La Flèche de Notre-Dame de Paris et Sa Charpente seront reconstruites A l’Identique.

La flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique, l’exécutif ayant acté la semaine dernière l’abandon du concours d’architecture autour de celle-ci. Plusieurs professionnels, joints par le JDD, disent leur déception.

Dès le lendemain de l’incendie, le 15 avril 2019, de Notre-Dame de Paris, ils ont tout de suite imaginé la reconstruction de la flèche qui s’est effondrée lors de la tragédie. Un an plus tard, plusieurs architectes qui étaient prêts à transmettre leur projet ont été déçus par l’annonce d’Emmanuel Macron de l’abandon du concours international d’architecture lié à la flèche. Jeudi dernier, après une réunion de la Commission nationale du patrimoine et de l’architecture (CNPA), le chef de l’Etat a en effet donné son feu vert pour une reconstruction à l’identique de la cathédrale telle qu’elle avait été imaginée par Viollet-le-Duc au 19e siècle.

Plus qu’abandonnée, l’idée d’un « geste architectural contemporain », selon la formule employée par Emmanuel Macron en avril 2019, n’a pas existé. L’appel d’offres qui devait définir les conditions du concours international d’architecture n’a en effet jamais été publié.

La décision « conservatrice » d’Emmanuel Macron

« Nous avions constitué un dossier et nous attendions avec impatience de connaître les conditions de participation au concours. Autant dire que nous avons été extrêmement surpris et déçus », réagit Paul Godart du cabinet Godart+Roussel, le premier à avoir diffusé publiquement un croquis d’intention au lendemain de l’incendie.

Le journal du Dimanche : https://t.co/CqNco7stFM?amp=1

*****

Opera Instantané_2020-07-16_074750_duckduckgo.com

Science et Avenir : https://www.sciencesetavenir.fr/archeo-paleo/patrimoine/notre-dame-la-fleche-sera-reconstruite-a-l-identique_145917

Notre-Dame de Paris : la flèche sera reconstruite à l’identique

C’est la fin du suspense : la flèche de Notre-Dame de Paris, tout comme la cathédrale elle-même, sera reconstruite à l’identique. L’Etablissement public chargé de la restauration de la cathédrale a finalement tranché sur la question.

Après l’incendie qui a ravagé une partie de la cathédrale de Notre-Dame de Paris le 15 avril 2019, détruisant la flèche, la totalité de la toiture couvrant la nef, le chœur et le transept, la question de la reconstruction s’est évidemment posée notamment pour le chef-d’œuvre de Viollet-le-Duc. La flèche inaugurée en 1859 sera finalement reconstruite à l’identique afin de garder « l’authenticité, l’harmonie et la cohérence » du monument.

1300 Chênes de Normandie donnés pour Notre Dame : https://actu.fr/normandie/neubourg_27428/1300-chenes-normandie-donnes-reconstruction-dame-cest-possible-5-ans_23241368.html

Opera Instantané_2020-07-16_075024_duckduckgo.com

« Une merveille de charpenterie du 19e siècle »

L’architecte du 19e siècle n’a pas cessé de le répéter : sa flèche est conçue pour durer. « C’était une merveille de charpenterie du 19e siècle, quelque chose sans précédent. Je ne sais pas si on pourrait faire mieux aujourd’hui », s’interrogeait Arnaud Timbert, professeur à l’Université de Picardie Jules-Verne, historien de l’art médiéval et spécialiste de Viollet-le-Duc, dans un article paru sur Sciences et Avenir. Plusieurs idées étaient alors évoquées notamment par des cabinets d’architectes : une reconstruction à l’identique, ou alors une nouvelle flèche, coiffée d’une serre ou affichant des lignes bien plus contemporaines et épurées. Arnaud Timbert confiait à Sciences et Avenir que, pour lui, « la nouveauté totale n’aurait pas de sens ». Cependant, « la restituer à l’identique reviendrait à figer le monument. Cet acte aurait aussi peu de sens que d’ériger une flèche totalement contemporaine », poursuivait-il, souhaitant un monument « à la conjonction des époques« .

Une réouverture de Notre-Dame aux visiteurs prévue en 2024

Dans un communiqué publié le 9 juillet 2020, l’Etablissement public chargé de la restauration de la cathédrale a annoncé que « l’étude présentée privilégie la fidélité à la forme du monument et une restauration de la cathédrale dans son dernier état ‘complet, cohérent et connu’, comme le préconise la charte de Venise quand cet état est parfaitement documenté et que sa restitution est réalisable« . Une décision que redoutait auprès de Sciences et Avenir Arnaud Timbert : « Dans 20, 30 ou 40 ans, les historiens jugeront ce que l’on a fait. Si l’on justifie nos mauvais choix en brandissant la charte de Venise (le traité international qui encadre la restauration des objets et des bâtiments anciens, ndlr), on expose aux yeux de l’histoire le repli identitaire dans lequel se trouve notre société aujourd’hui. Une société qui va trouver refuge dans le passé parce qu’elle n’a plus de repère plutôt que d’aller de l’avant. »

La flèche ne fera pas exception : elle sera restituée « telle qu’elle existait avant l’incendie du 15 avril 2019″ dans « le respect des matériaux d’origine pour la charpente et la couverture« . Les grands principes de la reconstruction ont été validés par Emmanuel Macron. « Je suis heureux que les Français, les pèlerins et les visiteurs du monde entier puissent retrouver la cathédrale qu’ils aiment. Aujourd’hui, une étape importante a été franchie. Toutes les conditions sont à présent réunies pour nous permettre d’avancer avec confiance et détermination pour préparer activement les opérations de restauration », a souligné le général Georgelin, aux manettes de la reconstruction de la cathédrale depuis son incendie.

Une étude de diagnostic devrait être lancée dans les prochaines semaines dont les résultats devraient être connus en automne 2020. Elle permettra « de définir le programme précis de travaux permettant la réouverture au culte et à la visite, prévue en avril 2024, conformément à l’objectif fixé par le Président« .

*****

La Charpente de Notre-Dame de Paris reconstruite à l’identique : un retour à la raison !

Opera Instantané_2020-07-16_073614_www.bvoltaire.fr

Une bonne nouvelle pour les amoureux de Notre-Dame de Paris : la charpente sera reconstruite à l’identique, c’est-à-dire en bois. C’est, du moins, ce que révèle le magazine Le Point. Même le général Georgelin, missionné par  pour piloter la restauration de la cathédrale, qui s’était illustré en priant l’architecte en chef du monument de « fermer sa gueule », aurait donné son accord. Il ne manque plus que le feu vert du président de la République, s’il passe outre au lobbying de certains architectes avides de gloire.

Selon Le Point, les spécialistes auraient convaincu les autorités que « la reconstruction à l’identique s’avère la solution la plus rapide à mettre en œuvre, la moins chère et, surtout, la plus fiable ». Ces avantages ont finalement prévalu sur toutes les fantaisies qu’on avait imaginées. Sans compter qu’une reconstruction à l’identique dispensera d’une étude préalable : on dispose non seulement de relevés millimétriques, effectués en 2015, mais aussi d’un double numérique de la charpente, réalisé en 2014 par l’entreprise  graphique & Patrimoine. Un gain de temps appréciable, qui ne peut que plaire à notre homme pressé de Président !

On entend déjà des écologistes mal informés crier à la déforestation. D’ici que Greta Thunberg organise une manifestation ! Ce serait un mauvais procès : la charpente de Notre-Dame n’a demandé, pour sa construction au XIIIe siècle, qu’un millier de chênes, dont 97 % avaient moins de 60 ans d’âge. « On est donc, là encore, bien loin des légendaires défrichements de forêts entières pour la construction des cathédrales gothiques », explique Frédéric Épaud, spécialiste des charpentes médiévales au CNRS. « Dans les six millions d’hectares de la chênaie française, il n’y aura aucune difficulté pour les forestiers à trouver le millier d’arbres nécessaires. »

Comme l’écrivait l’historienne Régine Pernoud, en 1977, il serait peut-être temps d’en finir avec la vision d’un Moyen Âge arriéré : on savait, entre autres, construire durablement – plus solidement que nos constructions modernes. Le Point rapporte les propos tenus par Bernard Thibaut, chercheur en biomécanique de l’arbre, juste après l’incendie : « Quand on y pense, la charpente de Notre-Dame (et de plusieurs autres cathédrales) a tenu huit siècles sans manifester le moindre signe de faiblesse ! […] Elle aurait pu tenir encore mille ans. » Quel autre matériau peut se targuer d’une telle longévité ?

Il explique aussi que des poutres en bois résistent plusieurs heures avant de s’effondrer, « ce qui a permis aux pompiers de Notre-Dame de sauver nombre d’objets précieux »« Si la charpente avait été en béton ou en acier, ils n’auraient pas pu le faire par crainte d’un écroulement subit », précise-t-il. Du reste, poursuit l’article, « ce n’est pas la combustibilité du bois qui est à remettre en cause, mais le système de détection du feu qui a entièrement failli ». Entre la modernité et la tradition, devinez qui l’emporte haut la main !

Finalement, cette histoire de charpente nous invite à l’humilité. Ceux qui ne vibrent qu’au mot de « progrès » sont, en fait, bouchés à l’émeri, incapables de comprendre qu’il peut y avoir plus de richesses dans l’Antiquité et au Moyen Âge que dans leur vision étroite de l’Histoire. Et qu’on ne dise pas que c’est encore une attaque contre Macron : à qui la faute, s’il se prête si facilement aux critiques ?

BOULEVARD VOLTAIRE – Philippe Kerlouan Écrivain – : https://www.bvoltaire.fr/la-charpente-de-notre-dame-de-paris-reconstruite-a-lidentique-un-retour-a-la-raison/

La charpente de Notre-Dame sera reconstruite à l'identique ...

Opera Instantané_2020-07-16_074403_duckduckgo.com

Opera Instantané_2020-07-16_074517_duckduckgo.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s