Le Ténor des « Lumières » qui a couché « L’Education » avec son « Emile » a abandonné TOUS SES ENFANTS.

Vous l’avez tous deviné, il s’agit bien de Jean-Jacques Rousseau dont Lénine avait le portrait !

Jean-Jacques Rousseau, auteur d’un traité sur l’éducation (Émile ou De l’éducation), a lui-même avoué avoir placé ses cinq enfants aux Enfants-trouvés. Cela lui sera d’ailleurs reproché, notamment par Voltaire, et son autobiographie célèbre, « Les Confessions », sera un moyen de s’en expliquer.

Comme Voltaire Ment tout le temps, il réduira à 3 les enfants abandonnés par Jean-Jacques Rousseau dans sa lettre à Monsieur de Chabanon en 1766 :

« Voyez Jean Jacques Rousseau, il traîne avec lui la belle demoiselle Levasseur, sa blanchisseuse, âgée de cinquante ans, à laquelle il a fait trois enfants, qu’il a pourtant abandonnés pour s’attacher à l’éducation du seigneur Émile, et pour en faire un bon menuisier. »

En 1766, Jean-Jacques Rousseau a 54 ans et sa blanchisseuse, Thérèse, en a 45.

L’on peut penser que Victor Hugo a tenu a mettre au Grand Jour « LE CAS ROUSSEAU SUR L’ABANDON D’ENFANTS » dans « Les Misérables » :

Victor Hugo dans Les Misérables  souligne d’abord l’ambiguïté du cas Rousseau :

« …le hasard faisait que Marius passait rue Jean Jacques Rousseau entre Enjolras et Courfeyrac. Courfeyrac lui prenait le bras.

– Faites attention. Ceci est la rue Plâtrière, nommée aujourd’hui rue Jean Jacques Rousseau, à cause d’un ménage singulier qui l’habitait il y a une soixantaine d’années. C’étaient Jean Jacques et Thérèse. De temps en temps, il naissait là de petits êtres. Thérèse les enfantait, Jean Jacques les enfantrouvait. Et Enjolras rudoyait Courfeyrac.

– Silence devant Jean Jacques ! Cet homme, je l’admire. Il a renié ses enfants, soit ; mais il a adopté le peuple  » (Les Misérables 3ème partie, Livre IV, Chapitre 3).

Victor Hugo est plus sévère quelques chapitres plus loin en donnant la parole au père Thénardier, parâtre et bourreau d’enfants :

« …, la Thénardier avait eu, ou fait semblant d’avoir, un scrupule. Elle avait dit à son mari :

– Mais c’est abandonner ses enfants, cela !

Thénardier, magistral et flegmatique, cautérisa le scrupule avec ce mot :

Jean Jacques Rousseau a fait mieux.  »

(Les Misérables 4ème partie, Livre VI, Chapitre 1)

Rousseau abandonne ses cinq enfants mais veut éduquer les enfants des autres !

Jean Jacques Rousseau dans « Les Confessions » évoque l’abandon de ses deux premiers enfants en ces termes  :

« l’enfant  […] fut déposé par la sage-femme au bureau des enfants trouvés dans la forme ordinaire. L’année suivante même inconvénient et même expédient  […] Pas plus de réflexion de ma part, pas plus d’approbation de celle de la mère ; elle obéit en gémissant. »

Après la naissance d’un troisième enfant Rousseau explique, par un très beau sophisme, qu’il ne pouvait pas mieux faire que d’abandonner ses enfants.

S’il ne l’avait pas fait, leur sort aurait pu être encore pire :

« Si je disais mes raisons, j’en dirais trop. Puisqu’elles ont pu me séduire elles en séduiraient bien d’autres : je ne veux pas exposer les jeunes gens qui pourraient me lire à se laisser abuser par la même erreur. Je me contenterai de dire qu’elle fut telle qu’en livrant mes enfants à l’éducation publique faute de pouvoir les élever moi-même ; en les destinant à devenir ouvriers et paysans plutôt qu’aventuriers et coureurs de fortune, je crus faire un acte de citoyen et de père, et je me regardai comme un membre de la République de Platon.  […]  j’ai souvent béni le Ciel de les avoir garantis par-là du sort de leur père, et de celui qui les menaçait quand j’aurais été forcé de les abandonner. Si je les avais laissés à Mme d’Épinay ou à Mme de Luxembourg, qui, soit par amitié, soit par générosité, soit par quelque autre motif, ont voulu s’en charger dans la suite, auraient-ils été plus heureux, auraient-ils été élevés du moins en honnêtes gens ? Je l’ignore ; mais je suis sûr qu’on les aurait portés à haïr, peut-être à trahir leurs parents : il vaut mieux cent fois qu’ils ne les aient point connus.  »
Au livre IX, on a une « bonne raison » de cet abandon : ne pouvant pas se charger lui-même de l’éducation de ses enfants, Rousseau ne voulait pas confier cette éducation à Thérèse et surtout à la mère de celle-ci  :

« Je frémis de les livrer à cette famille mal élevée pour en être élevés encore plus mal. Les risques de l’éducation des enfants trouvés étaient beaucoup moindres. Cette raison du parti que je pris, plus forte que toutes celles que j’énonçai dans ma lettre à Mme de Francueil fut pourtant la seule que je n’osai lui dire. »
A la fin du livre XII, dans un paragraphe où il parle surtout de Thérèse, il parle de ses enfants. Il prétend avoir bien raisonné le problème, mais on ne saura pas quelles sont les « bonnes raisons » qui lui ont fait abandonner ses enfants, tout cela reste bien allusif. Pour d’autres fautes bien moins graves on avait droit à plus de détails :

« Le parti que j’avais pris à l’égard de mes enfants, quelque bien raisonné qu’il m’eût paru, ne m’avait pas toujours laissé le cœur tranquille. En méditant mon Traité de l’Éducation, je sentis que j’avais négligé des devoirs dont rien ne pouvait me dispenser.  »

Dans la phrase qui suit il n’est déjà plus question de ses enfants mais de lui-même et de son ego :

« Le remords enfin devint si vif, qu’il m’arracha presque l’aveu public de ma faute au commencement de l’ Émile, et le trait même est si clair, qu’après un tel passage il est surprenant qu’on ait eu le courage de me la reprocher. »

Il avoue s’être mal conduit envers ses enfants, mais parce qu’il avoue il ne faut pas lui en faire le reproche : J’avoue, donc je suis innocent !

Des témoins à décharge laissent entendre que Jean Jacques aurait été stérile, ou que Thérèse aurait été infidèle, et que Rousseau ne se considérait pas comme le véritable père de ces enfants. Dans ce cas qu’est-ce qui l’empêche de l’écrire dans ces Confessions, alors qu’il y raconte ses propres infidélités, et les amours multiples et simultanées de Mme de Warens ?

 jjrousseau.net/…le/ses-enfants/

Toute la société actuelle repose sur la « MORALE » de Jean-Jacques Rousseau et celle du Négrier Voltaire qui couchait avec sa nièce tout en rendant un Coupable (Affaire Calas) Innocent.

S’il fallait prouver l’imposture du « Féminisme », c’est bien dans Rousseau et Voltaire que l’on constate que JAMAIS ces dandines ne piperont mot sur les auteurs des Maux qu’elles dénoncent alors que ces maux commencent avec ceux qu’elles adulent.

Et la république des Rousseau et Voltaire n’a pas manqué son devoir « d’Education » dès l’école Maternelle de celui qu’elle considère comme l’un des Pères des « Droits de l’homme » alors qu’il fut celui du Rejet des enfants et de leur abandon :


10 Commentaires

  • Encore un franc maçon je suppose comme beaucoup de ces écrivains mis en avant par la Ripouxblique, d’après ce que j’ai lu.

  • l’influence d’un Jean jacque rousseau est toujours aussi grande même au sein de l’église catholique dont certains ne s’encombrz pas de sentiment de culpabilité en maintenant le droit du secret en matiere de filiation ; ils vont meme jusqu’en s’en prendre à leur victime histoire de se déculpabiliser de leur manque d »esprit de Vérité car l’amour divin n’est pas dans le mensonge.

  • Maria Montessori, dont on a tiré la fameuse « éducation positive » très à la mode de nos jours n’a-t-elle pas fait de même ?

  • Bonjour Merlin

    Regardez le biopic sur la vie de Maria Montessori
    https://www.sajedistribution.com/film/maria-montessori.html

    On lui a fait abandonner son fils car le père ne voulait pas l’épouser
    Elle s’en occupera secrètement et le récupérera à 12 ans.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Mario_Montessori

    C’est lui qui continuera son oeuvre.
    Bien chaleureusement.

    • Bonjour à vous,

      Ce n’est pas ce qui est dit sur la page wikipédia en anglais, où il y a toujours plus de détails que sur les nôtres et où il est fait mention qu’elle n’a pas voulu se marier pour ne pas avoir a abandonné ses études maintenant :
      https://en.wikipedia.org/wiki/Maria_Montessori
      Je ne suis pas pour que les femmes n’aient strictement aucune activité en dehors du foyer si elles le souhaitent et en ont le temps mais un enfant a besoin de sa mère les premières années.
      Tant mieux si ça s’est arrangé entre eux par la suite.
      Je trouve simplement étrange que notre cher pays mette autant en avant ses méthodes, car tout ce qu’il met en avant est en général vicié et nous dessert plutôt qu’autre chose.

  • Jiddu Krishnamurti le fameux emblème spirituel et quasi prophète du « théosophisme » (cet pseudo-religion qui avait pour but de noyer les authentiques religions en occident) avait, sa vie durant, pour amante une femme mariée dont il était sous l’emprise. S’exprimer dans ces domaines avec des notions de morales bancales alors que l’exemplarité devrait être de mise est diabolique!(au sens des valeurs inversées)

  • Il faudrait faire la liste des franc maçons Khazars qui ont des écoles et noms de rue , afin de les faire enlever des que possible. ( et virer leurs bouquins de propagande des bibliothèques ).

  • Nous connaissions, depuis bien longtemps, le cas de Rousseau et de son attitude envers ses propres enfants, alors même qu’il écrivait Emile ou l’éducation. Il est bien le fils de son époque: on the other side of history, is there a place for him?

  • Il s’agit, là, d’un très bon dossier sur le cas en question, manifestant la vaine gloire de ceux que l’histoire a provisoirement reconnus.

  • c’est lui qui a pondu le sophisme du « contat social  » ?

Laisser un commentaire