Archives de Catégorie: Gilets Jaunes Constituants

Un Tir de LBD est bien Une Tentative d’Assassinat.

Magistrate agressée devant chez elle : une enquête ouverte pour tentative d’assassinat.

L’une des présidentes de la cour d’assises des Yvelines a été agressée, ce lundi 17 juin, devant son domicile, visée semble-t-il par un tir de lanceur de balles de défense (LBD).

Une magistrate, qui se trouve être l’une des présidentes de la cour d’assises des Yvelines, aurait été visée par un tir de lanceur de balles de défense (LBD) ce lundi. Elle souffre de plusieurs fractures au visage mais ses jours ne sont pas en danger, a précisé le procureur dans un communiqué.

Les agresseurs « ne sont pas venus là par hasard », a indiqué une proche de l’enquête citée par l’AFP, laissant entendre que la victime a été délibérément visée en raison de ses fonctions. Mais aucun élément ne permet pour l’heure de dire s’il y a un lien entre cette attaque et les fonctions exercées par la juge.

Deux personnes casquées

Les faits se sont déroulés aux alentours de 9 h 30, selon le parquet de Versailles. Deux personnes casquées ont sonné à l’interphone de son domicile. La victime a ouvert une fenêtre puis essuyé un tir d’arme de poing « à ce jour non identifiée », précise le communiqué du parquet. La victime a été blessée à la tête et c’est un membre de sa famille qui a prévenu les gendarmes, a indiqué une source proche du dossier.

Les agresseurs sont en fuite et un important dispositif de recherche a été mis en place par la section de recherche de Versailles, chargée de l’enquête, a assuré le parquet.

L’enquête pour « tentative d’assassinat » se poursuit « en vue d’identifier et d’interpeller les auteurs des faits actuellement en fuite, et de déterminer les motifs de l’agression, à ce jour inconnus », a encore écrit le parquet.

Une agression « aussi lâche qu’insupportable »

La ministre de la Justice, Nicole Belloubet, a dit sur Twitter apprendre « avec indignation et émotion l’agression de la présidente de la cour d’assises de Versailles. Toutes les forces de l’ordre sont mobilisées pour retrouver les auteurs », a-t-elle déclaré. En exprimant son « soutien à la magistrate, à sa famille et à la communauté judiciaire de Versailles. »

Nicolle Belloubet :

« J’apprends avec indignation et émotion l’agression de la présidente de la cour d’assises de Versailles. Toutes les forces de l’ordre sont mobilisées pour retrouver les auteurs. Tout mon soutien à la magistrate, à sa famille et à la communauté judiciaire de Versailles. »

 

« Une pensée à notre collègue de Versailles, agressée violemment à son domicile ce matin », a aussi déclaré le porte-parole de la Chancellerie, jugeant cette agression « aussi lâche qu’insupportable »

Site : Ouest France : https://t.co/Zgd2Hl7yLc

*****

Il aura fallu ce triste évènement pour que nous apprenions donc le plus officiellement du monde qu’il y a des Français sur lesquels l’on peut commettre des TENTATIVES D’ASSASSINAT tous les Samedis sans être inquiété : les Français Gilets Jaunes.

Screenshot_2019-06-18 (1) Twitter

 

Les « Agresseurs » des Français Gilets Jaunes qui ont commis des Tentatives d’Assassinat, eux, ne seront jamais poursuivis. Madame Belloubet ne mobilisera Jamais « Toutes les forces de l’ordre  pour retrouver les auteurs. » 

La Chancellerie ne juge t’elle pas les Tentatives d’Assassinat contre les Français Gilets Jaunes « « aussi lâche qu’insupportable » ?

 

 

2 Femmes Gilets Jaunes Tuées lors de la manifestation samedi 8 juin 2019 à Montpellier ? « La Shoah des Jaunes » écrit-on !

2 Femmes Gilets Jaunes auraient été tuées par Flash-Ball, Samedi 8 Juin 2019 à Montpellier.

Les médias ont décidé de Taire cette grave information. Il se trouve que les vidéos et Témoignages disparaissent de l’Internet.

Si ces 2 femmes ne sont pas mortes, pourquoi faire disparaitre Toutes les Vidéos et Témoignages qui le confirment ?

 

2 Femmes GJ Tuées à Montpellier

Pourquoi France 3 Régions France Tv Info Occitanie Hérault Montpellier a t’elle fait disparaître sa Vidéo et ses écrits faisant état de « comment est née une rumeur de morts sur Montpellier à la manif gilets Jaunes » ?

Lors de la manifestation, un Street-Médic confirme le décés d’une femme par Flash-Ball :

 

La Mort de ces 2 Femmes est confirmée aujourd’hui :

A toutes les ordures et saloperies qui ont remmené leur sales gueules ici pour discréditer de qui est dit sur les 2 morts de Montpellier (ce sont 2 pauvres femmes), que tout est vrai malheureusement !

Mort confirmée

 

2 vidéos sont disponibles à l’heure actuelle :

Sous cette Vidéo l’on Remarque dans les Commentaires que les ennemis de la France, du peuple Français et du Christ se réjouissent de la Souffrance et du Sang du Peuple Français qui coule :

SYNAGOGUE DE SATAN.png

SYNAGOGUE DE SATAN1.png

 

En Union de Prière pour ces 2 Femmes « Soldats Inconnus » ainsi que pour TOUS les Gaulois Gilets Jaunes qui désormais risquent leur Vie en allant aux Manifestations.

 

 

 

Le ministère de l’Intérieur commande en masse des munitions pour fusils d’assaut et des grenades de désencerclement.

Ils appellent ça : « Gestion Démocratique des Foules » !

 

Site : Bastamag : https://www.bastamag.net/Beauvau-Castaner-violences-policieres-fusils-d-assaut-LBD-grenades-blesses-mutiles-gilets-jaunes

Les nouvelles armes de maintien de l’ordre et de « gestion démocratique des foules » sont responsables de dizaines de mutilations à vie et de blessures graves. Qu’importe ! Le ministère de l’Intérieur vient d’entériner de nouvelles commandes massives : 10 000 grenades de désencerclement par an, qui s’ajoutent aux centaines de lanceurs de balles de défense (LBD) achetés en fin d’année dernière. Plus étonnant, la place Beauvau a acheté 25 millions de cartouches de fusils d’assaut pour les quatre prochaines années. « Allô, place Beauvau ? C’est pour une commande » : enquête sur ces étranges appels d’offres.

Le ministère de l’Intérieur ne cesse d’étoffer son stock d’armes, non létales comme létales. Il avait déjà passé commande, le 23 décembre dernier, de 1280 nouveaux « lanceurs mono-coup » type LBD, principalement pour la gendarmerie, et de 450 LBD semi-automatiques – des « lanceurs multi-coups » (LMC) [1] pour les policiers. La place Beauvau vient successivement d’acheter 40 000 nouvelles grenades à main de désencerclement (GMD) à effet assourdissant, et de lancer un appel d’offres visant à acquérir, sur les quatre prochaines années, 25 millions de… cartouches de fusil d’assaut pour une valeur estimée à 11 millions d’euros [2].

  Extrait de l’appel d’offre (consultable ici)

Ces armes de guerre ont longtemps été réservées aux seules unités d’élite de la police et de la gendarmerie. Dans la foulée des attentats de janvier et novembre 2015, Bernard Cazeneuve, le ministre de l’Intérieur de l’époque, avait décidé d’équiper de fusils d’assaut les policiers des brigades anti-criminalités (Bac), les gendarmes des pelotons de surveillance et d’intervention (Psig) et autres « primo-intervenants ». L’objectif, avait-il alors expliqué, était de leur permettre de « répliquer aux tirs d’armes de type Kalachnikov que certains criminels n’hésitent désormais plus à utiliser contre vous ».

Cette banalisation des fusils d’assaut n’est pas sans poser problème. En juillet 2017, une note de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) faisait état de sa « réelle inquiétude » : 18 des 19 tirs de ces armes enregistrés sur les six premiers mois de l’année avaient été « accidentels » ou commis « par imprudence », un pourcentage qualifié d’« alarmant ». « Une ou plusieurs erreurs, souvent cumulées dans les procédures de mise en sécurité, sont à l’origine des coups de feu », souligne la note, qui déplore « une méconnaissance bien plus étendue en matière de sécurité lors de la manipulation des armes », et un « défaut de maîtrise d’armes plus complexes et encombrantes » : sélecteur mis en position « rafale », chargeur non retiré, culasse bloquée à cause d’un mauvais geste, etc. Le constat était alors sans appel : « Les agents sont mal à l’aise avec ces armes. » [3]

La majorité des policiers mal formés à l’usage de ces armes

« Concernant les armes longues, nos collègues ne sont pas assez formés aux gestes techniques », décrivait Frédéric Lagache, secrétaire général adjoint du syndicat Alliance police nationale [4]. La formation initiale ne durait que deux jours, suivi d’un tir par an. Une situation qui peine à s’améliorer : en septembre 2018, la Cour des comptes déplore, dans un rapport consacré à l’équipement des forces de l’ordre, le nombre « globalement insuffisant » des stands de tir, leur répartition géographique « parfois inadaptée », leur vieillissement, « responsable d’indisponibilités récurrentes en raison de la fréquence des opérations de maintenance », et enfin « l’incapacité de la grande majorité d’entre eux à accepter des tirs de munition de calibre 5,56 mm, faute de pièges à balles adaptés » [5].


La Cour des comptes regrette aussi que « la majorité des policiers (51%) n’avait pas bénéficié de ces trois séances réglementaires », en 2017, « ce qui traduit une dégradation par rapport aux années récentes ». Enfin, environ un policier sur cinq, sur les personnels « susceptibles de manier un HK G36 [un modèle de fusil d’assaut, ndlr] n’avait pas reçu les formations requises dans les délais réglementaires ».

Jusqu’à 750 balles par minute, mortelles jusqu’à deux kilomètres

Doté d’un chargeur trente coups, le HK G36 est une arme de guerre pouvant tirer, en rafale, jusqu’à 750 balles par minute, mortelles jusqu’à deux kilomètres. Au 1er janvier 2017, le ministère de l’Intérieur répertoriait 9469 fusils d’assaut de ce type, dont 8545 pour la police nationale, en augmentation de 68 % par rapport à 2012. Rapporté au chiffre de 6,25 millions de munitions commandées par an, chaque fusil d’assaut serait dès lors potentiellement doté de 22 chargeurs chaque année, alors que ces armes sont censées n’être utilisées qu’exceptionnellement ! [6]


Le Canard enchaîné a révélé qu’un télégramme du 10 janvier 2019 avait demandé aux CRS de déployer deux fusils d’assaut HK G36 lors des manifestations des gilets jaunes, au motif que « si nos hommes portent leurs fusils d’assaut, c’est pour ne pas se les faire voler dans le camion », comme cela est arrivé en décembre dernier.

Basta ! a contacté le ministère de l’Intérieur pour savoir combien de fusils d’assaut sont aujourd’hui en dotation, et pour comprendre ce qui justifierait une commande de 6,25 millions de munitions par an. Le ministère a accusé réception de nos questions, sans daigner y répondre. Certaines de ces munitions pourraient cependant être destinées à l’entraînement qui, jusqu’à présent, fait défaut. L’appel d’offre concernant le marché de grenades de désencerclement suscite une autre interrogation : il comporte une clause qui, d’après un autre industriel, tendrait à privilégier la société Alsetex, qui a d’ailleurs emporté le marché.

Alsetex, « leader des produits pour la gestion démocratique des foules »

Filiale du groupe Étienne Lacroix, « acteur majeur de la pyrotechnie reconnu au niveau international », la société d’armement et d’études Alsetex est basée au Mans. Son usine, classée Seveso, dans la forêt de Malpaire à Précigné (entre Le Mans et Angers) employait l’an passé 160 personnes. L’entreprise s’est longtemps présentée comme le « leader des produits pour la gestion démocratique des foules ». Une expression qu’elle a cessé d’utiliser lorsque l’auteur de ces lignes a révélé, en 2013, que les grenades lacrymogènes d’Alsetex faisaient partie de celles utilisées pour réprimer le printemps arabe au Bahreïn. Or, à l’époque, des organisations indépendantes ont dénombré 43 personnes décédées au Bahreïn des suites de leur exposition aux gaz lacrymogènes, dont plusieurs nouveaux nés, enfants et personnes âgées.

Alsetex est également connue pour sa grenade explosive GLI-F4 composée, notamment, de 26 grammes de TNT. Cette charge explosive a valu à un zadiste et, d’après le décompte du journaliste David Dufresne, à cinq gilets jaunes, de voir leurs mains arrachées. C’est également Alsetex qui a conçu la grenade offensive OF F1, que le gouvernement a interdit après qu’elle a été impliquée dans le décès de Rémi Fraisse lors de la répression d’une manifestation contre le barrage de Sivens.

Des grenades de désencerclement classées « matériel de guerre »

Depuis le début du mouvement des gilets jaunes, le ministère de l’Intérieur a reconnu 4942 tirs de grenades de désencerclement (GMD), contre 866 pour toute l’année 2016. Comme le LBD, ces grenades sont une arme classée « matériel de guerre de catégorie A2 », ce qui interdit aux particuliers d’en faire l’acquisition. De son côté, le journaliste David Dufresne a collecté 99 signalements afférents, dont 27 blessures à la tête, quatre à l’œil et trois éborgnements. Les GMD doivent être lancées à la main et roulées au sol. Elles « projettent 18 plots de caoutchouc de 10 grammes sur un rayon de 30 mètres (…). Chaque plot est projeté avec une vitesse initiale de 472 km/h », rappelle le collectif Désarmons-les qui documente les armes utilisées en France pour le maintien de l’ordre et les blessures graves qu’elles causent.

Un CRS vient par ailleurs d’être renvoyé aux assises pour avoir éborgné un syndicaliste en 2016 lors de la mobilisation contre la loi travail. Il n’avait pas été formé au maintien de l’ordre, n’était pas habilité à lancer de GMD, et le lancer de la grenade n’était pas légalement justifié : les CRS de sa compagnie n’étaient « ni assaillis, ni encerclés, ni même réellement pris à partie ». Étrangement, le ministère public avait soutenu pour sa défense que « la perte d’un œil n’était pas une infirmité permanente », car la victime pouvait se faire poser un implant (sic).

40 000 nouvelles grenades commandées malgré les controverses

Qu’importe ces dégâts collatéraux : le ministère de l’Intérieur vient de conclure une nouvelle commande, publiée le 1er mai au Journal officiel, de 10 000 grenades par an, « soit 40 000 sur la durée du marché » (ces quantités sont « estimatives ») [7]. C’est donc Alsetex qui a emporté le contrat, d’une valeur de 1,84 million d’euros.

Outre l’incongruité de commander 40 000 nouvelles GMD en pleine polémique sur les « violences policières », ce sont les spécificités techniques de l’appel d’offres qui intriguent. Publié fin août 2018, l’appel d’offres présentait la GMD comme étant destinée à « permettre aux forces de l’ordre de déstabiliser un groupe d’agresseurs violents ou armés, en le faisant se replier ou se disperser », et précisait que « la grenade proscrit tout risque lésionnel lié à la pénétration d’un projectile (galet, bouchon allumeur à main – BAM -, élément de grenade) ou à la lésion interne d’un organe ». Rien sur les risques d’éborgnement.

Manifestant dont la main a été arrachée, puis remplacée par une prothèse, lors de la manifestation des blessés et mutilés gilets jaunes, le 2 juin 2019 à Paris / © Serge d’Ignazio

Entre autres exigences, le cahier des charges précisait qu’« après explosion, le BAM [le bouchon allumeur, ndlr] doit rester solidaire du corps de la grenade », et qu’il devait dès lors être « équipé d’un capot de protection », ce qui avait alors fait réagir plusieurs industriels. L’un d’entre eux s’interrogeait sur « la notion du « corps de la grenade », qui par principe n’existe plus après l’explosion ». Le ministère a répondu qu’« il faut comprendre que le bouchon allumeur ne doit en aucun cas se comporter comme un projectile au moment de l’explosion de la grenade ».

Un modèle de grenade moins dangereux ?

Coïncidence ? Alsetex est justement titulaire d’un brevet intitulé « Grenade à éclats non létaux comprenant des moyens de maintien de bouchon allumeur ». Ce brevet correspond précisément aux exigences de l’appel d’offres. Malgré son explosion, cette grenade éviterait de « libérer inopinément les moyens allumeurs et ainsi par exemple de conduire à une projection du bouchon allumeur ». Cela réduirait en théorie le nombre d’éclats, responsables de nombreuses lésions sur des manifestants.

Un autre industriel a demandé s’il serait « possible que cette exigence soit modifiée car elle conduit à privilégier le fournisseur historique de fourniture des grenades à main de désencerclement ». En réponse, le ministère de l’Intérieur a rétorqué que « le capot ou coiffe de protection du bouchon allumeur est destiné à minimiser le risque de blessure accidentelle lorsque la grenade est lancée par les forces de l’ordre ou si des éléments résiduels sont ensuite utilisés comme projectile. Il s’agit donc d’une exigence impérative de l’offre ».

Contactées par Basta !, Alsetex et sa maison mère, le groupe Étienne Lacroix, n’ont pas davantage répondu à nos questions. Ce silence est d’autant plus étrange que, si l’on met de côté le risque des mains arrachées et le soupçon d’appel d’offres rédigé pour qu’Alsetex remporte le marché, l’exigence du ministère de l’Intérieur, ainsi que le brevet de l’artificier, viseraient précisément à faire en sorte que la GMD provoque un peu moins de lésions graves qu’auparavant, seuls les éclats de caoutchouc étant libérés.

Une « précision optimale » est « souhaitée » pour les LBD…

Fournisseur habituel de l’Intérieur, Alsetex avait également emporté, en janvier 2016, un marché de 115 000 « munitions de défense à courte portée » (MDCP) – une balle de plastique semi-rigide tirée à plus de 300 km/h – pour équiper le désormais célèbre lanceur de balles de défense (LBD). Beauvau avait alors prévu d’en doter 5000 à l’intention de la pénitentiaire, 10 000 à la gendarmerie, et 100 000 à la Police nationale. Le marché a été attribué pour 5,6 millions d’euros – soit près de 50 euros la munition !

Commande d'Armes

Le cahier des charges précise que ces MDCP doivent limiter « de façon optimale les risques de blessure et de dommages collatéraux », notamment au visage. La recherche « d’une précision optimale » est « souhaitée » pour que les impacts sur la personne visée soient « contenus obligatoirement dans un rectangle de dispersion de 50 cm de hauteur et 40 cm de largeur ». Or, pour être sûr d’écarter la tête de ce « rectangle de dispersion », et donc éviter le risque d’éborgnement, le tireur devrait a priori viser… l’entre-jambes, ce qui est également interdit.

Autre bizarrerie : pourquoi avoir défini un périmètre plus important en hauteur qu’en largeur ? Cela pourrait en partie expliquer le nombre de blessures à la tête, les tirs étant censés viser le torse. Dans son bilan « Allô, Place Beauvau ? », David Dufresne a collecté 297 signalements liés à des tirs de LBD, dont 19 éborgnements. Dans la dernière mise à jour de sa brochure sur les armements et le maintien de l’ordre, le collectif Désarmons-les a répertorié, depuis l’instauration du Flash Ball en 1999 – progressivement remplacé par le LBD –, puis de la grenade de désencerclement en 2004, « près de 60 personnes qui ont été éborgnées ou gravement blessées à l’œil en l’espace de 20 ans ». La majorité l’a été lors des huit derniers mois, depuis le début du mouvement des gilets jaunes en novembre 2018.

Jean-Marc Manach

Photo de Une : Le 1er mai 2019, à Paris / © Serge d’Ignazio

Notes

[1270 « lanceurs multi-coups » (LMC) « 4 coups », et 180 « 6 coups ».

[2À raison de 6,25 millions de munitions par an pour le ministère de l’Intérieur, 130 000 pour la pénitentiaire, et 114 000 pour les douaniers.

[3Notes confidentielles révélées par la chaîne LCI en octobre 2017.

[6Pour exemple, lors de l’assaut donné le 18 novembre 2015 contre contre les auteurs présumés des attaques terroristes du 13 novembre, retranchés dans un immeuble de Saint-Denis, entre 1500 et 5000 munitions ont été tirées par les forces de l’ordre alors que l’opération est considérée comme étant d’une rare violence.

[7L’accord-cadre comporte « un minimum quantitatif correspondant au stock de sécurité, soit 2000 grenades à main de désencerclement », voir ici.

 

*****

 

VIGI1.png

 

Un syndicat de police reconnaît et accuse le gouvernement d’avoir ordonné la répression envers les Gilets Jaunes.

« Pendant que nos collègues vont passer au trapèze, les donneurs d’ordres, eux, ne sont toujours pas inquiétés par la justice et coulent des jours heureux sous les ors des palais de la République. » Le syndicat « France police, policiers en colère » reconnaît et accuse le gouvernement d’avoir ordonné la répression envers les Gilets Jaunes.

Le pouvoir est obligé de lâcher du lest, il y a beaucoup de plaintes déposées contre des policiers qui seront jugés pour avoir réprimé les Gilets Jaunes violemment, alors que dans la plupart des cas les gens manifestaient paisiblement.

Eh oui les policiers ont été des exécutants, obéissant aux ordres donnés par leur hiérarchie, qui ont conduit à des centaines de mutilations. Les policiers sont néanmoins coresponsables des mutilations, blessures diverses sur des centaines de personnes dont eux et leurs proches vont souffrir toute une vie.

Le syndicat de policiers en colère dénonce, avec raison, leurs donneurs d’ordre, le gouvernement Macron, car ils ont reçu l’ordre de réprimer le mouvement des Gilets Jaunes très durement. La violence policière a été exclusivement réservée aux manifestants pacifiques et pas aux black blocs ! ( des vidéos montrent des black blocs ou assimilés se préparant, mettant des masques, des tenues noires, à la vue de policiers qui n’interviennent pas !!! )

Citation du site web du syndicat des policiers en colère.

« Pendant que nos collègues vont passer au trapèze, les donneurs d’ordres, eux, ne sont toujours pas inquiétés par la justice et coulent des jours heureux sous les ors des palais de la République. »

« Macron, Philippe, Castaner et Nunez sont les cerveaux et les donneurs d’ordres de la terrible répression mise en place dès le 17 novembre pour écraser le mouvement des Gilets Jaunes et éviter ainsi d’apporter une réponse politique à la crise. »

source Le syndicat de police confirme ce que nous, les Gilets Jaunes, ceux du terrain, savons depuis le début. Les innombrables dérapages policiers ne sont pas dus au hasard mais ils sont la conséquence d’une volonté de répression politique ordonnée. On vient de recenser à ce jour au moins 23 personnes éborgnées, selon la source suivante :
source

La nuit, c’est des insomnies, des cauchemars. C’est l’horreur au quotidien pour essayer de se démerder comme on peut avec une main. Pour l’instant, c’est l’enfer total », a témoigné Sébastien Maillet, qui a eu la main arrachée le 9 février à Paris 2019, lors du 13ème samedi de manifestation des Gilets Jaunes.

« La monophtalmie complique toute votre vie. Les choses vous demandent beaucoup de temps et il y a un impact psychologique sur votre entourage et vos proches », a expliqué Patrice Philippe, ex-chauffeur routier de 50 ans blessé à l’œil par un tir de LBD le 8 décembre 2018.

De nombreuses personnes ici présentes ont des plaques en titane et des vis dans le visage », a ajouté Robin Pagès.
source

Personnellement, je félicite ce Syndicat des policiers en colère, qui n’est d’ailleurs jamais cité dans les grands médias, pour sa franchise.

l faut savoir que l’ordre « d’écraser le mouvement des Gilets Jaunes, de casser des gilets jaunes » a réveillé la conscience d’un bon nombre de policiers quand on leur a ordonné d’agir avec une telle violence contre une partie de la population civile.

En termes de violence le mouvement de Gilets Jaunes dépasse largement mai 1968 !

Police : « 31 suicides depuis janvier 2019
Trente et un policiers se sont donné la mort depuis le début de l’année, ce qui fait craindre une « année noire » comme en 1996, quand 70 suicides avaient été recensés. »
source

A la violence policière s’ajoute la répression judiciaire, elle aussi ordonnée par le gouvernement Macron.

Le 22 nov. 2018, une circulaire a été adressée par Mme La Ministre de la Justice, Nicole BELLOUBET, au procureur de la République prônant une sévérité extrême dans le traitement des affaires des Gilets Jaunes.

Une copie de cette circulaire été adressée aux Tribunaux des Grandes Instances qui sont censés être indépendants !

Signataire : La garde des sceaux, ministre de la justice, Nicole BELLOUBET

 

Cravachés par Nicole Belloubet en personne (!) se déplaçant au Tribunal de Paris un dimanche, et par les interventions permanentes de la place Vendôme voire de Matignon – y compris des instructions individuelles pourtant interdites par la loi -, les parquets déchaînés basculent avec zèle dans la sanction de masse, font procéder à des arrestations souvent préventives, par milliers, défèrent également par milliers des gens devant les tribunaux, à l’aide de procédures d’urgence dans lesquelles, par des réquisitoires violents, ils demandent des peines folles. Et, de façon stupéfiante, la magistrature du siège a accepté de rentrer dans cette logique et distribue en cadence des peines ahurissantes. Depuis le début du mouvement, plus de 5000 arrestations, 1000 condamnations, 350 personnes incarcérées sur la base d’incriminations parfois farfelues. Et avec des interprétations de la loi répressive souvent audacieuses, pour ne pas dire plus. Désolé, mais ceci n’est pas de la justice, c’est de l’abattage.
source

Alors que les syndicats de police Alliance, Unité SGP Police FO et Unsa-police appelaient à toujours plus de répression, France Police – Policiers en colère a été le seul syndicat de police à dénoncer la stratégie du maintien de l’ordre, pressentant le risque juridique pour nos collègues. »
source

Je tiens ici à rappeler que c’est le syndicat de policiers en colère qui s’est investi pour porter à la connaissance du grand public les véritables chiffres du nombre des manifestants, un chiffre qui varie avec un facteur correctionnel et multiplicateur de 4 à 6 fois.

Et oui le gouvernement n’est pas seulement donneur d’ordre responsable des mutilations d’un grand nombre de manifestants mais ce gouvernement ne se gêne pas non plus pour mentir en alimentant avec des faux chiffres les médias, bien loin de la réalité. C’est ainsi que le gouvernement Macron avait réussi à manipuler une grande partie de l’opinion publique avec la complicité des médias dominants.

 

Gilets Jaunes : un syndicat de police dénonce les ordres reçus et les méthodes de comptage des manifestants.

Dans deux publications distinctes, le syndicat France Police, Policiers en Colère a fait parler de lui. Son secrétaire national a d’abord affirmé, en interview, que s’il y avait des tirs tendus de LBD dans la police, les ordres venaient de plus haut. Ensuite, le syndicat a aussi accusé le ministère de l’Intérieur de minorer les chiffres de la mobilisation.
source

« Aujourd’hui, le régime politique est sauvé. La Macronie n’a plus besoin de ses larbins pour se protéger du peuple en colère. On peut donc livrer en pâture aux chiens quelques soldats pour faire oublier ce qui s’est passé et pourquoi ça s’est passé. »

« Le syndicat France Police – Policiers en colère a été souvent critiqué en interne pour ses positions durant la crise des Gilets Jaunes. Les faits aujourd’hui nous donnent malheureusement raison. Pour avoir appliqué les ordres, nos collègues vont se faire lyncher, non pas sur l’autel de la raison d’Etat, mais bien immoler sur le bûcher des intérêts politiques particuliers de quelques-uns. »
source

Eh OUI la police avait manqué l’occasion de désobéir aux ordres de leur hiérarchie, et de suivre l’appel des Gilets Jaunes à rejoindre leur mouvement, rejoindre le peuple français. Il faut dire que certains ont eu recours à l’arrêt maladie … leur statut les obligeant à obéir aux ordres !!!

N’oublions pas, les policiers sont aussi des citoyens, des pères de famille pour une bonne partie d’entre eux, bref des gens comme nous mais ayant la contrainte d’obéir aux ordres de leur hiérarchie.

Les responsables du gouvernement Macron, Macron inclus, doivent être traduits devant la Cour Pénale Internationale (CPI)

Voici quelques pétitions à signer

_https://www.mesopinions.com/petition/politique/castaner-macron-doivent-repondre-leurs-actes/61215

_https://www.change.org/p/j-accuse-macron-et-castaner-de-crimes-contre-l-humanit%C3%A9

_https://www.change.org/p/cour-p%C3%A9nale-internationale-macron-et-castaner-doivent-%C3%AAtre-traduit-en-justice

Voici un article qui m’a sauté aux yeux suite à divers appels de traduire Castaner, Macron devant la CPI pour Crime contre l’humanité.

Citation du journal Libération :

« Dans un moment de recrudescence de l’antisémitisme, les dérapages sémantiques, qui mettent sur le même plan Shoah et violences des forces de l’ordre, participent de l’antisémitisme ambiant et ne résolvent pas l’usage disproportionné de la force par la police. »
source : journal Libération

Tout de suite, la presse pro-sioniste s’indigne en crachant son venin pour venir en aide à son chouchou Macron, que les médias ont promu, comme jamais aucun candidat ne l’avait été auparavant, à la dernière élection présidentielle.

Cette presse qui s’emploie pour réserver le terme « crime contre l’humanité » aux victimes de la Shoah, comme si c’était le seul crime contre l’humanité, et qui n’évoque pas, comme par hasard, des crimes contre l’humanité plus récents comme celui du Rwanda !
Guerre en Rwanda

On peut se poser la question de savoir si ce genre d’amalgames faits par ces journaux aux jugements très partiaux alimenteraient, voire même créeraient l’antisémitisme…

On dirait que le journal « Libération » ne connaît pas la définition du terme « crime contre l’humanité« , terme qui n’a pas l’exclusivité réservée à la Shoah !

Voici pour rappel comment les crimes contre l’humanité sont définis :

Art. 7 Crimes contre l’humanité

Le Statut de Rome définit les crimes internationaux sur lesquels la Cour a un pouvoir juridictionnel dont les crimes de génocide, les crimes de guerre, les crimes contre l’humanité ainsi que les crimes d’agression, s’ils sont commis sur le territoire d’un État partie ou par l’un de ses ressortissants.

Aux fins du présent Statut, on entend par crime contre l’humanité l’un quelconque des actes ci-après lorsqu’il est commis dans le cadre d’une attaque généralisée ou systématique lancée contre toute population civile et en connaissance de cette attaque :

e) Emprisonnement ou autre forme de privation grave de liberté physique en violation des dispositions fondamentales du droit international ;

h) Persécution de tout groupe ou de toute collectivité identifiable pour des motifs d’ordre politique, racial, national, ethnique, culturel, religieux ou sexiste au sens du paragraphe 3, ou en fonction d’autres critères universellement reconnus comme inadmissibles en droit international, en corrélation avec tout acte visé dans le présent paragraphe ou tout crime relevant de la compétence de la Cour ;

k) Autres actes inhumains de caractère analogue causant intentionnellement de grandes souffrances ou des atteintes graves à l’intégrité physique ou à la santé physique ou mentale.

Et oui cela me fait penser aussi aux tentatives des médias dominants, comme BFM TV , d’assimiler le mouvement des Gilets Jaunes à l’antisémitisme pour noircir ce mouvement aux regards des téléspectateurs au lieu de parler, de soutenir les revendications sociales, l’exigence d’un pouvoir d’achat correct, des salaires permettant de vivre dignement et surtout de taxer les ultra-riches, lutter contre la fraude fiscale, faire participer les riches à l’effort général pour que l’Etat puisse fonctionner correctement dans l’intérêt général, dans l’intérêt de tout le monde. L’Etat français, le gouvernement Macron s’est transformé en serviteur VIP pour servir exclusivement les intérêts des riches et des ultra-riches et affichant ouvertement et de manière décomplexée très ouvertement leur mépris pour les revendications du peuple ! Le gouvernement Macron est un gouvernement au service du capital financier !

La grande majorité des richesses du monde ont été accaparées par plus de 2200 milliardaires … sans parler des 38 millions de millionnaires (en dollars US) en 2014, ce nombre pourrait monter à 53 millions de millionnaires en 2019 (dont 1,7 million en France). C’est ainsi que les Etats, les populations (travailleurs et classe moyenne) s’appauvrissent au fil du temps, perdent d’année en année de plus en plus de pouvoir d’achat pendant que les ultra-privilégiés amassent des fortunes spoliées aux travailleurs et à la classe moyenne !
source des chiffres

1,7 million de millionnaires en France, une bonne partie de l’électorat de E. Macron !!!

Oxfam : 26 milliardaires ont autant d’argent que la moitié de l’humanité
https://www.bfmtv.com/economie/oxfam-26-milliardaires-ont-autant-d-argent-que-la-moitie-de-l-humanite-1616528.html

Comme dit Pierre-Yves Rougeyron, le mouvement des Gilets Jaunes doit devenir un mouvement de résistance longue !

Je pense que les Gilets Jaunes vont continuer à occuper les routes et ronds-points de France et l’avocat François Boulo nous fait des propositions intéressantes pour envisager la suite de notre mouvement de longue durée.

 

idéo : https://www.youtube.com/watch?v=NnlN9b0Vogo&t=2m13s

Je regrette que les Gilets Jaunes du canapé n’aient pas su saisir l’occasion de voter massivement contre Macron.

Pire encore : 98% des électeurs ont voté pour des partis politiques Pro-UE.
Le grand changement n’est donc pas pour demain !

La situation des travailleurs va donc empirer de mois en mois, de jour en jour…

Pour en revenir aux élections européennes, je signale un fait que les médias ont tu : dans de nombreux bureaux de vote, il manquait des bulletins (notamment les bulletins de l’UPR, comme par hasard) … Une amie s’est vu répondre par le président du bureau de vote qu’elle n’avait qu’à rentrer chez elle pour imprimer le bulletin avec son imprimante et revenir le glisser dans l’enveloppe et dans l’urne…Elle n’avait matériellement pas les moyens de le faire. Il est inadmissible qu’une personne désirant voter n’ait pu le faire à cause de problèmes matériels…alors qu’on nous rebat les oreilles de « la France est en démocratie », etc.

Il faut savoir aussi que ces parlementaires européens (qui touchent des salaires énormes et dont certains font la queue au bureau des présences pour être enregistrés comme présents afin de toucher la prime, avant de partir…) n’ont aucun pouvoir décisionnel, c’est la Commission européenne qui prend toutes les décisions et les impose aux gouvernements au moyen des GOPE (Grandes Orientations Politiques et Economiques)…Quelle indépendance et souveraineté pour les pays de l’U.E. ! Quelle démocratie !

Il existe deux types de personnes en Europe : Celles qui aiment l’Union Européenne et celles qui la connaissent

Ps. : Un grand MERCI à mon copain Gerard, pour son aide à la rédaction de cet article.

Site : Sott.Net : https://t.co/bFsm88dTkf

Un temple de Francs-Maçons pris pour cible par des Gilets Jaunes à Rennes.

Selon Ouest-France, le temple maçonnique de la rue Thiers, à Rennes, a été pris pour cible samedi vers 18h par des Gilets jaunes.

Selon l’article de Ouest-France : « Une dizaine de Gilets jaunes a pris pour cible, samedi en fin d’après midi, le temple maçonnique du Grand Orient à Rennes. Un temple situé juste à côté du commissariat de police. La porte d’entrée a été cassée (…) La police est alors intervenue ».

Site : Medias Catholique Info : https://medias-catholique.info/des-gilets-jaunes-prennent-pour-cible-un-temple-maconnique-a-rennes-2/29805

Les Dockers Français ont sauvé des Vies en refusant de charger une cargaison d’Armes.

Cette information n’apparaît nulle part et pour Cause !

L’on comprend pourquoi le système ne tient pas à diffuser cette information à l’ensemble de la population.

Cet Acte Magnifique est UN VRAI SYMBOLE DE PAIX, le système ne se nourrissant qu’au travers des Guerres, donc, de Ventes d’Armes.

Tout notre soutien aux Dockers du Havre et de Marseille qui permettent à des Civils de rester en Vie et également aux Dockers de Nantes, de Brest et des DOM TOM qui ont  refusé de charger ce qui fait Vivre ceux qui ont du Sang d’innocents sur leurs mains depuis 1789.

 

 

 

Il est impératif, comme le dit Maxime Nicolle, de TOUT BLOQUER, TOUT.

Tout Bloquer sur LA DUREE.

Une Grève Générale de TOUS LES CORPS DE METIER permettra de faire chuter l’Economie donc de faire chuter les Oligarques qui se nourrissent du labeur des pauvres.

Ce n’est pas très compliqué à comprendre et le résultat ne sera que positif :

  • Aucun Oeil crevé
  • Aucune Main arrachée
  • Aucune Garde à vue
  • Aucun emprisonnement
  • Aucune amende à devoir payer
  • Aucune casse.

 

Une grève générale avec blocage est déjà prévue le 22 juin 2019.

Il faut que cette grève et ce blocage se perpétuent dans la continuité : nous, nous ne perdrons Rien. Par contre, les « Vendeurs », ceux qui nous asservissent, perdront beaucoup, beaucoup, beaucoup ! Et sur la durée ILS PERDRONT TOUT.

Ce n’est que cette Action SANS HAINE NI VIOLENCE qui permettra aux Français de se réapproprier les corps constitués qui leur ont été ravis.

Ils sont 1%, nous sommes 99% = Sans Nous, il ne sont Rien, Rien Rien.

C’est à nous désormais de les « Tenir en Respect ».

 

Information importante à diffuser largement.

Un Prêtre Gilet Jaune lutte contre la franc-maçonnerie et la société de satan.

« Nos pays sont aux mains de ceux qui possèdent l’argent ».

« L’Eglise à toujours été du côté de la Veuve et de l’Orphelin ».

Crise de la Paternité.

Un Prêtre Gilet Jaune explique les Fondamentaux.

 

Ce prêtre s’appelle « Curé Enragé », je viens de découvrir sa chaîne sur You Tube.

Ce Prêtre « Curé Enragé » et en se montrant très contracté, (il fume) tout en étant en soutane, amène les Fidèles au seul chemin qui Seul mène à la Vérité en dénonçant le Poison.

Ici, il démontre, Très Sereinement, comment et pourquoi la Franc-Maçonnerie est Contre l’Eglise du Christ.

 

 

Ce prêtre aborde TOUS LES SUJETS.

Voici le lien de sa Chaîne You Tube : https://www.youtube.com/channel/UC9COHrGU2creFcWBzjTTfWw

Bravo à ce Prêtre qui prouve que TOUS les apothicaires conciliaires sont les suppôts de satan car ILS TAISENT ce qui devrait être mis au Grand Jour.

« Entrées précédentes