Bavière : le danger des vaches sans corne ?, par Laurent Glauzy

L’Allgäu est la partie la plus traditionnelle de la Bavière. C’est aussi là, que des paysans éclairés, lors d’une soirée arrosée de schnaps et dégustant du lard fumé vous explique une autre réalité, opposée aux mensonges des politiciens criminels et francs-maçons.

Celle qui a le plus retenu mon attention concerne le danger des vaches sans corne. Par les cornes les vaches évacuent des gaz, qui dans le cas contraire empoisonnent le lait et son consommateur. L’élite qui dirige le monde est au fait de toutes ces réalités, comme elle est au courant des mensonges du coronavirus (du danger du confinement qui est une bombe à retardement pour les cancers du poumon), de l’évolutionnisme, puisqu’elle en est l’instigatrice.

Pour cacher ce mensonge et leurs intentions, l’élite prétexte que les cornes sont un danger pour autrui mais aussi pour les veaux et les vaches, qui soi-disant pourraient se blesser. La nature fait toujours bien les choses, car les cornes sont surtout des récepteurs qui permettent à la vache de prendre connaissance de son environnement et de s’y déplacer sans danger. Nous comprenons alors pourquoi les Suisses ont essayé de proposer une initiative populaire pour poser en référendum le droit au vaches de conserver leurs cornes. Mais le parlement de Bern s’est désintéressé de la question. Et, pour cause. Nous sommes dans une logique d’intoxication des peuples.

Ces mêmes paysans affirment aussi que la viande de porc est très bonne pour la santé, mais qu’il faut l’accompagner d’un schnaps pour la digérer et en monopoliser la toxicité. C’est un processus semblable qui est suivi avec les huitres et le vin blanc qui empêche une possibilité d’intoxication.

Dans un monde où l’on veut que les goyim soient les larbins des talmudistes, ces réalités seront tues. On vous expliquera plus tôt que la viande de porc est mauvaise, que la circoncision est hygiénique, alors qu’elle peut surtout constituer un véritable choc psychologique. Ce sont aussi ces mêmes débiles qui clament que l’égorgement empêche l’animal de souffrir alors que l’artère cérébrale qui n’est pas sectionnée alimente encore le cerveau pendant plus d’un quart d’heure. Mais, nous le savons dans ce camp, on n’en est pas à un mensonge près.

Dans cette région de Bavière, les grands-mères ont en outre un secret pour éloigner les guêpes. Elles prennent du café en poudre dans une assiette qu’elles font flamber avec un briquet. La fumée particulièrement forte dissuade ainsi les guêpes de vous approcher.

5 Commentaires

  • Votre article semblait intéressant jusqu’à ce que vous fassiez aux autres religions monothéistes… Dommage…

  • Apparemment la vérité blesse les oreilles de certains.
    Evidemment il est plus confortable de se complaire dans le mensonge et l’illusion, cela évite de se remettre en question et de frustrer son petit ego / ergot qui sait tout.
    Citons un peu le Talmud, là ou il est dit que le gentil est moins que de la semence d’animal et que lui mentir n’est pas mentir.
    Confirmé pour le café et les guêpes, c’est radical.

  • Juste, eviter de parler de ce que l’on crois savoir mais que l’on ne tient pas entre ses mains… C’est plus sage… Dieu le Très Haut, Lui, sait… Peu importe ceux que pensent les Hommes… Vous parlez mal pour des « croyants »…

Laisser un commentaire