QUAND LES GEANTS EXISTAIENT AU MAGHREB (Laurent Glauzy)

PRO FIDE CATHOLICA connaît une grand succès auprès d’un lectorat de langue arabe. Si le Maroc et l’Algérie arrivent en tête, nous observons à présent un nouveau lectorat dans les Émirats arabes Unis. Nous remercions ces lecteurs de leur intérêt. En témoignage de  notre profonde reconnaissance, voici deux extraits du livre LES GEANTS ET L’ATLANTIDE relatifs au Maghreb.

 

LES GEANTS DU MAROC

« Durant la guerre du Rif, en 1924, les troupes françaises capturèrent dans les montagnes du Haut-Atlas des adversaires grands, blonds, à la peau blanche et aux yeux bleus. Lorsque l’on amena les premiers prisonniers, on s’aperçut qu’ils parlaient une langue inconnue de toute l’Afrique. Ce sont les descendants des Vandales venus du nord, dirent les ethnologues. Non, répliquèrent les partisans de l’Atlantide, ces hommes sont des Atlantes. Cette affirmation parut exagérée et ne fut jamais scientifiquement prise au sérieux. Toutefois, quand, pendant la dernière guerre, une expédition américaine, au prix de périlleux efforts, avança dans les parties impénétrables et inexplorées des sauvages contrées brésiliennes, afin d’y trouver du caoutchouc, elle fut attaquée en embuscade par de grands hommes sauvages aux cheveux blonds. » (La Croix du 3 avril 1952)

Los “Cabezas redondas” del Tassili. ¿Dioses con escafandras ...

Peinture rupestre du désert de Tassili représentant des Géants

LES GEANTS D’ALGERIE

Dans le Sud de l’Algérie, sur les massifs montagneux de l’Ajjer et du Tassili, des dessins incrustés dans la roche représentent des géants. Par comparaison d’échelle avec des animaux connus, ces figurations reproduisent un homme et une femme mesurant trois mètres cinquante. Les mythes des Touareg précisent clairement que leurs ancêtres étaient des géants, auteurs de gravures rupestres, qui vivaient « au temps où la pierre était molle ». Jabbaren, un des sites principaux du Tassili, porte d’ailleurs le nom d’un de ces géants, Ijobbaren.

L’origine géante des Touareg est d’autant plus troublante que Serge Hutin, dans l’ouvrage Hommes et civilisations fantastiques, s’interroge sur le fait que ces nomades du désert seraient les descendants des Atlantes. L’auteur, docteur ès lettres, diplômé de l’École pratique des Hautes Études, ex-attaché de recherche au CNRS (Centre national de la recherche scientifique), expose qu’« Hérodote situait déjà un peuplement d’Atlantes en plein Sahara » et poursuit qu’en 1883, dans Les Atlantes ? histoire de l’Atlantis et de l’Atlas primitif, l’éminent géographe Étienne Félix Berlioux, qui termina sa carrière à l’université de Bordeaux, « tentait de prouver que l’Atlantide de Platon, loin d’être une très vaste île atlantique, avait constitué en fait une civilisation qui s’était jadis épanouie dans tout l’Atlas marocain ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s