Agnès Buzyn s’enfonce dans ses Mensonges concernant ses Conflits d’Intérêts avec Big Pharma.

L’Audition de la Dame Buzyn à l’Asemblée Nationale, c’était Hier, mardi 30 juin 2020.

Opera Instantané_2020-07-01_102559_twitter.com

 

La Dame Buzyn a tellement Menti qu’elle est obligée de la jouer « Danseuse Andalouse » : Un pas en avant, deux en arrière et une pirouette silencieuse.

Opera Instantané_2020-07-01_100958_twitter.com

 

Opera Instantané_2020-07-01_100016_twitter.com

 

 

Opera Instantané_2020-07-01_100039_twitter.com


« On nous prend vraiment pour des billes ! » : les députés d’opposition pas convaincus par la défense d’Agnès Buzyn devant la commission d’enquête de l’Assemblée

L’ancienne ministre de la Santé s’est expliquée devant les députés mardi, à propos de sa gestion de la crise sanitaire. Mais elle est loin d’avoir persuadé tout le monde.

« Non mais faut arrêter ! On nous prend vraiment pour des billes ! », s’emporte Jean-Christophe Lagarde, le président du groupe UDI au palais Bourbon. Il a carrément claqué la porte après deux heures d’audition d’Agnès Buzyn, mardi 30 juin. L’ancienne ministre de la Santé, qui a quitté le gouvernement le 16 février pour défendre les couleurs de la majorité présidentielle aux élections municipales à Paris, a défendu son action face à la pandémie de coronavirus, devant la commission d’enquête de l’Assemblée nationale. Sans convaincre du tout les députés d’opposition.

« Vous ne pouvez pas dire que je n’ai pas anticipé. Arrêtez de dire que je n’ai rien vu, j’ai tout vu ! », a-t-elle notamment affirmé. Mais Christophe Lagarde, très en colère, répond : « On a expliqué qu’on a tout anticipé, qu’on a tout bien fait… On a anticipé quoi ? On a tout bien fait quoi ? À un moment donné, la révolte qui est la mienne, je pense qu’elle commence à être celle de beaucoup de Français, en disant ‘on se fout de nous’. »

« C’est nous qui passons pour des c… »

Si la France était si bien préparée, comment se fait-il que les centaines de millions de masques périmés détruits en 2018 n’aient pas été remplacés ? « Ce n’est pas la ministre qui gère les stocks », répond Agnès Buzyn. Alors à qui la faute, se demande encore la socialiste Valérie Rabault : « D’octobre 2018 à janvier 2020, on sait que la France n’a pas son stock de masques, et pendant 15 mois, personne ne réagit, donc ça pose un sujet. »

Si la ministre avait vu venir le « tsunami », comme elle l’affirme, pourquoi a-t-elle « tenté d’aller se réfugier à la mairie de Paris », enchaîne le député Les Républicains Julien Aubert. « C’est la question de l’un de mes collègues qui disait ‘si vous prévoyez que la guerre de 14-18 va éclater et que vous êtes ministre de la Défense, est-ce que vous démissionnez, même si vous avez prévu les tanks, pour aller à la mairie de Paris’ ? »

Beaucoup de questions restent sans réponse, regrettent plusieurs membres de la commission. L’un d’entre eux s’emporte : « Comme dans l’affaire Benalla, c’est le Sénat qui va faire tout le boulot, et c’est nous qui passons pour des cons. »

*****

Opera Instantané_2020-07-01_101638_twitter.com

 

Opera Instantané_2020-07-01_101749_twitter.com

M A L A I S E       M A L A I S E

 

*****

Combien cette Dame a encaissé par les LABORATOIRES pour faire voter sa LOI 11 VACCINS CONTRE LES ENFANTS FRANCAIS ?

 

Opera Instantané_2020-07-01_103537_twitter.com

Nous nous sommes procurés les déclarations publiques d’intérêts de notre nouvelle ministre de la Santé Agnès Buzin lorsqu’elle était présidente du conseil d’administration de l’IRSN (Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire) et de l’INCa (Institut national du cancer). Ces déclarations datent de 2012 (1) et 2014 (2) et seuls les conflits d’intérêts qui couraient encore lors des 5 années précédentes devaient être mentionnés.

Pourtant ces documents sont accablants pour celle qui considère que les conflits d’intérêts entre experts et laboratoires pharmaceutiques sont un gage de compétence. En effet elle déclare avoir été directement rémunérée pour diverses activités (organisation de congrès, interventions en conférences, « cours » dispensés à des médecins et professionnels de santé…) par le laboratoire Genzyme, désormais filiale de Sanofi, dès 1998, puis par les laboratoires Bristol Meyers-Squibb (BMS) et Novartis à compter de 2005. À partir de 2007 chez BMS et 2008 chez Novartis elle siégeait même au comité consultatif (Advisory Board en anglais) en charge du développement de plusieurs molécules anticancéreuses. Siéger au « board » d’un labo consiste en réalité à occuper une position-clé de conseil en stratégie marketing ainsi qu’à intervenir lors de colloques dans l’optique d’une mise sur le marché des différents médicaments. Selon Mediapart certains professeurs peuvent être rémunérés 2000€ la journée pour une seule réunionCe qui choque particulièrement c’est qu’elle était dans le même temps membre du conseil d’administration et vice-présidente de l’Institut national du cancer. Un conflit d’intérêts flagrant, comme le soulignait déjà Mediapart en 2016 lorsqu’elle a pris la tête de la Haute autorité de santé (3).
Ces deux laboratoires ainsi que Pierre Fabre et Schering-Plough (filiale de Merck) ont également financé entre 2005 et 2011 l’association Robert Debré, que dirigeait Agnès Buzyn. La future ministre a finalement jugé nécessaire de mettre un terme à l’ensemble de ses contrats avec l’industrie pharmaceutique en mars 2011, juste avant d’être nommée présidente de l’INCa.

De fait il est légitime de se poser plusieurs questions. Peut-on accepter qu’une ministre de la Santé présente de tels conflits d’intérêts avec « Big Pharma » ? Comment peut-on imaginer que la médecine puisse être libre et indépendante vis-à-vis des intérêts financiers colossaux des laboratoires pharmaceutiques ? Selon Anne Chailleu, présidente du Formindep, association pour une médecine indépendante, « la conception de l’expertise d’Agnès Buzyn va à l’encontre du sens de l’Histoire mais également de la rigueur scientifique ».

On note également qu’Agnès Buzyn était membre du conseil supérieur des programmes de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur entre 2013 et 2016. Comme tend à le confirmer le reportage ci-dessous, les étudiants en médecine semblent fortement sous l’influence des labos au cours de leur cursus.

Lecteur vidéo

 

Le 8 février dernier, le Conseil d’État enjoignait au ministère de la Santé de rendre disponible les seuls vaccins obligatoires (4), une défaite importante mais de courte durée pour l’industrie pharmaceutique. Comme nous pouvions nous y attendre, ce 16 juin, Agnès Buzyn annonce son intention de rendre obligatoire non plus 3 mais 11 vaccins pour « prévenir les maladies infantiles » et ce alors que de nombreux professionnels de santé (souvent mis au ban) et des chercheurs dénoncent leurs effets secondaires neurologiques et musculaires mal mesurés et parfois irréversibles.

Références :
1. Déclaration publique d’intérêts d’Agnès Buzyn à l’IRSN : http://www.libreactu.fr/wp-content/uploads/2017/06/DPI_Agn%C3%A8s-Buzyn.pdf
2. Déclaration publique d’intérêts d’Agnès Buzyn à l’INCa : http://www.libreactu.fr/wp-content/uploads/2017/06/Agn%C3%A8s-BUZYN-2014-10-10.pdf
3. Les petits arrangements de la nouvelle présidente de la Haute autorité de santé : https://www.mediapart.fr/journal/france/070316/les-petits-arrangements-de-la-nouvelle-presidente-de-la-haute-autorite-de-sante?onglet=full
4. Décision contentieuse du Conseil d’Etat concernant la vaccination obligatoire : http://www.conseil-etat.fr/Actualites/Communiques/Vaccination-obligatoire

Libre Actu.fr : https://t.co/rIbpxWFRQk?amp=1

 

VOILA QUI EST LA DAME BUZYN.

 

Tant qu’il n’y aura pas des Français de SANG NON RENIES au pouvoir qui Balayeront d’un revers de Main et les Buzyn et TOUS LES LOBBIES pour SAUVER les Français et surtout les Enfants Français des Mains Etrangères, ça donnera ça :

 

Opera Instantané_2020-07-01_110326_twitter.com