Proclamation du 850ème anniversaire du martyre de Saint Thomas Becket par Donald Trump à la MaisonBlanche.

Si le Monde tournait dans le bon sens, cette Mission aurait été réalisée par le Pape Catholique du Vatican.

Mais nous n’avons plus de Pape Catholique au Vatican depuis que la pieuvre Rothschild a installé ses Cerbères sur le Trône de Saint Pierre, après avoir corrompu l’ensemble du Clergé par les « bienfaits » de la franc-maçonnerie.

C’est ainsi que Jean XXIII (Roncalli) insista pour recevoir la barrette rouge des mains du président français Vincent Auriol, athée et socialiste anticlérical notoire, qu’il avait décrit comme « un honnête socialiste. »

Roncalli qui convoqua le Concile VATICAN D’EUX.

Yves Marsaudon, franc-maçon du 33e degré du Rite écossais dira :

« Le sentiment d’universalisme qui sévit ces jours à Rome est très proche du but de notre existence… de tous nos cœurs nous soutenons la révolution de Jean XXIII. »

Avant que Roncalli ne quittât Paris, il offrit un dîner d’adieu à ses amis. « Parmi les invités figuraient des politiciens de droite, de gauche et du centre, unis en cette occasion dans leur affection pour leur sympathique hôte. » Lorsque Roncalli était « cardinal » de Venise, il « n’offrit aucune prise aux attaques des communistes. Les habituelles insultes anticléricales cédèrent la place à une tolérance respectueuse. »  Alors à Venise, le « cardinal » Roncalli « exhorta les fidèles à accueillir les socialistes de toute l’Italie, qui tenaient leur trente-deuxième congrès à Venise. »

« Voici ce qu’on pouvait lire textuellement sur les affiches que le Patriarche [Jean XXIII] avait fait apposer sur les murs de Venise en février 1957, à l’occasion du trente-deuxième Congrès du Parti Socialiste (de gauche) Italien (P.S.I.) : “Je salue cet événement extraordinaire qui a tant d’importance pour l’avenir de notre pays.” » 

Pape Pie XI, Quadragesimo anno ; 15 mai 1931: « … personne ne peut être en même temps bon catholique et vrai socialiste. » 

Roncalli prit une fois la parole à l’hôtel de ville de Venise. Il déclara :

« … je suis heureux d’être ici, même s’il y en a parmi vous qui ne se disent pas chrétiens, mais qui peuvent être reconnus comme tels en raison de leurs bonnes actions. »

Plus de lecture sur « Qui était Roncalli » sur le site : Vatican Catholique : http://www.vaticancatholique.com/anti-pape-jean-xxiii/

Depuis notre Pape Pie XII nous sommes officiellement Orphelins, l’ETAT MONDIAL CATHOLIQUE, LE VATICAN, subissant les assauts à mort de la part de la franc-maçonnerie LUCIFERIENNE qui s’est jurée d’ EXTERMINER L’EGLISE CATHOLIQUE DE JESUS-CHRIST.

Mais : « Là où croît le péril croît aussi ce qui sauve. » Friedrich hölderlin.

Proclamation du 850e anniversaire du martyre de Saint Thomas Becket

Nous célébrons aujourd’hui le 850e anniversaire du martyre de Saint Thomas Becket, le 29 décembre 1170. Thomas Becket était un homme d’État, un érudit, un chancelier, un prêtre, un archevêque et un lion de la liberté religieuse.

Avant la rédaction de la Magna Carta, avant que le droit au libre exercice de la religion ne soit inscrit comme la première liberté de l’Amérique dans notre glorieuse Constitution, Thomas a donné sa vie pour que, comme il l’a dit, « l’Église atteigne la liberté et la paix ».

Fils d’un shérif londonien et jadis décrit comme « un clerc de bas étage » par le roi qui l’a fait tuer, Thomas Becket est devenu le chef de l’Église en Angleterre. Lorsque la couronne a tenté d’empiéter sur les affaires de la maison de Dieu par le biais des Constitutions de Clarendon, Thomas a refusé de signer le document incriminé. Lorsque le roi Henri II, furieux, le menaça de le tenir en mépris de l’autorité royale et demanda pourquoi ce prêtre « pauvre et humble » oserait le défier, l’archevêque Becket répondit « Dieu est le souverain suprême, au-dessus des rois » et « nous devons obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes ».

Comme Thomas ne voulait pas que l’église soit soumise à l’État, il a été forcé de confisquer tous ses biens et de fuir son propre pays. Des années plus tard, après l’intervention du pape, Becket a été autorisé à revenir – et a continué à résister aux ingérences oppressives du roi dans la vie de l’église. Finalement, le roi en a eu assez de la défense acharnée de la foi religieuse de Thomas Becket et se serait exclamé avec consternation : « Personne ne me débarrassera de ce prêtre indiscret ? »

Les chevaliers du roi ont répondu et se sont rendus à la cathédrale de Canterbury pour donner à Thomas Becket un ultimatum : céder aux exigences du roi ou mourir. La réponse de Thomas fait écho dans le monde entier et à travers les âges. Ses derniers mots sur cette terre furent les suivants : « Pour le nom de Jésus et la protection de l’Église, je suis prêt à embrasser la mort. » Vêtu de robes saintes, Thomas a été abattu là où il se tenait, à l’intérieur des murs de sa propre église.

Le martyre de Thomas Becket a changé le cours de l’histoire. Il a finalement entraîné de nombreuses limitations constitutionnelles au pouvoir de l’État sur l’Église à travers l’Occident. En Angleterre, le meurtre de Becket a conduit à la déclaration de la Grande Charte 45 ans plus tard : « [L]’Église anglaise sera libre, ses droits ne seront pas diminués et ses libertés ne seront pas entravées. »

Lorsque l’archevêque refusa d’autoriser le roi à s’immiscer dans les affaires de l’Église, Thomas Becket se trouvait à l’intersection de l’Église et de l’État. Cette position, après des siècles d’oppression religieuse et de guerres de religion parrainées par l’État dans toute l’Europe, a finalement conduit à l’établissement de la liberté religieuse dans le Nouveau Monde. C’est grâce à de grands hommes comme Thomas Becket que le premier président américain, George Washington, a pu proclamer plus de 600 ans plus tard qu’aux États-Unis, « tous possèdent la même liberté de conscience et les mêmes immunités de citoyenneté » et que « ce n’est plus maintenant qu’on parle de tolérance, comme si c’était par l’indulgence d’une classe de personnes qu’une autre jouissait de l’exercice de ses droits naturels inhérents ».

La mort de Thomas Becket est un rappel puissant et intemporel pour chaque Américain que notre liberté de la persécution religieuse n’est pas un simple luxe ou un accident de l’histoire, mais plutôt un élément essentiel de notre liberté. C’est notre trésor et notre héritage inestimables. Et il a été acheté avec le sang des martyrs.

En tant qu’Américains, nous avons d’abord été unis par notre conviction que « la rébellion aux tyrans est l’obéissance à Dieu » et que la défense de la liberté est plus importante que la vie elle-même. Si nous voulons continuer à être le pays de la liberté, aucun fonctionnaire, aucun gouverneur, aucun bureaucrate, aucun juge et aucun législateur ne doit être autorisé à décréter ce qui est orthodoxe en matière de religion ou à exiger des croyants religieux qu’ils violent leur conscience. Aucun droit n’est plus fondamental pour une société pacifique, prospère et vertueuse que le droit de suivre ses convictions religieuses. Comme je l’ai déclaré sur la place Krasiński à Varsovie, en Pologne, le 6 juillet 2017, le peuple américain et les peuples du monde continuent de crier : « Nous voulons Dieu ».

En ce jour, nous célébrons et révérons la courageuse position de Thomas Becket en faveur de la liberté religieuse et nous réaffirmons notre appel à mettre fin à la persécution religieuse dans le monde. Dans mon discours historique aux Nations unies l’année dernière, j’ai clairement indiqué que l’Amérique est aux côtés des croyants de tous les pays qui ne demandent que la liberté de vivre selon la foi qui est dans leur propre cœur. J’ai également déclaré que les bureaucrates mondiaux n’ont absolument pas à s’attaquer à la souveraineté des nations qui souhaitent protéger la vie des innocents, ce qui reflète la croyance des États-Unis et de nombreux autres pays selon laquelle chaque enfant – né et à naître – est un don sacré de Dieu. Au début de l’année, j’ai signé un décret visant à faire de la liberté religieuse une priorité de la politique étrangère des États-Unis. Nous avons demandé à chaque ambassadeur – et aux plus de 13 000 agents et spécialistes du service extérieur des États-Unis – dans plus de 195 pays de promouvoir, défendre et soutenir la liberté religieuse en tant que pilier central de la diplomatie américaine.

Nous prions pour les croyants partout dans le monde qui souffrent de persécution en raison de leur foi. Nous prions en particulier pour leurs bergers courageux et inspirants – comme le cardinal Joseph Zen de Hong Kong et le pasteur Wang Yi de Chengdu – qui sont des témoins infatigables de l’espoir.

Pour honorer la mémoire de Thomas Becket, les crimes contre les croyants doivent cesser, les prisonniers de conscience doivent être libérés, les lois limitant la liberté de religion et de croyance doivent être abrogées, et les personnes vulnérables, sans défense et opprimées doivent être protégées. La tyrannie et le meurtre qui ont choqué la conscience du Moyen-Âge ne doivent plus jamais se reproduire. Tant que l’Amérique sera debout, nous défendrons toujours la liberté religieuse.

Une société sans religion ne peut pas prospérer. Une nation sans foi ne peut pas durer – parce que la justice, la bonté et la paix ne peuvent pas prévaloir sans la grâce de Dieu.

PAR CONSÉQUENT, je, DONALD J. TRUMP, Président des États-Unis d’Amérique, en vertu des pouvoirs qui me sont conférés par la Constitution et les lois des États-Unis, proclame par la présente le 29 décembre 2020 comme le 850e anniversaire du martyre de Saint Thomas Becket. J’invite le peuple des États-Unis à célébrer cette journée dans les écoles, les églises et les lieux de rencontre habituels par des cérémonies appropriées en commémoration de la vie et de l’héritage de Thomas Becket.

EN FOI DE QUOI, j’ai apposé ma signature en ce vingt-huit décembre de l’année de Notre Seigneur deux mille vingt et de l’indépendance des États-Unis d’Amérique le deux cent quarante-cinquième.

DONALD J. TRUMP

https://t.co/4uz9MraT2F?amp=1


Bien comprendre que c’est le Balbutiement de l’Angleterre protestante qui a tué le Catholique et Homme de Dieu, Saint Thomas Becket qui a demandé la Liberté Religieuse afin que des futurs massacres ne voient pas le jour.

Malheureusement, la mort de ce Martyr ne sera que le début de ce qui s’en venait : « Les Guerres de Religion ».

J’ajoute que l’Espagne Catholique en son Roi Philippe II enverra l’Invincible Armada en Angleterre en 1588 pour mettre Fin aux Massacres des Catholiques qui étaient perpétrés par la protestante Reine Elisabeth 1ère, fille d’Anne Boleyn, protestante elle-même. Le Roi Catholique Henry VIII Tudor, tiraillé par son Amour pour Anne Boleyn et son protestantisme, cousin Germain de notre Roi François 1er, fera tuer Anne Boleyn afin de mettre fin à ses conspirations qui faisaient que les corps ensanglantés de pauvres gens jonchaient le sol Anglais.

J’ajoute également que c’est un coursier juif qui préviendra la Reine Elisabeth 1ère de l’Arrivée de l’Invincible Armada. La Reine aura le temps de tout préparer afin que l’Invincible Armada ne puisse jamais accoster sur les côtes Anglaises et sombre dans les eaux Angloises.

Nous connaissons la suite grâce à Pierre Hillard, la Reine Elisabeth 1ère n’aura aucune descendance, elle ne fera confiance qu’à des menteurs de Grand Chemin dont Un que tout le Monde connait désormais : John Dee : 007.

C’est ainsi que la LEGITIME Lignée Anglaise Royale des TUDOR/STUARD s’éteindra sur le Trône d’Angleterre.

La seule qui fut de Vrai Sang Royal à Buckingham fut Lady Diana qui est une descendante des TUDOR.

Anne Boleyn et sa Fille Elisabeth 1ère ont orchestré le plus grand des Massacres des Catholiques Anglais, Gallois et Irlandais, guidées par des coursiers étrangers qui s’empareront par la suite de l’Angleterre.

5 Commentaires

  • Dire que St Thomas de Canterbury fut un défenseur de la liberté religieuse telle que la défend l’Amérique et Vatican II est une grave contre-vérité. Aussi, opposer ici Bergoglio et Trump semble peu clairvoyant.

    Aimé par 1 personne

  • Roncalli / Jean XXIII ce traître à Dieu : « Le Réseau Trampolla & l’Eclipse de l’Eglise Catholique ou Les Infiltrations de la Maçonnerie Ecclésiastique dans l’Eglise » (auteur Henri Barbier, éditions Fatima-Christ-Roi). Les tout premiers objectifs furent de lever l’excommunication qui pesait sur les Frères et d’excommunier ceux qui ne voulaient pas des nouveautés de Vatican II, ceux que l’on appellera par la suite « traditionalistes » !

    J'aime

  • Anne Boleyn était une hystérique . J’en suis sûr parce que hystérie est issu du mot grec hustéra , apparenté au latin hystera qui signifie la matrice , les entrailles ou l’utérus .

    J'aime

  • Eh bien, encore une splendeur de Trump, la trompette de l’apôtre Jean, un soutien affirmé à toutes les personnes qui respectent la foi et à ceux qui sont habités de la Foi!! C’est un coup dur pour les mammonistes, talmudistes et satanistes!! Bel article qui rend compte de mille ans d’histoire, avec gravité et joie !! Bravo Pro Fide!! Grand merci!!

    J'aime

  • Bonjour à tous et tous mes Voeux pour une Année Lumineuse 2021 ! Pouvez-vous retrouver le message de Trump de Noël ? Et le publier ? C’est un message chrétien sans précédent aux USA et dans le monde moderne ! Quelle Foi !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s