Radio Loup : Les Enquêtes de M-Lyne « L’Odyssée de la Cabale ». Vidéos.

Si vous voulez le Changement, SOYEZ VOUS-MÊME CE CHANGEMENT.

Episode 8 : L’Odyssée de la Cabale

Episode 7 : République & démocratie, Mensonges & Manipulations – (version-modifié)

Episode 6 : ODD Paix & ONU.

Episode 5 :  5G, I.A & Robotique.

Episode 4 : Les ODD Business et BlackRock… (Complet)

Episode 3 :  L’Agenda 2030. (Complet)

Episode 2 :  La Transition écologique.

KAB – BALE
BA – AL

BA – PHOMET
BA – BYLONE
BA – RYUM

BA : Est la représentation immatérielle des anciens Dieux Egyptiens symbolysant l’âme.

Le Ba est une composante immatérielle des dieux et des hommes. Tout comme le Ka, cette notion n’a pas d’équivalent exact dans les langues européennes contemporaines. Ce concept est toutefois le plus souvent traduit par le mot « âme » ou par l’expression « âme-Ba ». Le Ba est la représentation de l’énergie de déplacement, de dialogue et de transformation. Après le décès, cette capacité de manifestation permet à l’individu égyptien d’établir le contact entre le monde invisible des dieux et des ancêtres, auquel il appartient désormais, et le monde des humains, qu’il a quitté mais auquel il reste très attaché[80]. Au IIIe millénaire av. J.-C., sous l’Ancien Empire, cette capacité est réservée aux dieux. Le Ba est une puissance sans limite. Elle permet aux dieux de s’incarner dans les statues cultuelles, les objets, les arbres, les animaux et des lieux sacrés. Un dieu peut même être considéré comme le ba d’un autre. Parmi les humains, seul le pharaon en dispose aussi de par sa nature divine d’intercesseur. Après son décès, pharaon grâce à son Ba est capable d’opérer de nombreuses métamorphoses (en oiseaux, serpents, poissons, insectes et autres mammifères) afin de rejoindre les hauteurs des dieux célestes[n 12]. À la fin du IIIe millénaire av. J.-C., durant les crises de la Première Période intermédiaire qui mettent à mal le prestige royal, cette capacité se démocratise. Tout être humain dispose alors d’un Ba lui permettant de s’échapper hors de sa tombe[81]. Dès le début de l’écriture hiéroglyphique égyptienne, le concept du Ba a été associé à la grande cigogne africaine dénommée Jabiru (Ephippiorhynchus senegalensis). Dans la vallée du Nil, cet échassier ne se rencontre plus désormais que dans la région du Nil Blanc, mais les Anciens Égyptiens l’ont probablement observé ; du moins dans les temps les plus reculés. De nombreuses représentations de la période prédynastique reproduisent fidèlement la caroncule des mâles adultes. Par la suite, les représentations sont plus stylisées, preuve sans doute de sa disparition dans les contrées septentrionales[82]. À partir de la XVIIIe dynastie, le Ba se présente comme un oiseau à tête humaine s’envolant du cadavre ou accompagnant les dieux lors de leurs voyages dans les barques célestes[83].

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Composition_de_l%27%C3%AAtre_dans_l%27%C3%89gypte_antique#Ba

A l’attention de nos Amis Musulmans qui sont Trompés avec la KABBA comme nous le sommes également avec les faux papes et leurs cultes à Baàl qui occupent le Vatican depuis Jean XXIII.

KAA- BA = Âme à Baphomet

LE GOUVERNEMENT MONDIAL : CONFÉRENCE INTEGRALE de 1996 du DOCTEUR PIERRE GILBERT