Accouchement sous COVID : Des femmes en France racontent un traumatisme lié au port de masques lors de l’accouchement. Vidéos.

Des femmes en France racontent un traumatisme lié au port de masques lors de l’accouchement.

Alors que les cas de Covid-19 continuent d’augmenter en France, il en va de même pour les femmes enceintes de porter des masques pendant le travail et même l’accouchement. Alors que les équipes médicales disent qu’elles doivent se protéger, certaines nouvelles mamans partagent leurs histoires traumatisantes et dénoncent une forme de «violence obstétricale». Cette histoire est apparue pour la première fois dans le podcast Spotlight on France.

(Click here to listen)

«C’était absolument horrible, j’avais l’impression d’étouffer. Vous ne pouvez littéralement pas pousser le bébé et respirer en même temps avec un masque.  » Elodie, 26 ans, a un souvenir amer d’avoir donné naissance à sa fille dans un hôpital de Metz en juin de cette année. Elle a dû porter un masque partout. «Quand je leur ai dit que je ne pouvais pas respirer, le personnel a dit:« Oui, tu peux, ça va, tu peux le faire ». « J’ai finalement arraché le masque avant la dernière poussée, parce que je ne pouvais tout simplement pas reprendre mon souffle. »

Pascalina, une autre jeune mère, a dû subir une césarienne d’urgence car elle ne pouvait pas pousser assez fort avec le masque. «J’avais l’impression d’être sur le point de m’évanouir, alors j’ai baissé mon masque», a-t-elle déclaré à France Info. told France Info

«L’obstétricien a dit :« OK, allons-y pour une césarienne », disant que j’aurais« dû pousser plus fort ». «J’étais tellement stressé que j’ai vomi. Je ne pouvais pas m’arrêter de pleurer, mais en silence.  » Plus d’hôpitaux imposant des masques Un millier de femmes en France ont relayé leurs épreuves à l’aide du hashtag # StopAccouchementMasqué (#StopMaskedChildbirth) depuis son lancement sur Twitter le 8 septembre par Stop_VOG,  Stop_VOG un collectif de lutte contre les violences obstétricales et gynécologiques.

«Il est choquant que les femmes soient obligées de porter des masques pendant le travail et l’accouchement en France», a déclaré la fondatrice et porte-parole du collectif Sonia Bisch à Spotlight on France. «Les femmes nous disent qu’elles finissent par arracher les masques, parfois elles vomissent à l’intérieur du masque, elles ne peuvent pas accoucher dans ces conditions. Beaucoup d’entre eux nous ont dit qu’ils ne pouvaient pas pousser et qu’ils devaient recevoir une forceps ou des césariennes. C’est scandaleux. »

La France a durci le port obligatoire du masque début septembre, compulsory mask-wearing mais il n’y a pas de protocole sur ce qui se passe dans les salles d’accouchement. Le Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF) a publié ses recommandations en septembre et a déclaré que le port d’un masque pendant le travail était «souhaitable» mais ne pouvait pas être appliqué. ‘desirable

C’est aux hôpitaux de décider, et Bisch a déclaré qu’un nombre croissant imposait le port de masques. Les données recueillies via leur questionnaire en ligne ont montré que «plus de 80% des maternités en France imposaient le port de masques pendant le travail et même pendant l’accouchement». Et les chiffres ont considérablement augmenté depuis l’été. «Pendant le verrouillage, 46% des femmes enceintes ont accouché avec des masques, mais maintenant c’est plus de 80%», a expliqué Bisch.

http://www.facebook.com/watch/?v=353458889051363

Fièvre, dépression, PSTD Aucune étude officielle n’a été menée pour établir le lien entre le port de masque et les complications pendant le travail, mais un rapport publié par le collectif en juillet a mis en évidence un risque plus élevé de fièvre, d’utilisation de forceps ou de déchirure périnéale. report 

«Les femmes qui portaient des masques avaient plus de complications pendant l’accouchement, et elles avaient plus de dépression et de stress post-traumatique aussi», a déclaré Bisch.

« C’est donc dangereux pour leur santé. » Le collectif considère que le port d’un masque lors de l’accouchement équivaut à de la «violence obstétricale» National College of Midwives. ; un avis partagé par Adrien Gantois, directeur du Collège national des sages-femmes de France. «C’est choquant de faire porter un masque aux gens lors de l’accouchement», a déclaré Gantois au Huffington Post. The Huffington Post.

«Les femmes doivent être aussi libres que possible pour accoucher comme elles le souhaitent.» Ne pas respecter cela, a-t-il dit, équivaut à de la «violence obstétricale».

Bisch s’interroge également sur le double standard des femmes qui doivent porter des masques tout en subissant un effort physique intense alors que les cyclistes, les joggeurs et les personnes travaillant dans la salle de sport en France sont exemptés.

L’Organisation mondiale de la santé a en effet recommandé d’éviter de porter un masque pendant l’exercice.

Protéger les agents de santé Le CNGOF préconise le port de masque pendant le travail afin de protéger le personnel médical.

L’accouchement est assez imprévisible dans le temps et les hôpitaux disent à juste titre qu’ils ne peuvent pas attendre les résultats du test Covid-19 pour savoir si les femmes enceintes présentent un risque pour le personnel.

L’option la plus sûre est donc d’insister sur les masques. «Les crachats sont un facteur de risque élevé de propagation du virus, et il y a beaucoup de crachats pendant le travail», a déclaré la gynécologue et présidente du CNGOF Joëlle Belaish-Allart à France Info.  told France Info

«Si toutes les équipes médicales tombent malades, comment pourrons-nous accoucher ?» Mais Bisch maintient les masques dans la salle d’accouchement et ne protège pas comme ils le devraient.

«Ils ne protègent pas l’équipe médicale parce qu’à un moment donné, la femme transpirera, le masque se détachera ou elle l’arrachera. Certaines femmes nous ont dit qu’elles avaient porté le même masque pendant 30 heures, ce qui signifie qu’elles étaient inutiles. »

Comme la sage-femme Adrien Gantois, elle insiste sur le fait que la voie à suivre est de s’assurer que le personnel hospitalier est mieux protégé avec des masques EPI de haute qualité. Ce n’est actuellement pas le cas. «Certaines maternités disent qu’elles n’ont pas assez de masques PPF2. Le gouvernement doit fournir au personnel hospitalier les moyens de se protéger afin que les femmes n’aient pas à porter de masque. »

«La santé des femmes ne compte pas»

Pourtant, le gouvernement a été terriblement lent à réagir. «Depuis le début de l’épidémie en mars, le gouvernement n’a pas dit un mot sur la santé des femmes et les maternités», a fait rage Bisch.

Lorsque, le 9 octobre, le ministre de la Santé,Olivier Véran  , a finalement été interrogé sur le sujet, il a déclaré qu’il «pouvait comprendre pourquoi le personnel médical demanderait aux patients de porter des masques» mais «se pencherait» et «tweeterait» sa réponse.

«C’est comme s’il ne concernait que les femmes sur les réseaux sociaux, alors qu’il concerne des milliers de femmes enceintes en France», a déclaré Bisch. Peur d’accoucher seul en France lors de l’épidémie de Covid-19.

Fear of giving birth alone in France during Covid-19 epidemic

Le manque apparent d’intérêt du gouvernement pour cette question en dit long sur la culture française. «Cela montre que ce que disent les femmes en France ne compte pas, que le gouvernement ne se soucie pas de la santé des femmes et n’écoute pas les femmes.

«La France est un pays très réactionnaire et macho», a-t-elle poursuivi, «Je suis sûre que si les hommes accouchaient, vous n’auriez pas à porter de masque lors de l’accouchement.

Elle a cité le Royaume-Uni où le Royal College of Midwives  demande aux équipes médicales de se protéger et il n’est pas obligatoire de porter un masque pendant l’accouchement. L’American College of Obstetricians and Gynecologists n’impose pas non plus de masques dans les salles d’accouchement. American College of Obstetricians and Gynaecologists

L’American College of Obstetricians and Gynecologists n’impose pas non plus de masques dans les salles d’accouchement. American College of Obstetricians and Gynaecologists

À l’étranger

La situation en France pousse désormais certaines femmes enceintes à chercher ailleurs. « Certains vont en Allemagne pour accoucher parce qu’ils n’insistent pas pour que vous portiez des masques. »

Elodie a déclaré qu’elle aurait préféré accoucher au Royaume-Uni ou au Luxembourg pour éviter d’avoir à porter un masque, et où les femmes enceintes reçoivent plus de soutien. Son expérience de l’accouchement en France sous Covid lui a laissé des cicatrices.

«Votre naissance n’est pas vraiment votre naissance en France, vous avez une image de la naissance : être soutenue, être avec votre mari ou avec qui vous voulez à la naissance de votre enfant.

Mais vous ne pouvez pas avoir ça ici. Parfois, vous êtes complètement seul. Je pense que c’est une forme de violence parce que j’ai encore de l’angoisse, une sorte de peur.

This story is part of the Spotlight on France podcast. (Click here to listen)

RFI : https://www.rfi.fr/en/france/20201017-women-in-france-recount-trauma-of-wearing-masks-during-childbirth


Témoignage de Noémie qui a accouché il y a peu.