Radio Athéna : Nouvelle guerre froide, quelle place pour la France, quel rôle pour l’Eglise ? Vidéo.

Si l’on se plonge dans l’Histoire, l’on constate le Passé aux liens très forts qui unissent la France et la Russie.

Odessa a été fondé, sous la protection de Catherine II de Russie, par Armand-Emmanuel du Plessis, Duc de Richelieu et descendant du Cardinal de Richelieu.

Armand-Emmanuel du Plessis, duc de Richelieu, arrière-arrière petit-neveu du cardinal de Richelieu, est considéré comme un des pères fondateurs du port d’Odessa, sous l’égide de l’impératrice Catherine II de Russie. Après avoir servi dans l’armée russe pendant la guerre russo-turque de 1787-1792, il devint le premier gouverneur d’Odessa et de Nouvelle-Russie, constituée des régions conquises sur l’empire Ottoman. En haut de l’escalier Potemkine, rendu célèbre par le cinéaste Sergueï Eisenstein, trône sa statue de bronze avec à son pied l’inscription :

« Au duc Emmanuel de Richelieu, gouverneur de 1803 à 1814 de la Nouvelle-Russie, qui fut à la base du bien-être d’Odessa ».

WIKIPEDIA : https://fr.wikipedia.org/wiki/Armand-Emmanuel_du_Plessis_de_Richelieu

« À la demande de Marie Antoinette, il quitte Paris en 1790 pour Vienne, afin de s’entretenir avec l’empereur Joseph II d’Autriche, frère de la souveraine, sur les développements de la Révolution. »

« Ce dernier étant mort avant son arrivée, il se rend à Francfort pour assister au couronnement du nouvel empereur, Léopold II, qu’il suit à Vienne, et de là rejoint l’armée russe en compagnie du prince de Ligne et du comte de Langeron. Ils atteignent à temps le quartier général de l’armée russe basé à Bender (Tighina) en Bessarabie2 pour participer à la prise de la ville d’Izmaïl par le général Souvorov. Richelieu est décoré par Catherine II de l’ordre de Saint-Georges, avec épée d’or. »

« Après un retour à Paris pour servir Louis XVI puis des missions de diplomate à Vienne, il s’engage dans l’armée des émigrés menée par Condé. »

« Après les défaites de cette dernière, Catherine II lui propose de s’engager au sein de sa propre armée ; il accepte et devient rapidement général de corps d’armée, mais est contraint de démissionner en raison d’intrigues menées par ses rivaux. »

« En 1803, le tsar Alexandre Ier, qui succède à Paul Ier, le nomme gouverneur de la ville d’Odessa et de la Nouvelle Russie3, région qui englobait tout le Sud de la Russie et qu’il fallait coloniser et peupler, poste qu’il conserve jusqu’en 1814. »

« Il est reconnu comme l’artisan du développement de la ville d’Odessa, petit village qu’il a transformé en capitale de cette province conquise aux Turcs. La « perle de la mer Noire » garde encore en souvenir sa statue en haut de l’escalier qui domine le port4. Il reste une figure particulièrement populaire auprès de la population de cette ville, en ce début de xxie siècle[réf. nécessaire]. »

« Entre 1806 et 1807, il mène plusieurs expéditions dans le Caucase lors des guerres contre l’Empire ottoman et participe à la conquête de la Circassie et de la Bessarabie. En 1812, alors que la France et la Russie se déclarent la guerre, Richelieu est sur le point de rejoindre la Volhynie, où sont basées ses troupes et ainsi rejoindre l’armée russe. C’est à ce moment-là que la peste fait son apparition à Odessa. Au lieu d’abandonner la ville pour prendre le commandement militaire où il était appelé par le Tsar, il reste auprès de la population pour la soutenir contre le fléau qui la décime. Au bout de deux ans, le gouverneur parvient par ses mesures à l’éradiquer totalement. Entre-temps, l’armée russe, alliée à la Prusse et l’Autriche, repoussant les armées napoléoniennes, est entrée en France. Il décide alors de rejoindre les troupes russes et de rentrer en France. Il regrettera toujours de ne pas pouvoir retourner en Russie, où il était resté quinze ans. »

« Entre 1808 et 1811, il fait édifier la première villa européenne avec un jardin exotique à Oursouf5, villa qui existe toujours, dans le parc de l’établissement de cure Pouchkino, à cent mètres de la mer6. »

Statue du duc de Richelieu à Odessa, réalisée par Ivan Martos.


Laisser un commentaire