Le Voile Chrétien revient en force sur « TikTok. » Vidéos.

L’Occident Chrétien nous est témoin qu’il n’existait pas, avant Vatican 2, de femmes qui n’entraient dans les Eglises sans la tête couverte.

Il n’existait tout simplement pas, jusqu’au 20ème siècle, de femmes qui sortaient dans la rue sans la tête couverte ou d’un voile, d’une coiffe, d’un chapeau ou d’un foulard. Le phénomène « tête nue » a pris naissance dans les villes tandis que dans les campagnes des grands-mères aux enfants, les femmes avaient la tête voilée.

Jamais une femme n’aurait songé sortir sans la tête recouverte, même pour demander à la république le droit de vote tandis qu’elles l’avaient en France Catholique.

Egalement, Jamais un homme n’aurait songé sortir sans la tête recouverte. Ils ne se décoiffaient que pour saluer une Dame, l’autorité, lorsque une procession passait et lorsqu’ils entraient dans les Eglises en signe de RESPECT.

Les femmes des campagnes, qui ont été les dernières Catholiques dans le Monde Occidental, ont porté le voile jusqu’à leur mort. C’est avec elles que s’est envolé le Voile Catholique pourtant demandé dans les Saintes Ecritures. C’est avec elles que s’est envolé la Famille Unie et Aimante regroupée autour de la Tablée qui réunissait au moins 3 générations.

PAROLE DE DIEU :

Saint-Paul parle du voile de la femme dans 1 Corinthiens 11, dans les versets 5 à 15, ceci dans un chapitre traitant de l’ordre dans l’Eglise.

3 Je veux cependant que vous sachiez que Christ est le chef de tout homme, que l’homme est le chef de la femme, et que Dieu est le chef de Christ.

4 Tout homme qui prie ou qui prophétise, la tête couverte, déshonore son chef.

5 Toute femme, au contraire, qui prie ou qui prophétise, la tête non voilée, déshonore son chef, c’est comme si elle était rasée.

6 Car si une femme n’est pas voilée, qu’elle se coupe aussi les cheveux. Or, s’il est honteux pour une femme d’avoir les cheveux coupés ou d’être rasée, qu’elle se voile.

7 L’homme ne doit pas se couvrir la tête, puisqu’il est l’image et la gloire de Dieu, tandis que la femme est la gloire de l’homme.

8 En effet, l’homme n’a pas été tiré de la femme, mais la femme a été tirée de l’homme;

9 et l’homme n’a pas été créé à cause de la femme, mais la femme a été créée à cause de l’homme.

10 C’est pourquoi la femme, à cause des anges, doit avoir sur la tête une marque de l’autorité dont elle dépend.

11 Toutefois, dans le Seigneur, la femme n’est point sans l’homme, ni l’homme sans la femme.

12 Car, de même que la femme a été tirée de l’homme, de même l’homme existe par la femme, et tout vient de Dieu.

13 Jugez-en vous-mêmes, est-il convenable qu’une femme prie Dieu sans être voilée ?

14 La nature elle-même ne vous enseigne-t-elle pas que c’est une honte pour l’homme de porter de longs cheveux,

15 mais que c’est une gloire pour la femme d’en porter, parce que la chevelure lui a été donnée comme voile ?

Parole de la Judéo-Franc-Maçonnerie républicaine :

L’Ordre Chrétien Millénaire, détruit depuis par la judéo-franc-maçonnerie infiltrée dans l’Eglise, a mené la Civilisation a un tel niveau de quasi perfection, que TOUS les ouvrages d’aujourd’hui crient « AU SECOURS » !

ESSAYEZ TOUJOURS DE FAIRE CONSTRUIRE UNE CATHEDRALE PAR LES TENANTS DU SYSTEME D’AUJOURD’HUI !

Vous attendrez longtemps. ILS préfèrent les détruire pour élever des cages en béton à la place.

Liste 2019 des églises et chapelles détruites en France depuis 2000

La boîte de Pandore a été la CLEF du décervelage généralisé et la primo géniture de la déchristianisation des esprits en répandant les concepts républicains de « travail dans les villes », de divorce, de pilule, d’avortement……….sous les traits factieux de (((DE LIBERATION))).

Et les illuminés, qui combattent l’islam et ses vêtements, illuminés revêtus d’habits de chevrettes fonceuses, pensent qu’ils pourront les mettre KO grâce à la Laïcité républicaine QUI LES A INSTALLES !

Il est toujours facile de se plaindre des islamistes, de cogner sur l’Islam à bâton rompu comme le font les républicains PATRIOTES patentés !

Sans le retour de la Foi Catholique qui a façonné l’Europe grâce à l’Empereur Constantin et le concile oecuménique à Nicée en 325 et la France en 496 par Clovis, RIEN NE SE PASSERA car les républiques et leur Laïcité sont LES RACINES qui ont importé l’islam dans l’Occident Chrétien POUR LE DETRUIRE EN TOTALITE.

Ne pas comprendre cela est la preuve formelle que les lavages de cerveaux ont bien fonctionnés.

Rerum Novarum (15 mai 1891) | LÉON XIII – Vatican.va


«Trop stylé», sur Tiktok des jeunes chrétiennes promeuvent le port du voile

Sur le réseau social TikTok, des adolescentes ou très jeunes femmes chrétiennes posent avec un voile. Certaines de leurs vidéos font des millions de vues. Phénomène de mode ? Questionnement identitaire ? Marque de religiosité ? Des sociologues y voient le signe d’un « brouillage des frontières » entre religions.

Elles se surnomment @xoxo.nguyen16, @dieu.est.avec.moi ou encore @jesus_nousaimes, et leurs vidéos sur TikTok font parfois des millions de vues. Ces quelques pseudonymes sont l’arbre qui cache la forêt des centaines d’adolescentes ou de très jeunes femmes chrétiennes faisant la promotion du port du voile sur ce réseau social de diffusion de vidéos courtes qui fait fureur chez les moins de 25 ans.

Le phénomène est récent – aucune des vidéos vues par La Croix ne remonte à plus de quatre mois –, mais son ampleur numérique ne semble pas négligeable. Comment les concernées justifient-elles cette pratique ? Certaines de ces « tiktokeuses » font référence à la première épître de saint Paul aux Corinthiens (chapitre 11, verset 5) : « Toute femme qui prie ou prophétise sans avoir la tête couverte fait honte à sa tête : c’est exactement comme si elle était rasée. »

Le port du voile, c’est « trop stylé »

Héléna, 22 ans, a confié à La Croix qu’elle était « athée » il y a encore deux mois. À la suite de « problèmes personnels », elle s’est réfugiée dans la prière et s’est même engagée dans un parcours de catéchumène. Une démarche confirmée par sa paroisse, située dans les Hauts-de-France. Son voile, porté au quotidien, est décrit par la responsable paroissiale du catéchisme comme « discret et joli, comme celui de la Vierge ». Il ne semble pas avoir surpris outre mesure les fidèles de cette église.

Héléna justifie son choix par la volonté de « renouer avec (ses) origines espagnoles », en se réappropriant la tradition du voilement des femmes par la mantille à la messe. Elle voit également dans son voile « un recommencement, une autoprotection, un renforcement dans la foi ». Sans dissimuler qu’elle le trouve « trop stylé »…

Leanna, 14 ans, explique vouloir ainsi imiter la Vierge et se sentir « plus proche de Dieu ». Elle précise ne porter son voile, léger, qu’à l’église, « à la messe ou pour prier », même s’il lui arrive de sortir dans la rue avec, de temps à autre. […]

La Croix

VIA

FdeSouche : https://www.fdesouche.com/2022/06/07/trop-style-sur-tiktok-des-jeunes-chretiennes-promeuvent-le-port-du-voile/


Reste à savoir si les républicains patentés des sites « Patriotes » trouveront un Motif pour s’attaquer au Voile Chrétien comme ils le trouvent pour s’attaquer au voile musulman qui, lui, n’a pas sa place dans l’Occident Chrétien.

Sainte Bernadette.

André Malraux, ayant participé à la Destruction de la France avec les républicains Espagnols qu’il fit rentrer en France en grand nombre, a vu juste sur le Concept Existentiel de NOTRE CIVILISATION :

« Le XXIe siècle sera religieux ou ne sera pas » 

Sans le retour de la Foi Catholique, inutile de combattre, tout sera toujours voué à l’échec.

Le Seul combat qui doit animer les Français est celui du Retour de Notre Seigneur Jésus-Christ et de Notre Sainte Mère Marie et si cela peut se faire par le retour du Voile Chrétien, alors que le Voile Chrétien soit cet Emblème de la Foi Catholique qui fera refleurir les Âmes perdues, les Âmes en détresse qui errent dans le désastre de ce Monde sans Foi ni Loi.


15 Commentaires

  • La coiffe c’est bien, mais il faut surtout abandonner le pantalon, vêtement contre nature, au profit de la jupe. La jupe ne fait pas la femme mais elle y contribue…

    • en effet, c’est dans les années 60 que le « pantalon pour femme » est soudainement devenu à la mode :

      • Oui, sauf que…Le pantalon est bien plus pratique dans la vie quotidienne de ces dernières décennies!! Et beaucoup plus décent qu’une « mini-jupe » vous ne croyez pas?? Soyons réalistes et honnêtes.

      • les pantalons de femmes n’ont pas de braguette. Ils ne peuvent donc être qualifiés de vêtement masculins.
        D’autre part, dans des temps anciens, bien des hommes portaient des robes, et pas seulement dans des fonctions sacerdotales.
        Aujourd’hui encore, les hommes arabes ou noirs africains portent des robes, et il ne vient à l’idée de personne de les accuser de porter des vêtement féminins.
        Tout est question de culture et de coutumes. personnellement, je préfère voir une femme en pantalon qu’en burqa.

      • Rectificatif : les pantalons , surtout les jean’ pour femmes possèdent également des braguettes ou avec des fermetures éclairs, il suffit de regarder les publicités sur les catalogues, sur internet, dans la réalité. C’est un copié-collé des jean pour hommes. Cela change surtout dans les tailles et la morphologie, .
        C’est l’anglicisation phonétique du nom de la ville italienne de Gênes, qui donnera le nom de « jeans ».
        Le jean est inventé aux USA. Importée aux États-Unis, la toile de Gêne est utilisée dans la confection de vêtements portés par les esclaves dans les plantations. Vers 1850, un jeune immigré allemand répondant au nom de Levi Strauss s’en empare afin de tailler dans cette matière des salopettes qu’il souhaite vendre aux chercheurs d’or.

        La Djellaba, emprunté de l’arabe maghrébin djallaba, désignant un vêtement porté par les marchands d’esclaves ou par les esclaves eux-mêmes. Ample robe à manches longues et à capuchon, portée par les hommes et les femmes en Afrique du Nord.
        Selon Reinhart Dozy, La djellaba serait, à l’origine, le « vêtement du djellab », c’est-à-dire du marchand d’esclaves ou le vêtement de l’esclave.
        De la Djellaba à la Gandoura et à la Bourqua, il n’y a qu’un tissu d’esclavagiste !

      • La religion catholique interdit aux femmes de porter le pantalon, tout comme la mini-jupe.
        Le 1er car c’est un vêtement masculin, le 2éme car c’est un manque de pudeur.

        De plus, les femmes ne sont pas censées travailler.
        Ce sont les Bolchéviques qui ont poussé les femmes à quitter la cuisine pour aller bosser.
        Et ils ont présenté cela comme une « libération » :
        https://www.contre-info.com/8-mars-journee-internationale-de-la-femme

    • Merci de vos réactions.

      Le pantalon, comme tout vêtement qui sépare les jambes, est un vêtement intrinsèquement masculin, depuis toujours. Étant contre-nature, il est paradoxalement pire que la mini-jupe, qui elle, bien qu’indécente, n’est pas contre-nature. Porter des jupes longues tous les jours ne pose pas de problème au quotidien (pour ma femme et mes filles entre autres), mais impose de faire les petits sacrifices de renoncer aux activités masculines (toutes celles qu’on ne peut pas faire en jupe justement, comme la plupart des sports – mais pas tous), et oblige à surveiller son maintien. Elle est en outre plus pratique pour les activités féminines (par exemple ça ne pose pas de problème pour les fréquents changement de taille des femmes).

      Voir la lettre du cardinal Siri contre l’usage du pantalon. Il dit que l’habit masculin employé par une femme altère la mentalité féminine, il vicie les rapports entre hommes et femmes, elle porte atteinte à la dignité d’une mère aux yeux de ses enfants…

      Les pantalons n’ont pas forcément de braguette, mais ça reste un pantalon, un habit d’homme. La robe pour un homme est considérée comme un vêtement de dessus (une tunique, un manteau) portée avec une culotte (un pantalon) dessous, contrairement à la robe féminine qui se porte traditionnellement avec une succession de jupons. A noter que le kilt écossais a été condamné par l’église. La robe pour homme a toujours été utilisée, notamment pour les bébés masculins (voir le portrait de Louis XIV enfant par exemple), tandis que le pantalon n’était jamais utilisé, même pour les bébés. Le seul pays ou le pantalon pour femme est traditionnel est la Chine, me semble-t-il.

      En faisant quelques recherches je suis tombé sur le site Femme à part qui parle du sujet. Il y a Damart qui fait pas mal de jupes, de moins en moins pour les vieux d’ailleurs. On peut mentionner Fregoli qui font des patrons de couture, par exemple. Un habit traditionnel féminin qui revient à la mode et se décline sous toutes les coutures est le « dirndl » bavarois, qui est dans les grandes lignes relativement similaire à ce qu’il se faisait en général dans la majeure partie de l’Europe, mais qui est resté plus vivant. Certains boubous africains sont assez proche de ce qu’on trouvait dans le style des robes paysannes.

      A noter aussi que le vêtement féminin traditionnel était le plus souvent très coloré et décoré, ce qu’on ne trouve plus vraiment de nos jours, même chez les chrétiennes traditionalistes qui sont plutôt austères. Il couvrait le corps mais pas les formes, qu’il avait au contraire tendance a accentuer, contrairement au vêtement mahométan. Les mahométanes ont des vêtements moches et peu féminin qui cachent des strings, car leur conception du vêtement n’est pas d’être le reflet de l’intérieur comme chez les chrétien mais d’en être le rempart. Les critères de décence pour l’église imposaient aux femmes une jupe qui descend une main sous le genou, un décolleté qui ne descend pas deux doigts en dessous de la clavicule, et des manches sous les coudes, et la tête couverte (n’importe quoi qui couvre la tête, chapeau, voile, coiffe, couronne de fleurs)… Les fillettes en revanche portaient souvent une jupe courte et des manches courtes.

      Voilà, j’espère vous avoir apporté quelque chose, très cordialement.

  • La mantille ou voile léger des femmes catholiques, est un signe de piété, de respect, qui n’est porté qu’à la messe dans le Catholicisme Traditionnel, et qui a disparu dans les églises « Modernistes » avec les hérésies mensongères, tronquées, escamotées et trompeuses de Vatican II., à partir de la fin des années 1960, sous prétexte de « tenue désuète », de « modernité » et de soumission au monde ! Le code de droit canonique de l’Eglise « moderniste » de 1983 ne fait plus référence à une obligation pour les femmes de se couvrir à l’église.

    La coiffe, c’est très bien ! A noter, qu’elle était portée historiquement à la fois par les femmes catholiques et les femmes protestantes au XVIIIe siècle, au XIXe siècle et au milieu du XXe siècle, encore dans les campagnes. A titre d’exemple, en Franche-Comté, dans chaque « Pays » de cette province très rurale et paysanne, les coiffes, les robes, les tenues ainsi que les chapeaux des dames étaient très variées et très richement cousues et décorées par les dentellières, les couturières, et étaient quotidiennement portées suivant les saisons, les fêtes populaires et traditions religieuses *. Aujourd’hui, les dentellières et les couturières ont disparues. Les coiffes et les tenues sont rangées et conservées dans des musées, des conservatoires du patrimoine et sont ressorties pour quelques fêtes folkloriques désuètes qui plaisent tant aux touristes ignorants d’une longue tradition !

    *Référence bibliographique: Catherine Debusne, « Costumes de Franche-Comté. Fêtes et traditions », éditions Cabédita, Collection
    « Archives vivantes » Suisse, 2001.

    Cela dit, le chapeau, relève de l’élégance féminine et de la piété religieuse, que l’on peut voir pendant les messes catholiques traditionnelles.
    L’usage de la mantille s’est développé aux XVIe et XVIIe siècles en Espagne. L’usage s’est maintenu en France par la plupart des fidèles de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X et par les fidèles Catholiques romains adeptes de la forme tridentine de la liturgie romaine.
    Les reines catholiques ont le « privilège du blanc », le droit de porter une tenue blanche, avec une mantille blanche.
    Le code de droit canonique de 1917 rend obligatoire le couvre-chef pour les femmes dans une église.

    Le pantalon porté par les femmes est l’expression militante, instrumentalisée et dévoyée par le MLF,-, d’une tenue androgyne singeant les tenues des hommes, dans une recherche visuelle utopique d’un pseudo égalitarisme ! Des femmes s’habillent en hommes : complet veston, cravate, pantalon, fument, s’alcoolisent, sont violentes, deviennent dégénérées : dans la recherche du pouvoir, de la puissance, de la domination, de l’accaparement, des métiers, des valeurs masculines. Des hommes s’habillent en femmes, portent la jupe : perte de virilité, inversion des valeurs de société, de l’identité, des repères, des codes vestimentaires !

    • Intéressant… Le blanc était l’apanage des vierges. Après le mariage il était interdit (pour le voile ou pour la tenue complète du moins).

  • Excellent article ! En effet quand on regarde l’histoire des costumes régionaux une femme sans coiffe cela n(existe pas . Une femme ne serait jamais sortie dans la rue « en cheveux » . Voici un très bon article que j’ai souvent partagé sur mes pages https://lafemmecatholique.wordpress.com/2011/01/21/femmes-couvrez-vous-les-cheveux/

  • Malraux a dit: » le 21ème sera SPIRITUEL ou ne sera pas!  » Il n’a pas dit « religieux ».

  • Les vêtements masculins et féminins et masculins à l’époque biblique et au Moyen-Age

    Dès l’époque biblique hébraïque, du temps du Tabernacle dans le désert, les hommes Hébreux, les Israélites assignés au service sacré, portaient une longue tunique blanche qui ressemblait à un long t-shirt blanc à manches en coton, au dessus d’une sorte de pantalon blanc à larges pants ou braie, sur lequel était posé une longue tunique en lin sans manches descendant jusqu’aux dessus des sandales à lacets ; cette tunique était tenue par deux ceintures en tissus. Les vêtements bibliques étaient très codifiés par des lois vestimentaires. Les cheveux étaient tenus par une une bande en coton blanc. Les tissus blancs sont très employés en Orient, et sont d excellentes matières pour se préserver et se protéger des fortes chaleurs brûlantes du désert.

    Les vêtements du peuple à l’époque biblique étaient faits de laine, de lin. La plupart des événements de l’Ancien et du Nouveau Testament ont lieu dans l’ancien Israël, et donc la plupart des vêtements bibliques sont des vêtements hébreux anciens..

    Les femmes Israélites portaient généralement des sous-vêtements en coton, qui étaient recouverts d’une longue tunique ou robe de différentes couleurs, et en blanc, ouverte sur les bras, attachée avec un ceinture en tissus. Les femmes mariées avaient les cheveux couverts d’un voile léger assortis à la tenue, elles étaient chaussées de sandales à lacets en cuir..

    https://www.hisour.com/fr/biblical-clothing-26804/

    Textes bibliques de référence :

    Deutéronome 22:5 : « Une femme ne portera point un habillement d’homme, et un homme ne mettra point des vêtements de femme; car quiconque fait ces choses est en abomination à l’Éternel, ton Dieu. »

    1 Timothée 2:9-10 : « Je veux aussi que les femmes, vêtues d’une manière décente, avec pudeur et modestie, ne se parent ni de tresses, ni d’or, ni de perles, ni d’habits somptueux, mais qu’elles se parent de bonnes oeuvres, comme il convient à des femmes qui font profession de servir Dieu. »

    Les braies (généralement au pluriel), en latin braca (pluriel bracae ou braccae), sont un vêtement en forme de pantalon, ajusté ou flottant, qui était porté par plusieurs peuples de l’Antiquité, en particulier les Gaulois, ainsi qu’au Moyen Âge.

    Les costumes des hommes et des femmes au XIIIe siècle.

    « Les hommes portaient une tunique ou cotte, longue ou courte. Une de ces cottes, nommée cyclas, n’était qu’un morceau de tissu rectangulaire avec une ouverture pour la tête. Au fil du temps les côtés ont été cousus ensemble pour faire une longue tunique sans manches, la chainse. Quelquefois des manches et parfois un capuchon étaient ajoutés, les cyclas devenant ainsi des ganaches. S’ajoute enfin, chez les gens aisés, le surcot, tunique courte serrée par une ceinture, avec ou sans manches. Plus ou moins ajustées.

    Un mantel, fixé sur l’épaule gauche, était porté par l’aristocratie comme un vêtement formel
    Les femmes portaient une robe. Ce mot désignait l’ensemble du vêtement féminin. Les femmes du peuple portaient une cotte sans manches ou à manches courtes (rallongées en hiver par laçage ou épinglage) sur leur chemise. Les autres portaient une longue cotte, doublée de fourrure en hiver (le pelisson), ajustée au niveau du buste puis évasée à partir de la taille, avec de longues manches très ajustées (et cousues tous les matins) ou larges, laissant voir celles de la chemise et une ceinture étroite, à laquelle elles accrochaient une aumônière.

    La chemise (chainse) portée à même la peau, en général blanche (en chanvre pour les paysannes, en lin ou en soie pour les plus riches), était parfois colorée ou brodée. Les femmes de condition portaient volontiers des broderies ou des applications, et le manteau (mantel), sans manches. Progressivement un surcot, parfois très long et nécessitant d’être relevé pour marcher s’ajoute sur la cotte. Il est à longues manches larges ou sans manches et très échancré, laissant voir la cotte en dessous au niveau des hanches. »

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Costume_au_XIIIe_si%C3%A8cle

  • Merci de ce très bel article avec une excellente nouvelle: REVEIL DE JEUNES FEMMES QUI OSENT DIRE LEUR FOI, avec des millions de vues en ligne!! J’ai 70 ans, je confirme que les femmes portaient ce qu’on appelait aussi un fichu. On ne voyait de leurs corps, que les mollets, et en été les bras, et le début de poitrine, ce qui est resté toute ma vie, un ravissement. Suffisait que les tissus soient beaux aussi, ce qui était bcp plus le cas que depuis 20 à 30 ans, toute femme était à peu près une fleur, et beaucoup l’étaient réellement. Par contre, avec les modes justes au corps, toutes ont cherché à éviter d’avoir ventre, et c’est selon moi, une grande avancée qu’il serait bon de garder. On dit bedaine pour un gars, et pour une nana, on dit bide, mais aucun d’eux n’est beau. Ventre de femme est ventre de vie, pas de mal bouffe, ni port du corps relâché. ’’Le corps est le temple de l’esprit’’ a aussi dit Paul de Tarse, grand instructeur. Corinthiens I, 6 :19 : Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint-Esprit qui est en vous, que vous avez reçu de Dieu, et que VOUS NE VOUS APPARTENEZ POINT A VOUS-MEMES?’’. C’est la plus claire façon de dire ce qu’est le devoir, de dignité corporelle et de dignité mentale. Salutations à tous !!

  • Comme elles sont belles ces jeunes femmes , de vraies Vierge Marie.

  • « Ne vous souciez point de ce que vous portez et de ce que vous mangez, en effet tout ce qui est impur est ce qui sort de votre bouche »

Laisser un commentaire