Jean-Marie Bigard ne se doutait pas que son « lâché de sal-pes » serait un jour Réalité. Vidéo.

C’est en Suisse que ça se passe.

Ca s’appelle : « Marche des salopes » Oui Oui !!!

Plus c’est SALE et à Vomir, plus TOUT EST OFFERT !


https://www.rts.ch/play/radio/redirect/detail/13057457

Environ 600 personnes ont défilé samedi après-midi dans les rues de Genève pour dénoncer une société où règne « la culture du viol ». Cette « Marche des salopes » a été précédée par des témoignages de manifestantes, qui ont pu « partager leur vécu dans un cadre bienveillant ».

La manifestation était organisée par le collectif « Engageons les murs ». Outre la culture du viol, cette association condamne aussi toute forme d’oppression sexiste, de classes, liée au physique, à l’origine ou à la religion.

Depuis la dernière édition de « Marche des salopes », aussi appelée « Slutwalk Reborn », en 2018, le féminisme a changé. Cette marche s’inscrivait donc « dans une perspective intersectionnelle », qui prône la convergence des luttes.

L’idée est d’accueillir des catégories de personnes qui étaient, peut-être, exclues par le passé comme les personnes trans, les travailleurs et travailleuses du sexe ou encore les personnes obèses.

Ne plus manifester seins nus

Cette évolution entraîne de nouveaux questionnements. Les organisatrices avaient, par exemple, appelé à réfléchir avant de manifester torse ou seins nus, un comportement qui est devenu un symbole des manifestations du féminisme radical et qui est associé à « La marche des salopes ».

Mais pour « Engageons les murs », il pourrait mettre mal à l’aise d’autres manifestantes comme des personnes trans ou religieuses, ou d’autres pour qui manifester seins nus représente une violence. « Cet outil est libérateur pour certaines personnes, mais oppressif pour d’autres », ont expliqué les organisatrices. Le message semble avoir passé, puisqu’elles étaient rares à manifester torse nu samedi après-midi dans les rues de Genève.

En défilant, les personnes qui se sentent discriminées peuvent se réapproprier la rue, un espace qui se révèle « hostile, surtout pour les minorités de genre », souligne le collectif. Avant de s’élancer sur le bitume, les manifestantes ont lancé un grand cri, une façon, pour elles, d’extérioriser leur « rage » et leur « souffrance. »

Un mouvement moins politique

Même si la Grève féministe est devenue annuelle, pour les organisatrices de « La marche des salopes », une manifestation par mois ne serait pas de trop pour faire bouger les lignes. Mais l’idée est aussi d’être complémentaire.

L’objectif de cette mobilisation est de dénoncer la culture du viol, qui consiste à invisibiliser les violences sexistes et à déculpabiliser leurs auteurs. La marche des salopes ne s’empare pas de questions politiques, contrairement à la Grève féministe. Les partis politiques et leurs drapeaux n’étaient d’ailleurs pas les bienvenus samedi après-midi à Genève.

Anouk Pernet/vajo avec ats

Radio Télévision Suisse : https://www.rts.ch/info/regions/geneve/13076330-des-centaines-de-personnes-dans-les-rues-de-geneve-pour-la-marche-des-salopes.html


La bombe nucléaire n’est qu’une douce perception par rapport au danger réel qui menace toute civilisation NATURELLE.

« Je suis un folkloriste patriote effréné dans un pays de dégénérés, de laquais et de bâtards ! »

Louis-Ferdinand Céline


6 Commentaires

  • Très impressionnant autant de conneries!! Chacun et chacune veut dire  »son fait » en y croyant fermement. Bigard aurait donc anticipé cette grande débilité devenue mondialisée, géographiquement, pas en nombre ! Depuis que j’ai vu à Strasbourg, en début ’’d’assouplissement’’ du confinement, de très belles jeunes femmes, joliment vêtues, mais portant court, avec des masques de menton jusqu’aux yeux, j’ai compris à 70 ans, à quel point, ce qu’on peut appeler le sens de la mesure, s’est envolé. De REELLES FLEURS DE VIE, MASQUEES !! Abomination, en douceur, mais abomination. Mentalité totalement détraquée, plus aucun sens de ce qu’est une norme. EN AUCUNE ECOLE, LA NORME MATHEMATIQUE D’UNE COURBE N’EST DEMONTREE ET DITE REPRESENTATIVE D’UNE REALITE ABSOLUE, MORALE ET COSMO-DIVINE. Je remercie le Ciel, de m’avoir donné avant mes 20 ans, une jeune femme, belle et saine d’esprit !! Elle était pudique en public, et érotique lorsque nous étions seuls. Ma belle-mère disait que certaines femmes étaient violées, parce que délibérément trop aguichantes, je le crois possible. Il me semble que bcp de femmes ne savent plus ce qu’est le plaisir d’être pudique en public, et ’délurée’ au lit. Quels sont encore les couples, où l’un est pour l’autre ’’mon trésor’’ ? Tout est devenu contrat et consommation. Mammon a tout envahi. ’’’Mon corps m’appartient’’ : ah bon, et le cosmos de vie, il en fait quoi ? Bcp de personnes, je ne sais combien, croient être un corps, et que ’’l’esprit’’ est une débile vieillerie qu’il faut laisser aux idiots. Les femmes ont un magnifique pouvoir, mais certaines l’ont laissé s’aliéner à la sauce mammon. Ces déclarées ’’salopes’’, n’auraient-elles pas plaisir à ne l’être que pour leur gars, ou bien ne l’auraient-elles jamais connu? Ma comprenette sur ce sujet est vraiment peu utile. Seraient-elles contentes de voir qu’elles ne font aucun effet sur Bri-jean-mich ? On assiste là, à la TUERIE DU SAIN DESIR. LOGOS FOUTU, EROS AUSSI. Heureusement, c’est de loin pas pour tous !! La vie réelle est implacable !!

  • en fait elles sont profondément puritaines, et asociables, et agressive et paranos, ce snt des bourgeoises, qui font joujou avec les concepts; C’est typiquement de la drite, comme les ultras dutemps de Louis XVIII

  • 5/12/2005 : On voit bien que Mme P***** la « chargée de mission » de mon bureau, est d’une génération plus vieille que le commun des femmes d’aujourd’hui (et d’abord parce qu’elle porte encore des vêtements de couleur !).
    Elle met ses mains sur ses hanches, comme faisaient les femmes quand elles portaient des robes . Elle s’adonne parfois à des sous-entendus égrillards, qu’aucune des dragons de sexophobie actuelles ne feraient jamais, ni ne tolérerait seulement en leur présence ! chape de béton du puritanisme s’est abattu sur nos pays.

    Quand à cette carrément vieille femme, Mme Delfanti (1) elle est encore d’une génération avant et elle disait en mai 2005 à 80 ans : « oh ! tu préférerais une belle pépé. » et  « Qu’est-ce que tu fais le Dimanche ? Tu ne vas pas me dire que quand tu as une femme à côté de toi tu ne cherches pas à toucher, » etc. Eh oui, elle a grandi à une époque où la communication entre les êtres on trouvait ça normal ; maintenant on trouve ça criminel !

  • En Mai 68, une génération a dit : « Des enfants si je le veux et quand je le veux ».
    Mais en 2018, cette génération demande une retraite, et elle s’étonne qu’on lui réponde : « La retraite, quand on pourra, et si on peut ».

    Citation de l’Abbé Olivier Rioult

  • Propagande bolchévique incitant les femmes à quitter la cuisine pour aller travailler à l’usine :
    https://www.zupimages.net/viewer.php?id=22/19/fckj.png

  • autrefois rapports humains, aujourd’hui …

    26/6/2006 en passant sur le trottoir : 

    Cette publicité n’est pas encore au goût du jour, elle va se faire stigmatiser par le MLF et par les autorités gouvernementales : Le bonhomme est montré en train de tenir sa femme par la taille. Quelle horreur ! On va dire que c’est humiliant pour l’image de LA Femme de montrer un homme passant son bras autour de la taille de son épouse ; On va dire que c’est du «machisme», que c’est indécent, que c’est une « violence », que cet homme est un « porc », etc.

    Pour que les MLF ne considèrent pas ça comme humiliant pour LA Femme il faudrait qu’il se tienne à 3 mètres d’elle et que ce soit un « Directeur des Ressources Humaines », qui la jauge pour voir si elle peut encore être rentable et s’il va l’employer encore quelques semaines, ou bien s’il va la jeter à la rue comme un papier gras.

Laisser un commentaire