Avez-vous bien saisi la situation ? En fait la Russie demande la fin de l’ordre mondial fondé sur des règles.

La Russie continue d’indiquer à l’OTAN ses « lignes rouges » en matière de sécurité, tandis que les États-Unis annoncent qu’ils sont prêts à négocier avec la Russie pour répondre à leurs préoccupations. Tout retour en arrière par rapport à la politique actuelle est considéré comme une hérésie par les États-Unis.

« Tout le monde comprend parfaitement, l’heure de vérité arrive dans les relations entre la Russie et l’OTAN. Vous ne pouvez pas constamment frapper les points faibles de la Russie… La conversation doit être sérieuse… sinon, l’alternative est une réponse militaro-technique et militaire de la Russie », a déclaré lundi le chef de la délégation russe aux négociations sur le contrôle des armements à Vienne.

Il faisait référence à deux documents publiés par la Russie le 17 décembre. Ces deux documents décrivent en détail ce que Washington doit faire pour éviter le conflit inévitable et imminent lié à l’expansion de l’OTAN vers l’est, jusqu’aux frontières de la Russie. Pour l’essentiel, ils exigent que les forces de l’OTAN se retirent là où elles se trouvaient en 1997 (c’est-à-dire à l’intérieur des frontières de l’Allemagne). Les documents abordent également d’autres aspects de la désescalade, comme le retrait de toutes les armes nucléaires américaines du territoire étranger et le confinement des forces américaines dans des eaux et un espace aérien à partir desquels elles ne peuvent menacer le territoire de la Russie.

Il ne s’agit pas ici d’un remaniement et d’un réajustement mineurs des déploiements de forces. Il s’agit d’un cadre pour une révolution géopolitique, rien de moins. En substance, la demande porte sur « l’annulation » de l’ordre mondial des États-Unis, fondé sur des règles (façonné autour des intérêts et des valeurs des États-Unis).

La Russie dit aux États-Unis que le Conseil de Sécurité des Nations unies est, et doit désormais être, la seule source de lois internationales. La Russie exige non seulement le recul stratégique des États-Unis en Europe, mais aussi que tous les futurs accords de sécurité soient rédigés sous forme de traités juridiquement contraignants – et que Washington cesse ses programmes unilatéraux de changement de régime et de révolution de couleur.

Bien qu’elle soit formulée dans le langage obscur d’un projet de traité, l’idée maîtresse est plus proche de celle d’un ultimatum. Il n’est absolument pas conçu comme un document de discussion abstrait à étudier dans les années à venir. Il appelle à une réaction immédiate des États-Unis.

D’une certaine manière, il semblerait que le projet de traité ait été lancé dans l’arène publique, non pas tant dans l’espoir de recevoir rapidement une réponse substantielle de Washington, mais plutôt pour souligner que la Russie brûle délibérément les ponts, afin d’attirer l’attention sur la gravité de la situation : « Nous l’avons dit une fois : cela n’a pas été entendu ». Nous le disons donc dans un format qui indique clairement que Moscou ne reculera pas une nouvelle fois devant cette exigence stratégique. Le sous-entendu est « Prêtez-vous attention ? » Car si ce n’est pas le cas, nous passerons au vocabulaire des options militaires et militaro-techniques.

Cela est apparu clairement lorsque le vice-ministre des Affaires étrangères, Sergueï Riabkov, a exhorté Washington à donner une réponse immédiate aux propositions de garanties de sécurité – dans un contexte géopolitique qui se détériore progressivement : « Je pense qu’il n’y aura pas de refus [des États-Unis] en tant que tel, mais qu’il y aura une tentative d’ajouter toutes sortes de souhaits, de conditions, toutes sortes d’idées supplémentaires juste pour renvoyer la balle de notre côté », a-t-il déclaré.

Et, comme on pouvait s’y attendre, c’est précisément la réponse initiale des États-Unis : Les États-Unis « ne feront pas de compromis » sur l’élargissement de l’OTAN, a réaffirmé la Maison Blanche vendredi. « Nous avons vu les propositions russes. Nous en discutons avec nos alliés et partenaires européens ».

Jake Sullivan, le conseiller américain à la Sécurité nationale, a déclaré le même jour que si les Russes avaient une liste de préoccupations en matière de sécurité, il en était de même pour les États-Unis et leurs alliés européens – et que Washington était prêt à négocier sur cette base. « Nous avons eu un dialogue avec la Russie sur les questions de sécurité européenne au cours des 20 dernières années », a déclaré Sullivan à un public du Council on Foreign Relations. « Nous l’avons eu avec l’Union soviétique pendant des décennies avant cela ».

Ce processus « a parfois donné lieu à des progrès, parfois à une impasse », a déclaré Sullivan, notant que les États-Unis prévoyaient « de mettre sur la table nos préoccupations concernant les activités russes qui, selon nous, nuisent à nos intérêts et à nos valeurs ». « Il est très difficile de voir des accords se concrétiser, a-t-il ajouté, si nous continuons à assister à un cycle d’escalade ».

Le fait de « mettre sur la table » les préoccupations de Sullivan concernant des activités incompatibles avec les intérêts et les valeurs des États-Unis a dominé les échanges des États-Unis avec la Russie, la Chine et – par le biais d’intermédiaires – l’Iran tout au long du mandat de cette administration. Cela n’a pas été productif. Rien n’a été « consommé ». Elle ne s’est accompagnée que de tensions croissantes.

Fyodor Lukyanov, considéré comme proche de la vision du monde du Kremlin et connu pour conseiller les hauts fonctionnaires, estime que l’Occident n’acceptera probablement pas les exigences de la Russie, car cela serait politiquement impossible. George Friedman, de l’ancienne lignée de Stratfor liée à la CIA, est tout à fait d’accord : Il existe des clauses qui garantissent que les États-Unis rejetteront le document.

Les exigences de la Russie ne sont pas nouvelles. Elles reflètent une position que la Russie exprime depuis des années. La question est donc la suivante : pourquoi un État lancerait-il un projet dans les termes durs d’un ultimatum, si ce n’est pour servir d’avertissement délibéré, avant que les questions ne passent de la sphère diplomatique à la sphère militaire.

Rien n’indique que les États-Unis ou l’Europe soient en train de rompre leur longue sieste stratégique. L’Occident, cependant, est tellement pris par la politique des mèmes qu’il est presque certain qu’il considérera les propositions comme n’étant rien de plus qu’un nouveau récit russe, à déplacer aussi rapidement que possible dans les longues herbes d’une discussion sans fin, impliquant non seulement les partenaires de l’OTAN, mais aussi l’UE.

Du point de vue des États-Unis et de l’OTAN, le fait même d’envisager que la Russie fixe ses propres lignes rouges en matière de sécurité est une hérésie – comme l’a affirmé le secrétaire général de l’OTAN (la veille de la publication des deux documents par la Russie) : « L’OTAN est aux côtés de l’Ukraine. Tous les Alliés soutiennent la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine. Et nous ne reconnaissons pas l’annexion illégale de la Crimée par la Russie… L’OTAN continuera de vous [le président Zelensky] apporter un soutien concret… Le message que nous adressons aujourd’hui à la Russie est qu’il appartient à l’Ukraine, en tant que nation souveraine, de décider de sa propre voie, et aux 30 Alliés de l’OTAN de décider quand l’Ukraine sera prête à devenir membre. Ce qui est important maintenant, c’est que nous nous concentrions sur les réformes pour que l’Ukraine réponde aux normes de l’OTAN ».

Si cela devient la réponse finale des États-Unis, nous verrons d’autres mesures destinées à démontrer la détermination de la Russie à modifier le statu quo, quoi qu’en dise l’Occident. Dans de nouveaux commentaires, le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Alexander Grushko, a souligné l’urgence de ces propositions, les tensions étant à un point de basculement. Le ministre a ajouté que si Moscou est repoussé ou ignoré dans ces tentatives d’élaboration de garanties de sécurité, la Russie sera contrainte d’adopter ses propres « contre-menaces ».

La question qui se pose maintenant est de savoir ce que la Russie va faire, lorsque les États-Unis s’engageront dans la voie du « Nous discutons avec la Russie depuis des dizaines d’années sur ces questions » – autrement dit, quel est le problème, pourquoi se presser ?

Eh bien, l’Occident a été étonné lorsque, soudainement, le pied russe s’est posé en Syrie, et que le renversement du gouvernement syrien par Washington a été bloqué par la force militaire russe. Le message d’aujourd’hui est le suivant : Soit vous « Finlandisez » l’Ukraine, soit la Russie le fera pour vous.

Alastair Crooke

Source : https://english.almayadeen.net
Traduction Réseau International

Réseau International : https://reseauinternational.net/avez-vous-bien-saisi-la-situation-en-fait-la-russie-demande-la-fin-de-lordre-mondial-fonde-sur-des-regles/


9 Commentaires

  • Merci de cet article!! Merci à Alastair Crooke et à Al Mayadeen chaine de télé en arabe qui diffuse depuis Beyrouth! VP est un grand sauveur, parfait chrétien orthodoxe, puissant et sage. Le débile biden et le monstre qui est derrière lui, obama, ne peuvent rien contre la Russie qui est acquise aux coeurs sacrés de JC et de sa mère qui avait souhaité avoir un tel fils, qui l’a porté patiemment en son sein, et l’a soutenu toute sa vie!

    • J’ai du mal à comprendre la Russie de Poutine dans ses décisions sur le plan mondial?d’un coté il combat l’état profond,et de l’autre il soutien la guerre en Syrie de Bacher el assad le dictateur,sans parler des pauvres Tchétchènes,de l’Ukraine,la crimée,etc.
      Je pense qu’il joue sur les deux tableaux en pensant sortir la tête haute après la crise covid,non sans blague ça serais trop façile
      Mr Poutine!
      Franck

      • C’est assez simple à comprendre. POUTINE défend les intérêts de la Russie, avant tout. Il soutient la Syrie car la Russie y dispose de deux bases navales, ouverture sur la Méditerranée. Il conserve la Crimée pour renforcer ses bases bases navales, ouverture vers la Mer Noire. Rappelons que la Crimée a toujours été russe, de même que l’Ukraine. Kiev est le berceau de la Russie. L’effondrement de l’URSS a changé la donne pour un temps, mais pour un temps seulement.
        Quant à la position de POUTINE sur le NOM, elle est assez claie. POUTINE est pour un ordre mondial, mais non fondé sur l’hégémonie d’une seule puissance, les USA, mais fondé sur une coopération entre grandes puissances. La Chine est sur la même ligne.

      • Je ne sais pas si c’est facile à comprendre comme vous dites,mais en courant 2 lièvres à la fois,c’est à dire préserver la puissance de la Russie tout en jouant sur l’échiquier de l’ordre mondial,il compte bien sortir la tête haute le petit malin,que d’autres grandes puissances font de même ça je n’en doute pas un instant.Mais peut-être aussi que ça ne se passera pas du tout comme on l’imagine,rien n’est écrit d’avance.

      • C’est moins pour préserver sa puissance que pour conserver son indépendance, son intégrité, sa souveraineté. N’oubliez pas que la Russie est encerclée par les troupes de l’OTAN, autrement dit américaine. Les armes très sophistiquées de la Russie sont avant tout défensives. Pourquoi à votre avis ? N’est-ce pas parce que la Russie est menacée de partout, par l’alliance anglo-franco-germano-polono américaine ?

      • Mais certainement!puisque vous le dites cher Monsieur « astrojournal »

  • Bonjour, Très bel article qui apporte une analyse fine de la situation géopolitique. VP a parfaitement connaissance des enjeux, la Russie est en position de force avérée face à l’OTAN, de plus il semble bien que DT soit hostile au maintien des forces armées Américaine aux seins de l’OTAN. Les probabilités d’une intervention Russe sont élevés et semblerait opportune dans le contexte actuel.

  • Je pense comme mon homonyme

  • L Ukraine est le pays d origine des Khazars Rotchild, Rockefeller, etc..

Laisser un commentaire