Thérapie Génique Criminelle contre les Humains et Armes Fatales contre le Climat : les deux mamelles de satan contre la Création de Dieu.

Géo-ingénierie et armes climatiques

Leonid Savin

Traduction par Juan Gabriel Caro Rivera

Ex: geopolitica.ru

La forte bruine qui s’est abattue sur les pays d’Europe et d’Asie, ainsi que les nombreux incendies qui font rage en Russie et à l’étranger, ont amené beaucoup de gens à se demander une fois de plus: est-il possible pour l’homme de contrôler les phénomènes naturels? Et si une telle technologie existe, peut-elle être utilisée à des fins destructives (comme on le voit dans un film d’action de science-fiction comme Geostorm)? Ou, pour le dire autrement, les armes météorologiques (géomagnétiques, stratosphériques, etc.) existent-elles?

Commençons par dire que nous n’allons pas étudier les théories du complot sur les chemtrails [a] liées au milliard d’or [b], ni parler du système HAARP, qui a déjà été démantelé. Nous allons aborder le sujet d’un point de vue rationnel. 

Il est évident qu’il existe des technologies permettant de contrôler les phénomènes météorologiques. Il suffit de dire que, relativement récemment, les nuages au-dessus de Moscou ont été dispersés le 9 mai afin de ne pas affecter l’atmosphère festive ou interférer avec la parade militaire. En Chine et aux Émirats arabes unis, des techniques sont utilisées pour provoquer des pluies artificielles afin de lutter contre la sécheresse qui touche ces pays.

Cependant, si nous considérons les choses dans un contexte plus large, nous pouvons dire que ces technologies ont une relation directe avec l’idéologie politique. Les États-Unis ont commencé à développer des technologies permettant de contrôler le temps au début du XXe siècle, au moment où la doctrine de la « Destinée manifeste », qui affirmait le droit divin de l’Amérique à dominer le monde, est devenue populaire.

La première utilisation réussie d’une technologie météorologique a eu lieu au Texas en 1916, lorsque Charles Hatfield (photo, ci-dessous) a utilisé ses inventions pour provoquer de fortes pluies. Cependant, il est difficile de qualifier cette initiative de succès retentissant, car elle a déclenché une violente tempête qui a détruit plusieurs bâtiments et causé de nombreux décès. De plus, le succès de Hatfield est plutôt douteux car il avait échoué tant de fois.

C’est à partir des années 1990 que l’Occident a commencé à parler ouvertement de l’urgence de développer ces technologies sous couvert d’un agenda environnemental. Le terme « géo-ingénierie » a commencé à être utilisé à partir de 2000 et a été considéré par plusieurs gouvernements comme une stratégie très importante dans leur politique étrangère (1).

Par exemple, le journal britannique de gauche The Guardian affirme dans un article de 2011 que « la géo-ingénierie est un projet visant à combattre directement les effets du changement climatique en retirant le CO2 de l’air ou en limitant la quantité de lumière solaire atteignant la surface de la planète ». Bien que la géo-ingénierie à grande échelle soit encore en phase de développement, ses partisans affirment qu’elle pourrait devenir indispensable si le monde veut éviter les pires effets du changement climatique. Les critiques, en revanche, affirment que la géo-ingénierie n’est pas réaliste et qu’elle pourrait être une fausse piste pour réduire les émissions » (2).

Les moyens utilisés pour contrôler le climat comprennent les polymères plastiques, l’ajout de chaux dans l’eau, l’enfouissement de charbon de bois afin d’augmenter la concentration de carbone dans le sol, le pâturage de certains types de bétail, le rejet d’aérosols sulfatés dans la stratosphère afin de réfléchir la lumière du soleil depuis l’espace, l’utilisation de drones pour augmenter la couverture nuageuse au-dessus de l’océan en pulvérisant de l’eau de mer dans l’air, la peinture blanche des toits afin d’augmenter la réflectivité, et même l’installation de petits miroirs dans l’espace entre la terre et le soleil.

La géo-ingénierie a fait appel à de nombreuses idées afin de minimiser l’impact des catastrophes naturelles. Il a même été suggéré que « lorsqu’une éruption volcanique majeure se produit dans l’hémisphère nord, du sulfate devrait être libéré dans la stratosphère de l’hémisphère sud pour contrebalancer rapidement la chaleur, refroidissant ainsi les deux hémisphères. Si une grave sécheresse était évitée, nous aurions remporté une grande victoire » (3). Mais comme aucune preuve de changement n’a été produite, toutes ces hypothèses restent des spéculations théoriques.

Il est intéressant de noter que le Guardian reconnaît que l’utilisation de la géo-ingénierie dans le but de modifier la structure du climat planétaire a des implications géopolitiques importantes pour la gouvernance mondiale, impliquant des conflits entre différents États.

Le blog du Council on Foreign Relations donne une définition similaire à la précédente, mais parle ouvertement de l’utilisation de ces technologies comme armes.

« La géo-ingénierie pour le bien commun (CBG en anglais, GBC, en français) est le type de technologies utilisées pour la manipulation du climat qui sont déployées dans un but global, que ce soit dans la stratosphère ou en haute mer, et comprend l’utilisation d’aérosols stratosphériques, ainsi que la fertilisation en fer des océans et le blanchiment des nuages au-dessus de la mer. Le droit international ne réglemente pas encore de manière exhaustive les GBC, tandis que les lois environnementales et le droit de la guerre ne s’y appliquent qu’indirectement ou dans des conditions spécifiques. Cependant, la sécurité nationale est indissociable des questions scientifiques, juridiques et éthiques entourant la GBC, comme ce fut le cas pour le développement de la bombe atomique. Si une grande puissance comme les États-Unis décide de développer des GBC, des grandes puissances comme la Chine ou des puissances moyennes scientifiquement compétentes comme le Royaume-Uni pourraient considérer cela comme une autorisation tacite d’en disposer, surtout si l’on considère que cette technologie offre un avantage stratégique ou tactique. Cela pourrait conduire à une sorte de course aux armements climatiques pour voir quel État sera capable de manipuler le climat à son avantage » (4).

Cela pourrait être considéré comme une admission explicite de l’existence des armes climatiques. Dans le même temps, Foreign Affairs, une publication du Council on Foreign Relations, encourage la géo-ingénierie depuis des années (5), de sorte que nous ne pouvons exclure une course aux armements pour contrôler le climat. En fait, les États-Unis détiennent de nombreux brevets dans ce domaine. La légalisation de ces technologies et leur application internationale donnerait aux entreprises américaines non seulement d’énormes avantages économiques, mais aussi une sorte de droit moral d’être au sommet de la pyramide afin de gérer l’ensemble du processus. 

Les États-Unis disposent de telles technologies depuis longtemps. L’un des premiers brevets dans ce domaine est le US3613992, connu sous le nom de « Method of weather modification » (6). L’inventeur était l’Américain Robert Knollenberg et il a enregistré son invention en mars 1966. A partir de là, nous pouvons commencer à étudier le développement de telles inventions par le gouvernement américain afin de modifier le temps.

Un autre brevet très similaire serait le US3564253, appelé « System and method of irradiating sections of the earth’s surface ». L’inventeur est Arthur Buckingham de la Westinghouse Electric Corporation, dont le brevet a été déposé le 16 février 1971. Il ne s’agit plus d' »ensemencer » les nuages avec des produits chimiques – ce qui pourrait être fait par avion – mais d’une technologie plus précise qui rappelle une arme.

Le brevet US5762298, « Using strategically placed satellites in Earth orbit to modify the effect of solar radiation on the Earth’s weather cycles », est encore plus récent et son inventeur, Franklin Chen, l’a déposé en juin 1998.

En outre, il existe de nombreux autres brevets confidentiels, c’est-à-dire des brevets qui sont classés en raison de leur utilisation militaire ou qui font partie du système de renseignement américain.

Il existe et continue d’exister des entreprises qui produisent divers systèmes et dispositifs utilisant ces technologies (7).

Mais il existe aussi des organisations qui suivent l’émergence de ces technologies et décrivent leur impact en détail (8).

Les armes climatiques, c’est-à-dire les technologies permettant de contrôler la nature, existent donc bel et bien. Ce qui est beaucoup plus difficile à déterminer, c’est l’interdépendance entre les catastrophes naturelles et l’utilisation éventuelle de ces technologies expérimentales. Pour l’instant, les mondialistes occidentaux attribuent tout cela au réchauffement climatique et proposent de le combattre… en utilisant la géo-ingénierie.

Notes :

1. https://web.archive.org/web/20090618133101/http:/www.parliament.uk/docum…

2. https://www.theguardian.com/environment/2011/feb/18/geo-engineering

3. https://heliophage.wordpress.com/2013/03/31/climate-geoengineering-for-n…

4. https://www.cfr.org/blog/can-we-use-geoengineering-defend-ourselves

5. https://www.foreignaffairs.com/articles/global-commons/2013-03-27/truth-…

6. https://www.geoengineeringwatch.org/patents/patent-3613992.pdf

7. https://www.pmeasuring.com/es/

8. https://www.geoengineeringwatch.org/

Notes du traducteur :

a. La théorie du complot des chemtrails, également connue sous le nom de chemtrails, affirme que les longues traînées de condensation laissées par les avions à haute altitude sont en fait des « chemtrails » constitués d’agents chimiques ou biologiques pulvérisés par les avions à des fins infâmes non divulguées au grand public. Les adeptes de cette théorie du complot affirment que si les traînées de vapeur normales se dissipent relativement vite, les traînées qui s’attardent longtemps contiennent d’autres substances. Les adeptes de cette théorie spéculent que le but de la libération de produits chimiques pourrait être la gestion du rayonnement solaire, la modification du temps, la manipulation psychologique, le contrôle de la population humaine ou la guerre biologique ou chimique, et que les traînées provoquent des maladies respiratoires et d’autres problèmes de santé.

b. L’expression « milliard d’or » est une métaphore utilisée dans le journalisme russe post-soviétique pour désigner la population des pays les plus riches et les plus développés, où le déséquilibre entre leur niveau de vie et de consommation et celui des pays en développement apparaît clairement. En 1999, Sergei Kara-Murza a écrit que « récemment, en Occident, l’expression « milliard d’or » est devenue très courante et a commencé à faire référence à la population des pays du premier monde qui font partie de l’Organisation de coopération et de développement économiques ». Sur le plan épistémologique, l’expression « milliard d’or » trouve son origine dans le néo-malthusianisme du rapport du Club de Rome intitulé Les limites de la croissance (1972). Ce nom était à l’origine associé à la population totale des pays capitalistes développés : les États-Unis (311 millions), le Canada (34,3 millions), l’Australie (22,6 millions), les pays de l’UE (28 pays, 500 millions au total), le Japon (127,4 millions), Israël et la Corée du Sud, ainsi qu’à la perspective de limiter leur croissance au cours du 21e siècle. Mais en raison de la mondialisation et des inégalités sociales croissantes dans les pays développés, l’expression « milliard d’or » a commencé à désigner la « classe moyenne » mondiale comme une strate sociale privilégiée par les processus de fusion de l’économie mondiale.

Euro-Synergies : http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2021/09/19/geo-ingenierie-et-armes-climatiques-6338479.html


2 Commentaires

  • L’auteur se discrédite en parlant d’une supposé théorie du complot … un dessin animé de 1956 écrit textuellement parle de Chemtrails – alors votre théoricien à probablement merder dans ses suppositions aussi autant que les vrais Chemtrails reconnue par trop de monde maintenant Dans quel camp crèche-Il …?

    Envoyé de mon iPhone

    >

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s