KRAKEN : Les PDG de Facebook et Twitter convoqués devant le Congrès aujourd’hui pour s’expliquer à propos de leur gestion de l’élection.

Cette information vient de l’AP, première Agence de Presse des Etats-Unis qui a son équivalent en France avec l’AFP.

Aujourd’hui, Mardi 17 Novembre 2020, les PDG de Facebook et de Twitter auront à répondre de leur comportement contre Donald Trump censuré par eux.


WASHINGTON (AP)

Les PDG de Facebook et Twitter sont convoqués devant le Congrès pour défendre leur traitement de la désinformation lors de l’élection présidentielle de 2020, alors même que les législateurs qui les interrogent sont profondément divisés sur l’intégrité et les résultats de l’élection. misinformation disputing Democrat Joe Biden’s victory has flourished online.

D’éminents sénateurs républicains ont refusé de démolir les allégations infondées du président Donald Trump concernant des irrégularités et des fraudes électorales, alors même que la désinformation contestant la victoire du démocrate Joe Biden s’est répandue en ligne.

Le sénateur Lindsey Graham, un proche allié de Trump qui dirige la commission judiciaire du Sénat devant laquelle les PDG témoigneront mardi, a publiquement demandé : « Ne cédez pas, Monsieur le Président. Combattez avec acharnement ».

Mark Zuckerberg, sur Facebook, et Jack Dorsey, sur Twitter, ont tous deux promis aux législateurs, le mois dernier, qu’ils s’emploieraient énergiquement à empêcher que leurs programmes soient manipulés par des gouvernements étrangers ou utilisés pour inciter à la violence autour des résultats des élections – et ils ont pris des mesures très médiatisées qui ont provoqué la colère de Donald Trump et de ses partisans.

Twitter et Facebook ont tous deux apposé une étiquette de désinformation sur certains contenus de Trump, notamment ses affirmations liant le vote par correspondance à la fraude. Lundi, Twitter a signalé le tweet de Trump proclamant « J’ai gagné l’élection » avec cette note : « Les sources officielles ont appelé cette élection différemment ».

Deux jours après l’élection, Facebook a également interdit un grand groupe appelé « Stop the Steal » que les partisans de Trump utilisaient pour organiser des manifestations contre le décompte des voix. Ce groupe de 350 000 membres a fait écho aux allégations sans fondement de Trump selon lesquelles une élection truquée aurait rendu les résultats invalides.

Pendant les jours qui ont suivi l’élection et le décompte des votes, des groupes imitateurs de « Stop the Steal » ont été facilement trouvés sur Facebook, l’un d’entre eux approchant les 12 000 membres la semaine dernière. A partir de lundi, Facebook semble les avoir rendus plus difficiles à trouver, bien qu’il soit encore possible de les localiser, y compris certains groupes comptant des milliers de membres.

Facebook n’a pas répondu immédiatement à une demande d’information sur ses actions spécifiques actuellement envers ces groupes.

Regardant avec méfiance la façon dont les entreprises exercent leur pouvoir de filtrer les discours et les idées, Trump et les républicains accusent les entreprises de médias sociaux de partialité anticonservatrice. Les démocrates les critiquent également, mais pour des raisons différentes. Le résultat est que les deux parties souhaitent supprimer certaines des protections qui ont protégé les entreprises technologiques de la responsabilité légale pour ce que les gens publient sur leurs plateformes. M. Biden a soutenu de tout cœur une telle action.

Mais ce sont les mesures prises par les entreprises dans le cadre de l’élection qui seront probablement au centre de l’attention lors de l’audition de mardi.

La majorité du GOP au sein du panel judiciaire a menacé Zuckerberg et Dorsey de citations à comparaître le mois dernier s’ils n’acceptaient pas de témoigner volontairement pour l’audience de mardi. Les républicains de la commission sénatoriale du commerce ont fustigé les deux PDG et Sundar Pichai, le directeur général de Google, lors d’une audition le mois dernier, pour ce qu’ils ont qualifié de modèle consistant à faire taire les points de vue conservateurs tout en donnant libre cours aux acteurs politiques de pays comme la Chine et l’Iran.

Malgré les craintes concernant la sécurité à l’approche du 3 novembre et les entreprises de médias sociaux qui se préparent au pire, l’élection s’est avérée être la plus sûre de l’histoire des États-Unis, affirment les responsables fédéraux et étatiques des deux partis – réfutant les allégations de fraude non fondées de M. Trump.

Facebook insiste sur le fait qu’il a tiré les leçons de l’élection de 2016 et qu’il n’est plus un canal de désinformation, de suppression d’électeurs et de perturbation des élections. Cet automne, Facebook a déclaré avoir supprimé un petit réseau de comptes et de pages liés à l’Agence russe de recherche sur Internet, la « fabrique de trolls » qui a utilisé des comptes de médias sociaux pour semer la discorde politique aux États-Unis depuis les élections de 2016. Twitter a suspendu cinq comptes liés.

Mais des personnes extérieures critiques, ainsi que certains des propres employés de Facebook, affirment que les efforts de l’entreprise pour renforcer ses garanties restent insuffisants, malgré les milliards qu’elle a dépensés.

« Facebook n’agit que s’ils sentent que leur réputation ou leurs résultats sont menacés », déclare Imran Ahmed, PDG du Center for Countering Digital Hate. L’organisation avait fait pression sur Facebook pour qu’il démantèle le groupe « Stop the Steal ».

Les chercheurs ont découvert que rien ne prouve que les géants des médias sociaux ont des préjugés contre les informations, les articles ou autres documents conservateurs, ou qu’ils favorisent un côté du débat politique plutôt qu’un autre. Mais les critiques sur la politique des entreprises et leur traitement de la désinformation liée à l’élection sont venues aussi bien des démocrates que des républicains.

Les démocrates ont concentré leurs critiques principalement sur les discours de haine, la désinformation et d’autres contenus qui peuvent inciter à la violence, empêcher les gens de voter ou répandre des mensonges sur le coronavirus. Ils critiquent les PDG des entreprises technologiques qui n’ont pas su contrôler les contenus, accusant les plateformes de jouer un rôle dans les crimes de haine et la montée du nationalisme blanc aux États-Unis.

″Si vous pensiez que la désinformation sur Facebook était un problème pendant notre élection, attendez de voir comment cela va détruire le tissu de notre démocratie dans les jours qui vont suivre », a tweeté le porte-parole de Biden, Bill Russo.

AP : https://t.co/5ec5lf4CS5?amp=1

Ce que les « Démocrates » se garderont bien de dire et qui résume ce que nous subissons :

Le KRAKEN TOTAL étant lâché, Ted Cruz, membre du Parti de Donald Trump « Les Républicains », représentant de l’état du Texas au Sénat des Etats-Unis, se demande pourquoi Jeffrey Epstein avait un tableau de Bill Clinton en robe.

« Je ne me soucie pas vraiment de cette controverse particulière, mais je me sens obligé de signaler un des faits les plus étranges de ces dernières années : sur le mur du salon de Jeffrey Epstein, nous avons appris qu’il y avait une peinture à l’huile de Bill Clinton en robe.

Je ne sais pas pourquoi.« 

Candace Owens :

« PSA : Extraire des photos d’hommes en robe sur internet ne va pas me rendre soudainement attirée par les hommes en robe.

Je suis insensible à la culture du réveil. Me montrer 50 exemples de quelque chose ne me rendra pas moins stupide. »

Le KRAKEN est de plus en plus intéressant et s’étend vraiment SUR TOUT.

Image

15 Commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s