunswick).

Elle mène actuellement un programme défensif baptisé « Insect Allies » pour développer des espèces capables de combattre d’autres espèces invasives, voire introduites par des terroristes ou des États-voyoux.

Pour la DARPA qui a été accusée de modifier des insectes pour disséminer des virus de façon offensive, « il ne s’agit nullement de créer une nouvelle arme bactériologique, nos buts sont pacifiques et visent à assurer la sécurité alimentaire nationale». Elle assure que les tests ont lieu dans des espaces confinés, sécurisés et que les « insectes alliés » ne sont pas destinés à être remis en liberté.

Un autre projet de la DARPA vise à implanter des cerveaux d’insectes (!) dans des robots. L’appel d’offres date de janvier 2019 et est intitulé « Microscale Bio-mimetic Robust Artifical Intelligence Network ».

*****

La Maladie de Lyme par Philippe Jandrok – Part 1 –

 

La Maladie de Lyme par Philippe Jandrok – Part 2 –

Pilule : une invention juive revendiquée, mais recommandée à l’usage des goyim.

George Rosenkranz, inventeur juif de la pilule, décède à l’âge de 103 ans

George Rosenkranz, inventeur juif de la pilule, décède à l’âge de 103 ans

George Rosenkranz, qui au début des années 50, en compagnie d’un autre chimiste juif, Carl Djerassi (tous deux réfugiés de l’Europe occupée par les nazis), a synthétisé la progestérone qui devait être utilisée dans l’une des deux premières pilules contraceptives orales combinées, et est toujours utilisée par des millions de femmes du monde entier. Il est décédé à Atherthon, en Californie, dimanche, à deux mois de son 103e anniversaire.

Claudia Flavell-While, en 2017, a écrit dans The Chemical Engineer que «l’impact et l’importance de la pilule contraceptive ne sauraient être surestimés».

Selon Flavell-While, Rosenkranz et Djerassi, ainsi qu’un troisième chimiste juif, Luis Miramontes, un réfugié autrichien, se proposaient de synthé-tiser un stéroïde à la progestérone.

«C’est à Miramontes qu’il incombait de faire la plupart des travaux pratiques. C’est ainsi que le 15 octobre 1951, Miramontes acheva la synthèse du 19-nor-17α-éthynyltestostérone ou, en abrégé, du« noréthindrone », qui s’est révélé être le premier contraceptif oral. pour être synthétisé « , a écrit Flavell-While, ajoutant : » La substance était aussi bonne que l’équipe l’avait espéré, s’avérant être l’hormone progestative orale la plus active de son temps. «

Selon le même auteur, la progestérone était initialement utilisée pour traiter les troubles menstruels et la stérilité. Personne n’y voyait un moyen de contraception efficace, et quand ils l’ont fait, ils ne pensaient pas que la société conservatrice de l’après-guerre approuverait. Ou, comme Rosenkranz l’a dit des années plus tard : «J’ai parcouru l’Europe et le monde en offrant le contraceptif, mais personne ne le voulait».

Deux femmes, Margaret Sanger et Katharine Dexter McCormick, défenseurs des droits des femmes, qui estimaient qu’une pilule contraceptive changerait radicalement le statut des femmes – ce qu’elle a fait – a payé un autre scientifique juif, Gregory Goodwin Pincus, pour développer la pilule contraceptive.

Le succès radical de la «libération des femmes» du 20ème siècle, que vous soyez pour ou contre, ne pouvait être imaginé sans la pilule. Sans une méthode de contraception presque complète, la révolution sexuelle n’aurait pas été possible. Être capable de choisir si et quand tomber enceinte a permis aux femmes de contrôler leur vie professionnelle et d’être égales dans leur vie familiale.

Ensuite sur le plan de la loi Juive, cette découverte a eu des effets non souhaités. »

Rappelons, au-delà de ce récit à la syntaxe douteuse, pour éclairer la réalité historique, que c’est Katherine Mc Cornick seule, multimillionnaire autant grâce à son héritage familial qu’à celui de son mari, qui finança Pincus jusque dans les années 60…

https://fr.wikipedia.org/wiki/Katharine_McCormick

Dans le même temps, le talmudisme interdit très généralement la contraception !

https://www.torah-box.com/question/quelle-contraception-selon-le-talmud_1764.html

https://www.ecoute-juive.com/nidah-purete-familiale/nidah-contraception-informations-judaisme.php

Claude Timmerman

Medias-Presse Info : https://t.co/Zv5iZj05sq

Un Merveilleux Remède contre tous les Maux : L’argent colloïdal.

C’est le Remède par excellence de nos Aïeux. L’Argent Colloïdal permet une Bonne Santé Permanente, c’est pourquoi il a été relayé au rang des Oubliettes par l’intelligencia qui ne veut pas de gens en bonne santé.

De plus, le Big Pharma indique désormais qu’il ne faut surtout pas boire l’Argent Colloïdal !

Et pourquoi ne fait-il pas boire l’Argent Colloïdal, remède de nos Aïeux ?

Tout simplement parce-que l’Argent Colloïdal permet LA GUERISON des maladies dites « incurables » par le Big Pharma. Des vétérinaires ont soigné des animaux atteints de la « maladie de carré » dite « maladie incurable et mortelle » avec de l’Argent Colloïdal, les animaux ont retrouvé la santé et la maladie s’en est allée.

Pour être en Bonne Santé tout le Temps, prenait tous les Jours de l’Argent Colloïdal qui est aussi excellent pour la Peau.

De plus en plus de Médecins informent sur les remèdes qu’ils ont été dans l’obligation de jetter aux oubliettes, grand Merci à eux pour en parler et mettre en évidence leurs bienfaits. Le Clhorure de Magnésium est également excellent et pour les humains et pour les animaux…………………et pour les Plantes.

L’Argent Colloïdal est l’Effaceur par Excellence du Mercure contenu dans les Vaccins.

 

Site « Alternative Santé » : https://www.alternativesante.fr/antibiotiques/l-argent-colloidal-antibiotique-interdit

argent colloïdalargent colloïdal

Une simple suspension de particules d’argent microscopiques dans de l’eau ultra pure… rien de plus. C’est ce que l’on appelle l’argent colloïdal et c’est un des meilleurs remèdes naturels qui soit. Il est capable de : tuer la plupart des microbes et virus pathogènes ; accélérer la cicatrisation des blessures et des brûlures ; soigner la peau et les allergies ; stimuler les défenses naturelles ; purifier l’eau… Et pourtant, il est aujourd’hui interdit à la vente en France pour une utilisation par voie interne. Aucune raison scientifique n’explique cette interdiction, mais l’industrie pharmaceutique est parvenue à lui faire la peau.

L’antibiotique d’avant… les antibiotiques

L’argent colloïdal fut utilisé par les médecins de manière intensive pendant près d’un demi-siècle jusqu’au début des années 40. Tombé dans les oubliettes de l’histoire après l’invention des antibiotiques de synthèse, il fait un retour en force depuis que ces derniers semblent en passe de perdre la guerre contre l’infection. Son action «magique» s’accompagne de solides preuves scientifiques, si bien que des médecins ont pu déclarer : «L’argent est notre meilleure arme contre les microbes» – Dr Harry Margraf, (Washington University, St Louis). «L’argent tue même les souches résistances aux antibiotiques et stimule la cicatrisation de la peau.»– Dr Robert Becker, (Syracuse University, New York). La majorité des antibiotiques, sur prescription médicale, ne tue qu’une partie des agents causant des maladies, avec des bactéries de plus en plus antibiorésistantes, alors que l’argent colloïdal est efficace contre environ 650 pathogènes (travaux du Dr. Henri Crooks).

Les utilisations médicales de l’argent dans l’histoire

Les propriétés germicides et bactéricides de l’Argent-métal sont connues depuis l’Antiquité. Grecs, Perses et Romains l’utilisaient dans la vie domestique couramment. Ils employaient des récipients en argent pour stocker divers liquides (eau, vin, etc.) destinés aux souverains et à l’aristocratie. Ces liquides conservaient ainsi leur fraîcheur et leurs qualités plus longtemps que dans d’autres récipients. L’argent servait aussi à fabriquer des ustensiles de table et de cuisine, une tradition qui s’est perpétuée jusqu’à nos jours.

Pourquoi ne pas avoir choisi un autre métal, moins onéreux : nos ancêtres avaient compris qu’ingérer ainsi régulièrement d’infimes particules d’argent contribuait à renforcer l’immunité vis-à-vis de certaines maladies. Bien sûr cette pratique n’était fondée que sur des connaissances empiriques.

C’est certainement la tradition du thé britannique, de l’eau bouillie servie dans des théières d’argent, qui a permis à la Grande Bretagne de survivre aux terribles miasmes de ses colonies, tant en Inde, qu’à Hong Kong et partout ailleurs. Il était courant de placer des pièces d’argent au fond des récipients contenant du lait ou des aliments pour en préserver la fraîcheur, une méthode adoptée au 19ème siècle par les pionniers américains. Très récemment encore, dans la deuxième partie du 20ème siècle, lorsque les pharmaciens préparaient des potions ou des onguents dans les arrière-boutiques, ils mettaient au fond du pot une feuille d’argent.

Albert Schweitzer, la Nasa ou les hôpitaux américains sont-ils des empoisonneurs ?

Le bien fondé de ces pratiques populaires a été démontré par les recherches modernes. On a pu déterminer que l’Argent métallique se dissout dans l’eau à un taux d’environ 10 parties par milliard, soit 10 microgrammes par litre, et que cette dose pourtant extrêmement faible (0,01 ppm) tue les colibacilles et les salmonelles. C’est sur ce principe qu’est fabriqué l’argent colloïdal que l’on peut se procurer aujourd’hui dans le commerce (voir carnet d’adresse). Les concentrations sont plus élevées (en général 15 PPM) car elles ne résultent pas de la seule dissolution naturelle de l’argent colloïdal mais utilisent la technique de l’électrolyse (voir plus loin la technique de fabrication) .

En 1928, renouant avec la tradition, GA. Krause eut l’idée de placer un revêtement d’argent dans les systèmes de filtration à usage domestique. En 1929, le Dr Albert Schweitzer, rapporta que tous les pathogènes se trouvaient éliminés quand l’eau était traitée avec des particules d’argent porteuses d’une charge électrique. Le terme argent colloïdal n’était pas encore en usage. Il démontra également que ce traitement n’était pas nocif vis à vis des micro-organismes bénéfiques.

Aujourd’hui, les meilleurs filtres à eau emploient l’argent pour éviter la contamination des bougies filtrantes et de nombreuses compagnies aériennes utilisent ce filtre à bord de leurs avions. La NASA a choisi un système de traitement de l’eau à base de colloïdes d’argent pour ses navettes spatiales. Les Russes utilisent également l’argent colloïdal pour stériliser l’eau à bord des navettes spatiales.

Aux Etats Unis, certaines villes ont choisi l’argent pour le traitement des eaux usées et des piscines. Au Nébraska, on a démontré l’efficacité de l’argent colloïdal en décontaminant un bassin volontairement pollué par le colibacille. Passant dans des filtres équipés d’électrodes d’Argent, cette eau a été totalement purifiée en l’espace de 3 heures.

Des études ont révélé que les réseaux internes de distribution d’eau dans les hôpitaux étaient les principaux responsables de la « maladie du légionnaire », une espèce de pneumonie, acquise à l’hôpital. La plupart des grands hôpitaux américains ont installé des systèmes d’ionisation argent/cuivre, qui ont permis d’éradiquer la « legionella pneumophilia » de leurs réseaux d’eau chaude. Ces systèmes sont bien sûr parfaitement homologués par les autorités concernées.

L’argent colloïdal, alternative aux antibiotiques

L’argent dans son application antibiotique et désinfectante a été délaissé suite à la mode des antibiotiques. Mais l’utilisation systématique de ces antibiotiques a entraîné l’apparition de nouvelles souches de bactéries résistantes.

Faut-il rappeler que :

  • Des souches de staphylocoques dorés résistants à la méthicilline et à d’autres antibiotiques sont endémiques dans les hôpitaux.
  • On constate l’apparition d’entérocoques résistant à la vancomycine ; ces bactéries infectent les blessures, les voies urinaires et d’autres sites.
  • Actuellement, environ 30 % des isolats de streptocoques pneumoniques sont résistants à la pénicilline, le médicament essentiellement utilisé pour traiter cette infection.
  • Plus de 30 % des isolats de blennorragie sont résistants à la pénicilline ou à latétracycline, ou aux deux.
  • La résistance à la chloroquine (médicament employé dans le traitement du paludisme) est apparue dans la plupart des régions du monde.
  • Des souches de bacilles tuberculeux résistantes à un grand nombre de médicaments sont apparues au cours de la décennie écoulée.
  • Dans les pays en développement où apparaissent des souches résistantes de bactéries extrêmement pathogènes, comme Shigella dysenteria, Campylobacter, E coli. Dernièrement, Salmonella typhimurium, résistant à l’ampicilline, à la streptomycine, à la tétracycline, au sulfa et au chloramphénicol, a provoqué des maladies en Europe, au Canada et aux États-Unis.
  • Des études récentes ont rapporté la résistance d’espèces Candida au fluconazole, un médicament largement employé pour traiter les maladies fongiques systémiques.
  • Grâce à son effet naturel antimicrobien, l’argent doit reprendre aujourd’hui la place qui lui revient.

C’est sous forme colloïdale que l’argent s’avère le plus efficace, le mieux assimilable et sans toxicité. Les colloïdes sont ces particules extrêmement fines* qui ne se déposent pas dans les tissus et restent en suspension pour une disponibilité immédiate aux cellules. Les liquides circulants les plus importants (sang et lymphe) sont eux-mêmes de nature colloïdale. Une observation a montré que des microorganismes pathogènes qui s’étaient immunisés contre les antibiotiques, s’engourdissent après l’administration d’argent colloïdal.

L’élaboration de solutions colloïdales relève de l’emploi d’une technologie précise, et doit être contrôlée par la microscopie électronique, par exemple la méthode GDMS (Glow Density Mass Spectrometry) ou l’absorption atomique. Ces solutions ne doivent présenter aucun trouble. Les particules doivent être invisibles et aucun dépôt ne doit apparaître. La charge électrique négative des particules fait que ces particules restent en suspension dans l’eau et ne nécessitent pas de stabilisateurs, pas de protéines et pas de conservateurs.

* L’argent colloïdal est une solution de particules d’argent dont la finesse est entre 1 et 9 nm (nanomètre) de diamètre (1.000 nm = 1 micron), dans une eau distillée reconduite à une résistivité proche de 25 mS (micro Siemens).

Comment l’argent agit-il ?

En référence aux communications scientifiques médicales, l’argent colloïdal peut se rapprocher de l’action d’un antibiotique à large spectre. Sa présence initie une enzyme, laquelle agit localement envers chaque bactérie, chaque unicellulaire, chaque champignon et chaque virus par modification de leur équilibre acido-basique, et y installe une « résistance externe ». Par là, ces organismes deviennent inactivés dans un temps de contact d’environ 6 minutes, parfois moins. Ils régressent dans leur cyclogénie, puis meurent.

Cela a été vérifié par le laboratoire de UCLA (Université d’Etat de Californie) et par les travaux du Dr. Robert O’Becker, Centre Médical Universitaire de Syracuse (NY, USA). Les microbes polymorphes, ainsi que les mutants, sont également sensibles à ce colloïde. La majorité des antibiotiques, sur prescription médicale, ne tue qu’une partie des agents causant des maladies, alors que l’argent colloïdal est efficace contre environ 650 maladies (travaux du Dr. Henri Crooks).

Et sur quelles maladies agit-il ?

La liste des maladies pouvant être traitées avec l’argent colloïdal est tellement longue… que je préfère la résumer pour ne pas vous lasser. En gros, l’argent colloïdal permet de traiter toutes les inflammations (affections qui se terminent en « ite »), les problèmes de peau, les plaies, les mycoses de tous types, toutes les infections bactériennes ou microbiennes, c’est enfin un étonnant remède préventif contre toutes les pathologies de l’hiver.

Et pour être tout à fait sûr(e) qu’une cure d’argent colloïdal est adaptée à votre problème de santé particulier, je vous recommande de consulter un naturopathe qui pourra mener la recherche pour vous.

Quelle utilisation pour l’argent colloïdal ?

En usage externe :

  • Problèmes de peau : appliquer directement sur les plaies ou abrasions de la peau, contre l’eczéma, brûlures, piqûres de moustiques l’acné, les verrues, les mycoses et les plaies ouverte.
  • Pour le nez et la gorge : utilisez l’argent colloidal en vaporisations. En cas de sinus infectés, mettez des gouttes dans le nez ou mieux lavez-vous le nez avec de l’argent colloïdal (ça pique un peu mais c’est très efficace).
  • Pour les infections vaginales : faites des lavements en ajoutant 2 cuillères à café d’argent dans l’eau de lavement.
  • Pour les maladies septiques de la bouche (pyorrhées, amygdalites, aphtes), et contre toutes les inflammations de la cavité buccale faites des gargarismes
  • Pour les yeux : 1 goutte dans chaque oeil, plusieurs fois par jour contre les états inflammatoires et irritatifs (conjonctivites).
  • Pour les oreilles : quelques gouttes dans les oreilles.
  • Pour purifier l’eau de boisson : mettre 1 cuillère à café d’argent colloïdal par litre d’eau et attendre 10 mn avant de la boire.
  • Pour les parasites des animaux : quelques gouttes sur les zones atteintes (parasites).
  • Pour combattre les attaques de bactéries, parasites et champignons sur les plantes, vaporisez l’argent colloïdal et à ajoutez en plus à l’eau d’arrosage (1 cuillère à soupe pour 250 ml d’eau).

En usage interne

Il faut rappeler ici que l’emploi de l’argent colloïdal en usage interne est interdit en France. En effet, faute de données suffisantes sur cet apport minéral, l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments (EFSA) n’a pu se prononcer sur ce type de complément et cette forme d’apport n’a donc pas été reprise dans les annexes du règlement (CE) 1170/2009.

Dès lors, les compléments alimentaires en contenant ne peuvent plus être commercialisés sur le territoire de l’Union Européenne.

Des millions de personnes à travers le monde se soignent avec l’argent colloïdal et témoignent des bienfaits de ce produit. Bien que commercialisé sous forme de produit cosmétique, rien n’empêche les citoyens de consommer l’argent colloïdal comme ils l’entendent.

Si vous souhaitez utiliser l’argent colloïdal faire par voie interne, malgré l’interdicion officielle, il faudrait alors respecter cette posologie :

  • Adultes : 1 cuillère à soupe (1 cuillère = 5ml) 3 à 4 fois par jour, garder quelques minutes en bouche avant d’avaler.
  • Enfants : 1 à 2 cuillère à café selon l’âge, 3 à 4 fois par jour.

L’argent colloïdal peut être employé chez la femme enceinte ou allaitante.

Comment choisir son argent colloïdal ?

La littérature médicale s’est concentrée sur des concentrations d’argent colloïdal de l’ordre de 5 mg/l avec lequel aucun effet indésirable n’a été relaté à ce jour. Aucune intolérance en liaison avec un traitement médical n’a été observée. La cure peut être prise conjointement à un traitement antibiotique ou anti-inflammatoire.

Comme l’argent colloïdal ne s’accumule pas dans l’organisme, aucun dépôt n’est formé sous la peau et les téguments ne laissent apparaître aucune trace grisâtre. La plupart des fabricants proposent différentes formes de concentration. En général, elles varient de 6 mg/l à 30 mg/l. La concentration la plus faible semble parfaitement convenir aux problèmes de peau. Mais la plupart des thérapeutes prescrivent une concentration comprise entre 15 mg/l et 30 mg/l .

Mais l’indicateur clef n’est pas tant la concentration de la solution que la dose d’argent ingérée : une cuillère a soupe d’une solution à 40 PPM est équivalente à 2 cuillères à soupe d’une solution à 20 PPM !

Tant que vous resterez en dessous de la posologie recommandée par l’EPA qui est de 5 microgrammes d’argent par kg quotidien à vie, aucun problème d’argyrie (peau bleue) n’apparaîtra.

Outre sa concentration, un argent colloïdal de qualité se reconnaît à :

  • Sa couleur ou plutôt  à son absence de couleur. La solution peut être très légèrement dorée, mais pas brune.
  • Son goût : Il doit avoir un léger goût métallique.

Pour une bonne conservation de plusieurs mois, il convient de mettre les flacons à l’abri de la lumière et de conserver la solution dans une bouteille en verre.

Efficace aussi pour vous débarrasser du mercure

Il est bien connu que l’argent et le mercure ont une grande affinité ; d’ailleurs, les amalgames dentaires classiques (plombages) sont composés d’alliages contenant entre autres du mercure et de l’argent. Or, l’on a pu constater récemment que cette affinité crée un tropisme réciproque au niveau cellulaire; ce qui fait que l’argent sous forme colloïdale se comporte comme un excellent chélateur du mercure. La preuve est que l’on retrouve du mercure dans les urines des personnes mercurisées qui prennent cet argent colloïdal. Voila donc en plus des multiples applications connues surtout anti-infectieuses de l’argent colloïdal, un volet inattendu bien utile pour beaucoup d’entre nous.

 

*****

Site « Recherche RG » : https://www.electrocolloidal.com/2010/06/27/temoignage-dune-lectrice-sur-les-bienfaits-de-largent-colloidal-sur-son-bebe/

Témoignage d’une lectrice sur les bienfaits de l’argent colloïdal sur son bébé

Bon, je suis très content car une lectrice m’a transmis son témoignage et celui ci concerne son bébé de 18 mois. Je vous prie de me bombarder de témoignages. Car pour ceux ou celles qui habitent en Europe, comme vous le savez ou peut-être pas encore la commission européenne a fait le travail nécessaire pour qu’un décret interdise sur le sol européen la vente d’argent colloïdal. Autrement dit, en Europe, il sera plus possible d’en acheter. Alors, ceux ou celles qui fabriquent doivent se dire, « ça va je ne suis pas concerné », mais attendez un peu, votre tour viendra.

L’étau se resserre de jour en jour et ne commettez pas l’erreur qui consiste à dire comme la plupart des gens, cela ne me concerne pas. Ceci dit, je compte écrire un article sur l’interdiction de la vente d’argent colloïdal en Europe. Mais dans cet article, ci-dessous, je vous laisse avec le témoignage de Louise.

Bonjour M.,

J’ai découvert l’argent colloïdal qu’en mai dernier après une recherche sur internet à propos des pneumonies et otites à répétition chez les bébés. Mon fils de 18 mois maintenant n’a pas cessé d’être malade depuis le mois d’août 2009. Presque toutes les 2 semaines nous étions à la clinique médicale soit pour une otite (8 en tout), une grippe, une bronchite et de janvier à mai pour 3 pneumonies dont pour une nous avons dû l’emmener d’urgence à l’hôpital. Évidemment, nous étions très inquiets. On lui a fait passer plusieurs tests (sanguins, ORL, Asthme et fibrose kystique). On lui a même fait poser des tubes dans les oreilles afin d’éviter d’autres otites.

Néanmoins, une semaine après la pose des tubes, une autre pneumonie est apparue. Ainsi, encore une autre série d’antibiotique. Au bout des 10 jours de traitement, il se portait beaucoup mieux. Son nez ne coulait plus et il toussait de moins en moins. Toutefois, 4 jours après l’arrêt du traitement, il se remet à couler du nez et à tousser. Découragée, j’appelle son médecin pour savoir quoi faire, mais ce dernier ne semblait pas très réceptif et me balance ses statistiques de 8 à 9 rhumes par année pour des enfants fréquentant les garderies.

 

Frustrée par sa réponse, je me mets à la recherche d’information sur internet et voilà que je tombe sur l’argent colloïdal qui semble faire des miracles. Un peu sceptique, je lis sur le sujet, puis, je décide d’acheter le produit en question pour l’essayer. Le soir même, j’en donne à mon fils et 1 heure après son nez avait cessé de couler. Je lui en redonne avant le coucher et il respirait parfaitement bien sans ronflement (ce qui n’était pas le cas, la veille). Le lendemain, je répète le traitement car son nez coulait toujours, mais plus clair et une autre dose juste avant son départ pour la garderie. Enfin, au bout de 3 jours, son nez ne coulait plus et il ne toussait plus du tout. Je lui en ai donné pendant 2 semaines matin et soir et j’ai ensuite diminué, puis arrêté car il se porte à merveille. Au début juin nous avions rendez-vous à la clinique de l’asthme et ils ont fait une autre radio des poumons et les clichés étaient clairs. Il ne restait aucune trace de la pneumonie qu’il avait eu au mois de mai.

Depuis, il se porte à merveille, peut-être un peu trop toutefois, une vraie boule d’énergie cet enfant !!!

Louise,

Je vous remercie pour votre témoignage Madame, j’ai quatre enfants qui sont plus âgés que votre fils et je peux vous dire que depuis 10 mois maintenant, dans notre famille, ma femme et moi-même avons soigné tous les bobos, grippe, rhume, etc. qu’avec de l’argent colloïdal que je fabrique chez nous. Pour ainsi dire, notre médecin de famille très ouvert d’esprit n’en revient pas, il ne nous voit que pour les certificats médicaux des enfants pour les différents sports ou activités. Il a dit récemment à ma femme qu’il croyait fortement aux bienfaits de l’argent mais qu’il ne peut le prescrire de peur d’être trainé devant les tribunaux.

La médecine de nos jours est un business très juteux, en occident, l’objectif n’est pas de guérir entièrement les citoyens, c’est de les maintenir suffisamment en vie pour qu’ils reviennent. Je suis sûr que je n’apprends rien à personne, mais pour la plupart d’entre nous, il est très difficile d’admettre que l’être humain est aussi pourri et pourtant, je vous dis que je ne suis pas loin de la vérité voire même complètement dans la vérité.

Certains médecins sont tellement formatés par les années d’études ou d’autres tellement muselés et un petit nombre en marge. J’ai écrit un article à lire également Que penser de la recherche médicale ou scientifique?

*****

Sur le site « ONATERA.COM » Ma Boutique au Naturel, vous trouverez l’Argent Colloïdal  en simple spray (oreilles, nez, peau) jusqu’aux bouteilles d’Un Litre.

ONATERA

Vente sur ONATERA du Bio Colloïdal :

Bio Colloïdal

Bio Colloïdal

Le laboratoire Bio Colloïdal est une structure familiale spécialisée dans l’élaboration d’argent colloïdal. Cet intérêt pour l’oligo-élément est né de la détermination et de l’amour d’un père, Alain Le Borgne, pour son fils, Germain, atteint d’une maladie de peau incurable. Ayant découvert les qualités de l’argent colloïdal pour soulager les troubles de l’épiderme, il décide, avec son fils, d’en faire partager les bienfaits en créant leur propre laboratoire.

Et l’Argent Colloïdal du Docteur Theiss :

L’argent colloïdal du Dr Theiss est obtenu par un processus mécanique de dilution. Cela permet de garantir la concentration de la solution à 20 ppm. La couleur ambrée de ce produit vient aussi de cette méthode de fabrication.

Ce processus permet aussi de garantir l’absence de nanoparticules, d’ions chlorure, nitrates ou produits toxiques.

Ce produit ne contient pas de métaux dangereux comme le plomb, le nickel ou le chrome.

L’argent colloïdal est un anti-germes pathogènes puissant, antibactérien et anti-mycosique.

 

Ne vous privez pas de retrouver votre Bonne Santé et de la Conserver.

Site « ONATERA » : https://www.onatera.com/connexion

 

Trou noir et propagande sur la théorie de la relativité

Bien évidemment tout le monde s’ébahit devant une image floue d’un point noir avec du jaune rouge autour. Les images ont été prises en 2017 et leurs super ordinateurs nous sortent la photo seulement maintenant (https://eventhorizontelescope.org/).

Tout d’abord j’émettrai certains doutes concernant la possibilité de synchroniser 8 télescopes à travers le monde en partant de l’hypothèse que la terre tourne sur elle-même sur un axe déviée de 23° tout en tournant autour du soleil. La seule phrase que l’on trouve à ce sujet est « Les observations EHT utilisent une technique appelée interférométrie à très longue base (VLBI) qui synchronise les installations de télescope du monde entier et exploite la rotation de notre planète pour former un énorme télescope de la taille de la Terre, observant à une longueur d’onde de 1,3 mm. VLBI permet à l’EHT d’atteindre une résolution angulaire de 20 micro-arcsecondes – suffisamment pour lire un journal à New York dans un café-terrasse à Paris [6]. »

De plus si on peut juste lire un journal de New York à Paris qu’en est-il pour quelque chose qui se trouve à plusieurs milliers de km ?

Bien évidemment, il est très important de continuer à faire croire que la terre est ronde, qu’elle tourne sur elle-même et autour du soleil, et surtout que l’homme est une petite tâche qui pourra un jour ou l’autre se faire avaler par un trou noir venu de l’espace. Tout est bon pour éloigner les âmes de Dieu.

Il faut noter également que tous les articles et reportages qui ont été faits sur ce « trou noir » complimente Einstein concernant sa « découverte » de la théorie de la relativité qui serait confirmer par cette photo qui a entre nous rien de sensationnelle. Je pense qu’avec un petit niveau de Photoshop, on peut aisément réaliser la même image…

Ci-après une émission de feu Serge de Beketch sur radio courtoisie concernant le plagiat d’Einstein sur notre scientifique français, qui n’a pas eu la reconnaissance qu’on lui doit, Henri Poincaré.

« Entrées précédentes