3 Février 1917 : Décés d’Edouard Drumond.

 

Édouard Drumont, né à Paris le  mai 1844.

Opera Instantané_2020-02-03_083230_jeune-nation.com

Très jeune il doit subvenir aux besoins des siens, en raison de la grave maladie dont souffre son père.

Il entre, à dix-sept ans, dès la mort de son père, à l’hôtel de ville où il travaille six mois. Son rêve est de devenir homme de lettres. Il se lance dans le journalisme et entre au Moniteur du bâtiment, puis il collabore au Diable à quatre, un journal d’Hippolyte de Villemessant .

Il travaille parallèlement à L’Inflexible, où il dévoile les secrets de Villemessant, qui le congédie.

Il publie des articles dans divers journaux comme La Liberté (où il s’occupe à la fois des reportages, des chroniques littéraires, des études d’art et même la dernière heure au Corps législatif). Drumont reste chroniqueur d’art à La Liberté de 1874 à 1886.

En 1880, Drumont rédige l’introduction d’un ouvrage inédit intitulé La mort de Louis XIV. Cet ouvrage est conçu par les frères Anthoine.

Drumont est converti par le jésuite Stanislas du Lac, qui l’encourage à écrire La France juive et lui fournit des fonds pour créer la Libre Parole.

Opera Instantané_2020-02-03_083545_jeune-nation.com

En 1885, Drumont publie un opuscule de quarante-trois pages intitulé Le vol des diamants de la couronne au garde meuble.

Appelé à la direction du Monde en 1886, il publie, en avril de la même année, La France juive, qui est un succès éditorial avec 62 000 exemplaires vendus dès la première année et atteint vite la 150e édition.

L’ouvrage vaut à son auteur, en même temps que la notoriété, une condamnation à une forte amende et deux duels, notamment avec Arthur Meyer, directeur du Gaulois. Drumont publie ensuite, La France Juive devant l’opinion (1886), La Fin d’un monde (1889), La Dernière Bataille (1890), Le Testament d’un antisémite (1891), Le Secret de Fourmies (1892).

En 1890, Drumont fonde la Ligue nationale antisémitique de France. Drumont critique le cosmopolitisme de la race juive, ce qui s’oppose pour lui au nationalisme fort qu’il défend.

Pour donner plus d’ampleur à sa campagne, il lance le 20 avril 1892 La Libre Parole, avec comme sous-titre : « La France aux Français ».

Dans un article, il accuse le député Auguste Burdeau, rapporteur de la commission parlementaire chargée de se prononcer sur le renouvellement des avantages accordés au conseil de régence de la Banque de France, d’avoir reçu des fonds de la part d’un des membres du conseil de régence, le banquier Alphonse de Rothschild, pour conclure au renouvellement des privilèges. Très vite, il est emprisonné à la Prison de Sainte-Pélagie du 3 novembre 1892 au 3 février 1893, purgeant une peine de trois mois de prison infligée par la cour d’assises de la Seine pour avoir diffamé le député Burdeau.

Opera Instantané_2020-02-03_083735_jeune-nation.com

Drumont révèle depuis sa cellule un à un les noms des politiciens et journalistes corrompus et les mécanismes de l’escroquerie du scandale de Panamá. L’écrivain Maurice Barrès y fait référence dans son livre Leurs Figures.

Dans ses colonnes, il qualifie le système politico-financier de « presque tout entier tenu par des mains juives ». Les articles, écrits à cette occasion, sont ensuite réunis en un volume : De l’or, de la boue, du sang, en 1896.

À la suite des émeutes antisémites d’Alger en 1898, l’agitateur Max Régis convainc Drumont de se présenter dans cette ville aux élections législatives : élu député d’Alger en mai, l’écrivain devient à la Chambre dirigeant du « groupe antisémite », composé de 28 députés.

Il s’oppose vivement à la révision du procès de Dreyfus (1897-1898), réclame des poursuites contre Zola et l’abrogation du décret Crémieux (1899), soutenu par les quatre députés d’Algérie.

Député d’Alger en 1898, il est exclu de la Chambre en 1901 pour avoir qualifié un député républicain « d’homme taré ».

En 1902, il lance le Comité national anti-juif, qui vise à « substituer une République vraiment française à la République juive que nous subissons aujourd’hui », avec les députés Charles Bernard et Firmin Faure, ce qui ne l’empêche pas d’être battu aux élections générales du 27 avril 1902, remportées par le Bloc des gauches.

Il reprend alors son métier de journaliste et d’écrivain. Le 22 février 1915, il prend la direction du journal Le Peuple français.

Il passe une partie de la fin sa vie dans l’Yonne, dans le village de Vallery près de sens.

Presque aveugle, Drumont meurt le 3 février 1917, dans sa demeure de Moret sur Loing. Ses obsèques se déroulent à Saint-Ferdinand des Ternes.

Édouard Drumont est provisoirement inhumé au cimetière parisien de Saint-Ouen. Sa dépouille est transférée le 11 novembre 1917 dans sa sépulture définitive au cimetière du Père-Lachaise. Le buste qui figure sur sa tombe est inauguré le 9 juin 1937.  Ironie du sort, sa tombe se trouve dos-à-dos avec celle de l’escroc juif Alexandre Stavisky.

Opera Instantané_2020-02-03_084201_jeune-nation.com

 

En 2000, un arrêté municipal du Conseil de Paris, présidé par Jean Tiberi, profane la tombe en faisant buriner l’épitaphe, considérée comme constituant « un trouble à l’ordre public ».

 D’autre part, il existait une plaque fixée au 3 bis passage Landrieu sur la maison où a habité Édouard Drumont. Il y était écrit « Ici a vécu Édouard DRUMONT, l’immortel auteur de La France juive, qui avait, dès 1886, prévu le mal dont la France a failli mourir. En reconnaissance et en réparation ».

L’association française, Les amis d’Édouard Drumont, est fondée en 1963 par Maurice Bardèche en collaboration avec Xavier Vallat, Jacques Ploncard d’Assac, Abel Manouvriez, Hubert Biucchi et Henry Coston . L’association regroupe des écrivains et des journalistes, comme Emmanuel Beau de Loménie, Robert Coiplet, P. E. Cadelhoc, Pierre Dominique, Jean-André Faucher, Georges Gaudy, Philippe Roussel, Saint-Paulien.

Ce groupe a pour but de perpétuer la mémoire et l’œuvre d’Édouard Drumont.

Afin de rééditer ses ouvrages et, en particulier, ses analyses sur les Protocoles des Sages de Sion, l’association fonde une « Société des amis d’Édouard Drumont » qui se charge de ce travail éditorial. L’association devait aussi décerner un prix annuel pour récompenser l’auteur de la meilleure publication sur Drumont et son œuvre.

Le décès, durant les années 1990, de la plupart des membres actifs de l’association, laisse celle-ci en sommeil aujourd’hui.

 

Auteur  JEFF DAVIS pour Jeune Nation : https://t.co/kGHCmAIl8T?amp=1

*****

Edouard Drumond, c’était au 19ème siècle.

 

Au 20ème siècle :

 

 

 

 

BLIDA EVEIL : BLOG D’INFORMATION ET DE CULTURE GÉNÉRALE SUR LE MONDE ET L’ISLAM EN PARTICULIER :

CES JUIFS QUI DOMINENT LA FRANCE

 

Ce sont les juifs qui tiennent le vrai pouvoir en France

Préambule :

La France n’est plus ce qu’elle était. Elle n’appartient plus aux Français. Elle est minée de l’intérieur et c’est le lobby juif-sioniste qui la dirige à sa guise.

C’est le CRIF qui dicte la marche à suivre au gouvernement Français.

Avec la  loi FABIUS-GAYSSOT du 13 juillet 1990 qui permet de punir de lourdes amendes les journaux nationalistes et de les étouffer, le Français est devenu un étranger dans son propre pays.

Et pour terminer le tableau, même son président n’est pas Français de souche. Si a la vue de tous ceci, on vous traitera d’antisémite, il y a de quoi désespérer.

Publié par :  KAM

Lire la Suite : https://blideodz.wordpress.com/2012/02/20/ces-juifs-qui-domine-la-france/

 

RAYMOND BARRE : 1er MINISTRE de V.G. D’Estaing

Opera Instantané_2020-02-03_093348_duckduckgo.com

« Je considère que le lobby juif, pas seulement en ce qui me concerne, est capable de monter des opérations qui sont indignes, et je tiens à le dire publiquement. »

– Raymond Barre, Interview sur France Culture (Février 2006)

 

Jean Glavany à Meyer Habib : « Parfois je me demande si vous êtes du Parlement Français ou du Parlement israélien »

 

 

Au 21ème Siècle :

Jean-Luc Mélenchon dénonce le CRIF

 

 

« Inventer des Antisémites, c’est Grave ».  « Je ne m’inclinerai pas ».

 

 

Jean-Paul Huchon : « Les plus Habiles……..sont les gens du lobby juif. »

 

Conclusion

Nathalie Kosciusko-Morizet à Jean Frédéric Poisson qui avait parlé de « lobby juif, Sioniste » au 20ème Siècle :

Le Lobby juif n’existe pas.

Nathalie Kosciusko-Morizet, samedi, au marché de Sarlat. (Nicolas Lux/Andia pour le JDD)

Moi, j’en peux plus des Gaulois ! » Même en déplacement à Sarlat (Dordogne), Nathalie Kosciusko-Morizet a du mal à y échapper. À peine ­arrivée sur le marché, samedi matin, elle tombe sur la devanture du restaurant Chez le Gaulois. La candidate à la primaire préfère en rire. « Et après le Gaulois, voilà le « lobby sioniste ». Ça commence à faire beaucoup! », peste-t-elle. Choquée par les termes du président du PCD (Parti chrétien-démocrate) Jean-Frédéric Poisson, elle a saisi la haute autorité de la primaire pour qu’elle prenne des sanctions. « Ce genre de propos n’a pas sa place dans notre campagne. » D’autant qu’elle lui reproche aussi d’avoir dit vouloir « en finir avec ce cordon sanitaire » qui sépare droite républicaine et Front national. « Moi, je ne suis pas pour la fusion droite-extrême droite. On ne peut pas laisser dire n’importe quoi. » Et de s’étonner « qu’un responsable politique puisse tenir ce discours sans être repris, sans réaction dans le parti ».

 

Le « Lobby juif » n’existe pas, cependant, Nathalie Kosciusko-Morizet en compagnie d’Anne Hidalgo ont accepté de répondre aux questions d’un organisme communautaire basé à Washington et revendiquant son « lobbying » en faveur du peuple juif et de l’État d’Israël.

La preuve en image.

Opera Instantané_2020-02-03_095519_www.alterinfo.net

 

Il se présente comme « le plus grand organisme juif dans le monde et aussi l’un des plus anciens, depuis sa création en 1843 ».

Basé à Washington, le B’naï Brith dispose de plusieurs antennes à travers le monde. La représentation française, qui vient de célébrer ses 80 ans dans les salons d’honneur de la mairie de Paris, est présidée par Serge Dahan, un homme qui affirme vouloir « protéger l’image d’Israël » et « développer un système de lobbying » en faveur de la communauté juive de France.

Précision importante: si l’association du communautarisme juif et du terme « lobby » (utilisé par Serge Dahan lui-même) est devenu taboue dans l’Hexagone, elle est couramment employée outre-Atlantique, y compris dans la presse juive américaine pour désigner le travail du B’nai Brith.

Bibi fan du BB

A l’occasion de ses 170 ans, fêtés l’an dernier, le B’nai Brith avait reçu les félicitations du Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou comme en témoigne la fin de ce clip promotionnel à la gloire du mouvement.

Le 6 février, la « loge Ben Gourion » de l’antenne française a accueilli Anne Hidalgo, adjointe au maire de Paris et candidate socialiste aux élections municipales. Un mois plus tard, ce fut au tour de sa rivale UMP Nathalie Kosciuzko-Morizet de venir se prêter au même exercice singulier: charmer et convaincre une audience exclusivement communautaire et rattachée à un groupe étranger afin de pouvoir remporter un enjeu électoral impliquant l’ensemble des Parisiens. Imagine-t-on la délégation parisienne de Frères musulmans auditionner le futur maire de la capitale?

Panamza vous propose de découvrir les vidéos respectives des deux candidates, mises en ligne hier (ici pour Hidalgo,  pour NKM) par un site dédié à la communauté juive.

Pour celles et ceux qui n’auraient pas le désir de consacrer deux heures au visionnage des candidates, voici une brève synthèse de leurs interventions:

sur la forme, Hidalgo a privilégié l’empathie et la douceur tandis que NKM s’est avérée plus pugnace et cynique.

sur le fond, la similarité des discours est frappante. Les deux s’accordent ainsi à assimiler sans sourciller antisionisme et antisémitisme. De plus, elles refusent à l’identique toute forme de boycott à l’encontre d’Israël, y compris lorsqu’il s’agit de produits issus des colonies. À ce propos, Hidago rapporte (à 25′) que le président du Crif (organisme dont l’un des directeurs, Patrick Klugman, avait accompagné  auparavant la candidate en Israël) l’a contactée par téléphone afin de s’enquérir de son point de vue sur le sujet et lui demander s’il pouvait relayer publiquement sa prise de position.

une différence s’est exprimée incidemment: sur la question des « colonies », Hidalgo a tenu à préciser (à 26′) qu’elle n’était « pas pour » tandis que NKM n’a fait aucune remarque sur le sujet, demeurant même silencieuse lorsque l’un des membres du B’naï Brith a préféré utiliser, à la place, le terme aseptisé et politiquement connoté d' »implantations ». Rappelons ici que NKM s’était déjà illustrée, en décembre dernier, en se moquant -comme l’avait révélé Panamza- de l’attachement des Palestiniens à Jérusalem.

* Parmi les personnalités solidaires des candidates étaient respectivement présents Pierre Aïdenbaum, maire du 3ème arrondissement de Paris (par ailleurs co-organisateur, en 2006, d’un colloque international sur le « fascislamisme » initié par un think-tank américain ultra-sioniste) et Claude Goasguen, député-maire UMP du 16ème arrondissement de Paris et auteur d’un récent propos anti-musulman dévoilé par Panamza.

Le FN également adoubé

Il est à noter que le B’nai Brith France avait organisé, le 1er décembre, un salon du livre au cours duquel furent invitées des personnalités radicalement hostiles à l’islam parmi lesquelles  Pierre Cassen, animateur de l’association Riposte laïque et Fabien Engelmann, conseiller politique de Marine Le Pen au dialogue social et candidat FN à Hayange.

Hicham HAMZA        /  https://www.alterinfo.net/Grand-oral-pour-NKM-et-Hidalgo-devant-un-lobby-juif-international_a100634.html

 

LE LOBBY JUIF N’EXISTE PAS.

 

 

IsraAid, cette ONG israélienne qui aide les clandestins à …

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s