Bien comprendre comment s’élabore le fameux « consensus scientifique », ce mythe pour niais contenu dans le Lancet !

FASCINANT ! L’histoire cachée de la lettre parue dans le Lancet jetant le discrédit sur la théorie de la fuite de labo en la qualifiant de complotiste.

La lettre du Lancet du 18 février 2020 a envoyé un message aux scientifiques : enquêtez sur une fuite de labo et vous serez considéré comme un complotiste.

Pour commencer, sur les 27 signataires, 7 étaient affiliés à EcoHealth Alliance : Peter Daszak (président), Rita Colwell & James Hughes (membres du CA), William Karesh (VP pour la santé et les politiques), Hume Field, Juan Lubroth, John Mackenzie (conseillers en sciences et politiques).

Le fait qu’un quart des signataires étaient affiliés à l’EHA était caché.

3 signataires ont travaillé directement pour le Wellcome Trust : Sir Jeremy Farrar (directeur, également déterminant dans la réunion du 1er février entre Kristian Andersen, Eddie Holmes, Anthony Fauci et autres), Josie Golding (responsable des épidémies), Mike Turner (directeur scientifique) . De plus, Larry Madoff est le rédacteur en chef de ProMED, qui reçoit un « soutien opérationnel continu » de Wellcome, Gerald Keusch rapporte avoir siégé dans plusieurs comités pour le Wellcome Trust.

Leo Poon occupe une position de leader à l’Université de Hong Kong, et étant donné la situation sur le terrain, nous ne nous attendrions pas à ce qu’il puisse partager ses réflexions.

Enfin, Dennis Carroll et Jonna Mazet sont à la tête du projet Global Virome, aux côtés de Peter Daszak.Jusqu’à présent, nous avons montré comment 15 des 27 signataires ont eu des conflits majeurs, compte tenu de l’implication d’EcoHealth dans le financement de WIV, tout comme le Wellcome Trust.

Osons écrire « Nous ne déclarons pas d’intérêts concurrents » dans la lettre, était une parodie de la science.

Sur les 12 restants, 4 sont de proches collaborateurs de Ralph Baric, et sont restés relativement silencieux, d’autant plus qu’il a signé une déclaration demandant une enquête indépendante : Linda Saif, Luis Enjuanes, Alexander Gorbalenya (Sasha), Bart Haagmans. Pour rappel, Ralph Baric, l’un des pères des méthodes de gain de fonction, avait l’intention de signer, mais Peter Daszak lui a demandé de s’abstenir, comme l’a apparemment fait Linfa Wang, d’empêcher l’attention sur leur collaboration et de « maximiser les voix ».

Et maintenant, la partie intéressante : sur les 8 autres qui sont relativement indépendants, 5 ont modifié ou inversé leur position concernant une fuite de laboratoire : étant donné qu’ils ont commencé par signer une déclaration qui la qualifiait de « théorie du complot », c’est vraiment remarquable.

On a :

– Le premier auteur Charles Calisher considère que l’utilisation de la « théorie du complot » a été « excessive ». Il dit maintenant aux gens qu’il a besoin de plus d’informations avant de pouvoir exprimer son opinion.

– Christian Drosten considère qu’une fuite de laboratoire est possible, bien qu’extrêmement improbable. Il a maintenant sa propre hypothèse, à voir avec le passage en série par la pratique de l’élevage de fourrure. C’est la première fois que j’en entends parler, mais c’est pourquoi nous avons besoin d’une conversation ouverte.

– Stanley Perlman pense que la « fuite de laboratoire » est désormais « sur la table », en raison de notre incapacité à trouver l’hôte intermédiaire jusqu’à présent.

– Peter Palese est allé plus loin et réclame une enquête complète.

– La distance la plus longue de toutes a peut-être été franchie par Bernard Roizman. Il est maintenant convaincu « que le virus a été amené dans un laboratoire … et qu’un individu négligent l’a sorti ».

« Ils ne peuvent pas admettre qu’ils ont fait quelque chose d’aussi stupide. »

– Même Daszak concède maintenant qu’il ne peut pas réfuter l’hypothèse de fuite de laboratoire. Cela peut sembler évident ou banal, mais la lettre chantait un air différent.

Les seuls signataires introuvables sont Ronald B Corley, Kanta Subbarao et Sai Kit Lam. Ce dernier est essentiellement à la retraite et n’a pas publié depuis la lettre du Lancet. Les deux autres travaillent respectivement pour des organisations gouvernementales et internationales et ont gardé un profil bas.

Le fait remarquable est que sur les 8 signataires qui n’ont pas été quelque peu directement impliqués dans la recherche en cours, 6 ont modifié ou complètement inversé leurs positions, considérant une fuite de laboratoire allant de possible mais peu probable à convaincante.

La lettre utilisée par Facebook, Wikipédia, ainsi que les médias de masse partout dans le monde, pour marquer la fuite du laboratoire comme une théorie du complot, et tarir quiconque enquête, était un astroturf élaboré.

Alors qu’on nous disait de « suivre la science », il s’avère que la science suivait… Peter Daszak !

Alexandros Marinos (Twitter)

Pendant ce temps, le GENOCIDE continu.