Docteur Thomas Sarnes : « On nous a menti et tous les médecins le savent. Ne touchez pas aux enfants ! »

Le Docteur Thomas Sarnes est un chirurgien, 40 ans de pratique clinique, dont 22 ans comme médecin-chef. Formation complémentaire en maladies infectieuses et en médecine tropicale.

« Je ne veux pas juger les quinze derniers mois en détail ici. À mes yeux, on nous a menti et, au fond d’eux-mêmes, tous les médecins le savent. La clarification de la raison de la mort n’a pas été autorisée et il était donc clair pour moi : quelque chose ne va pas ici ! »

« Une chose que je voudrais dire ici en tant que médecin, père et grand-père passionné : ne touchez pas aux enfants ! Ils ont toute la vie devant eux. Comment voulez-vous, en tant que médecin-chef, vous présenter devant vos jeunes collègues sans avoir honte d’avoir gardé le silence ici ? »

« Assurez-vous que vous n’êtes pas sur le banc des accusés. Veillez à ce que vous soyez les accusateurs ! »

Transcription :

Mesdames et Messieurs, chers collègues.

Je m’appelle Thomas Sarnes, je suis titulaire d’un doctorat en médecine, je suis chirurgien avec plusieurs spécialités, orthopédiste, médecin urgentiste, et j’ai reçu une formation supplémentaire en médecine infectieuse et tropicale en vue d’une affectation prolongée au Vietnam.

J’ai pris ma retraite en décembre 2019 après 40 ans de service clinique, dont 22 ans en tant que médecin-chef.

J’imaginais que cette période après ma vie professionnelle active et intensive serait bien différente de ce qu’elle est devenue aujourd’hui.

J’appartiens à la génération de médecins qui, en plus de leurs parents, adorent avant tout leur professeur de médecine. Je ne veux pas juger ici en détail les 15 derniers mois. À mes yeux, on nous a menti, et au fond d’eux-mêmes, au moins tous les médecins le savent.

Ce qui me semble révélateur, c’est qu’on nous a dit « ne croyez personne d’autre que moi ».

« Si quelqu’un vous dit qu’il est médecin, ne le croyez pas ».  C’est ce que disait « Drosten » à l’époque.

Ou :  » S’il vous plaît, faites ce que nous vous disons. Ne posez pas de questions, ne pensez pas, faites juste ce qu’on vous dit. » Dixit ‘Villa’ à l’époque.

Pour un médecin, il est incompréhensible qu’il ait été carrément interdit d’examiner les défunts.

Que l’un des plus grands progrès de la médecine occidentale, l’examen du défunt et la clarification de la raison du décès, n’étaient pas autorisés.

Avec ça, c’était clair pour moi, quelque chose ne va pas ici.

Il est incompréhensible pour moi que le corps médical allemand et international ait laissé le grand art de sa profession lui être retiré par des politiciens et de faux scientifiques.

Que la représentation professionnelle du corps médical puisse être manipulée politiquement pour se distancier des médecins, de leur mission, mais aussi de leurs connaissances professionnelles personnelles. Par des personnes qui ne connaissent rien, mais rien du tout à la médecine. Nous avons affaire à un événement qui n’est pas entre les mains des épidémiologistes et à ceux qui voudraient l’être, de mathématiciens, de modélisateurs informatiques et des bioinformaticiens.

Nous évoluons depuis le début dans le domaine des maladies rares et actuellement bien en dessous.

C’est nous, et nous seuls, les médecins, qui établissons les diagnostics, identifions les maladies, puis les traitons. La base de notre travail, ce n’est pas la peur et la confusion de la politique.

Le raisonnement politique a été tellement stupide depuis le début que je me demande comment cela a pu se produire.

En tout cas…

Je ne me préoccupe pas maintenant de ce qu‘il s’est passé.

Il s’agit d’une question que les tribunaux devront régler et régleront, et si les Allemands ne peuvent ou ne veulent pas le faire, la question sera réglée au niveau international.

Ce ne serait pas la première fois.

Je suis médecin et mon travail a été le centre de ma vie. Mon principe en ce qui concerne les malades et les mourants n’a jamais été la peur, mais toujours la déclaration suivante :  » Ne crains rien, je suis avec toi. Et je te délivrerai de ta détresse ».

Les politiciens et les experts ne peuvent pas le faire. En particulier, les experts sont pour moi la déception de notre époque. Pas ceux du Bundestag, qui sont des experts autoproclamés et ne peuvent que balbutier. Ils ont déjà tout dit, si bien qu’on ne peut plus les prendre au sérieux.

Je suis préoccupé par les collègues qui tentent actuellement de se faire un nom en promouvant les vaccins, ou, disons, en voulant être les chouchous.

Ils savent exactement ce qu‘il se passe ici. Ce sont des connaissances médicales de base. On ne peut impressionner aucun médecin avec ça.

Ce savoir est pourtant généralement disponible, même pour les profanes. Et si des adultes ne peuvent imaginer une vie sans ces nouveaux vaccins temporairement approuvés, ils doivent être informés des données manquantes, de la contamination, de l’effet incertain et des conséquences inconnues à long terme. Par exemple, en ce qui concerne la fertilité humaine. Ensuite, il faut leur dire qu’après, ils ne sont pas immunisés et peuvent être infectés comme les autres, puis il faut leur dire qu’ils doivent continuer à porter ce masque stupide et que pour eux, tout reste comme avant.

Seul leur risque de préjudice est plus grand. Et s’ils ont compris tout cela et veulent toujours le vaccin, qu’ils le reçoivent.

Mais il y a une chose que je voudrais dire ici en tant que médecin, père et grand-père passionné, du fond de mon cœur : ne touchez pas aux enfants! Même la commission permanente des vaccinations déconseille fortement la vaccination des enfants. Et si un politicien se lève et veut malgré tout faire passer son plan, alors ce n’est pas seulement une stupidité irresponsable, mais une forte énergie criminelle derrière. Nous ne savons pas ce qui va se passer.

Si les gens veulent s’exposer à des risques vers la fin de leur vie, ou au milieu de celle-ci, qu’ils le fassent.

Je ne peux pas le comprendre, et ne peux que l’accepter.

Les enfants, en revanche, ont toute la vie devant eux. Ils veulent eux-mêmes avoir des enfants en bonne santé. Ils ne veulent pas de manipulations génétiques, dont il n’existe qu’une vague idée et aucune connaissance concrète.

Je ne demande pas seulement aux parents de défendre leurs enfants avec toute leur force biologique et tout le courage protecteur de la nature. Et j’en appelle à la profession médicale.

Ne pas vacciner les enfants dont il est prouvé qu’ils ne tombent pas gravement malades à la suite du Sars-Cov-2, qui n’ont pratiquement aucune évolution fatale s’ils sont préalablement en bonne santé, et qui n’ont aucune incidence négative sur le processus d’infection proprement dit.  Ces enfants sont en train de former leur système immunitaire. Nous ne devons pas les entraver, voire les détruire.

Il est absurde d’injecter à une personne, une personne en bonne santé, une substance telle que le corps produit son propre ennemi, qu’il est ensuite censé combattre lui-même.

À mon avis, c’est une idée malsaine.

Chers collègues, reprenez vos esprits et ne vous laissez pas mener par le bout du nez par la politique. Les gens ne savent pas de quoi ils parlent et n’ont jamais de toute leur vie, ne serait-ce qu’une seconde, assumé autant de responsabilités envers un être humain que vous, en tant que médecin, le faites quotidiennement.

La situation est confuse et je suis convaincu que la profession médicale a un rôle essentiel à jouer dans la résolution de ce problème.

Comment peuvent-ils, en tant que médecins-chefs ou professeurs d’université en médecine, la tête haute, se tenir devant leurs jeunes collègues ou devant leurs étudiants, dans l’amphithéâtre, sans avoir honte d’avoir gardé le silence ici.

Faites en sorte qu’à la fin de la journée vous ne soyez pas sur le banc des accusés, mais que vous soyez les accusateurs dans cette histoire.

Les données nécessaires, les connaissances médicales, sont largement disponibles pour décider ce qui est juste pour un médecin. Le monde s’apaise de plus en plus, la raison et la connaissance semblent reprendre le dessus. Il n’y a qu’en Europe, notamment en Allemagne et en Autriche, que tous ont toujours perdu l’esprit. Je pense que c’est suffisant. L’exercice est terminé. Les politiciens ont perdu le contrôle. Toutes les données parlent contre une épidémie de proportion nationale. Une pandémie balaie le monde comme un raz-de-marée lors d’une inondation. Ça vient, ça monte, puis ça se lève, et c’est fini. Il n’y a pas de troisième, et quatrième, ou énième vague. Ce qui est grave dans tout cela, c’est que tous les épidémiologistes et les médecins qui sont de vrais experts le savent. Et alors ?

C’est de la lâcheté politique, de l’opportunisme et il est aussi criminel que dangereux de ne pas s’exprimer ici. Au moins, en tant que médecins, nous devrions enfin faire ce qui est juste.

Merci pour votre temps.

D5Memi pour Le Média en 4-4-2 : https://lemediaen442.fr/dr-thomas-sarnes-on-nous-a-menti-et-tous-les-medecins-le-savent-ne-touchez-pas-aux-enfants/