Jean-Jacques Crèvecoeur : Le temps de se défendre est arrivé. Vidéo.

« En ces temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. »

G. Orwell

 

 

 

 

1/ La stratégie de la distraction

Élément primordial du contrôle social, la stratégie de la diversion consiste à détourner l’attention du public des problèmes importants et des mutations décidées par les élites politiques et économiques, grâce à un déluge continuel de distractions et d’informations insignifiantes. La stratégie de la diversion est également indispensable pour empêcher le public de s’intéresser aux connaissances essentielles, dans les domaines de la science, de l’économie, de la psychologie, de la neurobiologie, et de la cybernétique.

2/ Créer des problèmes, puis offrir des solutions

Cette méthode est aussi appelée « problème-réaction-solution ». On crée d’abord un problème, une « situation » prévue pour susciter une certaine réaction du public, afin que celui-ci soit lui-même demandeur des mesures qu’on souhaite lui faire accepter. Par exemple: laisser se développer la violence urbaine, ou organiser des attentats sanglants, afin que le public soit demandeur de lois sécuritaires au détriment de la liberté. Ou encore : créer une crise économique pour faire accepter comme un mal nécessaire le recul des droits sociaux et le démantèlement des services publics.

3/ La stratégie de la dégradation

Pour faire accepter une mesure inacceptable, il suffit de l’appliquer progressivement, en « dégradé », sur une durée de 10 ans. C’est de cette façon que des conditions socio-économiques radicalement nouvelles (néolibéralisme) ont été imposées durant les années 1980 à 1990. Chômage massif, précarité, flexibilité, délocalisations, salaires n’assurant plus un revenu décent, autant de changements qui auraient provoqué une révolution s’ils avaient été appliqués brutalement.

4/ La stratégie du différé

Une autre façon de faire accepter une décision impopulaire est de la présenter comme « douloureuse mais nécessaire », en obtenant l’accord du public dans le présent pour une application dans le futur. Il est toujours plus facile d’accepter un sacrifice futur qu’un sacrifice immédiat. D’abord parce que l’effort n’est pas à fournir tout de suite. Ensuite parce que le public a toujours tendance à espérer naïvement que « tout ira mieux demain » et que le sacrifice demandé pourra être évité. Enfin, cela laisse du temps au public pour s’habituer à l’idée du changement et l’accepter avec résignation lorsque le moment sera venu.

5/ S’adresser au public comme à des enfants en bas-âge

La plupart des publicités destinées au grand-public utilisent un discours, des arguments, des personnages, et un ton particulièrement infantilisant, souvent proche du débilitant, comme si le spectateur était un enfant en bas-age ou un handicapé mental. Plus on cherchera à tromper le spectateur, plus on adoptera un ton infantilisant. Pourquoi ? « Si on s’adresse à une personne comme si elle était âgée de 12 ans, alors, en raison de la suggestibilité, elle aura, avec une certaine probabilité, une réponse ou une réaction aussi dénuée de sens critique que celles d’une personne de 12 ans ». Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »

6/ Faire appel à l’émotionnel plutôt qu’à la réflexion

Faire appel à l’émotionnel est une technique classique pour court-circuiter l’analyse rationnelle, et donc le sens critique des individus. De plus, l’utilisation du registre émotionnel permet d’ouvrir la porte d’accès à l’inconscient pour y implanter des idées, des désirs, des peurs, des pulsions, ou des comportements…

7/ Maintenir le public dans l’ignorance et la bêtise

Faire en sorte que le public soit incapable de comprendre les technologies et les méthodes utilisées pour son contrôle et son esclavage. « La qualité de l’éducation donnée aux classes inférieures doit être la plus pauvre, de telle sorte que le fossé de l’ignorance qui isole les classes inférieures des classes supérieures soit et demeure incompréhensible par les classes inférieures. »

8/ Encourager le public à se complaire dans la médiocrité

Encourager le public à trouver « cool » le fait d’être bête, vulgaire, et inculte…

9/ Remplacer la révolte par la culpabilité

Faire croire à l’individu qu’il est seul responsable de son malheur, à cause de l’insuffisance de son intelligence, de ses capacités, ou de ses efforts. Ainsi, au lieu de se révolter contre le système économique, l’individu s’auto-dévalue et culpabilise, ce qui engendre un état dépressif dont l’un des effets est l’inhibition de l’action. Et sans action, pas de révolution!…

10/ Connaître les individus mieux qu’ils ne se connaissent eux-mêmes

Au cours des 50 dernières années, les progrès fulgurants de la science ont creusé un fossé croissant entre les connaissances du public et celles détenues et utilisées par les élites dirigeantes. Grâce à la biologie, la neurobiologie, et la psychologie appliquée, le « système » est parvenu à une connaissance avancée de l’être humain, à la fois physiquement et psychologiquement. Le système en est arrivé à mieux connaître l’individu moyen que celui-ci ne se connaît lui-même. Cela signifie que dans la majorité des cas, le système détient un plus grand contrôle et un plus grand pouvoir sur les individus que les individus eux-mêmes.

*****

Il y a pire que la manipulation elle même :

c’est le fait d’être manipulé certes, de le savoir et ne rien faire.

 

Le Conformisme : Comment l’on devient un mouton en se conformant aux idées du GROUPE et non à son propre jugement.

 

Opera Instantané_2020-07-13_085422_blog.francetvinfo.fr

*****

Opera Instantané_2020-07-13_090904_duckduckgo.com

 

« Ne soyez pas un mouton ! » : Le shérif de Washington exhorte les habitants à défier l’ordre des masques

Un shérif de l’État de Washington a exhorté les habitants à défier le mandat du gouvernement Jay Inslee, qui exige que les gens portent des masques en public, en déclarant “Ne soyez pas un mouton”.

Le shérif Robert Snaza, un républicain du comté de Lewis, a déclaré que les gens devraient enfreindre l’ordonnance de sécurité contre les coronavirus lors d’un discours dans le parking d’une église mardi, selon des images publiées par un photographe du Daily Chronicle.

“Au cas où vous n’auriez pas entendu, le gouverneur Inslee, dans son infinie sagesse, a décidé après plus de cent jours bizarres que nous devrions tous porter des masques faciaux – à l’intérieur comme à l’extérieur”, a déclaré Snaza dans un porte-voix alors qu’il portait un uniforme de police et qu’il ne se couvrait pas le visage.

“Voici ce que je dis : Ne soyez pas un mouton”.

Des dizaines de personnes rassemblées autour de lui sont alors montrées en train d’acclamer, d’applaudir et d’agiter des drapeaux américains.

Le rassemblement d’encouragement est arrivé plusieurs heures après que le gouverneur démocrate ait ordonné aux habitants de porter des masques à l’intérieur et à l’extérieur – sous peine d’une amende de 1000 dollars et d’une peine de prison pouvant aller jusqu’à 90 jours – pour ralentir la propagation de COVID-19.

Avant le discours de mardi, la foule s’est rassemblée devant un panneau d’affichage sur lequel on pouvait lire “Oh non, un virus ! Vite, brûlez la déclaration des droits” à côté de l’autoroute 5 à Napavine. Ils avaient afflué au panneau pour s’opposer à une pétition qui circulait pour le faire retirer.

Le shérif du comté de Klickitat, Bob Songer, s’est également élevé contre l’ordre du gouverneur, qualifiant Inslee d’”idiot” qui “outrepasse ses limites [et] viole les droits constitutionnels des gens”, selon l’Oregon Public Broadcasting.

Le mandat d’Inslee, qui s’étend à tout l’État, exige que les personnes âgées de plus de cinq ans portent un couvre-visage, à l’exception des espaces extérieurs où les gens peuvent rester à plus de deux mètres les uns des autres.

https://nypost.com/2020/06/25/washington-state-sheriff-urges-residents-to-defy-mask-order/

 

Puisse le peuple Français, nos Gardiens de la Paix et Policiers français en prendre de la graine et avoir bien en tête A QUI ils obéissent.

Avant d’être des êtres humains et d’avoir une fonction derrière un petit costume pour les corps constitués, ils sont les Enfants du Créateur !

A Tous, Arrêtez, Cessez d’obéir à des ordres qui enfreignent la Loi Universelle de DIEU.

Nous sommes LIBRES car Dieu nous à voulu ainsi.

Opera Instantané_2020-07-13_091602_duckduckgo.com