Radio Athéna : -La Peine de Mort- avec Jean-Louis Harouel. Vidéo.

Aussi paradoxal que cela puisse paraître, les Révolutionnaires qui voulurent Abolir en France la Peine de Mort sont ceux qui ont le plus tué, le plus fait tuer : le génocide Vendéen en est Témoin en 1793/1794.

Opera Instantané_2020-03-12_091441_duckduckgo.com

« La torture préalable » a donc été supprimée en 1791, c’est pourquoi les Vendéens ont été massacrés, éventrés, empalés, brûlés, noyés, …………

 

C’est ce qui acta la naissance « Des droits de l’homme ».

 

« Les droits de l’homme » sont nés du SANG DES VENDEENS.

Le traître Sarkozy, ami fidèle de Robert Badinter par l’international Judaïsme Universel, niera TOUT EN BLOC.

 

Voilà par quoi commence et sur quoi s’appuie la « Nouvelle société » écartée du PERE DE LA NATION, représentant de DIEU sur Terre :

Par la CRUELLE ELIMINATION DES FIDELES AU PERE DE LA NATION, TOUS CATHOLIQUES.

C’est à dire que nous Vivons sur UN MENSONGE INCOMMENSURABLE.

Mensonge qu’il est Important de Démonter pour revenir à une société saine, écartée de tous les idéaux maçonniques qui s’emparèrent des esprits les plus putrides dont les servants sont aujourd’hui plus puissants que jamais.

C’est Robert Badinter qui fit abolir la peine de mort en 1981.

Opera Instantané_2020-03-12_092844_duckduckgo.com

Ainsi, le Criminel Pédo-sataniste Patrick Henry qui a enlevé, séquestré et exécuté le petit Philippe Bertrand, alors âgé de 7 ans, ne subira pas la guillotine.

Il a même pu sortir de prison 40 ans plus tard pour s’adonner aux trafics de drogue et autres tares qui feront qu’il fera à nouveau de la prison.

Il est mort le 3 décembre 2017, bien au chaud dans son lit.

 

 

L’Avocat de Patrick Henry fut : ROBERT BADINTER portant dans son coeur le Judaïsme International et Universaliste.

Ce même Robert Badinter qui fera qu’il n’y aura plus de Peine de Mort en France.

Patrick Henry (né le 31 mars 1953 à Troyes en France et mort le 3 décembre 2017) est le meurtrier de Philippe Bertrand, alors âgé de 7 ans. Il est célèbre pour avoir échappé à la peine de mort après une plaidoirie de Robert Badinter contre la peine capitale.

Le 30 janvier 1976, vers 12 h 30, à Troyes, il enlève Philippe Bertrand, âgé de sept ans, à la sortie de son école. Une heure plus tard, il appelle les parents de l’enfant et leur demande une rançon de 1 million de francs.

Il n’est aujourd’hui pas possible de savoir quand Patrick Henry a tué Philippe Bertrand. Il a affirmé durant le procès qu’il l’a étranglé en constatant que son plan ne se déroulait pas comme il l’avait prévu. Pourtant l’enquête semble montrer qu’il l’a étranglé avec un foulard dès son enlèvement. Il fera croire ensuite pendant plusieurs jours à la famille de l’enfant qu’il est toujours en vie. Pendant ce temps là, il est parti au ski avec des amis, alors que le corps de Philippe Bertrand était caché dans son appartement. Il cherchera à plusieurs reprises à récupérer la rançon.

La police s’intéresse très tôt à lui. Il sera mis en garde à vue durant 47 heures, mais il n’avouera rien. Faute de preuves, la police le relâchera. Il passera ensuite devant les caméras de télévision pour dire à qui veut l’entendre qu’il est innocent et que le vrai criminel mérite la peine de mort pour s’en être pris à un enfant.

Le 17 février 1976, la police l’arrête à son hôtel, il désignera lui-même son lit en disant que le corps de Philippe Bertrand est dessous.

Le procès de Patrick Henry est certainement l’un des plus célèbres de l’histoire judiciaire française. Un soulèvement de haine à son encontre se crée, amplifié par son comportement devant les caméras de télévision après sa première garde à vue. La plupart des éditorialistes et des hommes politiques réclament la peine de mort pour son crime.

Comme aucun avocat n’accepte de le défendre, Robert Bocquillon se porte volontaire. Il demande l’aide de Robert Badinter, qui est depuis quelque temps un des principaux abolitionnistes de la peine de mort en France.

Le procès s’ouvre en janvier 1977, Robert Bocquillon se charge de défendre du mieux qu’il peut Patrick Henry. Robert Badinter se charge de faire le procès de la peine de mort. Et après une plaidoirie qui fit pleurer certains jurés et à la stupeur générale, Patrick Henry est condamné à la réclusion criminelle à perpétuité. Il échappe ainsi à la guillotine.

Durant sa détention, il poursuivra des études qu’il avait arrêté en cinquième et passe ainsi en prison son BEPC, son Baccalauréat, une Licence de mathématique et un DUT en informatique. À ce titre, il fait figure de modèle de réinsertion et demande à plusieurs reprises sa mise en liberté conditionnelle, mais à chaque fois le ministère de la justice refuse ses demandes. Il faudra attendre la loi sur la présomption d’innocence permettant à une juridiction régionale de statuer sur les mises en libertés conditionnelles pour le voir libéré le 15 mai 2001, suite à la décision du 26 avril 2001 du tribunal régional de Basse-Normandie. Il est embauché par Charles Corlet, imprimeur à Condé-sur-Noireau et à Caen, dans le Calvados.

En juin 2002, il est arrêté pour un vol à l’étalage dans un supermarché ; il est condamné à une amende de 2 000 euros.

Dans la nuit du 5 au 6 octobre 2002, il est arrété en Espagne en possession d’un peu moins de 10 kilogrammes de résine de cannabis achetés par lui au Maroc en septembre 2002. Après son extradition, sa liberté conditionnelle est annulée et il est remis en prison. Le 22 juillet 2003, il est condamné par le tribunal correctionnel de Caen à quatre ans de prison, 20 000 euros d’amende et la confiscation de son 4×4 qu’il a utilisé pour aller au Maroc, enfreignant ainsi sa liberté conditionnelle.

Le 16 juillet 2014, François Hollande a refusé sa demande de grâce de février 2014.

Le 7 janvier 2016, il obtient une libération conditionnelle mais sous réserve de l’exécution d’une période de probation prévue jusqu’au 4 août 2017. Le parquet fait appel de cette décision. Le procureur, Béatrice Angelelli, justifie cet appel par le fait que le projet d’accompagnement n’est pas assez encadrant. Le 31 mars 2016, la cour d’appel de Paris rejette la demande de liberté conditionnelle, les juges considérant que Patrick Henry n’a pas montré une volonté réelle de réinsertion. L’avocate du détenu envisage alors un pourvoi en cassation.

En septembre 2017, Patrick Henry, atteint d’un cancer du poumon, demande sa libération de prison pour raison médicale. Le 15 septembre, Patrick Henry obtient une suspension de peine, après 40 ans de détention.

Patrick Henry est mort le dimanche 3 décembre 2017 à l’âge de 64 ans d’un cancer des poumons à Lille (France).

Un société dans laquelle est instituée la Peine de Mort est une société qui se respecte du fait que la sentence capitale s’appliquera, surtout si c’est un enfant qui est tué.

Un société sans Peine de Mort est une société MATRIARCALE, le Père de la Nation, LE ROI, ayant été décapité.

C’est la société des « Amazones ».

Il faut être Cinglé, comme le sont les féministes pour Hurler que cette société est Patriarcale.

Et puis nous avons pour Témoin LA BIBLE, Saint Livre qui nous conforte dans le Fait que toute société doit ELIMINER ses criminels et non les maintenir en Vie.

LES VICTIMES NE SONT PAS CEUX QUI TUENT.

LES VICTIMES SONT CEUX QUI SONT TUES PAR LES CRIMINELS.

Nous avons la preuve aujourd’hui de ce que sont les condamnations des ASSASSINS ……..Sursis Oblige……………………………….

Et toute cette putréfaction est faite : « Au Nom des « DROITS DE L’HOMME ».

 

Opera Instantané_2020-03-12_101051_duckduckgo.comOpera Instantané_2020-03-10_144119_twitter.com

 

LES DIX COMMANDEMENTS DE DIEU A MOÏSE

 

1- Tu n’auras pas d’autre Dieu que moi.
2- Tu ne te feras pas d’idole représentant quoi que ce soit de ce qui se trouve en haut dans le ciel, en bas sur la terre ou dans les eaux plus bas que la terre. Tu ne te prosterneras pas devant de telles idoles et tu ne leur rendras pas de culte, car moi, l’Eternel, je suis un Dieu qui ne tolère aucun rival : je punis les fils pour la faute de leur père jusqu’à la troisième et même la quatrième génération de ceux qui me haïssent, mais j’agis avec amour, jusqu’à la millième génération, envers ceux qui m’aiment et qui obéissent à mes commandements.
3- Tu n’utiliseras pas le nom de l’Eternel ton Dieu pour tromper, car l’Eternel ne laisse pas impuni celui qui utilise son nom pour tromper.
4- Observe le jour du sabbat et fais-en un jour consacré à l’Eternel, comme l’Eternel ton Dieu te l’a commandé. Tu travailleras pendant six jours et tu feras tout ce que tu as à faire. Mais le septième jour est le jour du repos consacré à l’Eternel ton Dieu ; tu ne feras aucun travail ce jour-là, ni ton ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni ton bœuf, ni ton âne, ni tout ton bétail, ni l’étranger qui réside chez toi. Tu te souviendras que tu as été esclave en Egypte et que l’Eternel ton Dieu t’a demandé d’observer le jour du sabbat.
5- Honore ton père et ta mère, comme l’Eternel ton Dieu te l’a ordonné, afin de jouir d’une longue vie et de vivre heureux dans le pays que l’Eternel ton Dieu te donne.
6- Tu ne commettras pas de meurtre.
7- Tu ne commettras pas d’adultère.
8- Tu ne commettras pas de vol.
9- Tu ne porteras pas de faux témoignage contre ton prochain.
10-Tu ne convoiteras pas la femme de ton prochain. Tu ne convoiteras pas la maison de ton prochain, ni son champ, ni son serviteur, ni sa servante, ni son bœuf, ni son âne, ni rien de ce qui lui appartient.

Opera Instantané_2020-03-12_104543_duckduckgo.com

COMMANDEMENTS DE NOTRE SEIGNEUR JESUS-CHRIST
Opera Instantané_2020-03-12_103212_www.padrepio.catholicwebservices.com

 

Commandements de DIEU POUR LA SOCIETE :

 

« Si tu veux entrer dans la vie, observe les commandements » (Mt 19,17) : Evangile et commandement

 

« Il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes » (Ac 5,29) : la loi civile et la loi morale

 

« C’est moi qui fais mourir et qui fais vivre » (Dt 32, 39) : le drame de l’euthanasie

 

« A chacun, je demanderai compte de la vie de son frère » (Gn 9, 5) : la vie de celui qui respecte les commandements est sacrée.

 

« J’étais encore inachevé, tes yeux me voyaient » (Ps 139 138, 16) : le crime abominable de l’avortement

 

« Tu aimeras ton prochain comme toi-même » (Luc 10,27) :  tu défendras et aimeras CELUI QUI VIT SELON LES COMMANDEMENTS DE DIEU.

 

« AVANT QU’ABRAHAM FUT, JE SUIS » Notre Seigneur Jésus-Christ

Opera Instantané_2020-03-12_104806_duckduckgo.com