Il y a des Pénuries Christian ! C’est de la faute à Vladimir Poutine, on te le dit et on te le répète ! Vidéos.

Toussa, c’est de la faute de Vladimir Poutine, Christian !

Inflation, pénuries, guerres : ayez peur, tremblez, et surtout Votez Macron !

Rien de tel qu’un petit sommet entre copains pour se requinquer et c’est exactement ce qu’a fait une petite brochette de chefs d’États la semaine dernière à Bruxelles, avec Joe Biden, le président américain, en guest star dans une série de réunions que la presse s’est empressée de relater avec gourmandise. Et les conclusions sont unanimes : ça va aller de mal en pis.

Emmanuel Macron, inévitablement présent sur place, ne s’est pas fait prier pour expliquer comment il voyait la situation et ce qui nous attendait. Pour le chef de l’État français, les choses sont claires : les prochains mois qui viennent seront parsemés de difficultés croissantes.

Ainsi, comme le blé ne sera pas planté en Ukraine, comme les engrais ne seront pas vendus hors de Russie, comme les blés déjà plantés et ceux qui seront récoltés ne quitteront pas les producteurs, trop soucieux de ne pas manquer pour eux-mêmes, les mois qui viennent seront placés sous le signe de la pénurie pour laquelle Biden nous a tous avertis avec une certaine appétence, en estimant lors d’un discours au siège de l’OTAN que ces pénuries alimentaires mondiales allaient « se concrétiser » à la suite de l’invasion de l’Ukraine.

Il s’est bien évidemment gardé de présenter le moindre plan ou la moindre solution de contournement ou d’organisation qui permettrait d’amoindrir le choc dont il nous a fait part : pour lui, c’est évident, nous allons manquer de nourriture dans quelques mois et… Et c’est tout, oh là, calmez-vous, il va falloir se débrouiller sans lui !

Heureusement, du côté du président français, on a sauté sur l’occasion pour justement fournir quelques pistes : certes, oui oui nous allons avoir des biscuits et des pâtes à des prix record, une inflation galopante et très probablement des paquets de conflits dans les pays du Moyen-Orient voire en Afrique, mais ce n’est pas une raison pour ne pas lancer un truc, un machin, disons un Grand Plan Mondial. C’est un titre qui ronfle bien et qui va faire de la titraille putaclicable, ce qui en temps de campagne électorale est plus que nécessaire pour le candidat Macron.

Dans ce dernier, il entend donc lutter contre les pénuries à venir en proposant essentiellement de s’engager, au nom de l’Europe, à ne pas ajouter de nouvelles inepties à celles que lui et les institutions européennes ont déjà pondues, et à ne pas défavoriser les exportations de biens alimentaires à destination des pays demandeurs. Autrement dit, il s’agira de faire peu ou prou ce qui aurait été fait en temps normal, mais en battant des bras en l’air pour accroître l’impression que c’est exceptionnel.

Pour l’explosion du prix des matières premières en général et de l’énergie en particulier, le frétillant factotum de McKinsey a proposé de mutualiser les productions européennes actuelles afin de mieux les coordonner et les répartir, parce que d’une part, le marché libre est réputé ne pas savoir le faire sans l’insertion inopinée des petits doigts boudinés de Macron, et d’autre part parce que, c’est bien connu, l’Europe produit du gaz, surtout depuis que les recherches des compagnies énergétiques européennes ont été interdites ou rendues administrativement impossibles, et encore mieux depuis qu’est interdite purement et simplement toute exploitation des gaz de schistes sur le territoire français, alors même que la France est un des pays les mieux fournis.

En somme, le président français propose de mutualiser les pénuries énergétiques européennes. La pensée Macron et son principe du « En Même Temps », c’est vraiment complexe, mine de rien.

Une inflation galopante, des pénuries, des kyrielles de nouveaux conflits et, à chaque fois, une promesse de morts par dizaines voire par centaines de milliers, décidément, nos dirigeants ont le sens du spectacle à gros, très gros budget et celui des chiffres qui font peur, à tel point qu’il est impossible de ne pas voir la similitude avec les annonces qui furent faites pendant la pandémie, en nature et en cadencement : on prévient d’emblée d’un nombre de morts, hypothétiques, élevés, de souffrances à venir, on veut continuer à sidérer, à faire peur, à tenir en haleine dans l’effroi alors que la pandémie n’intéresse plus vraiment et que la guerre ukrainienne montre déjà des signes d’essoufflement auprès de l’opinion publique.

Oui, il y a un désir manifeste à vouloir continuer la même rengaine de la crise géante qui a besoin de traitement exceptionnel, en mettant tout ce qui se passe sur le dos de ce conflit entre l’Ukraine et la Russie. Mais voilà : ces pénuries, cette inflation ne sont pas le résultat de ce seul conflit, elles sont aussi le résultat des sanctions et surtout d’une volonté de créer le plus de chaos possible dans les chaînes d’approvisionnement.

Oui, il s’agit bien d’une volonté parce que cette pénurie a été sinon planifiée au moins aggravée par les gesticulations des Européens, que ces gesticulations ont été poussées si ce n’est carrément pilotées par les Américains qui ont tout intérêt à voir l’Europe s’affaiblir et souffrir pour que les États-Unis conservent leur leadership (une Europe unie pourrait l’être contre eux, après tout, cela s’est déjà vu) et que les résultats sont sinon désirés au moins commodes et profitent directement aux pouvoirs en place.

Et comme pour la pandémie dont, heureusement, le bilan direct est bien moindre, alors que c’est bien sa gestion calamiteuse qui a provoqué le plus de dégâts, ces annonces cachent mal que ce seront encore une fois les pays les plus pauvres, les moins développés qui seront les plus touchés. Quant aux pays riches ou développés, sans surprise, cette nouvelle crise aura le plus d’impact sur les classes laborieuses et moyennes. Certes, le grignoteur de soja bio et le brouteur de quinoa devront payer plus cher leurs agapes bio-conscientisées et gaïa-compatibles, mais ce sont surtout les autres qui vont souffrir : les biens de consommation les plus courants vont voir leur prix exploser plus vite que toute réévaluation des salaires, et s’il doit manquer de quelque chose dans les rayons, ce sera d’abord ce qui est consommé le plus et en flux tendu (ou quasi tendu)…

Ne nous leurrons pas : pour conserver le pouvoir, pour conserver la peur ou la panique dans les populations afin d’en garantir l’obéissance, les dirigeants occidentaux, Macron et Biden en tête, sont prêts à tout et ils prophétisent maintenant voire, toute honte bue, créent des famines.

Et tant qu’on s’occupera de regarder là où ils pointent leurs doigts, personne ne pensera à questionner leurs méthodes catastrophogènes.

Contre Points : https://www.contrepoints.org/2022/03/28/424286-inflation-penuries-guerres-ayez-peur-tremblez-et-surtout-votez-macron


Nous on ne manquera de Rien Christian, JAMAIS !

Réserve mondiale de semences du Svalbard

WIKIPEDIA : https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9serve_mondiale_de_semences_du_Svalbard


7 Commentaires

  • INFO CAPITALE: Voici un article sur ce sujet.  »’ L’armée arrête le secrétaire de l’agriculture de Biden, Tom Vilsack. Michael Baxter 29 avril 2022.

    [Thomas James Vilsack, dit Tom Vilsack, né en 1950, avocat et membre du parti démocrate, gouverneur de l’Iowa de 1999 à 2007, a été nommé en septembre 2001, par la biotechnology industry organization gouverneur de l’année pour son soutien à la recherche en biotechnologies. Les OGM ont commencé en 1993. Obama l’a nommé secrétaire à l’agriculture en 2009. Tom Vilsack a rencontré le ministre en Chine des sciences et technologies à Pékin, en novembre 2011. La Biotechnology Industry Organization l’élit en 2011, dirigeant de l’année, et certains militants écologistes l’appellent monsieur Monsanto. Les surfaces cultivées OGM représentent en 2017, selon l’ISAAA, association non gouvernementale de promotion des biotechnologies, 189,8 millions d’hectares dans 24 pays, dont 53 % dans les pays en développement. Cela fait près de 2 M° km carrés, soit 4 fois la superficie de la France de métropole. Wan Gang, ministre de la science et de la technologie depuis le 27 avril 2007 est également président de l’université Tongji de Shanghaï, qui a été établie en 1907, suite aux guerres de l’opium menée depuis la City, par le gouvernement allemand, et est l’une des plus prestigieuses en Chine. Tongji est une approximation phonétique chinoise du mot deutsche, qui est prononcé en allemand, deutshé avec un ’eu’ proche du i.]
    * *
    Les White Hats ont arrêté mardi le secrétaire à l’agriculture du régime criminel de Biden, Thomas J. Vilsack, après l’avoir mis en relation avec la destruction calculée d’une douzaine d’installations de transformation agricole à travers les États-Unis, ont déclaré des sources du JAG à Real Raw News. Le 24 mars, la marionnette Joseph R. Biden a fait une déclaration choquante aux nouvelles nationales. Il a marmonné : ’’En ce qui concerne la pénurie alimentaire, oui, nous avons parlé de pénurie alimentaire, et ce sera réel’’, en réponse aux inquiétudes concernant les rayons vides des épiceries et la hausse de l’inflation. Il a blâmé le suspect habituel, Vladimir Poutine, mais a peut-être aussi télégraphié par inadvertance les objectifs de son administration de mettre en faillite et d’affamer la population américaine. Quelques heures après la proclamation clairvoyante de Biden, une série ’’d ‘«accidents’’ inexplicables a commencé à affliger les usines de transformation des aliments à travers le pays. Le 24 mars, une usine de pommes de terre à Belfast, dans le Maine, a brûlé. Bien que les responsables aient déclaré que l’incendie avait été déclenché par une grande machine à frire, les ouvriers de Penobscot McCrum ont déclaré que les énormes friteuses à cuve avaient été désactivées pour un entretien de routine lorsque l’incendie a commencé. Le 25 mars, un mystérieux incendie a rasé le Maricopa Food Pantry dans le comté de Maricopa, en Arizona, emportant avec lui 50 000 livres d’aliments de base. Au moment d’écrire ces lignes, le service d’incendie du comté de Maricopa n’a pas encore déterminé la cause de l’incendie. Le 31 mars, un incendie structurel massif a détruit la plus grande usine de conditionnement d’oignons frais du sud du Texas. Entreprise familiale, Rio Fresh Inc. a fourni des produits frais à des épiceries telles que Kroger’s, Aldi, Tom Thumb et H-E-B. L’incendie a mis 300 personnes au chômage et détruit environ 100 camions d’oignons. Le 12 avril, un brasier déchaîné a englouti l’usine East Conway Beef & Pork dans le New Hampshire. Selon le propriétaire Darrell Robinson, l’incendie, qui fait toujours l’objet d’une enquête, « a détruit des dizaines de milliers de livres de bœuf et de porc et tué du bétail ». Les exemples ci-dessus sont emblématiques d’une question qui transcende la simple théorie du complot : l’annihilation impitoyable et progressive de la chaîne alimentaire américaine. Depuis le 24 mars, des observateurs avisés ont répertorié 15 incidents de ce type, dont aucun n’a été couvert par le MSM.. Le corps des juges-avocats généraux de la marine américaine ne s’est intéressé aux incendies bizarres qu’après avoir été contacté par un lanceur d’alerte du FBI le 21 avril, le même jour, un avion de banlieue léger, un Cessna A340, a plongé dans une usine de General Mills à Covington, en Géorgie, tuant le occupants présumés, un élève-pilote et son CFI [chief flying instructor]. Bien que le National Transportation Safety Board ait déclaré que le propriétaire de l’avion suivait une formation en vol lorsque l’avion a piqué du nez, le lanceur d’alerte a affirmé que le FBI, et non le NTSB, était l’auteur du rapport d’accident après avoir usurpé l’autorité d’enquête de l’équipe régionale du NTSB. Ce transfert de pouvoir ne devrait avoir lieu que si le NTSB soupçonne un crime et demande l’aide du FBI. Mais dans ce cas, le NTSB n’a pas soupçonné de crime, n’a pas demandé l’aide du FBI et a été exclu de l’enquête dans l’heure qui a suivi l’accident. En règle générale, un rapport d’accident complet prend des semaines ou des mois à compiler, mais le FBI avait les réponses à portée de main en quelques heures seulement. En outre, le lanceur d’alerte [probablement Benjamin Braddocket, source de l’article sur table ronde blog], a affirmé que le FBI avait « spécieusement falsifié » le rapport d’accident et ce faisant, a supprimé un fait crucial « Smoking Gun » qui déchire le récit officiel. L’avion n’avait pas d’occupants. Il était télécommandé. De plus, l’informateur a déclaré qu’il savait qui avait orchestré l’accident, ainsi que les incendies d’usines alimentaires mentionnés précédemment. Il a nommé le secrétaire à l’agriculture Thomas J. Vilsack et avait des papiers à l’appui de sa demande « Nous hésitons à croire quoi que ce soit qui sorte du FBI, même d’un soi-disant lanceur d’alerte. Les White Hats ne font pas confiance au ministère de la justice, ils sont Deep State. Ils sont passés maîtres dans la tromperie et la désinformation. Donc, nos enquêteurs vérifient tout, de manière indépendante, et je veux dire tout. Je ne peux pas discuter des détails de l’avion, mais nous avons confirmé qu’il était sans pilote lorsqu’il a frappé l’installation de General Mills. Cela nous a donné des raisons d’authentifier une partie de la correspondance électronique de Vilsack qui nous a été donnée par l’informateur’’, a déclaré une source du JAG à Real Raw News. Un e-mail envoyé par Vilsack à la secrétaire au commerce Gina Raimondo, daté du 13 avril 2022, disait : « Les petits événements isolés ne seront pas couverts mais auront un impact immense sur l’inflation. Les gens ne devraient pas se plaindre de payer des prix plus élevés, ils ont trop de nourriture telle quelle. Un peu de combustion n’est pas une mauvaise chose’’.

    * Deux jours plus tard, Vilsack lui a envoyé un deuxième e-mail : ’’Comment dit le dicton ? Quand il dit sauter, nous demandons « à quelle hauteur ». Des accidents d’aviation se produisent tout le temps, pas nécessairement des 767 ou des 757″.
    Un troisième e-mail, écrit le 16 avril, disait : ’’La meilleure façon de dissimuler un crime est de le dissimuler parmi d’autres crimes apparemment sans rapport’’. ’’Sous l’autorité de la loi sur l’insurrection de 1807, on a estimé que c’était une preuve suffisante pour l’accuser de trahison. JAG a rédigé un mandat d’arrêt militaire à son nom. Vilsack, l’ancien gouverneur de l’Iowa et, avant cela, le membre le plus ancien du cabinet d’origine de Hussein Obama, a été arrêté le 26 avril par les enquêteurs du JAG à son domicile de Mount Pleasant, Iowa. Il sera jugé et amené à répondre devant un tribunal militaire », a précisé notre source. RRN est un éditeur indépendant qui s’appuie sur le support des lecteurs. (…) GiveSendGo.

    PUIS:  »’L’ARMEE CONDAMNE VILSACK A ETRE PENDU. MICHAEL BAXTER 10 MAI 2022 ».!!! Faudrait en faire quelque chose des articles de monsieur Baxter!! Ce monsieur a eu affaire à Monsanto, et il est encore vivant. Ne serait-il pas protégé du Ciel? Salutations à tous!!

  • Oui Bernard,
    et on peut dire également (RRN du 12 mai), que Vilsack a été jugé le 9 mai et condamné à la pendaison (qui aura lieu en principe le 16 mai).
    Tout ceci fait suite à une vague sans précédent d’usines alimentaires qui prennent feu, etc. (des dizaines et des dizaines).

  • BRAVO BERNARD!! je vous appelle ce soir!! Grande joie!!

  • PRO FIDE va-t-il publier Baxter? Oui, car bonne volonté, mais quand ? Qactus a publié hier un article de Baxter, incomplet et sans le citer, sur le trafic d’êtres humains en Ukraine.

  • Michel Édouard Leclerc déclaré que il n y a pas de pénurie, c est l état qui l organise

  • Pour aggraver les choses, on a actuellement une chaleur et surtout une sécheresse totalement inhabituelles à cette époque et qui sont donc vraisemblablement le fruit de leurs inlassables opérations de géoingénierie… On imagine le résultat sur les récoltes, et donc sur les prix. Et les vergers des particuliers sont mal partis aussi, on risque de n’avoir aucun fruit même dans son jardin. Les gens auront fait des stocks de pâtes mais vont mourir du scorbut !

  • Extrait de la page 105 du livre de Klaus Schwab, fondateur du World Economic Forum de DAVOS, publié en 1993 (John Coleman):

    «Au moins 4 milliards de « mangeurs inutiles » seront éliminés d’ici 2050 par des guerres limitées, des épidémies organisées de maladies mortelles à action rapide et la famine.
    L’énergie, la nourriture et l’eau seront maintenues à des niveaux de subsistance pour les non-élites, en commençant par les populations blanches d’Europe occidentale et d’Amérique du Nord, puis en s’étendant à d’autres races.
    Les populations du Canada, de l’Europe de l’Ouest et des États-Unis seront décimées plus rapidement que sur d’autres continents, jusqu’à ce que la population mondiale atteigne un niveau gérable de 1 milliard, dont 500 millions seront composés de races chinoises et japonaises, sélectionnées parce qu’elles sont des gens qui ont été enrégimentés pendant des siècles et qui ont l’habitude d’obéir sans poser de questions à l’autorité.» (page n° 105)

Laisser un commentaire