« Le droit international à l’avortement » mis en déroute par 32 pays dont les Etats-Unis

Assurément, en ces temps où sous prétexte de crise sanitaire les délais pour avorter sont rallongés dans bien des pays occidentaux dits ‘civilisés’, c’est une victoire inattendue de la culture de vie.

32 pays, dont les Etats-Unis et le Brésil, pour l’Europe, la Pologne, la Hongrie et la Bielorussie, et une majorité de pays africains, ont signé une déclaration commune promouvant la « famille traditionnelle », et s’opposant à l’avortement comme « droit de l’homme ».

« Il n’y a pas de droit international à l’avortement, ni d’obligation des Etats de financer ou de faciliter l’avortement » peut-on lire dans cette « déclaration pour la santé de la femme et le renforcement de la famille », programmée pour être présentée à l’Assemblée mondiale de la santé qui se tient tous les ans à Genève. Elle a été dévoilée jeudi dernier 22 octobre par Alex Azar, le secrétaire à la Santé et aux Services sociaux de l’administration Trump, à l’occasion d’une cérémonie virtuelle. « Certaines riches nations, et agences des Nations unies, affirment à tort que l’avortement est un droit universel humain », a-t-il notamment déclaré lors de cette cérémonie avant d’ajouter : « Nous affirmons que les gouvernements ont le droit souverain de créer leurs propres lois pour protéger les vies innocentes et écrire leurs règlements sur l’avortement. » 

Mike Pompeo, l’artisan de cette Déclaration du Consensus de Genève a de son côté affirmé :

« Sous la direction du président Trump, les États-Unis ont défendu la dignité de la vie humaine partout et toujours. Il l’a fait comme aucun autre président de l’histoire. Nous avons monté une défense sans précédent des enfants à naître à l’étranger ».

Les 32 pays entendent promouvoir « l’égalité des chances » pour les femmes en politique et dans la société. « Dans son essence même, la déclaration protège la santé des femmes… et réaffirme l’importance vitale de la famille en tant que fondement de la société », explique Mike Pompeo.

La déclaration condamne en revanche l’avortement, qui « ne devrait pas être promu comme une méthode de planification familiale » et ajoute que « l’enfant a besoin d’une protection et de soins spéciaux avant et après la naissance ». Le texte souligne également que « le droit à la vie est inhérent à la personne humaine », tandis qu’il n’existe « aucun droit international à l’avortement ». « Toute mesure ou changement lié à l’avortement dans le système de santé ne peut être déterminé qu’au niveau national ou local, conformément au processus législatif national », précise la déclaration. Le texte insiste également sur le « rôle de la famille comme base de la société », ajoutant que « les femmes jouent un rôle fondamental dans la famille » et qu’« un partenariat harmonieux entre les hommes et les femmes est fondamental pour leur bien-être et celui de leurs familles ».

« Nous défendons la place de la famille comme unité centrale de notre société, et réaffirmons notre devoir de protéger la vie, dès sa conception », a expliqué Ernesto Araujo, ministre des Affaires étrangères du Brésil.

Katalin Novak, ministre hongroise de la Famille, a fustigé une époque où les « valeurs traditionnelles de nos sociétés sont constamment attaquées », pendant que l’on donne aux femmes « de fausses obligations les poussant à être en compétition avec les hommes, et d’abandonner le privilège de devenir des mères ».

Source

3 Commentaires

  • En France nous ne sommes pas loin des 500 meurtres d’ innocents chaque jour . Avec cela nous ne pouvons nous plaindre de souffrir . Nous ne pouvons maugréer contre notre infortune présente ; Nous ne pouvons ronchonner contre des désagréments . Tout crime implique un prix à payer et comme le crime est un grand pêché , la punition qui s’ensuit est inévitable et par la force des choses extrèmement désagréable et dispendieuse .

    J'aime

  • Vu la pression du corps médical, de la société en général pour toute femme qui est enceinte(vécu), vu la condamnation à des amendes ou de la prison pour ceux qui combattent l’avortement, comment s’étonner que la France ait le plus grand nombre d’avortement par rapport à sa population?

    J'aime

  • Donc au lieu de détruire un foetus (ou une vie), ces pays ont décidé d’en détruire deux : celle de la femme, qui, forcée d’avoir une grossesse dont elle ne voulait pas, verra sa vie détruite (bonne affaire pour les psys il est vrai), et celle de l’enfant non désiré, hai, qui subira ce rejet toute sa vie. Au moins la femme comprendra que son ventre ne lui appartient pas, et que ce n’est pas à elle de décider de son avenir ou de celui de son corps. Une excellente victoire pour l’homme qui l’aura mise enceinte, qui sera ainsi certain de pouvoir planter irrémédiablement son drapeau et son titre de propriété sur le ventre de cette femme, condamnée à enfanter un être composé de ses gamètes et de celui de cet homme dont elle ne voulait éventuellement pas; cet être symbolisant pour toujours son statut d’être inférieur obligé d’enfanter contre son gré. A quel moment faut il applaudir ?

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s