L’Inde envisage un système de paiement en roupies et en roubles pour ses échanges avec la Russie.

L’Inde discute de la mise en place d’un mécanisme de paiement roupie/rouble pour lui permettre de faire du commerce avec la Russie, afin de contourner le régime de sanctions des États-Unis.

L’Inde s’est abstenue de voter sur la résolution de l’Assemblée générale des Nations Unies (ONU) du mois de mars demandant la fin de l’offensive russe en Ukraine (la résolution de l’Assemblée générale demande la fin de l’offensive russe en Ukraine).

Depuis son indépendance, l’Inde a tenté de maintenir une position neutre entre les États-Unis et la Russie (et auparavant, l’URSS). Dans les années 1950, le premier premier ministre indien, Jawaharlal Nehru, a été l’un des principaux artisans du mouvement des non-alignés, dans le cadre duquel les pays en développement ont tenté de poursuivre leurs intérêts nationaux sans se lier au bloc américain ou soviétique. L’Inde, l’Indonésie et la Yougoslavie étaient les piliers de ce mouvement, qui compte aujourd’hui 120 États membres, 18 États observateurs et 10 organisations internationales.

Après l’effondrement de l’Union soviétique, l’Inde a développé des relations plus étroites avec les États-Unis. Plus récemment, sous la direction du premier ministre Narendra Modi, la politique indienne a basculé de manière encore plus décisive dans une direction pro-américaine. Modi et Trump ont une forte affinité, et Modi s’est même rendu aux États-Unis pour organiser des rassemblements massifs destinés à galvaniser les Indiens d’Amérique en faveur de Trump. Voir ce compte-rendu de la BBC pour plus de détails, Qu’a donné la « bromance » Trump-Modi ?

Au cours des derniers mois, plusieurs considérations ont incité le gouvernement Modi à repenser à la sagesse de mettre tous ses œufs dans le panier américain. Au lieu de cela, l’Inde revient à une approche plus équilibrée, évaluant ses intérêts nationaux par rapport à ceux d’autres pays et agissant en conséquence.

Deux événements survenus cet été ont amené l’Inde à remettre en question la fiabilité et l’intégrité des États-Unis en tant qu’alliés.

Le premier a été la manière dont les États-Unis se sont retirés d’Afghanistan, ce qui a amené le ministre des Affaires étrangères S. Jaishankar à s’interroger sur la valeur des garanties de sécurité américaines. La politique ukrainienne de Washington ne fait qu’accroître ces doutes. Les États-Unis étaient prêts à pousser l’Ukraine à prendre des mesures que beaucoup – dont Henry Kissinger, George Kennan et Noam Chomsky – avaient prévenu que la Russie ne pourrait pas supporter. Mais lorsque les tirs ont commencé, les États-Unis n’ont pas voulu se mettre dans la ligne de mire.

Et dans le second, en septembre, les États-Unis ont stupéfié beaucoup de monde en annonçant un nouveau groupement de sécurité Australie/Royaume-Uni/États-Unis (AUKUS), dans le cadre duquel l’Australie recevrait des sous-marins nucléaires américains. Avant ce nouvel accord, le Quad, composé des États-Unis, de l’Australie, de l’Inde et du Japon, était le principal contrepoids à la Chine dans la région indo-pacifique (voir le résumé du Council on Foreign Relations, La Quad dans la région indo-pacifique : Ce qu’il faut savoir).

Cette annonce de l’AUKUS a provoqué la consternation en France et en Inde. L’Australie a annulé un contrat de 37 milliards de dollars avec une société française pour la fourniture de sous-marins à moteur diesel, ce qui a incité le ministre français des affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, selon la BBC, à annoncer AUKUS : Le ministre français condamne les « mensonges » des États-Unis et de l’Australie au sujet du pacte de sécurité pour accuser les trois pays de « duplicité, d’abus de confiance majeur et de mépris »… » Les États-Unis ont toujours dit à l’Inde qu’ils ne pouvaient pas partager la technologie sensible des sous-marins nucléaires, selon le South China Morning Post, Retombées de l’Aukus : pendant des années, les États-Unis ont dit à l’Inde qu’ils ne pouvaient pas partager la technologie des sous-marins nucléaires. Et maintenant ça… »). À la suite du développement de l’AUKUS, la France et l’Inde ont renforcé leurs liens bilatéraux, et l’on s’attend à ce qu’il en soit de même.

Une autre raison pour laquelle l’Inde doit faire preuve de prudence découle de sa politique d’acquisition militaire passée. Depuis le début des années 1970, l’Inde a acheté une grande partie de ses armements à la Russie. Bien que, dans le cadre de son rapprochement avec Washington, l’Inde ait, ces dernières années, réduit sa dépendance à l’égard des armes russes, « Aujourd’hui, 60 % du matériel militaire indien provient de Russie ou de l’ancienne Union soviétique et la majeure partie de la fabrication de défense sous licence en Inde provient de Russie », selon Defense News, L’Inde se prépare aux sanctions contre la Russie pour retarder les programmes d’armement et les livraisons. Cela rend l’Inde dépendante de la Russie pour la fourniture de pièces de rechange. En évitant la Russie, l’Inde devrait trouver de nouvelles sources d’armement.

La prise de conscience de l’instabilité des garanties de sécurité américaines signifie que l’Inde repense l’état de ses relations avec la Chine. Bien que les deux pays se soient fait la guerre depuis l’indépendance, leurs relations bilatérales n’ont pas toujours été hostiles. Maintenant que la valeur des garanties de sécurité américaines est plus ouvertement remise en question, l’une des options pour l’Inde est d’essayer de faire en sorte que ses relations bilatérales avec la Chine ne se détériorent pas à nouveau au point de devenir franchement hostiles. Le fait que les deux pays soient de plus en plus liés est vrai, du moins sur le plan économique, les derniers chiffres du commerce bilatéral montrant que les importations en provenance de la Chine ont augmenté de 30% sur 2019 (à 97,5 milliards de dollars) et que les exportations ont grimpé de 30% sur 2019 (à 28,1 milliards). selon The Hindu, le commerce entre l’Inde et la Chine a franchi la barre des 125 milliards de dollars en 2021.

La Chine (1,4 milliard d’habitants) et l’Inde (1,38 milliard d’habitants) représentent à elles deux plus d’un quart des 7,9 milliards d’habitants de la planète, donc tout ce qui permet de réduire les tensions bilatérales est à encourager.

Pour être non-alignée sur la politique russe, l’Inde doit trouver une solution de contournement commerciale

Le régime de sanctions économiques imposé par les États-Unis à la Russie est inévitablement poreux dans une certaine mesure. Toutes les banques russes n’ont pas été exclues de SWIFT. Le fait de limiter la capacité de la Russie à dépenser des dollars ne l’empêche pas de commercer avec des partenaires consentants. L’Inde semble être l’un de ces partenaires. Malgré les hauts cris du Congrès américain concernant son refus de soutenir la résolution de l’ONU sur la Russie, l’Inde semble compter sur le fait que l’administration Biden ne lui imposera pas de sanctions (pour en savoir plus sur ce bruit et cette fureur, voir ce compte rendu du Times of India, Les responsables de Biden défendent l’Inde au milieu des critiques sur la position de New Delhi dans le conflit Russie-Ukraine).

Les relations bilatérales entre les États-Unis et l’Inde ont considérablement changé depuis les années 1960, lorsque le premier ministre de l’époque, Indira Gandhi, a été contraint de mettre en sourdine ses critiques à l’égard des bombardements américains sur Hanoï et Haiphong afin d’obtenir les céréales alimentaires américaines nécessaires après une sécheresse sauvage. Selon l’Indian Express, avaler l’humiliation :

Beaucoup d’entre nous ont encore des souvenirs douloureux du milieu des années 60, lorsque, après deux années successives de sécheresse sauvage, l’Inde avait désespérément besoin de blé américain dans le cadre de la loi publique américaine 480 contre paiement en roupies – et à des prix relativement bas car le pays n’avait pas de devises étrangères pour acheter des denrées alimentaires sur le marché mondial. Indira Gandhi venait d’être nommée Premier ministre et avait choisi de se rendre à Washington pour une visite officielle. Lyndon Johnson lui réserve un accueil enthousiaste et répond avec effusion au problème alimentaire auquel elle est confrontée, promettant jusqu’à 10 millions de tonnes de blé PL480. Cependant, dès le début, la transaction a tourné au vinaigre.

Furieux des critiques formulées par l’Inde à l’encontre des bombardements américains sur Hanoï et Haiphong au cours de la guerre du Vietnam, l’irascible Texan a mis les livraisons de nourriture sous une telle pression que l’Inde a littéralement vécu de bateau en bateau. Avec chaque bouchée, nous avalions un peu d’humiliation. Lorsqu’on lui avait dit que les Indiens disaient exactement la même chose que le secrétaire général des Nations unies et le pape, Johnson avait rétorqué : « Le Pape et le Secrétaire général n’ont pas besoin de notre blé. » Beaucoup en Inde ont commencé à exiger que nous disions non au blé américain. Sensibles, Indira Gandhi n’a rien dit. En privé, elle a dit à quelques confidents : « Si les importations de nourriture cessent, ces dames et ces messieurs ne souffriront pas. Seuls les pauvres mourraient de faim. »

Revenons au présent. Permettez-moi de citer un extrait de ce compte rendu du Hindustan Times, Un groupe de travail va examiner l’impact des sanctions russes sur l’économie indienne :

Un panel interministériel de haut niveau a été formé pour examiner de près le barrage de sanctions économiques imposées par l’Occident à la Russie suite à son invasion de l’Ukraine et leurs impacts probables sur l’économie de l’Inde, a déclaré un fonctionnaire au courant de ce développement.

Alors que le conflit ukrainien s’aggrave, l’Inde a intensifié ses efforts pour s’assurer des importations essentielles en provenance de Russie, en particulier le chlorure de potassium (connu sous le nom de muriate de potasse), un engrais essentiel, et l’huile de tournesol (comestible).

Dirigé par le secrétaire aux affaires économiques Ajay Seth, le groupe de haut niveau comprend également des hauts fonctionnaires des ministères de l’alimentation et de la consommation, des engrais, du commerce, des affaires extérieures, de l’agriculture et du pétrole.

Le groupe cherche des solutions pour mettre en place un système de paiement bilatéral roupie-ruban afin d’échapper à une vague de sanctions sans précédent contre la Russie, qui a paralysé le système financier de l’ancien État soviétique.

« Des discussions officielles avec les Russes seront nécessaires pour mettre en place un mécanisme de paiement alternatif, mais le gouvernement se verra proposer différentes options après un examen complet des sanctions », a déclaré le fonctionnaire cité ci-dessus, en requérant l’anonymat.

L’Inde craint que l’interruption de l’approvisionnement en murate de potasse avant sa principale saison de semis d’été (kharif) n’entrave son secteur agricole, qui constitue une source de revenus importante pour la moitié de la population du pays.

La guerre a fait exploser les prix du pétrole et la roupie a atteint un plancher record. Il convient de noter que l’Inde dispose encore d’un certain nombre de fonds publics qui pourraient être utilisés pour mettre en œuvre tout arrangement qui pourrait être conçu. Une banque privée pourrait être vulnérable aux sanctions. Selon le Hindustan Times :

Le conflit entre la Russie et l’Ukraine a déjà commencé à nuire à la troisième plus grande économie d’Asie, qui avait seulement commencé à se relancer après une récession induite par une pandémie en 2020-21. Lundi, la roupie a plongé à un niveau record de 76,9, chutant de 1 % par rapport au dollar alors que les prix du pétrole s’envolent.

Au moins 400 millions de dollars de paiements et de créances des exportateurs indiens vers la Russie sont désormais bloqués car les sanctions ont coupé la capacité de la Russie à effectuer des transactions en dollars, la monnaie des paiements internationaux. Les banques russes ont été coupées de l’autoroute mondiale des paiements connue sous le nom de SWIFT.

Le panel comprend des représentants de la Banque de réserve de l’Inde, qui cherche à désigner une banque indienne plus petite, peu exposée aux transactions en dollars ou en euros, où une banque russe pourrait ouvrir un compte, car les sanctions n’interdisent pas un système d’échange roupie-ruban, a déclaré le responsable.

L’Inde avait utilisé avec succès un système de paiement similaire pour payer les importations de pétrole en provenance d’Iran lorsque ce pays faisait face à des sanctions de l’Occident. À l’époque, la UCO Bank avait été mise en place comme principale passerelle de paiement.

Un autre mécanisme de paiement n’est toutefois pas facile à mettre en place. Si l’idée est qu’une banque russe ouvre un « compte vostro » dans une banque indienne et que les deux pays déposent un certain montant pour garantir les paiements aux importateurs et aux exportateurs, la détermination du taux de change roupie-ruban sera un défi majeur.

« L’une des raisons est que, même si le taux de change roupie-ruble est fixé au dollar pour déterminer un taux de change notionnel, nous devons garder à l’esprit que la valeur du rouble baisse continuellement par rapport au dollar », a déclaré Amarendra Patil, un économiste commercial qui enseignait auparavant à l’Institut indien du commerce extérieur.

« Cela pourrait rendre le système de paiement inefficace en raison de l’érosion continue de l’une des deux monnaies (le rouble) », a-t-il ajouté.

Il est urgent de convenir d’arrangements viables, car la saison des plantations est – ou sera bientôt – en cours, et les agriculteurs ont besoin d’engrais. Selon le Hindustan Times :

Le gouvernement, qui a passé en revue les stocks d’engrais la semaine dernière, est à la recherche de fournisseurs alternatifs pour combler le manque d’engrais à des prix similaires à ceux pratiqués par les Russes.

Selon les données officielles, 11 à 11,5 % des importations totales d’huiles comestibles et d’engrais proviennent de la région Russie-Ukraine. Les deux pays représentent également plus de 90 % des importations d’huile de tournesol. Dans le panier d’engrais que l’Inde importe, la Russie représente plus de 17 % du MOP (muriate de potasse) et 60 % du NPK (azote, phosphore et potassium).

« En réponse à cette situation, le gouvernement identifie d’autres sources d’approvisionnement pour les huiles comestibles et les engrais, même si elles seront coûteuses », a déclaré Sonal Varma, analyste chez Nomura Holdings, une société mondiale de conseil financier et de valeurs mobilières, dans une note de recherche.

Il existe bien sûr des précédents d’accords similaires. En fait, l’Inde et l’URSS ont mis en place un tel arrangement au cours des années 1950, selon S Murlidharan dans Northlines, Crise en tant qu’opportunité : L’échange roupie-rouble devrait devenir un modèle pour briser l’hégémonie américaine :

L’échange roupie-rouble n’est pas nouveau. En 1953, l’accord commercial indo-soviétique prévoyait que tous les paiements en règlement des importations et des exportations entre les deux nations seraient effectués en INR. Mais cet accord a été abandonné en 2005, la Russie s’étant retrouvée avec une énorme quantité d’INR alors que l’Inde était importatrice nette. Toutefois, les deux pays ont de nouveau opté pour le paiement en roupies pour les exportations russes du système de défense aérienne S-400 Triumf en 2019, pour un montant de 5,2 à 5,6 milliards de dollars, afin d’échapper aux sanctions imposées par les États-Unis en vertu de la loi CAATSA (Countering America’s Adversaries Through Sanctions Act). L’accord INR-Rial avec l’Iran devait également échapper à l’ire américaine, mais a dû être abandonné lorsque l’administration Trump a étendu l’interdiction d’utiliser sa monnaie à une interdiction totale d’importer du pétrole en provenance de ce pays du Golfe.

Les deux gouvernements sont très intéressés par le commerce entre l’INR et le rouble et les détails de l’arrangement devraient être annoncés prochainement. Les exportateurs indiens sont dans l’embarras, le rouble atteignant chaque jour un nouveau plancher. La question est de savoir comment fixer le prix. Le commerce ne peut pas s’arrêter brutalement. Le chef de mission adjoint de la Russie, Roman Babushkin, a été cité dans un reportage il y a trois ans, affirmant que les paiements en monnaie nationale avaient été multipliés par cinq, passant d’environ 6 % à plus de 30 % aujourd’hui. Cette tendance saine ne devrait pas s’essouffler, sauf que la guerre a bouleversé la donne en entraînant une forte dévaluation du rouble, ce qui appelle des négociations dans un esprit de compromis pour neutraliser partiellement la dévaluation de la monnaie russe due à la guerre et au boycott occidental.

En institutionnalisant les échanges entre l’INR et le rouble, nous enverrions un signal fort indiquant que le dollar américain n’est pas forcément invincible et incontournable dans le commerce et les paiements internationaux. Si de plus en plus d’accords de ce type sont signés entre des États-nations, le monde pourrait bien un jour se libérer, au moins partiellement, de l’emprise du billet vert sur les fortunes des autres nations.

L’initiative indo-russe ne doit en aucun cas être interprétée comme un acquiescement de l’Inde à l’expansionnisme russe et une approbation de son bellicisme. Elle doit plutôt être considérée comme la poursuite d’un intérêt personnel éclairé, à court et à long terme.

En Inde, il existe un large soutien politique pour s’éloigner de la politique précédente de Modi, qui consistait à resserrer les liens avec les États-Unis. Les critiques les plus fortes – en fait, les dénonciations – de la politique américaine que j’ai vues dans les émissions de télévision anglophones grand public proviennent de Republic TV. Je me suis retrouvé à regarder chaque soir les débats nocturnes arbitrés par le porte-parole du BJP, Arnab Goswami. Arbitré est le mot juste, car ces débats génèrent beaucoup de cris. Un passage à l’émission Arnab Live n’est pas à prendre à la légère, pas plus d’ailleurs que le fait de regarder ces débats. Goswami intervient activement dans le débat, il ne mâche pas ses mots. Et rassurez-vous, il ne dira rien qui ne soit conforme aux contours généraux de la politique actuelle de Modi. Si vous m’aviez dit il y a un an que je me retrouverais à regarder chaque soir une émission de Goswami, je vous aurais dit que vous étiez fou.

Mais, nous y sommes.

Traduction de Naked Capitalism par Aube Digitale : https://www.aubedigitale.com/linde-envisage-un-systeme-de-paiement-en-roupies-et-en-roubles-pour-ses-echanges-avec-la-russie/


Un commentaire

  • Merci Brianajane de cet article!! Il est long mais très important!! Il fait objectivement suite aux articles de Benjamin Fulford, qui expose au mieux les actions en cours en tous pays pour aboutir à, a-t-il écrit ce lundi: la  » Fin d’une guerre qui fait rage depuis des milliers d’années ». L’immonde macron sera ligoté avant la fin du mois. Mille mercis à vous!! Salutations à tous!!

Laisser un commentaire