Génocide Vendéen Catholique – Génocide Français : Un buste de Simone Veil tagué à la Roche-sur-Yon.

Ouest-France : https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/la-roche-sur-yon-85000/la-roche-sur-yon-la-statue-de-simone-veil-vandalisee-6656624

La Roche-sur-Yon. La statue de Simone Veil vandalisée

La place Albert-1er est devenue la place Simone-Veil, mardi 10 décembre. À l’occasion de cette inauguration, un buste de la célèbre femme politique, disparue le 30 juin 2017 et inhumée au Panthéon, a été dévoilé.

Mais à peine une semaine plus tard, le buste a été vandalisé. Une peinture bleue recouvre le visage de Simone Veil. La mairie de La Roche a protégé la statue d’un film plastique.

Opera Instantané_2019-12-18_041252_www.ouest-france.fr

Une plainte a été déposée ce lundi matin par la mairie. « C’est une vraie colère de voir ça », s’exprime Luc Bouard, le maire. Yvan Mercier, l’artiste qui a réalisé cette sculpture se dit lui aussi « très touché ».

La statue va être nettoyée par les agents municipaux. Ce buste est placé sur une fontaine d’où s’écoule un filet d’eau qui traverse la place. Il a été fondu à Vouvant, près de La Châtaigneraie.

*****

La Roche-sur-Yon est en Vendée.

Screenshot_2019-12-18 la Roche sur Yon vendée at DuckDuckGo

Un génocide a eu lieu en Vendée de 1793 à 1794 par les révolutionnaires républicains.

Vendée 1794 : « C’est bien un génocide » : http://www.vendeensetchouans.com/archives/2017/02/15/34942782.html

Et au Coeur même de la Vendée ils osent élever un buste de celle par qui le génocide d’enfants Français à naître a été permis qui rappelle le Génocide d’enfants Vendéens.

Ces gens ne seraient-ils pas Fou à lier ?

COMMUNIQUÉ du 02/07/2017 :
Simone Veil en enfer

Simone Veil est morte le 30 juin 2017.
Elle ne s’est pas repentie de l’immense péché qu’a été sa participation à la mise en place du génocide de l’avortement en France. Le maître d’oeuvre de cette politique d’état abominable est Giscard d’Estaing. Elle est néanmoins une des complices principales.
Giscard l’avait nommée à ce poste du fait de son passé de victime de la barbarie socialiste nationale allemande, ce qui l’absolvait a priori des accusations de mettre en place une politique nazie.

Elle a utilisé le mensonge pour venir à ses fins :

« Nous ne pouvons plus fermer les yeux sur les 300 000 avortements qui, chaque année, mutilent les femmes de ce pays, qui bafouent nos lois et qui humilient ou traumatisent celles qui y ont recours. » [26/11/1974, discours à l’A.N.]
Nous avons déjà solidement documenté le fait qu’il n’y avait certainement pas plus de 90 000 avortements avant sa loi (cf. http://www.trdd.org/INEDCPF.HTM).

Le texte de sa loi commence aussi par une contradiction mensongère :

« La loi garantit le respect de tout être humain dès le commencement de la vie. Il ne saurait être porté atteinte à ce principe qu’en cas de nécessité et selon les conditions définies par la présente loi. » [article 1]

Elle introduit aussi le concept mensonger « d’interruption volontaire de grossesse » (IVG), car l’avortement n’interrompt pas la vie de l’enfant, elle la termine, et cet enfant n’est pas volontaire pour se faire massacrer.

Et sa loi est une loi eugéniste en ce qu’elle permet aussi l’extermination des enfants à naître probablement handicapés, à n’importe quel terme de la grossesse.

Il y a aujourd’hui plus de 10 millions d’enfants qui ont été exterminés en France à cause de cette loi infâme, que les socialistes et leurs collabos ont encore aggravée.
Le sang de ces enfants crie vers Dieu. Nous crions aussi vers Lui, car Simone Veil a qualifié nos protestations contre elle d’insultes, alors que nous n’avons fait que lui rappeler la réalité : la Loi de Dieu est au dessus de la loi des hommes, et Dieu est le juge suprême, ce qu’en tant que juriste, elle savait parfaitement.
La loi de Dieu interdit le meurtre, c’est à dire l’exécution d’un être humain innocent, et elle l’interdit aussi bien aux individus qu’aux états.
La « loi » Veil n’est donc pas une loi respectable mais une iniquité tyrannique.
L’absence de repentance publique de Simone Veil est une circonstance aggravante : le génocide va continuer sans qu’elle s’y soit opposée. Elle va avoir l’éternité en enfer pour le regretter.

Le professeur Nathanson, qui avait avorté près de 10 000 enfants, avait fait un choix bien plus courageux et intelligent : il s’est repenti publiquement et a tenté de réparer le mal qu’il avait fait, notamment en expliquant par des films la réalité abominable de l’avortement. Comme le « bon » larron, il est aujourd’hui auprès du Père.

Thierry LEFEVRE, La Trêve de Dieu : http://www.trdd.org/CP170702F.HTM

Comment peut-on ainsi piétiner le Malheur qui eut lieu en Vendée en imposant encore et toujours aux Vendéens de voir, chez eux, un buste de celle qui fit voter la loi génocidaire contre les enfants de tout le Pays ?

Etre à ce niveau contre le Devoir de Mémoire Français est un Délit.

C’est un CRIME, c’est vouloir Encore que du Sang Français jonche le sol.

Nous Détruirons votre République Génocidaire Monsieur Meyer.

Nous nous y engageons devant Notre Seigneur Jésus-Christ.

Opera Instantané_2019-12-18_043426_twitter.com

 

Screenshot_2019-12-18 Gracchus Baboeuf dénonce le Populicide - Totalitarisme ou Résistance Vendée, Guerres de Géants - LAFA[...].png

Gracchus Baboeuf dénonce le Populicide…

Cet ouvrage fut publié en 1795 à l’occasion du procès de Jean-Baptiste Carrier, l’auteur des noyades de Nantes.

Gracchus Babeuf, père du communisme, l’une des grandes figures de la Révolution française, soulevait la question de fond de la nature de la répression perpétrée par la Convention en Vendée.

Ce livre doublement révolutionnaire par son contenu et son titre, « Du système de dépopulation », se présente comme un réquisitoire très bien documenté, et d’une incroyable modernité, contre la politique dictatoriale menée en 1793 et 1794, politique qui devait conduire, entre autres, à l’anéantissement et à l’extermination des Vendéens, Bleus et Blancs confondus, et de préférence des femmes et des enfants.

Avec la nouvelle édition de ce texte, Reynald Secher, dans son avant-propos, « Mémoire et « mémoricide » « , reprend, à l’aide de nombreux documents inédits, la genèse des événements en Vendée et définit un quatrième crime de génocide : le mémoricide.

Jean-Joël Brégeon présente la personnalité de Gracchus Babeuf.

Et Stéphane Courtois établit la filiation entre l’idéologie de Robespierre et celle de Lénine et des leaders communistes.

Reynald Secher conclut son propos : « Reste un problème jamais abordé jusqu’à présent : l’abrogation officielle des lois d’anéantissement et d’extermination. Ne serait-il pas opportun de profiter de ce débat public pour le faire ? On pourrait me rétorquer que ce n’est pas nécessaire puisqu’elles sont tombées en désuétude. J’aimerais y croire mais mon expérience d’historien me fait penser que jamais rien n’est définitif ni acquis : à situation exceptionnelle, moyens exceptionnels. À titre d’exemple, il faut rappeler que la déportation des Juifs a été justifiée et légalisée par le recours à des lois révolutionnaires remontant aux 10 juillet et 3 août 1791. En faisant ce geste premier d’abrogation, la France serait, par là même, une source d’exemple pour des pays comme la Turquie, s’honorerait et, surtout, permettrait aux Français d’avoir une histoire plus juste et plus apaisée, au-delà de toute considération politique et idéologique qui, entre autres, fait assimiler reconnaissance du génocide vendéen et remise en question de notre démocratie ; celle-ci, bien au contraire, en sortirait grandie et non affaiblie comme certains le craignent. Mieux encore, la France faciliterait et accélérerait l’évolution du droit international qui va vers le sens de la reconnaissance d’un quatrième crime de génocide, le mémoricide, ce qui permettrait de repousser la progression des tentations révisionnistes ».

http://lafautearousseau.hautetfort.com/album/chouans-vendee-guerre-de-geants-napoleon/1137167434.html

Ce qui est intriguant et qui pose problème c’est la Vénération de George Soros par les grands pontes juifs.

Celui-là même qui avoua avoir réalisé ses premiers bénéfices grâce au commerce des biens juifs qu’il avait volé en les signalant à l’armée allemande afin qu’ils soient déportés.

Et là, Silence Total de Monsieur Meyer du B’nai B’rith.

https://katehon.com/fr/news/georges-soros-aide-les-nazis-pendant-la-shoah

 

Laisser un commentaire