Les centres « Mère Térésa » en Inde ont Toujours été des réceptacles de Trafic d’enfants.

50.000 disparitions d’enfants par an en Inde !

Ladite « Mère » Térésa, fut une très proche d’Hillary Clinton de son vivant. « Mère » Térésa n’a jamais été Catholique, comme on nous la présente, elle fut également une très proche de l’anti-Catholique Jean-Paul II . La « Mère » Térésa a toujours été très protégée par le Concile Vatican 2 qui n’est pas Catholique. Ce qui est un fait c’est que quand cette « Mère » Térésa était en vie, des enfants disparaissaient également et pas qu’un peu ! C’est pourquoi l’église conciliaire la fera canonisée en la personne de Bergoglio.

La maison caritative Mère Térésa en Inde a « vendu des bébés ».

Juillet 2018.

Une femme travaillant pour les Missionnaires de la Charité de Mère Teresa dans l’État de Jharkhand, dans l’est de l’Inde, a été arrêtée pour avoir prétendument vendu un bébé de 14 jours.

Deux autres employées du centre ont été arrêtées et sont interrogées sur d’autres cas possibles. La police a pris des mesures après que le Comité de protection de l’enfance (CWC) de l’État a déposé une plainte. L’organisme de bienfaisance a déclaré que l’incident avait « choqué » ses membres.

« Nous sommes choqués de savoir ce qui s’est passé chez nous … C’est totalement contraire à notre conviction morale. Nous examinons attentivement cette question. Nous prendrons toutes les précautions nécessaires pour que cela ne se reproduise plus, si cela s’est produit », a déclaré Sunita Kumar des Missionnaires de la Charité a déclaré à la BBC.

Les agents de police ont déclaré qu’ils élargissaient le champ de leur enquête. « Nous avons découvert que d’autres bébés ont également été vendus illégalement depuis le centre », a déclaré un responsable de la police à Niraj Sinha de BBC Hindi.

« Nous avons obtenu les noms des mères de ces bébés et nous poursuivons nos recherches. » La police a également récupéré 140 000 roupies (2 150 dollars; 1 625 £) du centre, situé dans la capitale du Jharkhand, Ranchi. (1500 €)

La lauréate du prix Nobel, Mère Teresa, décédée en 1997, a fondé les Missionnaires de la Charité en 1950. La fraternité compte plus de 3 000 religieuses dans le monde. Elle a mis en place des hospices, des soupes populaires, des écoles, des lépreux et des maisons pour enfants abandonnés. Les Missionnaires de la Charité gèrent également des centres pour femmes enceintes non mariées mais n’organisent plus les adoptions.

Modification des règles d’adoption en Inde

Par Jill McGivering, BBC News

L’adoption légale d’un bébé en Inde peut prendre de quelques mois à quelques années. Chaque année, seuls quelques milliers d’adoptions sont officialisées – une fraction du nombre de celles qui souhaitent adopter. Des estimations informelles du nombre d’enfants abandonnés ou non désirés se chiffrent à des dizaines de milliers.

En octobre 2015, le gouvernement a modifié les règles. Il a mis le système en ligne, avec une base de données nationale des enfants disponibles. Les partisans disent que cela a rendu le processus plus rapide et plus transparent et a permis aux futurs parents de trouver des enfants partout dans le pays.

Mais certaines agences d’adoption se sont opposées aux changements, ce qui a réduit leur implication dans le processus d’appariement des couples et des enfants. Les Missionnaires de la Charité ont mis fin à leur propre engagement parce qu’ils s’opposaient aux adoptions aux femmes célibataires ou aux couples non mariés.

Il y a une stigmatisation de longue date associée à l’adoption en Inde. Dans le passé, beaucoup étaient organisés de manière informelle au sein de familles élargies. Mais des inquiétudes persistent sur le fait que les couples souhaitant adopter peuvent trouver plus facile de se tourner vers le marché noir et d’adopter directement des hôpitaux ou des orphelinats qui ne font pas partie du système juridique. Cela peut également alimenter le trafic d’enfants, toujours une préoccupation majeure en Inde.

« Nous enquêtons actuellement sur la vente d’un nouveau-né à un couple dans l’Uttar Pradesh pour 120 000 roupies », a déclaré le président de la CWC, Rupa Kumari, à la BBC. (1 500 €)

« Mais on a dit au couple que l’argent était destiné aux frais d’hospitalisation. »

Le bébé, un garçon, est né d’une jeune femme qui est arrivée à l’association caritative le 19 mars et a été vendu au couple le 14 mai, a déclaré Mme Kumari.

. « Mon bébé n’est pas mort, elle m’a été volée »

. Qui était Mère Térésa ?

. Qu’est-il arrivé aux sceptiques de Mère Térésa ?

Mme Kumari a ajouté que le comité aurait dû être informé lorsque la femme enceinte a été transportée à l’hôpital. Elle a déclaré que le comité avait découvert que d’autres bébés étaient vendus à des habitants de différentes villes pour 50 000 à 70 000 roupies.

Le CWC a transféré 13 femmes enceintes qui vivaient dans le centre missionnaire de Ranchi à un autre endroit.

Les parents potentiels sont connus pour acheter des bébés illégalement en Inde en raison des lois strictes et de la longue attente pour adopter. Au cours de l’exercice 2015-2016, il n’y a eu que 3 011 adoptions légales, contre une liste d’attente de 12 000 couples.

BBC NEWS : https://www.bbc.com/news/amp/world-asia-india-44722755?fbclid=IwAR2t5Blu5n4Xfm41mCGQoC3sWINamuF5hsSwTVe5vGgcO7aexQSzhV8OJwQ


Où en est-on aujourd’hui ?

Ladite « Mère » Térésa avec Anthony Faucy.

Ca fait Beaucoup de Coïencidences.

SAVE THE CHILDREN.