L’Allemagne découvre, choquée, les membres d’un vaste réseau pédocriminel démantelé.

Un ancien chauffeur de taxi exilé au Paraguay et ses trois acolytes marginaux sont accusés d’avoir monté et animé un important réseau de pédopornographie sur le «darknet», fréquenté par pas moins de 374 000 membres.

Correspondant à Berlin

Peu de temps après s’être réfugié au Paraguay et avoir fui l’Allemagne où il était déjà poursuivi pour maltraitance d’enfants, Kristian Manfred K. faisait part de son soulagement sur les réseaux sociaux. « Ici, c’est beaucoup moins stressant, je me sens plus en sécurité » écrivait l’ancien chauffeur de taxi, originaire du Schleswig Holstein, un Land côtier de la mer Baltique. L’homme de 58 ans, qui n’entendait pas retourner dans son pays avant la retraite, est actuellement en attente de son extradition après son arrestation, il y a trois semaines, par la police de ce petit État d’Amérique centrale. Il était l’un des principaux animateurs d’un gigantesque réseau de pédopornographie, baptisé « Boys Town », la ville des enfants.

Les détails de l’arrestation et la courte biographie de Christian K., couplés avec celle de ses trois acolytes, publiés mardi dans le quotidien Bild, ont peu à voir avec la délinquance cybernétique en col blanc. Portant une longue barbe, l’homme à l’allure débraillée est photographié par la police paraguayenne au moment où les enquêteurs effectuent leurs perquisitions dans son hacienda miteuse de Bélen, dans le centre du pays. Des téléphones portables ainsi qu’un ordinateur usagé traînent sur une table d’extérieur, des miettes de repas parsèment le sol, comme si un réseau d’une telle envergure – comptant pas moins de 374 000 membres – , était géré par un quatuor de marginaux. Effective depuis trois semaines, l’arrestation des cybercriminels a été annoncée lundi par la police judiciaire de Hesse (Francfort). Ils sont passibles d’une peine allant jusqu’à dix ans de prison.

Des consignes pour échapper à la police

Outre Christian Manfred K., le gang était dirigé par un informaticien programmeur originaire de Munich, collaborant à une maison d’édition jeunesse. Prénommé Alexander, l’homme de 48 ans aurait mené ses activités criminelles, la nuit, dans la cave de son pavillon, à l’insu de sa femme et de ses quatre enfants. C’est là qu’il a été interpellé en flagrant délit le 14 avril à 20h30. Selon Bild, le programmeur mettait en ligne des romans pédopornographiques, intitulés « l’histoire d’un père de famille » (67 chapitres) ou « Dennis et ses expériences » (39 chapitres). Il aurait notamment monnayé ses services en bitcoins.

Les deux autres inculpés, un chômeur de 64 ans et un cuisinier de 40 ans, sont originaires de la même région de Rhénanie, et communiquaient entre eux par le service de messagerie crypté suisse, Threema. Ancien propriétaire d’un pub local, le cuisinier était rentré en Allemagne après avoir fait faillite à Marbella, en Espagne, où il avait momentanément émigré en 2008. Depuis, il vivait de petits boulots en compagnie de sa mère.

L’arrestation des quatre hommes, présentés comme les « administrateurs de la plateforme pédopornographique», représente un « succès fantastique dans la lutte contre les violences sexuelles contre les mineurs », s’est félicitée la ministre de la Justice de la région de Hesse, Eva Kühne-Hörmann. Ils sont soupçonnés d’avoir géré la mise en application technique de la plateforme sur le Darknet et de la maintenance du serveur. Ils recrutaient de nouveaux clients, et envoyaient à leurs membres des consignes de sécurité censées leur permettre d’échapper à la surveillance policière. Ces dernières années, l’Allemagne a démantelé plusieurs réseaux pédopornographiques.

Le Figaro : https://www.lefigaro.fr/international/l-allemagne-decouvre-choquee-les-membres-d-un-vaste-reseau-pedophile-demantele-20210504?


Rares sont les « Cols Blancs » qui enlèvent eux-mêmes des enfants. Ils prennent des « Hommes de main ».

« La petite Maelys était UNE COMMANDE » : Karl Zéro

Peut-on Tout dire à la Télé ?

« Je crois que la réponse est non vu l’accueil glacial reçu ce matin dans l’heure des pros. Pros en matière de pédocriminalité, ils ne l’étaient guère. A moins qu’ils n’aient toujours pas envie qu’on parle ça. » #KarlZero

Le magazine « L’Envers des affaires » de Karl Zéro est dans les kiosques depuis le 23 avril 2021. Ce trimestriel décortique les enquêtes de longue durée marquant notre histoire contemporaine.