Le 5 Septembre 2019 « Science et Vie » annonçait « Et si… un virus mortel s’échappait d’un laboratoire ?

La possibilité d’une pandémie -une épidémie mondiale -arrive entête aux palmarès des risques majeurs pour l’humanité. Dans le monde surpeuplé, urbanisé et interconnecté d’aujourd’hui, virus et bactéries peuvent proliférer comme jamais. Et depuis une décennie se précise un risque nouveau : celui d’une pandémie provoquée par l’homme.

Des milliers de laboratoires (universitaires, militaires, privés) travaillent sur des agents pathogènes potentiellement mortels. Et des dizaines de ces structures génèrent des agents infectieux artificiellement « augmentés », particulièrement virulents ou transmissibles.

Sur la base des taux d’incidents constatés dans les laboratoires, le risque d’un départ épidémique déclenché par une évasion accidentelle ou malveillante de microbes depuis des installations de haute sécurité a été récemment estimé à environ 0,03 % par an et par laboratoire. Un chiffre très inquiétant compte tenu du nombre de sites, même si d’autres estimations se veulent plus rassurantes. L’hécatombe inédite qui en résulterait fait froid dans le dos. Les conséquences seraient colossales, comme l’illustre le récit imaginaire, mais aussi vraisemblable que possible, que nous avons élaboré dans ces pages.

L’histoire commence dans le laboratoire de haute sécurité dit BSL-3 de l’université du Wisconsin, dirigé par le virologue Yoshihiro Kawaoka. Sur ce site, que Science & Vie a (vraiment !) visité, est étudiée la possibilité qu’un virus grippal aviaire H 5N 1 « apprenne », par une série de mutations, à passer des oiseaux à l’homme. Aujourd’hui, pour infecter un homme, cet agent pathogène doit être respiré à des concentrations.

Science & Vie : https://www.science-et-vie.com/corps-et-sante/et-si-un-virus-mortel-s-echappait-d-un-laboratoire-51000


Et en 2012, Science & Vie Titrait :

Le virus H5N1 l’a récemment rappelé : la population mondiale vit sous la menace de pandémies potentiellement dramatiques. Le pire ? Ce serait un virus aviaire mutant.

La peste noire, au XIVe siècle, décima 30 à 50 % des Européens. Soit environ 25 millions de victimes. En seulement trois cents ans, l’humanité a essuyé dix pandémies de grippes, dont les trois dernières, la grippe espagnole de 1918, la grippe de 1957 et la grippe de 1968, ont tué en tout entre 40 et 100 millions de personnes. Depuis le XVIe siècle, on dénombre en moyenne trois pandémies par siècle, suivant des intervalles allant de 10 à 50 ans. Autrement dit, le risque existe, statistiquement, d’une prochaine alerte. Dans un monde où bactéries et virus voyagent à la vitesse des avions de ligne, la menace pourrait prendre un tour catastrophique.

Dans quelles proportions ? Nul ne le sait. Mais pour les professionnels de la santé publique, une pandémie sévère est inévitable.

50 MILLIONS

50 millions de morts en seulement trois mois, c’est le nombre de victimes que pourrait causer un virus de grippe issu de la recombinaison entre un virus humain contagieux et un virus aviaire mortel.

L’inquiétude se porte en premier lieu sur une menace précise : la grippe. D’abord parce que le virus de la grippe est un ribovirus – un virus à molécules ARN.  » Ces virus mutent souvent, donc ils évoluent rapidement et passent ainsi plus facilement la barrière des espèces  » , souligne le professeur Jean-Claude Manuguerra, virologue, responsable de la Cellule d’intervention biologique d’urgence de l’Institut Pasteur. De fait, 75 % des maladies émergentes proviennent de réservoirs animaux. « Aujourd’hui, explique Sylvie Briand, directrice du Programme mondial de lutte contre la grippe à l’Organisation mondiale de la santé (OMS), les chercheurs se rendent compte que la transmission de l’animal à l’homme est un phénomène beaucoup plus fréquent qu’ils ne l’estimaient. « 

https://www.science-et-vie.com/archives/la-pandemie-mondiale-36315


Les Grands « VISIONNAIRES », comme la Série SIMPSON, ont également Tout prévu !

Et pour comprendre Pourquoi il leur fallait un VIRUS MONDIAL, écoutez ce Médecin Suisse :