MERKEL & SCHWAB : VERS LE 4E REICH ET LE GENOCIDE DE L’AGE D’OR (L. Glauzy)

Le Forum économique mondial a été fondé en 1971 en tant que fondation à but non lucratif.

Elle est basée près de Genève et son fondateur est l’économiste et professeur d’économie politique à l’Université de Genève, Klaus Schwab. Chaque hiver, elle organise une conférence dans la ville suisse de Davos, à laquelle participent des personnalités du monde de l’économie, de la politique et de la finance, ainsi qu’une sélection d’intellectuels et de journalistes. Le lieu de rencontre a également donné naissance au nom de « Forum de Davos ». La fondation est financée par de grands groupes bancaires et des multinationales, qui jouent aujourd’hui un rôle essentiel dans l’élaboration du Nouvel Ordre Mondial. Parmi les membres figurent des noms tels que UBS, Microsoft, JP Morgan, Goldman Sachs (dont le vice-président et directeur général était Mario Draghi), Google, Facebook, Alibaba, la Fondation Bill & Melinda Gates, Blackrock, Huawey, Nestlé, Bayer, Novartis, Astrazeneca, etc.

L’objectif officiel de la fondation est de traiter des questions mondiales liées à l’économie, à la politique, au développement technologique et numérique. Des situations ayant un impact mondial extrême sont également simulées lors des réunions afin de formuler des solutions, en étroite collaboration avec les principaux « esprits » du monde. En octobre 2019, le Forum de Davos propose d’ailleurs comme thème : « Exercice de simulation en direct pour préparer les dirigeants publics et privés à la réponse à une pandémie » aussi appelé Event 201, au « Johns Hopkins Center for Health Security » à Baltimore, exactement quelques mois avant le début de la pandémie mensongère Covid-19.

Sur le site web du Centre pour la sécurité sanitaire, l’ordre du jour de l’exercice est le suivant : « L’événement 201 simule l’apparition d’un nouveau coronavirus zoonotique transmis des chauves-souris aux porcs puis à l’homme et qui finit par devenir efficacement transmissible d’homme à homme, entraînant une grave pandémie. L’agent pathogène et la maladie qu’il provoque sont largement calqués sur le SRAS, mais il est davantage transmissible dans l’environnement communautaire par des personnes présentant des symptômes légers…. ».

Klaus Schwab est né à Ravensburg, en Allemagne, en 1938. Il est également connu pour son amitié étroite avec Henry Kissinger, adepte de l’« âge d’or » prévoyant (comme par hasard) une grande vague de mortalité. A ce propos, Kissinger avait déclaré : « Oui, beaucoup de gens mourront lorsque sera établi le nouvel ordre mondial. Mais ce sera un monde bien meilleur pour tous ceux qui survivront. » [Cf. Extraterrestres, les messagers du New Age ou Du mystère des Crop Circles au Mind Control : Quand la CIA et l’ufologie préparent un nouvel armement, 2009, p. 244.]

Kissinger est un ancien militaire allemand, connu pour avoir été conseiller en matière de sécurité et secrétaire d’État sous les gouvernements Nixon et Ford aux États-Unis (1969-1977). En 1973, Kissinger a reçu le prix Nobel de la paix, bien qu’au cours de ces mêmes années, il ait, entre autres, convaincu Nixon d’organiser le coup d’État sanglant contre le gouvernement de Salvador Allende au Chili, le premier gouvernement marxiste démocratique avec un président élu par le peuple. Malheureusement, nous connaissons tous l’issue de cette histoire.

Eugen Schwab, le père de Klaus, n’est pas un homme meilleur. Né en Suisse d’un père allemand et d’une mère suisse, à l’âge d’un an, Eugen retourne en Allemagne, à Karlsruhe avec sa famille. Il fait carrière dans la branche allemande d’une usine suisse appelée Escher Wyss. Mémorisez ce nom : Escher Wyss, dans laquelle le père de Klaus se fait un nom et devient le gérant, se voit attribuer le titre d’ « entreprise modèle nationale-socialiste » par le parti nazi d’Hitler. L’entreprise, qui existe toujours aujourd’hui, a commencé comme fabricant de textiles et s’est reconvertie, au début des années 1900, dans la production de turbines industrielles, en se concentrant sur la construction de centrales hydroélectriques. La branche allemande est basée à Ravensburg, où Klaus est né et qui, à partir du 1er janvier 1934, est devenue le théâtre de l’application de la « loi pour la prévention des maladies héréditaires » émise par l’Allemagne nazie. Cette loi autorisait les stérilisations forcées pour toutes les personnes reconnues comme souffrant de maladies mentales, démence, schizophrénie, épilepsie, etc.

Outre les grandes turbines et les centrales électriques, Escher Wyss s’est lancé dans des projets ambitieux tels que la construction de pièces d’avions de chasse, avec en point d’orgue la construction d’une turbine de 14.500 CV pour une centrale électrique norvégienne, la seule contrôlée par les nazis, capable de produire de l’eau lourde, un ingrédient essentiel pour la production de plutonium pour le programme de la bombe atomique.

Dans ce contexte, Klaus a développé une vision originale du monde et de son avenir, si forte à ses yeux qu’il a passé des années à « courtiser » des dirigeants politiques et des personnalités puissantes liées aux multinationales, à la finance, à l’économie, à la médecine et à la technologie. D’où sa fondation, dont le but est de concrétiser cette vision.

Klaus Schwab, Angela Merkel, Biontech-Pfizer

Qu’est-ce que ces trois personnages ont en commun ? Ils sont tous allemands, par exemple. Et quel autre scénario l’Allemagne a-t-elle accueilli dans l’histoire ? Vous pouvez tirer vos propres conclusions…

Merkel et Biontech

Alors que son collègue américain Biden proposait, il y a quelques mois à peine, de libérer les brevets des vaccins à ARNm de Covid, la chancelière Merkel, excédée, interdit au contraire leur libéralisation. Quelques mois auparavant, Mme Merkel avait officiellement félicité les fondateurs de Biontech, Ugur Sahin et Özlem Türeci, en ces termes : « Nous sommes extrêmement fiers de compter de tels chercheurs dans notre pays. Sahin et Türeci ont rencontré de nombreux obstacles sur la voie de la reconnaissance de la technologie ARNm à l’origine du vaccin, mais ils n’ont pas abandonné. »

Merkel et Schwab

Dans son discours sur l’Agenda 2021 de Davos (disponible sur Youtube), il évoque les conversations intenses qu’il a eues avec Angela sur la façon dont ils peuvent remodeler le monde et la façon dont elle a pu, au milieu de la pandémie, diriger l’Allemagne et le monde, avec force et un gouvernail stable.

Commencez-vous à relier les points de la grande image qui inclut tous les acteurs majeurs de cette période historique ?

La vision de Schwab : du Grand Réinitialisation au Transhumanisme

Le professeur Schwab, en plus d’être un économiste et un universitaire compétent, se consacre à l’écriture d’un certain nombre d’essais, dont le récent intitulé « Covid-19 : The Great Reset », en collaboration avec son collègue Thierry Malleret, un parisien qui se consacre au monde de la finance. Comme le souligne l’écrivain-économiste Ilaria Bifarini dans son livre « The Great Reset : from pandemic to the new normal », Reset en langage informatique signifie remettre à zéro, réinitialiser un système en repartant de zéro. Nous ne sommes donc pas confrontés à une crise et à une reprise consécutive, mais à l’annulation totale d’un système mondial, qui doit permettre de passer à l’« âge d’or ». Nous pouvons dès lors très bien comprendre pourquoi chaque billet d’euro montre le dessin d’un pont. Les mots de Schwab et de son livre sont clairs quant à la direction que nous prenons : « La quatrième révolution industrielle (celle de l’ère numérique et des neurotechnologies, pour être clair) changera non seulement ce que nous faisons mais aussi ce que nous sommes. Elle affectera notre identité et toutes les questions qui y sont liées : notre sens de la vie privée, nos notions de propriété (attention à la notion de propriété privée à laquelle nous nous sommes habitués !), nos modes de consommation, le temps que nous consacrons au travail et aux loisirs, et la manière dont nous développons nos carrières, cultivons nos compétences, rencontrons des gens et entretenons des relations. Elle modifie déjà notre santé et conduit à un soi quantifié, et plus tôt que nous le pensons, elle conduira à une augmentation de l’humain. La liste est infinie car elle n’est limitée que par notre imagination. »

Enfin, concernant Merkel, ses alliances dans la fondation du 4e Reich, tout s’explique à la lecture de l’annexe de mon livre Les Super-Loges n° 3, exposant qu’elle est la fille de Hitler et d’ascendance talmudiste, comme toute l’élite sataniste. Elle appratient d’ailleurs à la super-loge Parsifal, comme Helena Blavatsky. Les descendants des Rothschild, auxquels Hitler appratenait, entendent réaliser leur plan. Les mensonges du Coronavirus et du changement climatique sont leurs derniers instruments pour provoquer un génocide planétaire offert à leur dieu Moloch.

Tous ces nazis sont en fin de route et leur plan d’âge d’or va échouer in extremis, comme le prophétisaient en 1871, les Illuminati Pile et Mazzini dans leurs échanges épistolaires, comme l’a révélé l’officier de Marine canadien dans Pions sur l’Echiquier en 1950. Ce qui ne signifie pas que l’humanité ne sera pas confrontée à une grande vague de mortalité causée par les vaccins et la 5G. L’humanité ne veut pas se convertir dans le Christ Sauveur, préférant se vautrer continuellement comme des porcs dans ses péchés. Mais, voilà, cela à un prix!

LES LIVRES DE LAURENT GLAUZY

https://profidecatholica.com/librairie/

9 Commentaires

  • Merkel (née en 1954) n’est pas la fille de Hitler mais la petite fille, sa mère (née en 1928) est la fille de Hitler

    J'aime

  • Merci beaucoup pour cet article qui fait une analyse intéressante des liens entre les ambitions détraquées d’une élite mondiale, sa généalogie et l’idéologie du Nazisme. Votre article sera diffusé sur mon site internet. Merci pour vos vidéos et tous vos articles fort intéressants.

    Aimé par 1 personne

  • décidément vous voyez hitler partout et à toutes les sauces…je trouve ça inquiétant.

    J'aime

  • Oui les nazis évidemment. Merkel la fille d’Hitler. C’est une polonaise mais bon passons:
    (la VERITE sur le IIIème Riech ferai vendre moins de livres certes, donc on se CONFORME)

    « [Mit Brennender Sorge] n’est en aucun cas une condamnation du gouvernement du Reich »
    – Eugenio Pacelli, cardinal secrétaire d’État (futur Pie XII), dans une note signée du 30 avril 1937, en réponse à l’ambassadeur du Reich auprès du Saint-Siège

    « L’an 89 sera rayé de l’histoire »
    – Joseph Goebbels, La révolution des Allemands

    « Nous voulons détruire l’immorale idéologie de la Révolution française. »
    – Gregor Strasser dans son discours du 14 juin 1932

    « J’ai peut-être cent fois lu, dans ses textes allemand, latin, anglais et français cette lettre d’encyclique [NdA: Mit Brennender Sorge] et je n’y ai jamais rien vu qui condamnât le national-socialisme. Certes, il y a des allusions contre Alfred Rosenberg et ses 90.000 wotanistes (sur 80.000.000 d’allemands) mais aucune contre Hitler. En temps opportuns, j’avais écrit à une très haute autorité pour exiger, en tant que catholique et pour le salut de mon âme, qu’on me renseigne sur ce qu’il y avait de condamnable dans Mein Kampf et dans les discours de Hitler. On ne put m’indiquer rien de condamnable. Hitler a mis au ban de la loi : le communisme, le socialisme, les clubs d’athées et de libres penseurs, les Témoins de Jéovah, les clubs d’homosexuels, la franc-maçonnerie, toutes choses que l’Eglise a toujours condamnées. Seul chef de l’Occident, il a eu l’immense honneur de lancer ses forces armées contre l’URSS. Il a imposé le port du brassard aux juifs, copiant les papes du Moyen-Âge qui imposaient le port de la rouelle aux mêmes juifs. »
    – Adrien Arcand, chef du Parti National-Social Chrétien (PNSC) canadien, dans sa lettre du 27 novembre 1961 en réponse au curé de Saint-Joseph-de-Lanoraie. Ce dernier lui affirma que le pape Pie XI avait condamné le national-socialisme dans son encyclique Mit Brennender Sorge en 1937.

    « Le fait que la Curie fasse maintenant la paix avec le fascisme montre que le Vatican a beaucoup plus confiance dans les nouvelles réalités politiques que l’ancienne démocratie libérale avec laquelle il ne pouvait pas s’accommoder. Le fait que l’Église catholique soit parvenue à un accord avec l’Italie fasciste prouve sans l’ombre d’un doute que le monde fasciste des idées est plus proche du christianisme que ceux du libéralisme juif ou même du marxisme athéiste, avec lequel le parti dit catholique du Centre se sent aujourd’hui si étroitement lié au détriment de toute la chrétienté et de notre peuple allemand. Si le Pape parvient aujourd’hui à une telle compréhension du fascisme, il est au moins d’avis que le fascisme et donc le nationalisme sont justifiables pour les fidèles, et compatibles avec la foi catholique. Mais alors comment le « Bayerische Kurier » de Munich, par exemple, en tant que soi-disant « organe catholique », peut-il remplir les fidèles de doutes sur leur propre attitude à l’égard de la politique du Pape ? Je vois le temps qui reste à venir où le Pape se réjouira du fait que les églises seront un jour protégées par le national-socialisme contre les partis du Centre. Une chose est certaine, et je vois là la grande importance du traité conclu entre le Pape et Mussolini : un événement historique a maintenant prouvé que le nationalisme n’est pas en soi anti-chrétien et anti-clérical, comme le prétendent de manière mensongère le Centre allemand et ses organes. La vision du monde nationaliste, qu’elle soit fasciste en Italie ou nationale-socialiste en Allemagne, est positivement chrétienne, et tout bon catholique peut être un opposant au Parlement et un adepte de la dictature de l’idée nationale, tout comme tout protestant convaincu. »
    – Adolf Hitler dans un article du Völkischer Beobachter, publié le 29 février 1929, sur le nouveau traité du Latran entre le gouvernement fasciste de Mussolini et le Vatican.

    « J’ai été, je reste catholique et je le resterai toujours. »
    – Adolf Hitler, cité par le général Gerhard Engel (repris in. revue « Le Choc du mois », n°17, avril 1989, p.43)

    « Les partis qui semblent si chrétiens nous ont accusés de paganisme ; et alors qu’ils nous ont accusés de cela, nous avons accompli l’un des plus grands actes chrétiens de l’histoire du monde dans l’Agence de secours d’hiver ! »
    – Joseph Goebbels, Reden 1932-1945, p.211 (Helmut Heiber, 1971, S.856)

    « L’ultramontain Adolf Hitler, ce valet des curés tout dévoué à Rome »
    – Erich Ludendorff dans son journal, pestant contre le Führer suite à sa demande d’exclusion du mouvement en raison de ses multiples attaques contre l’Église (cité par la Documentation Catholique, p.147)

    « Dieu a lui-même créé les peuples différemment selon le sang, le caractère et le type, et veut donc les distinctions du sang, de Volk et des races. Il désire aussi que ce qu’il a créé soit gardé et préservé pur. Nous devons donc nous détourner de tout ce qui nuit à la pureté raciale. Pour cette raison, le point de vue racial du national-socialisme correspond complètement au christianisme. »
    – Père Lorenz Pieper à un rassemblement NS le 24 août 1923 à la tribune

    « J’ai déjà fermement interdit plusieurs fois toutes ces absurdités, toutes ces histoires des lieux du Thing, des solstices, du serpent Mittgard, et tout ce qui est tiré des premiers temps germaniques. Puis ils lisent Nietzsche aux jeunes de 15 ans et, par des citations incompréhensibles, ils leur parlent du surhomme et disent que ce doit être eux. »
    — Adolf Hitler (cité par Henry Ashby Turner, « Hitler aus nähter Nähe », page 419, 1978)

    J'aime

  • Merci beaucoup, ce que vous expliquez est très intéressant. Bien à vous.

    J'aime

  • Ping : MERKEL & SCHWAB : VERS LE 4e REICH et LE GENOCIDE DE L’AGE D’OR - Cogiito

  • Comme vous aviez prédis que Trump allait revenir au pouvoir, instaurer 10 jours de ténèbre sur internet, révélé les tunnel…etc…etc.. et que cela ne s’est pas produit…
    Souhaitons que votre prédiction que les vaccinés meurent d’ici quelques mois ne se réalise point aussi !

    J'aime

    • En fait réel , sûr et précis l’amérique s’écrit dorénavant avec un petit « a « . Le président  » élu  » à passé un quart de son temps en vacances depuis sa remarquable élection . C’est beau comme un schwartzenegger doublement noir ,  » de couleurs  » pardon A l’heure .ou les régiments fuient l’Afghanistan  » ou la mission a bien sûr été accomplie  » et ou l’on envoie 3000 ou 5000 soldats pour sécuriser la fuite ultime , celle de Kaboul , faut bien çà , le président lui s’hélicopte pour le Delaware , donc Biden a pris 48 jours de vacances sur 203 jours de pouvoir . La frontière sud est hors de tout controle , l’armée fuient laissant place aux talibans en Afghanistan , la crise inflationniste explose enfin dans la grande république et old white Joe cherche son transal pour pouvoir mettre ses doigts de pieds en éventail . Tout va très madame la marmotte .
      Richards le général en charge du  » stragegic command « , les missiles balistiques inter-continentaux nucléaires demande officiellement l’aide du privé pour dénicher les zones ballistiques chinoises . C’est encore plus beau .
      Ah oui , les vaccinés ne vont , peut-être pas tous mourir mais simplemnt , peut-être que dix ans d’espérance de vie leur a été supprimé . Une paille , pour la poutre attendons …..

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s