COVID 19: OPERATION PANDEMIE DE GRAPHENE

Introduction de Theara :

Certificate of Vaccination ID AI = Covid19

Corona effect

https://www.researchgate.net/publication/283302295_CORONA_A_Coordinate_and_Routing_system_for_Nanonetworks

par OUTRAGED HUMAN:https://outraged.substack.com/p/is-it-a-virus-or-is-it-graphene-toxicity?utm_source=profile&utm_medium=reader2

LE GRAPHENE EST UN BIOCIDE

https://www.carbon-waters.com/graphene-a-superb-biocidal-agent/ https://www.versarien.com/files/5916/3707/5814/Development_of_graphene_and_nanoparticle-based_anti-microbials.pdf https : //www.graphene-info.com/how-can-graphene-assist-war-coronavirus https://www.globenewswire.com/news-release/2021/03/08/2188871/0/en/Ceylon- Graphite-Files-Patent-for-Newly-Developed-Biocidal-Nanocomposite-Surface-Coating-Material.html

ET LE BIOCIDE A ÉTÉ PULVÉRISÉ ET LARGEMENT UTILISÉ POUR « PRÉVENIR LE VIRUS ».

https://www.naturalnews.com/2022-06-09-spanish-government-admits-spraying-chemtrails-on-citizens.html

I. DISPOSITIONS GÉNÉRALES

MINISTÈRE DE LA SANTÉ

4492 Arrêté SND/351/2020, du 16 avril, autorisant les Unités NBC des Forces Armées et l’Unité Militaire d’Urgence à utiliser des biocides autorisés par le Ministère de la Santé dans la désinfection pour faire face à la crise sanitaire provoquée par le COVID-19.

Le décret royal 463/2020, du 14 mars, déclarant l’état d’alerte pour la gestion de la situation de crise provoquée par COVID-19, envisage une série de mesures visant à protéger le bien-être, la santé et la sécurité du public et à contenir la progression de la maladie et renforcer le système de santé publique.

L’article 4.2.d) du décret royal 463/2020, du 14 mars, précité, détermine que, pour l’exercice des fonctions prévues dans le même et sous la direction supérieure du président du gouvernement, le ministre de la santé aura le statut d’autorité compétente déléguée, tant dans son propre domaine de responsabilité que dans les autres domaines qui ne relèvent pas des domaines qui ne relèvent pas de la compétence spécifique des autres chefs de services désignés comme autorités compétentes aux fins de les effets de l’arrêté royal précité.

Plus précisément, conformément aux dispositions de l’article 4.3 du décret royal 463/2020 du 14 mars, le ministre de la Santé est habilité à émettre les arrêtés, résolutions, dispositions et instructions qui, dans le cadre de son action en tant qu’autorité déléguée, peuvent être nécessaire pour garantir la fourniture de tous les services, ordinaires ou extraordinaires, afin de protéger les personnes, les biens et les lieux, au moyen de l’adoption de l’une des mesures prévues à l’article onze de la loi organique 4/1981, de juin 1, 1981, sur les états d’alerte, d’exception et de siège.

Pour l’exécution effective de ces mesures, les autorités déléguées compétentes peuvent requérir que les autorités puissent requérir l’action des Forces Armées, conformément aux dispositions de l’article 15.3 du

Article 15.3 de la loi organique 5/2005 du 17 novembre 2005 sur la défense nationale.

Dans le domaine de l’endiguement de la propagation du coronavirus, une attention particulière est requise pour la désinfection des installations telles que les centres sociaux résidentiels, les hôpitaux et autres centres de santé, les établissements pénitentiaires, les centres de gestion du trafic et les hubs de transport.

Les forces armées s’acquittent de ces tâches comme l’une de leurs tâches prioritaires.

Le ministère de la Santé a publié et mis à jour la liste des biocides à utiliser contre le nouveau coronavirus, qui sont autorisés et enregistrés en Espagne conformément à la norme UNE-EN 14476, qui évalue la capacité virucide des antiseptiques et des désinfectants chimiques. En particulier, en raison de leur efficacité particulière, certains biocides sont spécifiés comme suit biocides établis dans le groupe principal 1 de l’article 1.1 du décret royal 830/2010, du 25 juin, qui établit les règles régissant la formation pour effectuer des traitements avec des biocides.

Parmi les techniques de désinfection les plus efficaces figurent l’utilisation de moyens aériens, car, grâce à des moyens aériens car grâce à eux, avec les techniques de nébulisation, de thermo nébulisation et de micro nébulisation, toutes les surfaces peuvent être atteintes rapidement, en évitant de dépendre de l’application manuelle, qui est plus lente et parfois n’atteint pas toutes les surfaces en raison d’obstacles qui les empêchent d’être atteints.

il est jugé opportun d’autoriser, à titre exceptionnel et pour la durée de l’état d’alerte, aux Unités de Défense NBC des Armées et à l’UME, l’usage des désinfectants et biocides du groupe principal 1 décrit à l’article 1.1 du décret royal 830/2010, du 25 juin 2010, qui établit la réglementation régissant la formation pour effectuer des traitements avec des produits biocides, qui ont été autorisés et indiqués comme efficaces pour le contrôle de la pandémie de COVID-19.

En vertu de celui-ci, conformément aux pouvoirs conférés par l’article 4.3 du décret royal 463/2020 du 14 mars, je décide par la présente

Autorisation aux Unités NBQ des Forces Armées et à l’Unité Militaire d’Urgence d’utiliser les biocides autorisés par le Ministère de la Santé.

Les Unités NBC des Forces Armées et l’Unité Militaire d’Urgence sont autorisées à utiliser les biocides autorisés par le Ministère de la Santé.

Urgence, dans le cadre des actions générales de désinfection des espaces, publics et privés, qui, à l’occasion de l’état d’alarme, ont été effectuées par les unités mentionnées, d’utiliser les biocides du groupe principal 1, décrits à l’article 1.1 du Décret royal 830/2010, du 25 juin 2010, qui établit les réglementations régissant la formation pour effectuer des traitements avec des biocides, qui sont autorisés et répertoriés par le ministère de la Santé comme efficaces dans la lutte contre le COVID-19.

De même, les unités mentionnées au paragraphe précédent sont autorisées à utiliser des procédures de désinfection aérienne des procédures de désinfection aérienne, à travers les techniques de nébulisation, thermonébulisation et micronébulisation, pour l’exécution des tâches de désinfection susmentionnées.

Madrid, le 16 avril 2020.-Le ministre de la Santé, Salvador Illa Roca.

BULLETIN OFFICIEL DE L’ÉTAT

N° 107 Vendredi 17 avril 2020 Sect. I. Page 29199 cv –

IMPACT SUR LA SANTÉ :

LA PREMIÈRE CHOSE QUI DEVRAIT ÊTRE ENQUÊTÉE EST DE S’IL S’AGIT D’UN VIRUS OU D’UNE TOXICITÉ AU GRAPHÈNE.

Extraits des Etudes ci nommés :

« Cependant, 4 des 9 souris traitées avec 0,4 mg par souris sont mortes (1/3 dans le groupe 1 jour, 1/3 dans le groupe 7 jours et 2/3 dans le groupe 30 jours). Tous les décès sont survenus 1 à 7 jours après l’injection de GRAPHENE OXIDE GO Les décès étaient généralement précédés de léthargie, d’inactivité et de pertes de poids corporel L’histopathologie des tissus pulmonaires a montré que les principales voies respiratoires de quatre souris étaient mécaniquement bloquées par le conglomérat GO, ce qui a entraîné la suffocation chez 15 % des souris exposées au GO , et n’était pas une preuve de toxicité pulmonaire du GO.

Nous avons également étudié les effets de GRAPHENE OXIDE GO sur les organes de souris. Nous apprenons de la pathologie et de la micrographie lumineuse que les accumulations de GO étaient principalement dans les poumons, le foie et la rate. Des réactions de toxicité chronique évidentes se sont produites dans les poumons et le foie après l’ injection dans la veine caudale. L’analyse histopathologique a révélé que les expositions pulmonaires au GO produisaient une réponse inflammatoire pulmonaire dose-dépendante caractérisée par une accumulation de neutrophiles et de macrophages alvéolaires mousseux 

La figure 66 a montré que la micrographie optique des tissus pulmonaires de souris exposées à différentes doses de GO pendant 7 jours a clairement montré que les souris traitées présentaient une série de granulomes dose-dépendante Avec l’augmentation de la dose de GO, la réaction de toxicité du poumon des souris devient de plus en plus sévère. Par exemple, GO a induit des granulomes épithélioïdes dose-dépendants et, dans certains cas, une inflammation interstitielle chez la souris. Une grande quantité de cellules inflammatoires a été infiltrée dans l’interstitium de l’alvéole pulmonaire ; les cloisons alvéolaires sont devenues plus épaisses et certaines alvéoles pulmonaires ont été fissurées.

Selon nos résultats, nous suggérons le mécanisme possible de la cytotoxicité du GO comme suit : le GO dans le milieu se fixe à la surface des cellules humaines, fournissant un signal de stimulation aux cellules. Le signal est transduit à l’intérieur des cellules et du noyau, entraînant une régulation à la baisse des gènes associés à l’adhésion et des protéines adhésives correspondantes, entraînant une diminution de l’adhésion cellulaire et provoquant le détachement, le flottement et le rétrécissement des cellules. 

Dans le même temps, GO pénètre dans le cytoplasme par la voie de l’endocytose, principalement située dans les lysosomes, la mitochondrie, l’endoplasme et le noyau cellulaire, peut perturber le cours du métabolisme énergétique cellulaire et de la transcription et de la traduction des gènes, et finalement entraîner l’apoptose ou la mort des cellules.

En conclusion, nos études primaires ont indiqué que le GO pouvait produire une cytotoxicité en fonction de la dose et du temps, et pouvait pénétrer dans le cytoplasme et le noyau, diminuant l’adhésion cellulaire, induisant le flottement cellulaire et l’apoptose. GO peut pénétrer dans les tissus pulmonaires et s’y arrêter et induire une inflammation pulmonaire et des granulomes ultérieurs fortement dépendants de la dose injectée.

 Les expositions au GO peuvent induire une cytotoxicité sévère et des maladies pulmonaires . Ce devrait être le premier rapport. Bien que GO ait été étudié pour des applications biomédicales telles que l’imagerie cellulaire et l’administration de médicaments, en raison du séjour à long terme de GO dans les reins et de la difficulté à être nettoyé par les reins, GO peut ne pas posséder de bonnes perspectives d’application dans le corps humain. (!!!!!!!!)

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3212228/ Biocompatibilité de l’oxyde de graphène

Les nanotubes de carbone inhalés peuvent supprimer le système immunitaire en affectant la fonction des cellules T, un type de globule blanc qui organise le système immunitaire pour combattre les infections.

https://www.ohsrep.org.au/nanotechnology_-_a_new_hazard

Deux études récentes nous donnent un angle moins que rose. Dans le premier, une équipe de biologistes, d’ingénieurs et de spécialistes des matériaux de l’Université Brown a examiné la toxicité potentielle du graphène dans les cellules humaines. Ils ont découvert que les bords déchiquetés des nanoparticules de graphène, super pointues et super fortes, traversaient facilement les membranes cellulaires des poumons, de la peau et des cellules immunitaires humaines, suggérant le potentiel de causer de graves dommages aux humains et aux autres animaux. (!!!!!!!!)

https://newatlas.com/graphene-bad-for-environment-toxic-for-humans/31851/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5468375/ Le graphène et le système immunitaire : une romance aux multiples dimensions

Ces voies indirectes de dommages contribuent finalement aux lésions de l’ADN, aux cassures double brin, à l’aneuploïdie et aux dommages oxydatifs de l’ADN. La génotoxicité secondaire est généralement observée in vivo et est le résultat de dommages à l’ADN induits par une réponse immunitaire (sous)chronique, impliquant l’activation et le recrutement des cellules immunitaires, une activité inflammatoire accrue et un stress oxydatif ultérieur, favorisant la génotoxicité dans les cellules épithéliales environnantes .

https://jnanobiotechnology.biomedcentral.com/articles/10.1186/s12951-021-00769-9

Cependant, l’intolérance du système immunitaire aux nanomatériaux de graphène, aussi faible soit-elle, peut par conséquent rendre impossible leur utilisation en médecine.

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/26502273/ L’influence moléculaire du graphène et de l’oxyde de graphène sur le système immunitaire dans des conditions in vitro et in vivo

https://jnanobiotechnology.biomedcentral.com/articles/10.1186/s12951-021-00769-9 Le graphène à quelques couches induit une génotoxicité primaire et secondaire dans des modèles de barrière épithéliale in vitro | Journal de la nanobiotechnologie

Mécanismes de la cytotoxicité du graphène

Le principal mécanisme de cytotoxicité est la génération de ROS et donc de stress oxydatif, comme cela a été rapporté. Les GNM pourraient induire la génération de ROS intercellulaires et par la suite interrompre l’équilibre dynamique des ROS, puis causer des dommages consécutifs à l’ADN et aux protéines, et éventuellement l’apoptose ou la nécrose.

Méthodes d’évaluation de la toxicité in vivo

Il a été démontré que les nanomatériaux peuvent envahir le corps de l’animal par inhalation, contact avec la peau et autres administrations délibérées, y compris l’alimentation orale et diverses injections .

Par conséquent, la toxicité in vivo des nanoparticules est bien au-delà de ce qu’il est nécessaire d’étudier, étant donné que toutes les nanoparticules ont tendance à être toxiques en raison de l’exposition chronique et de l’accumulation qui en résulte dans certains organes . De plus, comme il a été prouvé que le graphène et ses dérivés interagissent avec les biomolécules et sont parfois nocifs pour les cellules, les évaluations de la toxicité in vivo sont nécessaires de toute urgence pour mieux comprendre la carte de la toxicité du graphène. Des efforts ont été faits sur le terrain en étudiant les propriétés du sang et les thrombus, les PK et les changements pathologiques. Dans cette section, nous prenons plusieurs études sur la toxicité in vivo des GNM à titre d’exemples et discutons en détail des stratégies d’évaluation de la toxicité. .

Sinon, ils ont tendance à s’agréger, à adsorber les protéines plasmatiques et les plaquettes en raison de leur énergie de surface élevée ainsi que de leur grande surface, et par conséquent à déclencher la coagulation et la formation de caillots, ainsi qu’à activer les cascades du complément .

https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S2352940718302853 Enquête sur les effets toxiques des nanopores de graphène sur les cellules cancéreuses du poumon et les tissus biologiques

Cependant, l’inhalation de structures de graphène est considérée comme un facteur de risque de maladie cardiorespiratoire . Par exemple, les nanoplaquettes de graphène inhalées peuvent être transportées profondément dans les régions distales des poumons et déclencher une inflammation chronique des voies respiratoires . On pense généralement que le placenta, les poumons, le tractus gastro-intestinal et la peau constituent des barrières majeures à l’entrée de nombreuses nanostructures dans les organismes vivants. En effet, une étude récente sur des souris a démontré que le graphène à quelques couches administré par voie intratrachéale était principalement retenu dans les poumons, avec 47 % restant après 4 semaines, ce qui a entraîné des lésions pulmonaires aiguës et un œdème pulmonaire dépendant de la dose.. Une étude in vitro des effets du graphène et de l’oxyde de graphène sur les kératinocytes HaCaT de la peau humaine a démontré que le graphène oxydé était le plus cytotoxique, induisant des dommages aux mitochondries et à la membrane plasmique , et suggérant de faibles effets cytotoxiques au niveau de la peau. L’oxyde de graphène réduit est plus toxique que l’oxyde de graphène, comme en témoignent de nombreuses études publiées récemment. Ceci est principalement dû à ses arêtes vives et à sa morphologie structurelle. Contrairement aux nanoparticules généralement solubles examinées dans les enquêtes toxicologiques conventionnelles, les nanostructures de graphène ont des formes et des surfaces différentes, et qui à leur tour peuvent influencer de manière significative leur diffusion, dispersion, agrégation et agglomération dans le plasma. Il est important de noter que ces caractéristiques «réglables» du graphène expliquent les effets toxiques variables sur les tissus. In vivo, suite à des tests de toxicité du graphène, des examens histologiques post-mortem d’altérations hépatiques ont révélé une hypertrophie des hépatocytes, une nécrose et une infiltration de cellules inflammatoires dans les tissus hépatiques et rénaux .

Les antioxydants agissent comme un système de défense pour rétablir l’équilibre redox cellulaire lorsque le stress oxydatif est généré à la suite d’une production excessive d’espèces réactives de l’oxygène.

La perturbation de cet équilibre critique en présence d’espèces réactives excessives de l’oxygène déclenche l’activation et la promotion d’une cascade pro-inflammatoire, qui à son tour peut provoquer la libération mitochondriale de facteurs pro-apoptotiques pouvant entraîner la mort cellulaire. 

Le tissu cardiaque a montré un chimiodectome, une myocardite toxique, une atrophie brun rougeâtre ; pigments brun jaunâtre suggérant des granules de lipofuscine comme restes d’organites cellulaires et de matériel cytoplasmique.

Le cerveau a montré des effets de carcinome secondaire, d’olégodendrocytome petit vaisseau sanguin à paroi mince et de crytococcose. Le tissu testiculaire des groupes traités a montré une spermatogenèse et une vacuolisation, une dilatation de la couche germinale, une dégénérescence des spermatocytes secondaires, des dommages à la couche germinale et une vacuolisation. Le poumon présentait des lésions de vacuolisation, une dégénérescence de la veine centrale, une inflammation, une hémorragie, une structure cellulaire en forme de D, des hémosidophroies et des lésions.

En effet, les cadres de graphène poreux 3D ont montré divers effets allant des effets toxiques mortels aigus aux effets toxiques sublétaux, y compris les réponses au stress histologique et oxydatif et, après une exposition par inhalation chez le rat, il a été constaté que le graphène s’accumule dans les poumons, entraînant une phagocytose.

Dans cette étude, le premier signe de toxicité enregistré pour les rats ayant reçu une injection intrapéritonéale de PNB était une diminution observée du poids corporel à la dose la plus élevée . Aucun effet toxique des PNB sur le CBC n’a été observé bien qu’il y ait eu une légère réduction (6 %) du nombre de plaquettes dans le groupe de 15 mg/kg. Les activités accrues d’AST, d’ALT, d’AMP et de créatinine observées après 27 jours sont respectivement des indicateurs de toxicité hépatique et rénale et sont apparues chez les rats recevant à la fois des doses uniques et multiples de PNB, par rapport aux groupes témoins. Des lésions organiques graves peuvent augmenter les activités de l’ALT et de l’AST et une activité accrue des deux est observée lorsque les processus pathologiques affectent l’intégrité des cellules hépatiques. Il est important de noter que l’augmentation de l’activité sérique de l’ALT reflète une lésion hépatocellulaire spécifique. Des altérations histopathologiques étaient également évidentes dans le foie, où les PNB induisaient des altérations histologiques des tissus hépatiques dépendantes de la dose et du temps, notamment une congestion, une vasodilatation importante et une vacuolisation .

https://pubs.rsc.org/en/content/articlelanding/2015/nr/c5nr01839k La couronne protéique atténue la cytotoxicité de l’oxyde de graphène en réduisant son interaction physique avec la membrane cellulaire

Cependant, les mécanismes moléculaires sous-jacents de la façon dont la soi-disant « couronne protéique » formée dans le milieu sérique affecte les réponses biologiques des nanoparticules sont encore largement non résolus. Ainsi, il est essentiel de comprendre comment les protéines absorbées à la surface des nanoparticules modifient leurs effets biologiques.

Le Covid est-il un virus « Wuhan » avec des symptômes bizarres ? Ou est-ce une pandémie de toxicité du graphène ?

http://web.archive.org/web/20200804115842/https://www.sqnewmaterials.com/biomass-graphene-disposable-medical-face-mask/57701908.html

«Un panel de matériaux à base de graphène, comprenant du graphène à quelques couches, du graphène, de l’oxyde de graphène et du GO réduit, n’a pas provoqué d’irritation à moins qu’il ne soit préparé avec des tensioactifs irritants tels que le dodécylsulfate de sodium et le dodécyl-benzènesulfonate de sodium. Les nanoparticules pourraient également atteindre les poumons si les nanoparticules ne sont pas fermement intégrées dans le matériau du masque facial. Les effets aigus chez l’homme résultant de l’inhalation de nanoparticules d’argent comprennent une insuffisance pulmonaire, une augmentation de la fréquence cardiaque et une diminution de la pression artérielle en oxygène dans le sang. 

« Le passage de nanoparticules inhalées dans la circulation sanguine a été démontré dans une étude humaine (Nemmar et al 2002), mais deux autres études similaires n’ont pas réussi à montrer une telle translocation. Une autre voie potentielle de translocation des nanoparticules inhalées est le nerf olfactif dans le nez menant au bulbe olfactif du cerveau. Des nanoparticules de 13C d’une taille d’environ 35 nm ont été détectées dans le bulbe olfactif du cerveau après exposition par inhalation . Il a été suggéré que la voie d’entrée dans le cerveau était la migration le long du nerf olfactif dans le bulbe olfactif du cerveau après dépôt sur la muqueuse olfactive dans la région nasale (Oberdörster E et al 2004).

https://particleandfibretoxicology.biomedcentral.com/articles/10.1186/s12989-016-0120-1 Biodistribution et toxicité du graphène radiomarqué à quelques couches chez la souris après instillation intratrachéale

Lorsque l’on considère les risques potentiels pour la santé humaine des nanoparticules, l’inhalation est considérée comme la voie d’exposition la plus préoccupante. La fraction de dépôt calculée de graphène à quelques couches (FLG) avec différentes dimensions latérales allant de 0, 001 à 100 μm dans les régions nasopharyngée, trachéobronchique et alvéolaire a révélé qu’il y aurait un dépôt substantiel de ces nanoplaquettes dans les voies respiratoires. Les résultats de plusieurs études récentes indiquent que le graphène et l’oxyde de graphène (GO) peuvent induire une inflammation aiguë et une fibrose pulmonaire dans les poumons de souris .

Compte tenu de la large gamme de distribution des tailles de graphène dans notre étude, une fraction du graphène a probablement traversé la barrière air-sang et a été transloquée vers le foie et la rate. Li et al ont appliqué du GO marqué à l’125I pour étudier sa distribution chez des souris Kunming par instillation intratrachéale et ont découvert que la radioactivité était détectée dans le sang et les organes, y compris le foie, la rate et la glande thyroïde.

Les nanoparticules peuvent se déplacer vers les organes extrapulmonaires et peuvent être redistribuées vers d’autres tissus après dépôt dans les poumons.

Ainsi, la connaissance de la biodistribution du graphène chez la souris après inhalation reste une lacune de recherche majeure. Le FLG peut passer à travers la barrière air-sang dans le sang, puis être délivré au foie et à la rate, ou pénétrer dans le sang par adsorption à travers le tractus gastro-intestinal.

https://www.grapheneuses.org/graphene-sensor/ Le capteur de graphène peut détecter le COVID-19 en 60 secondes – Utilisations du graphène

https://www.nsmedicaldevices.com/news/graphene-sensor-covid-19-test/ GLC-GLCM développe un capteur amélioré au graphène pour un test rapide de Covid-19

https://phys.org/news/2020-08-graphene-oxide-based-rapid-infections.html Des chercheurs développent un test rapide à base d’oxyde de graphène pour détecter les infections

AU CAS OÙ VOUS VOUS DEMANDEREZ POURQUOI IL EST INSÉRÉ PRÈS DE VOTRE CERVEAU ET PAS PRÈS DE VOS POUMONS :

https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S2666386420301879 Translocation du nez au cerveau et biodégradation cérébrale de fines nanofeuilles d’oxyde de graphène

La voie nasale représente un moyen par lequel les nanomatériaux peuvent accéder au cerveau des individus exposés.

Points forts

De fines feuilles d’oxyde de graphène peuvent passer de la cavité nasale au cerveau

La translocation dépend de la taille, les feuilles nanométriques ultrapetites transloquant le plus

La cinétique d’accumulation d’oxyde de graphène dépend du temps et est spécifique à la région du cerveau

Après 24 h, en plus d’être présents dans les bulbes olfactifs, des quantités infimes d’us-GO ont été transloquées vers des structures plus éloignées, telles que le cortex, le striatum, l’hippocampe, le mésencéphale, le cervelet, le pont et la moelle.

Dans cette étude précédente, les macrophages spléniques ont séquestré les feuilles GO et ont facilité leur dégradation structurelle sur une période de 9 mois.

En conclusion, nos résultats suggèrent qu’à la suite de l’administration intranasale de feuilles de GO en dispersion aqueuse, les matériaux ont subi une translocation dépendante de la taille vers le cerveau. La plus petite catégorie de taille de feuille (us-GO, 10–550 nm) a connu la plus grande translocation et était présente dans toutes les régions cérébrales examinées, notamment dans le bulbe olfactif. »

Theara : Le Graphene est de partout : tous les injectables, produits médicaux, collyres, cosmetiques, eau potable, aliments, eau potable , air/

Theara : Le GRAPHENE de Graphene Flagship disseminé en tout depuis meme avant la fausse pandemie du NON EXISTANT VIRUS SARS COV 2 est l’ ENNEMI que ils vous ont caché.

https://graphene-flagship.eu/

Criminels :Tous scientifiques, Lobbies industriels Forum Economique mondial et Agences qui promeuvent ce biocide 666 dans la médecine, dans la Biologie Humaine et Animale , Vegetale et les Elements vitaux :AIR, et EAU, de notre Planete

Theara Truth News

5 janvier 2023

Laisser un commentaire