La terre plate et la déformation des continents

Pendant des siècles, l’humanité a su tout ce qu’il y avait à savoir sur la forme de la Terre. C’était une planète plate, en forme de cercle, avec beaucoup de choses pointues qui pendaient de la face inférieure. Sur la face supérieure relativement lisse, l’Europe se trouvait au milieu du cercle, les autres continents étant éparpillés sur les bords, et certaines parties de l’Afrique étant suspendues au bord. Les océans se heurtent aux côtés de la Terre et, par endroits, débordent, créant des courants qui entraînent les navires qui s’aventurent trop loin en mer. L’espace au-delà du bord du monde était un royaume sombre habité par toutes sortes de bêtes impies. Le feu et le soufre jaillissaient des profondeurs de l’enfer et s’enroulaient autour des falaises dont la longueur infinie s’avançait jusqu’aux profondeurs les plus sombres…. C’est le monde tel qu’il est décrit dans la Bible et aussi par Jules Vernes dans « Voyage au centrre de la Terre ». C’est aussi cette vision du monde d’une terre plate défendu par celui qui a le mieux déchiffré les hiéroglyples, mais aussi les écritures pascuanes, incas, à savoir Fernand Crombette. Lisez le livre de Laurent Glauzy sur l’île de Pâques.

Puis, au XXe siècle, tout a changé : le mensonge d’une terre ancienne de 4,5 milliards d’années (au lieu de 6.000 ans) allaient encore plus enterrer la vérité d’une terre plate. Pendant des décennies, un petit groupe d’individus autoproclamés « éclairés » avait débité ses absurdités hérétiques selon lesquelles la Terre était en fait ronde. Citant des « preuves » fondées sur rien de plus que des hypothèses, des demi-vérités et des suppositions aveugles, ils ont ébloui la population avec leurs « … preuves mathématiques et scientifiques indéniables… que le monde n’a pas la forme d’une crêpe, mais d’une orange ! ».

Grigori Efimovich, sera plus tard connu du reste du monde sous le nom de Christophe Colomb. Ce Cabaliste de la tribus des faux prophètes comme Enstein, Freud, Marx, Lénine, fait croire qu’il a fait le tour de la planète et atterri aux Antilles. Comme nous le savons maintenant, il n’en était rien. En réalité, Efimovich a traversé l’océan Atlantique jusqu’à un continent encore inconnu, l’Amérique du Nord, et même là, il n’a atteint qu’une petite île au large de la côte. Il lui a fallu encore plusieurs années pour « découvrir » sa bévue et la revendiquer comme un « … nouveau monde ». Mais le mal était déjà fait, et l’humanité entra dans ce que nous appelons aujourd’hui « l’âge des ténèbres »….

Dans le mensonge de la terre sphérique, il a fallu bien entendu déformer les continents, comme en atteste la carte ci-dessous. Je tiens aussi à signaler que lorsque j’étais sur « Facebook », les articles qui ont causé la fermeture de mon site, n’étqient pas ceux ayant trait à l’hiostoire, mais ceux portant sur la terre plate. Etrange, non !

40 Commentaires

  • Le débat sur la terre plate est-il d’une actualité vitale pour l’avenir de l’humanité ? Celle-ci vit sur cette « plan-ète » depuis plusieurs millénaires, elle est maintenant gravement menacée d’extinction totale ou, au mieux ou au pire suivant le point de vue, en cours de mutation génétique aboutissant à un monde de robots organiques ou de zombies sans âme ni conscience. Certes, chacun est libre de placer ses centres d’intérêts où il veut, mais franchement, ce qui doit nous préoccuper urgemment n’est pas de savoir quelle forme à la terre. Du moins, pas en ce moment.

    • Je plussoie.
      L’homme n’est pas allé sur la Lune. On s’en tape de la forme de la terre.
      Je remarque qu’en ce moment il y a beaucoup de discussions sur ce sujet.
      Serait- ce pour occuper le Pékin moyen et éviter qu’il se penche sur les docs fuités de Pfiser ou les morgues qui débordent avec les assurances qui aux USA annoncent des chiffres post injection catastrophiques…?????
      Un sujet intéressant serait : comment couler les journeaux télévisés de propagande.

  • Je n’aime pas reprendre les personnes bien plus instruites que moi, mais là l’erreur est trop grossière (selon mon seul jugement), Grigori Efimotich n’était pas le vrai nom de Christophe Colomb, mais celui de Raspoutine. Celui de Christophe Colomb (né à Gênes Italie) était Cristoforo Colombo.

  • Voilà exactement le genre d’article qui DISCRÉDITE tout ce qu’il peut y avoir d’exact sur ce site.
    J’ignore si c’est volontaire ou non, mais je penche plutôt pour le non car nous vivons l’apothéose de la GNOSE, qui est le règne de l’irrationalité. Il n’y a plus d’argumentation comme au temps béni de saint Thomas. Elle a été remplacée par la CROYANCE : « La terre est ronde, ah ça, j’y crois ! » Ou « je n’y crois pas », ça ne vaut pas mieux,
    S’est tellement suicidaire que le suicide collectif auquel nous assistons – et participons – n’a pas d’autre cause, et comme un tel phénomène, qui a émergé à la « Renaissance » a mis cinq siècles pour parvenir à son apogée, il ne faut pas espérer un redressement rapide. Et d’ailleurs, on en voit surtout une accélération frénétique.
    R.

  • Cher Laurent, vous avez un gros problème avec cette théorie de la terre plate, un gros problème qui vous discrèdite. Heureusement que le ridicule ne tue pas. Demandez à l’Esprit Saint de faire sauter ce verrou que Satan s’acharne à maintenir pour torpiller votre apostola.
    Il n’y a que les anes qui ne font pas marche arrière et chez l’homme un égo surdimentionné.
    J’ai passé des années à tordre dans tous les sens le texte de la genèse comme tant d’autres.
    J’ai terminé mon immertion dans le texte biblique, trois traductions différentes (Jérusalem, JN Darby, A Chouraqui) bien vivant qui me parlait et me répondait, parfois nominativement, et souvent même avec beaucoup d’humour.
    Ce fut la plus belle aventure de ma vie.
    Il es est sorti AU-DELA SHOAH, La fin des temps, paru en 2018 aux éditions Jets d’encre, Paris, Joseph Vedyahr.
    Vous y trouverez tout ce qui m’a été révélé sur la création, l’age de l’univers et de la terre. Et bien d’autres choses encore qui vous pationneront comme elles m’ont pationné tel que la vrai nature de la faute originelle. Que du bonheur. Bonne lecture.
    Rien dans le texte biblique n’indique que la terre es plate. Pas plus que chez Jules Vernes. C’est mal connaitre son oeuvre.
    La rotondité de la terre, des planettes et des étoiles est mathématiquement le fruit de la gravité associé à la rotation de celles ci. Il ne peut en étre autrement.
    Si votre intelligence bug sur ce concept que vos tendances complotistes (que je partage) exacerbées à l’extrème vous ont vissé dans le crane, adoptez la démarche empirique. Achetez un bateau, prenez une année sabatique, un bon sextan et une carte du ciel, et faite un tour du monde. Vous comprendrez que Gallilé et Copernic avaient raison.
    Oui, elle est bien ronde et magnifique notre terre, un vrai miracle… Elle tourne bien autour du Soleil qui lui donne vie et lumière et qui est l’image symbolique de notre Dieu créateur et Père. La Lune symbolise à la perfection l’image de Marie qui reflette la lumière du soleil et féconde la vie par ses cycles maternels.
    Je suis l’astre du matin nous dit Jésus dans le texte johanique. Quelle plus belle image que ce cortège céleste, terre et lune qui tourne autour de lui.
    Aller, Laurent, un petit effort, si tu crains de payer un livre qui ne t’apportera rien (j’en doute fort) donne moi une adresse à laquelle je puisse te l’envoyer.
    Voici la mienne
    josephinhailmary@gmail.com
    Joseph Vedyahr

    • Dite a Laurent de venir sur Saint Malo ,Cancale,je lui prouve en 2 minutes quel est ronde grâce au îles du coin.

      • Effectivement, une petite sortie en mer est très instructive sur ce sujet. Lorsque l’on croise un cargo au large, on voit, dans l’ordre : 1/ la fumée de sa cheminée, 2/ le château (le poste de navigation à plusieurs mètres au dessus du pont), 3/ le pont et les containers dessus, 4/ et finalement la coque et la ligne de flottaison, 5/ et finalement la barbe du capitaine Hj hj hj !

    • « Lorsque l’on croise un cargo au large, on voit, dans l’ordre : 1/ la fumée de sa cheminée, 2/ le château (le poste de navigation à plusieurs mètres au dessus du pont), 3/ le pont et les containers dessus, 4/ et finalement la coque et la ligne de flottaison »

      Cet argument n’est pas valable et a été démonté mille fois, ce n’est qu’un effet d’optique, car si vous prenez des jumelles vous voyez tout le bateau, il suffit de zoomer et il apparaîtra dans sa totalité. Pour moi qui habite sur la côte méditerranéenne, je vois souvent la Corse dans sa totalité, il faut seulement que la visibilité soit bonne.

      • Cet argument n’est visiblement pas valable à votre point de vue, mais il est constaté unanimement par tous les marins autour du monde ! Étonnant, non ?

      • @ Saillard Eric

         » il suffit de zoomer et il apparaîtra dans sa totalité. »
        Il a raison, c’est une expérience très facile à mettre en place en plus.
        Et vous l’expliquez comment sur une sphère ??? Gros malin.
        Demandez à vos marins, (je suis sûr que vous ne l’êtes pas vous-même…) ce qu’ils voient quand ils observent un bateau au loin avec des jumelles.

        Décidément, les dogmes ça rend vraiment trop con.

    • Oui la terre n’a jamais été ronde,
      ceux qui pensent encore que les chinois on la tete en bas ou que l’eau se courbe,
      tant pis pour eux…
      Quand ils disent que la terre tourne sur elle meme à 1600 kmh, imaginé juste un avion, helico, ou parachutiste essayer d’atterrir, sans parler qu’il disent aussi qu’elle tournerait autour d’un soleil à plus de 100.000 kmh c’est a pisser de rire… et que tout ce petit monde tournarait encore plus vite.
      On nous dit que le rayon est de 6370 km, ça nous donne une courbure ou plutot un denivelé de plus de 700 metres tout les 100kms, donc quand on arrive à voir par temps clair la corse à Nice avec une longue vu ça veut dire quoi !? (env 250 km)
      Le lac michigan ou l’on peut voir la ville de l’autre coté, environ 100 km, des exemples comme ça y en a plein.
      Si le sujet est encore plus censuré que le cvd, cela veut dire quoi selon vous !?

  • Il faut être con pour croire que les astres, Terre comprise, sont plats.
    Les Grecs avait compris dès le VIe siècle av. J.-C que les astres sont sphériques.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89ratosth%C3%A8ne
    Lire le paragraphe  »Mesure de la circonférence de la Terre ».

    Regardez aussi les images prises de l’ISS (orbite à 350 km d’altitude), il faut être aveugle pour ne pas voir que la Terre est une boule.
    Par contre, nous sommes bien d’accord, aucun humain n’a tourné autour ou n’a marché sur la Lune (située à 385000 km de la Terre).
    Les missions Apollo sont un mensonge, une arnaque orchestrée par les pourris talmudo-kabbalistes qui nous dirigent depuis 230 ans.
    Apollo c’est Hollywood, tout a été intégralement tourné en studio.
    Les talmudo-kabbalistes mentent sur tout et tout le temps.

  • Admettons que la Terre est une boule volant dans un champ d’étoiles, mais cela impliquerait alors que les étoiles les plus proches de la Terre sont censées sembler se déplacer plus rapidement que les étoiles en arrière-plan (phénomène de parallaxe)

    Nous pouvons constater que ce n’est pas le cas.
    0 parallaxe de champ stellaire.
    Les étoiles bougent toutes ensembles : https://www.youtube.com/watch?v=nam90gorcPs&t=38s

    Et il y a cela également : https://www.youtube.com/watch?v=C9fL1fNvFtE
    20km de visibilité.
    0 courbure terrestre.
    Alors, explication? Où sont les 30 mètres de courbure terrestre ???
    https://earthcurvature.com/

  • Là enore on est dans la croyance. Si vous n’apprenez pas à déméler le vrai du faux dans les discours toujours bien étayés des scientifiques comme de leurs détracteurs, vous resterez dans la croyance pure qui ne tient la route qu’en religion, du moins pour ceux qui s’en contentent, ce qui n’est pas mon cas, mais je respecte cette position. Quant au visible, la croyance ne convient qu’aux sots ou qu’aux orgueilleux. Les autres cherchent a comprendre et révisent leur position au regard des preuves lorsqu’ellent s’accumulent. On penche alors pour l’option qui cumule le plus de preuves tout en gardant un regard critique.
    Or, les preuves de la conquête de la lune sont bien plus nombreuses que son contraire pour celui qui cherche la vérité. Rester dans la posture : On ne me fera pas gober n’importe quoi, tout en buvant comme du petit lait les discours des complotistes de bas niveau, des petits rigolo qui s’improvisent scientifiques alors qu’ils n’ont pas leur bac et se gavent de vulgarisation scientifiques à deux bales sur la toile, ca ressemble à l’obscurantisme des anti Jules Vernes de l’époque à une autre échelle.
    La science évolue à une vitesse exponentielle. Le nier est juste absurde. A défaut d’aller aus USA, allez en Guyane visiter la base spatiale de Courou. Vous verrez que la realité n’est pas si loin de la fixion et que ces choses ne sont pas un pur produit holiwoodien.

    • @J.M Hardy , vous vous prenez pour qui monsieur ??? quel mépris de vos frères humains , vous sortez quelque chose d’ignoble ……… » des complotistes de bas niveau, des petits rigolo qui s’improvisent scientifiques alors qu’ils n’ont pas leur bac et se gavent de vulgarisation  »
      J’ai un age certain donc ce que je vais vous dire c’est du passé ,et bien figurez vous qu ‘ en 1963 dans la ville de BI …….. ici dans le Pays basque , je passais mon certificat d’étude , oh !! vous allez rire avec mépris bien sur , mais pas grave , nous étions 300 élèves soit 10 écoles , hé oui les instits a l’époque savaient avec respect tenir une classe de 30 a 40 élèves sans aucun problème , à 10 heure du matin , j’avais la tête appuyée sur mes 2 mains , j’avais terminé TOUTES mes épreuves en 2 heures , et figurez vous qu’attendre 16 heures de l’après midi que 299 élèves terminent leurs épreuves c’est long à attendre ( tiens j’ai fait un lapsus sur attendre ) enfin a 16 heures pile l’inspecteur d’académie annonça mon humble victoire , oui 1er devant 299 autres élèves et plié la chose écrite en 2 heures .
      Alors et sans me référer a aucune statistique et vous allez me prouver le contraire je pense , moi complotiste que depuis 25 ou 30 ans , les gens qui passent leur BAC ,cela a l’air d’être votre dada le BAC , je pense que 60 % des gens qui ont le bac , l’ont sur ORDRE des académies locales , car : Histoire de France = NULLOS !!! , Géographie = NULLOS !!! , Math = NULLOS !!! et le summum Francais -Dictée = 5 fautes la ligne c’est pas cher payé = NULLOS DE NULLOS !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! il faut voir les traductions TV en temps réel qui sont faites en phonétique , on rigole de rigole lors de certaines émissions , hé oui les traducteurs venaient d’ou ?? DIEU seul le sait…………………….ce qui prouve une chose et je ne me réfère a RIEN , que si aujourd’hui le 21.08.2022 , et même chez des ministres et hauts fonctionnaires , si l’on remettait en route LE CERTIFICAT D ‘ ÉTUDE DES ANNÉES 60 a 75 , en gros il y aurait en restant 100 % neutre au niveau correction , il y aurait sur 100 candidats ,15 bons , 15 passables et 60 ZEROS , pas zorros ? lisez bien 60 ZEROS .
      Je maintiens moi le cancre avec un QI d’environ 155 a 165 en 1963 , c’était les premières estimations a l’époque des académies scolaires , la mode il me semble venait des USA , déjà !! …….Prouvez moi le contraire sur mes propos évoqués et excusez les fautes …………..je maintiens que 90 % a 95 % des complotistes avaient raison sur les événement que nous subissons depuis 2 ans presque trois entre autre avec le retours du Nazisme en europe , surtout en France et ailleurs dans le monde , j’en sais quelque chose , mon père passa 5 ans dans un stalag nazi en Allemagne …..JE PROUVE BIEN ENTENDU , plus bas …
      Cordialement
      PS :même macronescul fait embaucher dans la gendarmerie française des nazis ukrainiens AZOF

      ( Supposons que la capitulation Allemande ne soit qu’une armistice. le III Reich aurait donc signé un traité de paix le laissant comme autorité (toujours) légitime sur l’Allemagne, la Pologne et l’Autriche. La Cour constitutionnelle de Karlsruhe a, le 31 juillet 1973, précisé que le III Reich a survécu à la guerre de 45. C’est ce qui transparaît du préambule des articles 16, 23, 116 et 146 de la loi fondamentale (Allemande). Selon la jurisprudence de la Cour Constitutionnelle, le Reich allemand a toujours une capacité légale (BVerfGE 2, 266(277) ; 3, 288(319f); 5, 85(126); 3, 309, 336, 363), mais pas de capacité juridique, par manque d’organes légaux et institutionnels. Les gouvernements actuels ne sont que transitoires. )

  • J’aime beaucoup les vidéos de Laurent mais là il a du boire trop d’eau bénite et respirer trop de fumée d’encens !
    En toutes amitiés

  • Pourquoi ne pas affirmer plutôt cette évidence reconnue par la « science »: Le niveau d’eau est plat. (je rappelle que notre planète est recouverte de 70% d’eau)

  • Admettons que la Terre est une boule volant dans un champ d’étoiles, mais cela impliquerait alors que les étoiles les plus proches de la Terre sont censées sembler se déplacer plus rapidement que les étoiles en arrière-plan (phénomène de parallaxe)

    Or nous pouvons constater que ce n’est pas le cas.
    0 parallaxe de champ stellaire.
    Les étoiles bougent toutes ensembles : https://www.youtube.com/watch?v=nam90gorcPs&t=38s

    Et il y a cela également : https://www.youtube.com/watch?v=C9fL1fNvFtE
    20km de visibilité, 0 courbure terrestre.
    Alors, explication? Où sont les 30 mètres de courbure terrestre ?
    https://earthcurvature.com/

  • Bonjour à tous,

    J’ai trouvé un livre qui traite de la terre plate

    Voici les liens
    https://www.amazon.fr/gp/product/B093RP1JBW/ref=ox_sc_act_title_1?smid=A1X6FK5RDHNB96&psc=1
    https://terresacree.info/

    Est-ce que, quelqu’un à déjà lu ce livre s’il vous plaît? Il m’a l’air bien
    Le prix est assez élevé et le nombre de pages n’est pas annoncée et en outre il n’y à pas d’adresse email ni d’adresses postale pour contacter l’auteur.

    Merci

  • je lis les commentaires et quelque chose m’attriste énormément; c’est que la terre plate, ronde ou sphérique sont dogmatiques.
    On nous a dit de croire l’un ou l’autre.
    Le fait est qu’elle a une forme sans aucun doute, alors pourquoi les platistes ont ils autant d’arguments qui surprennent ?
    Comment se fait il que le soleil couchant éclaire le dessous des nuages ?
    Et pourquoi n’avons nous pas la vérité ?
    Y aurait il des loges, des sectes, des oligarques des politiciens , ou que sais-je , qui auraient intérêt à maintenir la confusion, organiser le pouvoir et contrôler l’information ? ? ?
    On s’en fout plate ou creuse, l’important c’est de réfléchir, ne pas défendre un dogme ou un autre, la terre plate, l’union €uropéenne , les méchants nazis , les récentistes, l’évolution de Darwin, la petite souris, les massacres, le père Noël ou « on a marché sur la lune » …
    ON NOUS MENT
    Nous devons REFLECHIR, PENSER, PESER, EPROUVER ….
    Merci Monsieur Glauzi d’oser affirmer des choses aussi contraires aux dogmes …

  • Je ne suis pas aussi érudite que tous les commentateurs de cet article, mais un détail me laisse perplexe : une fois arrivé à le limite de cette  » terre plate »… Que se passe-t-il ? On tombe dans le vide?… Pardonnez mon ignorance..

    • Cher Claude, nous pensons la même chose. Je regrette vous avoir parru méprisant et je suis moi même un complotiste convaincu. Lisez Crépuscule ou 13 pillards de juan Branco vous verrez que nous sommed dirigés par des énarques au QI de singe. Le bac, papa, on le donne, me disait ma fille que j’envoyais réviser parce qu’elle n’avait rien foutu de l’année. Elle avait raison. On le lui a donné au rattrapage. Ceux qui n’ont pas le bac, et je sais ce que je dit, ayant été enseignant, sont des tir au flanc, des je m’en foutistes, et continuent souvent à se comporter ainsi bien qu’il y en ait aussi qui réussissent un métier qu’il découvrent ensuite et dans lequel ils s’épanouissent.
      Ces dernier faisaient juste une alergie à notre système d’éducation et… comme je les comprends.
      Bravo pour votre certificat d’étude bouclé en 2h. Dautant plus que c’était un sacré examen à ce que m’en ont dit mes parents.
      Moi qui suis dyslexique je n’ai jamais pu finir un devoir en temps limité. J’ai donc dû, à défaut de collectionner les bonnes notes, me contenter des « peut mieux faire » ou encore : « en progrès ».
      Mon fils qui a hérité de ma dyslexie était dans le milieu du classement en primaire. Loïc, le troisième de la classe, l’a traité un jour de looser qui n’irait pas loin dans la vie alors qu’il venait de se vanter su’il ferait mèdecine comme ses parents quant il serait grand.
      J’ai dit à mon fils : Si tu le veut tu peux le battre parcequ’il est sot.
      En disant ça il vient de te le prouver. Le vrai intelligent est rarement vantard parcequ’il comprend que l’intelligence ne se mesure pas qu’aux résultats scolaires.
      S’il a de si bonnes notes c’est parceque ses parents font les devoirs avec lui et le gavent de cours particulier.
      Vas y… tu peux y arriver si tu le décide. Ca lui donnera une bonne lesson.
      Eh bien mon petit bonhomme de 10 ans, piqué au vif s’est mis au travail d’arrache pied et n’a plus quité sa chambre.
      Au troisième trimestre du CM2 il était devant Loïc de quelques dixièmes de point et ne l’a jamais laissé repasser devant lui jusqu’en troisième oû ils se sont séparés.
      Aujourd’hui, c’est lui qui poursuit brillament mèdecine et pas loïc.
      Merci Loïc de l’avoir boosté.
      J’aimerais avoir une telle volonté. Chapeau… Le revers de la médaille est qu’il devient suffisant et à la limite méprisant.
      J’en vient donc parfois à regréter l’intervention de Loïc.
      Je me bat donc avec lui, mais y arriverai-je ? Je l’espère… Un fils méprisant serait la pire des choses qui puisse m’arriver. Si ca se confirme, je le déshérite et j’enfoncerai le clou une dernière fois en lui disant pourquoi, dans mon testament.
      Quant aux petits complotistes à deux bales qui racontent tout et n’importe quoi sur la toile pour faire le buz en faisant une faute à chaque mot, avec ou sans ton autorisation, mon cher Claude, je continuerai à les pourfendre, et ce, malgré tout le respect que tu m’inspire. Trop c’est trop.
      Il en est de même pour Laurent qui, bien qu’il soit beaucoup plus instruit que moi sur bien des sujets, et sur lesquels il m’apporte beaucoup, mérite une volée de bois vert au sujet de sa théorie de la terre plate, totalement grotesque, et qui ne s’appuie sur RIEN, ni sur le plan scientifique et encore moins sur le plan biblique.
      Il oublie en outre que tous les scientifique sui ont marqué l’histoire des sciences n’étaient pas athés. Loin s’en faut. La science et la découverte de l’héliocentrisme ne sont donc pas un pur produit des ennemis de Dieu. Dans les rangs des grands physiciens et cosmologues il y a beaucoup de créationistes.
      Qu’il lise l’excellent ouvrage des frères Bogdanov, La pensée de Dieu, s’il ne s’inscrit pas dans le courant de ces crétins envieux qui les dénigrent parsqu’il ont fait une émition télé grand public. Très bonne émission d’ailleurs, que je regardais avec mes enfants dans les années 90.
      Salut à toi mon cher Claude.

  • A propos de terre plate,
    J’ai trouvé ce livre, au prix assez élevé mais original
    La présentation est plutôt plaisante

    https://terresacree.info/products/le-grand-mensonge-coran-bible-les-versets-explicites

    https://www.amazon.fr/grand-mensonge-Coran-versets-explicites/dp/B093RP1JBW

    Quelqu’un l’a lu? ce serait intéressant un avis

  • Terre plate ou terre ronde , là n’est pas la question.
    Il est bon de partir de ce que chacun de nous voit de ses propres yeux « lève tes yeux et regarde, du lieu où tu es vers le nord et vers le midi, vers l’orient et l’occident » Gn 13,14
    Je ne fais aucune expérience réelle de la terre ronde sauf que c’est ce que l’on m’a dit depuis toujours, je fais un effort d’abstraction pour pouvoir la penser telle.
    Apprendre que la terre tourne sur elle-même à une vitesse folle, en tournant autour du soleil, lui-même lancé dans une course folle en forme de spirale dans le grand vide intergalactique, fait de nous de simples objets. Le sujet que nous sommes disparait. Ce n’est plus l’homme pensant, réel, vivant , incarné. Et cela ne convient pas à un croyant en Dieu Créateur. Nous sommes plantés dans le monde avec cette injonction divine  » regarde le monde » depuis le lieu où je suis, l’homme centré est verticalisé par Dieu, nous héritons d’une responsabilité vis à vis de ceux qui nous entourent. La révolution copernicienne est une révolution de la conscience de l’homme, c’est la négation du réel, de l’homme véritable, celui qui expérimente la vie au détriment d’une humanité abstraite qui n’a de réalité que conceptuelle. L’héliocentrisme retire à l’homme ses repères symboliques qui le fonde, la verticalité et son centre, la latéralité et sa capacité à différencier , l’orientation et sa recherche de la bonne direction. c’est retirer à l’homme sa capacité de juger le monde. Plus rien n’a de sens car tout est d’égale valeur. nous sommes des pions indifférenciés, objet de la statistique. C’est la négation de la responsabilité de l’homme en tant que sujet libre représentant de la présence divine. c’est la négation de la relation de l’homme à Dieu. C’est l’invention de la vérité scientifique, absolue, indépendante de l’humanité, qui pense et qui peut donc être imposé à tous au nom de la vérité. l’homme objet peut-être manipulé, contrôlé. C’est la lutte contre l’enracinement de l’homme, le rendant inapte à décider de lui-même pour lui-même ce qui est bien ou mal pour lui-même. L’homme sombre dans le néant , le futile et l’individualisme. Ce n’est pas ce que Dieu veux pour sa créature.

  • Wahoo !!! je vois que beaucoup de commentaires sont écrits par des personnes qui savent tout et ne se posent plus de questions.
    Pour ma part, je ne trouve pas ça très sain.
    Une personne va même jusqu’à dire : « Demandez à l’Esprit Saint de faire sauter ce verrou que Satan s’acharne à maintenir pour torpiller votre apostolat. Il n’y a que les ânes qui ne font pas marche arrière et chez l’homme un égo surdimensionné. »
    Je pense que le conseil est valable pour chacun comme pour celui-même qui l’écrit.
    Moi qui trouve des arguments en faveur de la plate comme de la sphérique, je vous pose donc quelques questions qui me viennent :
    1/ pourquoi les logos de l’ONU et OMS représentent-ils la terre plate ?
    2/ pourquoi les images de la terre vue de l’espace (par la Nasa) sont toutes des images, dessins et non des photos (il faut regarder avec attention) ?
    3/ pourquoi n’avons-nous pas le droit d’accéder à antarctique ?
    Encore une fois, je ne suis dans aucune certitude, juste de la réflexion.

  • Dans le même esprit que le commentaire précédent, voici une réflexion que je me fais : si je prends l’avion, celui-ci se désolidarise de la Terre, c’est bien entendu. Or si la Terre se meut prétendûment à une vitesse de 1.600 km/heure, l’avion devrait en ressentir les conséquences ; lui qui se meut à une vitesse bien moindre, devrait, à l’atterrissage, arriver en un lieu tout différent que si la Terre reste immobile ?? Or ce n’est pas le cas…

    Autre observation qui m’a étonnée : je suis allée en Chine, et le trajet de l’avion est indiqué en temps réel sur un écran devant nous. Or j’ai vu que l’avion passe près du pôle Nord, donc la Terre est plus applatie qu’on ne le pense, puisque c’est plus court de passer par le pôle…

  • Chère Catherine, je dis chère bien que ne te connaissant pas, mais je sais que tu es ma soeur, très chère à notre Père commun, donc chère à moi aussi.
    Je persiste et signe en accusant ceux qui voudraient que la belle terre, la planette bleue que notre créateur a mis tant desoin à créer, soit différente de ce qu’elle est pour des raisons idéologiques.
    S’accrocher à une théorie qui satisfait leur réthorique théologique en niant le réel est une faute grave qui ne peut être qu’alimentée par un égo surdimentionné qui les aveugle. Il n’y a de pire aveugle que celui qui refuse de voir.
    Si la terre est ce qu’ils disent que fait-on du Pacifique, de ses nombreux archipels et de leurs habitants ?
    J’ai des amis qui habitent à Tahiti et qui sont en pleine nuit quand ils me me téléphonent alors que moi, aux Antilles, je suis en plein jours.
    Si la terre est plate, que l’on m’explique donc où ils sont et pourquoi ne voient-ils pas le soleil comme moi.
    Que l’on m’explique ausI ce que font ceux qui disent faire le tour du monde en bateau, course ou plaisance. Ils racontent tous une histoire ?
    La marina près de chez moi regorge de marins, de couples et même de familles qui on fait le tour du monde et passeraient volontier des heures à vous raconter toutes les aventures qu’ils ont vécues, autour du globe.
    Ce serait tous des mythos ?
    Vas sur Google Earth, ce ne sont pas des images mais bien des photos prises par satellite et l’on y découvre, outre sa propre maison son jardin et son quartier, des choses hahurissantes telle que cette cité impressionnante installée sur un sommet de l’antarctique qu’aucune oeuvre humaine ne pourrait avoir construit compte tenu des conditions d’accès et de la météo extrème du lieu.
    Comme par hazard, ele est dans la nuit en plein jour mais ses formes géométriques et quelques points lumineux indiques sa présence. On peut de même en savoir plus dur les bâtiments qui la composent et dont on a du mal à distinguer la silhouette grace au pointeur d’altitude.
    De nombreux blog parlent d’une base extraterrestre dans laquelle il y aurait un portail temporel. On dit aussi qu’une délégation de scientifiques et de politiques américains y serait allé dans le plus grand secret afin d’établir un contact. Mais personne n’en dit rien de moins loufoc car personne ne sait quelle est et d’où vient cette cité fantastique.
    Une telle cité a atterrie dans le sud du déser d’Arabie en des temps immémoriaux. Elle y a laissé des traces visibles et des légendes. Elle disparut quelques siècles plus tard, sans doute pour fuir le l’expansion de la race humaine et l’arrivée des premières caravanes.
    Je pense qu’il pourrait s’agir de la Cité Sainte décrite par Ezéchiel et par St Jean qui s’est retirée de l’Eden des origines après que le sol ne soit souillé par le meurtre d’Abel le juste.
    Quel meilleur refuge que ce continent ignoré et sa robe de glace.
    Elle reprendra ca place après la grande purification par le feu qui approche à grands pas, le sol ayant été doublement purifié par le sang du Juste parmis les justes et par le feu qui vient.
    C’est sûrement pour cela que l’accès à l’Antarctique est interdit bien que quelques stations scientifiques de diverses nationnalités s’y trouvent. La plus proche est sur la côte, à près de 1500 km du lieu dont je parle, qui lui, est à l’intérieur du continent glacé.
    Ceci n’est qu’une théorie, un possible que je ne puis vérifier et auquel je ne crois pas plus que ça. Soyon sérieux. Ce n’est qu’une élucubration, mais elle me plait bien et ne nie rien du réel. Je me rend donc sur Google Earth de temps pour voir si le chiché n’a pas été mis à jour par une version plus révélatrice.
    J’affirme cependant que les platistes sont des crétins qui avec leurs beaux discours et leur arguments risibles abusent de la crédulité de ceux qui les suivent.
    J’en viens même à me demander si Laurent Glauzy, que j’apprécie beaucoup par ailleurs, n’en fait pas un petit jeu pour faire de temps à autres le buz sur son blog. Il foit bien se marrer. Bravo Laurent et merci… Après tout, ça donne de bonnes occasions de se marrer et ça fait passer le temps agréablement.

    • Les platistes n’ont rien à vous expliquer, ils essayent de créer des modèles (oui ce ne sont que des modèles, ils ne prétendent pas détenir la vérité comme d’autres) qui correspondent à l’observation, à vous d’être curieux et de comprendre les solutions proposées, et voir si cela vous satisfait ou pas.

      Les crétins, monsieur, ce ne sont pas ceux qui croient que la terre est ronde, ou ceux qui ont arrêté d’y croire.
      Ce sont les gens comme vous, qui décrètent que d’autres le sont parce qu’ils pensent différemment sur un sujet précis, alors que vous n’avez visiblement même pas passé 5 min sur ces théories ni essayez de comprendre comment on peut changer d’avis sur un sujet censé être acquis.

      Vous n’avez aucune curiosité pour le monde qui vous entoure, et étaler votre culture biblique ne change rien au fait que vous êtes dénué de spiritualité, si vous en possédiez une seule petite once, vous ne ressentiriez pas le besoin de vous moquer, vous pérorez du haut de votre ignorance, vous êtes arrogant et vous êtes un con, monsieur.

      • Cher ami(e) ? Je suis très désolé de vous ofenser et mes mots dépassent sans doute ma pensée. Veuillez m’en excuser. Oui, je suis un gros con… je valide. Arrogant… j’espère que vous vous trompez alors même que ma façon trop brutale de m’exprimer vous donne raison. La solution est dans la portée des mots. Dans mon cercle familial nous avons le verbe aiguisé et « crétin » y est fréquement employé, un peu à la Pagnol.
        Malgré cela, j’essaye de ne jamais glisser dans le dogmatisme qui stérilise la pensée et vous assure que j’édudie volontier les arguments contraire à mes points de vue. C’est la seule façon d’évoluer et de s’enrichir.
        Je vous envoie donc mes plus plates excuses et prends note de votre intervention pour ne plus choquer personne à l’avenir.
        Merci à vous.

  • Hello shabb,
    Très jolie réponse ))

  • une voix dans le désert

    Tout d’abord, ayant vécu une « conversion » à la terre plate depuis bientôt 4 ans, je tiens à remercier et à féliciter toutes les personnes qui sincèrement ont pris la peine de proposer leur avis ou leurs objections.
    Veuillez me pardonner une intervention longue et insuffisamment structurée mais vos avis m’ont obligée à réagir rapidement alors que mes obligations ne me laissent pas suffisamment de loisir pour élaborer un texte plus construit.

    LE COURAGE FACE A L’OSTRACISATION

    De fait, il faut savoir que le simple fait de parler du sujet de la Terre plate, à l’instar d’un mot grossier, est hautement voué au ridicule. Cette menace sociale est tellement radicale qu’elle va jusqu’à pouvoir effectivement, comme le soulignaient si justement Raminagrobis et Jean-Michel Hardy, discréditer la crédibilité de toute la personne, y compris concernant d’autres sujets. La prudence est donc de mise.
    Pour autant, un tel tabou vis-à-vis d’une question qui, somme toute, devrait être explicable rationnellement et exempte d’agressivité inter-relationnelle, pose question. Pourquoi un rejet aussi violent des personnes, de leur argumentaire, et même de la question elle-même ? Ce rejet catégorique sans pédagogie ni procès interpelle, d’autant que de manière étrange, une masse non négligeable de la population, soit plusieurs millions d’individus, et quel que soit leur niveau d’érudition, s’est laissée convaincre. Et ces personnes ne reviennent jamais en arrière… Serait-ce à une telle échelle par obstination d’orgueil mal placé, ou plutôt en raison de l’engouement de nouvelles découvertes toujours plus convaincantes et déterminantes ? De fait, plus elles approfondissent ce sujet, en se basant pourtant sur des démonstrations factuelles, logiques et reproductibles, plus leur conviction grandit…
    D’ailleurs, si l’on cherche bien, et en dépit de la censure très puissante, redoutable, voire très suspecte (en effet, pourquoi les autorités publiques redouteraient-elles à tel point un simple phénomène d’illuminés naïfs peut-être, mais profondément inoffensifs ?), un ensemble non négligeable d’ingénieurs scientifiques à travers le monde a fait le pas vers ce qui, à première vue, peut sembler une étrange lubie, d’autant plus stupéfiante qu’elle s’apparente à un suicide social (!?!).
    Cet engouement est plus que surprenant.
    Mais le déclencheur, ce qui fut décisif pour m’engager à creuser le sujet de manière plus précise et approfondie, fut le relais de personnalités socialement respectables (« pape » François, Barak Obama, Bill et Hillary Clinton, …)dans des discours officiels. Certes il s’agissait de le ridiculiser ou à la limite de n’en rien dire, mais il m’aurait paru plus décent de leur part de ne pas mettre en lumière des questions d’une évidence aussi notoire s’il ne s’agissait que de stupidités farfelues.
    Je dois également prévenir d’une chose, à savoir le choc de conception du monde que cela peut provoquer lorsque l’on en arrive à remettre en question des données de cet ordre, que l’on pensait irrémédiablement acquises. Je puis vous assurer que l’effet n’est guère confortable et je dois avouer personnellement que j’ai mis un bon mois à m’en remettre… sans compter l’incompréhension douloureuse de la part de certains membres de ma famille, fermés a priori à toute recherche sincère.

    POURQUOI, AVEC DE TELLES DIFFICULTES D’APPROCHE, SERAIT-CE UN SUJET NON SEULEMENT IMPORTANT MAIS ESSENTIEL ?
    Pourquoi les personnes investies le perçoivent-elles comme une urgence, y compris dans des périodes de danger vital comme actuellement ?
    Effectivement, si le sujet était anodin, secondaire, accessoire, le changement de sa perception ne serait pas si déstabilisant pour ceux qui s’y risquent, la censure ne serait pas aussi redoutable, comme le souligne notre cher Laurent, et les attaques aussi virulentes, voire perfides, sans pédagogie scientifique et avec une argumentaire essentiellement limité. Et surtout, l’épidémie ne devrait pas continuer à essaimer ainsi, en particulier dans des milieux érudits.
    Or de fait, quand on réfléchit à l’imbrication des sujets de controverse découverts par les alerteurs comme mensonges institutionnels, il s’agit ici de la racine d’entre eux, de la poupée russe la plus grosse, celle qui « englobe » (pour ainsi dire) toutes les autres, des fondations du gigantesque château de cartes qui va du darwinisme au covid-vaccinisme en passant par le remaniement de l’histoire, les faux exploits sur la lune et l’ISS jusqu’à la pseudo-démocratie mondiale que l’on souhaite nous vendre sous le nom de NOM (Nouvel ordre mondial, NWO, new world order).
    D’ailleurs, il s’agit chronologiquement du premier mensonge antécédent même au copernicisme (celui qui a bizarrement tant coûté à l’Eglise qui l’a qualifié, sous le sceau de l’infaillibilité, de véritable hérésie), et dont la nécessité sous-tend immédiatement ce dernier. Il date effectivement de plusieurs siècles, avant même la Renaissance, ce qui supposerait une stratégie sur du très long terme, au delà des individus, des groupes et des générations, bref, l’implication inhérente d’une intelligence d’ordre et de portée angélique. A cet égard, dès lors que l’on parvient à appréhender l’effroyable haine dont la race humaine peut faire l’objet, une telle conspiration parait enfin explicable et plausible.

    DES ENJEUX ESSENTIELS
    Mais revenons à cette idée de principe fondateur. La forme de notre monde peut effectivement paraître anecdotique. Certes, sa déformation va être à la source d’une fausse perception de notre place en tant qu’être humain, et partant de notre identité essentielle, mais elle va impliquer également celle du Créateur, de Sa personnalité, de Ses intentions et des relations avec Ses créatures – l’Homme, en particulier -.
    A ce propos, il suffit d’écouter l’interview donnée par François avec les astronautes de l’ISS (26/10/2017 à 15h) pour saisir l’enjeu philosophique, métaphysique et religieux : l’Homme ne doit se percevoir que comme une poussière à la dignité insignifiante, particule disposée elle-même à la surface d’une autre poussière tournoyant à des vitesses faramineuses, emportant dans son sillage toute velléité de stabilité ou d’immuabilité (relativisme dogmatique et moral, multiplicité des systèmes de référence individuels), y compris de la notion de vérité, dans un univers aux proportions démesurées, dénotant l’immense distance voire l’absence d’un dieu qui s’il peut prétendre à sa respectabilité d’horloger, n’en reste pas moins infiniment lointain dans l’espace comme dans le temps, désormais liés, dans un environnement essentiellement vide comprenant des températures inimaginables et de multiples dangers effroyables de collision ou de rayonnements sidéraux et sidérants…laissant l’homme détrôné, orphelin, seul face à un environnement impersonnel, vide, impitoyable et angoissant…; les notions antiques de haut et de bas n’ont plus de sens réel, celles des fins dernières perdent totalement de leur crédibilité dans leur aspect concret, tangible, en dépit d’apparitions comme Fatima, reléguées implicitement à des images symboliques. L’âge supposé de l’Univers participe de ce dénigrement de l’importance de l’être humain et de sa dignité; enfin l’intervention de Dieu parait superflue, inaccessible, Sa création, Son oeuvre basée sur des principes d’indifférence à la souffrance, au gâchis, à la mort et l’univers ainsi dépeint, s’il impressionne, laisse un sentiment de solitude et de froide cruauté, en totale dissonance avec les affirmations de la Révélation, qui s’en trouve discréditée à sa racine car toutes les affirmations dépeignant la nature deviennent des contes obscurantistes, au mieux d’obscurs symboles théologiques que même les plus éminents théologiens parviennent à peine à justifier. Le retentissement en est si grand que les grands-parents ne parviennent plus à transmettre leur foi à la jeune génération, que très difficilement. L’attrait vers les leurres d’une société d’apparences, de divertissements et d’égoïsme ne trouve plus de contre-balancier, de bouclier protecteur, et l’Eglise, désertée, est désignée comme le vestige historique d’une période obscurantiste et despotique, de par ses dogmes discrédités comme dépassés. Les valeurs de mouvance, d’évolution, de dynamisme, de progrès sont mis en avant au grand discrédit de la stabilité de la Sagesse stable, solide et perpétuelle. Déracinées de leurs valeurs immuables, les âmes n’ont plus que le réconfort du troupeau, qui les mène individuellement et collectivement vers une décadence morale encouragée, leur perte certaine qui leur ferme non seulement l’avenir éternel mais également la sérénité présente de leur conscience…
    En revanche, si l’on envisage les autres théories que le globe terrestre va permettre de déployer petit-à-petit, il s’agit véritablement de l’amorce d’un monstre contre les intérêts de l’homme et en hostilité affichée envers Dieu, signe spécifique de son origine démoniaque, sachant que le démon et ses acolytes sont patients et capables de plusieurs coups à l’avance comme dans un immense jeu d’échecs.
    Sans le globe, de fait, pas d’héliocentrisme possible, ni de développement sur des milliards d’années (Lyell), ni d’évolutionnisme, ni de Big Bang, ni encore moins des alunissages et programmes spatiaux, ni non plus du narratif hautement ésotérique des aliens que d’illustres personnalités ne craignent même plus d’afficher ouvertement (pape, différents présidents, organismes « crédibles tels la NASA sur son site officiel..)
    Lorsque l’on analyse les conséquences théologiques de ces différentes théories présentées comme acquises, on réalise qu’il s’agit de l’exact opposé des fondements de la Révélation, autant dire qu’il s’agit d’une guerre spirituelle impitoyable. D’ailleurs, les propagandistes communistes russes ne s’y sont pas trompés en étendant le communisme à la Chine. Leurs enseignements aux populations ne portait pas sur Marx, Lénine ou « le Capital » mais bien sur le Darwinisme, ce qui, dans le contexte préalablement fragilisé de la philosophie bouddhiste, n’opposait pratiquement aucune résistance. L’occident chrétien a nécessité bien davantage de temps et opposé de réticences afin de se convertir- et il s’agit bien d’une conversion religieuse puisque les principes faussement rationnels sont en réalité bien dogmatiques -, l’Eglise de Rome a lutté avec ténacité, fermeté et bravoure avec le seul argumentaire qui lui était autorisé. Elle a même mis en balance toute sa crédibilité en allant au front, au vu de la dangerosité gravissime de la menace, avec sa dernière arme, celle de son autorité infaillible qu’elle n’a pas hésité à utiliser, même si cela lui a coûté très cher jusqu’à aujourd’hui pour sa crédibilité. Mais elle peut être fière a posteriori et à la lumière de l’immuable vérité, d’avoir pleinement assumé ses devoirs de responsabilité et d’avoir combattu avec honneur et vaillance même si cela reste toujours majoritairement incompris à notre époque qui exige d’elle la discrétion du vaincu… Pour autant, elle n’a pas dit son dernier mot…

    CROIRE OU NE PAS CROIRE? TELLE EST LA QUESTION
    Concernant la terre plate, il est irresponsable de parler de « croyance », dans un sens ou dans l’autre. A cet égard, la réalité est accessible à tout un chacun, à condition de le vouloir. Il faut prendre le temps de vérifier par soi-même car les preuves sont disponibles à condition de réfléchir avec bon sens, honnêteté et un minimum de rigueur.
    Il est évident que dans l’hypothèse où les platistes auraient raison, les documents et expertises officielles sont sujets à caution et ne peuvent faire partie de l’argumentaire. Fort heureusement, cette question de la forme de la terrre touche suffisamment de domaines scientifiques pour que les données factuelles et reproductibles abondent. De plus, à l’ère de l’internet, de multiples mesures sont accessibles ainsi que des appareil relativement peu onéreux pour être à disposition d’un public beaucoup plus large. en outre, les échanges d’informations peuvent se faire avec rapidité dans le monde entier, à condition de refuser les faux témoignages ou les argumentaires tronqués, hâtifs ou fallacieux.
    Les domaines touchés par cette réalité physique sont si nombreux (géographie et astronomie certes, mais également cinétique, énergétique, optique, géométrie, mécanique ondulatoire, géologie, thermodynamique, électro-magnétisme, mécanique des fluides, météorologie, atomistique, géothermie, colorimétrie des gaz rares, etc… sans compter la philosophie, l’histoire (événementielle mais aussi idéologique ou législative ou encore artistique), la métaphysique, la théologie, l’exégèse ou encore l’étude des prophéties…). Le champ est immense, les bonnes volontés scientifiques bienvenues et l’élaboration d’une nouvelle compréhension de notre monde véritablement passionnante ! Il ne se passe guère de semaine sans que ne soit découverte une nouvelle implication ou un phénomène captivant ou apportant une nouvelle lumière particulièrement intéressante dans un domaine particulier. Je ne citerai que quelques exemples afin de donner une vague idée : analyse de l’albédo et de la luminosité astrales et confrontation avec les données officielles, analyse du mouvement dit « géostationnaire », analyse gravitationnelle d’un système de 3 astres, études d’une nouvelle physique des marées (beaucoup plus cohérente), spectre lumineux des gaz excités, analyses laser en 3D, étude du sextant et de l’oscilloscope, avionique, cinétique relative et moments d’inertie, transparence lunaire et étude de températures de refroidissement, effets de grossissement optique d’une atmosphère humidifiée et règles de perspectives, confrontation des angles d’orientation des levers et couchers de soleil avec le modèle copernicien, analyse des degrés de longitude à des latitudes données par rapport aux distances cartographiques, étude des relations entre magnétisme et mouvement cinétique circulaire expliquant l’effet de « gravité », déséquilibre inacceptable de la formule de Newton, incohérence des lois de Képler, implications de la loi d’entropie, nouvelle cartographie et perspectives lunaires, observations constatables individuellement de la danse lumineuse des étoiles et supposées « planètes » (semblable aux effets de sono-luminescence), énergie induite et effet Tesla, aviation et mécanismes anti-gravitationnels, etc… sans même aborder la lancinante et sinistre question du « qui ? »… Une fois les yeux décillés, et après le premier moment excessivement déstabilisant de déni, de prise de conscience, de refus, d’indignation, de colère, de rancoeur, d’acceptation, de hiérarchisation des responsabilités, de pardon assumé, la véritable aventure commence à l’instar de celle d’un chercheur scientifique confronté à de « nouvelles frontières », entouré d’autres chercheurs aussi passionnés que lui et communicant avec générosité à travers le monde leurs découvertes et avancées personnelles, apportant un réconfort certain face à l’inertie navrante de la société, particulièrement de la part de l’entourage proche et familial qui peut étrangement vite devenir belliqueux voire violent, et malgré cela demeurant fasciné et émerveillé par la prolifération et la diversité de connaissances nouvelles permises par cette approche qui rend véritablement libre et à nouveau titulaire de deux valeurs volées par l’évolutionnisme du scientisme officiel : la conscience de sa dignité et l’espérance de l’éternité !

    L’AVENTURE COMMENCE !

    Oui, dans notre contexte sociétal à vif, pourquoi perdre du temps à se pencher sur un sujet qui semble si anecdotique en comparaison des urgences actuelles? Notre énergie, si précieuse en ce moment, ne serait-elle pas mieux employée à lutter contre les attaques actuelles inégalées sur l’humanité, gravement menacée d’extinction de 95% de sa population par des élites milliardaires tels George Soros, David Rockfeller, Bill Gates ou la famille Rothschild ? Leur idéologie malthusienne délirante, semblable aux pires monstres du nazisme est pourtant affichée, ne craignant plus d’être entravée. Disposant malheureusement des moyens de parvenir à leurs sinistres fins, ils contrôlent tous les postes-clés de pouvoir pseudo-démocratique susceptibles de les freiner ainsi que les médias, véritables prêtres du Mal, rompus aux sciences de propagande mises au point avec efficacité prouvée par Bailey, double neveu de Freud ainsi que le financement, hautement rentable de surcroît, des manipulations génétiques de virus de laboratoire et d’injections de masse, capables en outre de transformer l’être humain en robot génétiquement modifié à la merci des armes psychotropes d’intelligence artificielle, c’est-à dire en zombie sans âme ni conscience, comme le souligne pertinemment Eric Saillard.
    Or la forme de la terre n’est pas si anodine qu’elle y parait. D’ailleurs, la censure ne s’y trompe pas. Et un indice dans l’enquête de vérité obstruée par des esprits malveillants est justement le degré de hargne engagé dans la controverse. Plus l’agressivité, la mauvaise foi, la tentative de ridicule, l’ostracisation et la mort sociale sont sévères, plus on peut légitimement se douter que l’on approche du coeur du problème, de la racine du mensonge, de la base sur laquelle sont échafaudées toutes les autres supercheries.

    Lorsque l’on comprend que la bataille se joue principalement sur le plan spirituel et que l’enjeu essentiel est le devenir de milliards d’âmes – un enjeu d’amour et d’éternité -, on perçoit mieux pourquoi la haine devient farouche lorsque l’on s’attaque à cette question de la forme de la terre qui en réalité met en jeu la crédibilité des Saintes Ecritures, rempart sacré contre l’erreur et les hérésies multiples conduisant les âmes au gouffre éternel.
    La terre plate cautionne la Révélation tandis que le globe la discrédite. Nombreux sont les exemples (genèse, livre de Job, Psaumes, tentation au désert, ascension, assomption, apocalypse…). (Je pourrais développer, mais là n’est pas mon propos aujourd’hui. Je puis l’exposer plus tard.)
    La perception de Dieu y change drastiquement. La terre plate confirme le récit de la Genèse, d’un créateur tout puissant et bon au point de constituer un des arguments sophistiques de la censure qui cherche à faire croire que les preuves tangibles physiques de cette morphologie n’existeraient pas et que ses défenseurs seraient d’obscurantistes « créationistes » sectaires voulant absolument faire coïncider de manière idéologique et contre toute évidence leur vision de la réalité avec leurs convictions d’une lecture biblique littérale.
    Pourtant, le globe est bien incompatible avec les Saintes Ecritures, car si les descriptions morphologiques peuvent être détournées par les théologiens les reléguant au rang de symboles poétiques à visée pédagogique spirituelle, il contredit directement le rôle du Sauveur, l’essence même de la bonne nouvelle, car avec ses corollaires inéluctables d’évolutionnisme, de transformisme et d’explosion initiale, la beauté parfaite de la création est niée, la déchéance due au péché originel devient absurde et la logique de la Rédemption s’écroule d’elle-même. Il ne reste plus que l’enveloppe vide du christianisme avec son vocabulaire, mais vidé de toute sa signification, comme l’a brillamment exposé Theillard de Chardin, qui par ses pompeuses tentatives de concordisme rejoignit l’ésotérisme le plus insensé.
    L’Homme devient, à l’instar des promesses de l’antique serpent, tel un dieu qui se croit autonome, affranchi de tout devoir d’amour, de reconnaissance ou d’obéissance envers son bienfaiteur, un être indépendant visant une illusoire immortalité terrestre, qui croit décider de lui-même du bien ou du mal en fonction de ses caprices, sans s’apercevoir que ceux-ci le déservent et le ruinent.
    De fait, big-bang et darwinnisme, développements logiques et inévitables de la notion de globe, illusionnent l’individu en lui laissant croire à un continuel progrès, à une absence, indifférence ou désintérêt pour lui d’un dieu lointain, impuissant et/ou cynique (car il aurait été à l’origine de la souffrance et de la mort inhérentes au mode de développement de sa création, tout en accusant mensongèrement – ô comble de l’ignominie ! – l’homme d’en être responsable !).
    La très haute dignité humaine est désacralisée au profit d’une vision utilitaire du maillon accessoire d’un processus en devenir et d’une communauté sociétale, toute morale devient relative du contexte environnemental et historique, fonction de l’intérêt supérieur du plus grand nombre (en réalité du plus fort ou du plus manipulateur dans le « meilleur des mondes » de l’utopie communiste).
    Enfin l’on peut comprendre que le combat de survie qui fait rage actuellement n’est que la manifestation de cette immense confrontation entre le parti de Dieu et celui de son ennemi, combat qui semble parvenir à son apogée…
    Or la forme de la terre, parce que matériellement vérifiable nous donne le verdict sur qui des deux détient objectivement la vérité.
    De plus, elle permet à ceux qui daignent ouvrir les yeux, questionner, réfléchir et peser les arguments, de redonner courage et espérance dans cette immense bataille.
    Car si la terre ressemble à une gigantesque et merveilleuse couveuse d’un père penché amoureusement sur sa progéniture, rien n’est impossible à Dieu et Sa toute-puissance devient palpable. La rédemption devient cohérente et l’infinie bonté de Dieu visible. Le combattant s’y ressource, sachant que l’issue finale de la grande bataille est connue d’avance, que le démon n’est seulement qu’un ange, que ses prétentions fondront comme prédit, telles neige au soleil…
    Connaître sa force ainsi que son ennemi permet de mieux le combattre et d’éviter ses pièges. Armé de la vérité de la terre plate qui défend le récit biblique de manière radicale, majestueuse et grandiose, qui déracine toutes les théories fumeuses qui en sont issues, le croyant perçoit mieux les hiérarchies et priorités, peut davantage discerner les véritables armes efficaces à utiliser, à savoir le sacrement du pardon, le rosaire, la lecture des Ecritures, l’esprit de jeûne ou de sacrifice et l’amour fraternel. D’ailleurs toute l’histoire de nos aïeux témoigne de la puissance du rosaire et de ces armes spirituelles dans des batailles réputées invincibles.
    Oui, la bataille est immense et semble désespérée mais nous sommes forts. Tenons bon, aidés des légions du ciel, et nous verrons combien la vérité qui nous rend libres vaincra.

    Voilà pourquoi la terre plate, antidote à la racine de tous les mensonges – à savoir en premier lieu celui du globe, bizarrement suivi de l’hélio-centrisme (révélateur du culte du soleil, symptomatique de l’idolâtrie de Lucifer ) n’est pas une perte de temps dans notre lutte pour le bien. C’est un rempart de sérénité et d’assurance au beau milieu de la psychologie de la peur.

    De plus, ce que je pourrai approfondir pour ceux qui le souhaitent sur le plan des preuves scientifiques dans une prochaine intervention (car je trouve effectivement que Laurent Glauzy ne développe peut-être pas assez l’aspect rationnel, physique et mathématique mais son travail est déjà éminent et il oeuvre sur tellement de fronts), la terre plate est vérifiable sur tant de multiples points.
    Et toutes – je dis bien toutes – les objections correspondent à des sophismes, des fausses démonstrations qu’un oeil averti peut facilement discerner.
    Avec une analyse plus fine, vous verrez par vous-mêmes.
    Plus on approfondit, plus on est émerveillé.

    Quant à la question des limites évoquée par Johanna, les étranges lois d’inaccessibilité de l’Antarctique pour qui n’est pas habilité ne sont certes pas de bonne augure. Nous disposons de quelques pistes basées sur des témoignages au delà du mur de glace qui borde les océans connus et du dôme qui nous encercle mais la lune nous révèle que des continents se prolongent bien au delà, vraisemblablement avec d’autres hémisphères célestes supérieures, ce qui demeure en parfaite cohérence avec les écrits patristiques et la tradition de l’Eglise (pour mémoire, Saint Thomas était bien convaincu de la terre plate, je puis en donner la preuve par une de ses réfutations avec le latin originel).

    Hauts les coeurs ! (Et honneur à Laurent Glauzy de mouiller la chemise pour nous avertir, nous indiquer la route et nous réconforter en dépit des humiliations que cela lui apporte !) Le redressement ne sera pas obtenu humainement. Seule une intervention miraculeuse pourra nous sortir de l’impasse. Mais quelle joie lorsque ceux qui attendent l’espérance de Sa venue seront éblouis par Sa glorieuse manifestation ! Celui qui nous aime, l’attendu des Nations, le Libérateur est TRES fort. Nous ne sommes pas seuls et l’issue est déjà gagnée au calvaire. Donnons notre entière confiance (foi et espérance), seul mérite qu’attend de nous Celui qui nous porte chacun en Son Sacré Coeur et vivons continuellement, conscients de la faiblesse de nos forces et de la puissance infinie de notre Créateur, Sauveur et Sanctificateur, en dépit des difficultés de plus en plus âpres et en tenant bon contre toutes les sollicitations et incitations perfides et mensongères, dans la louange et l’action de grâce !
    Gloire à Celui qui a déclaré que Sa miséricorde envers les repentis était aussi certaine que l’est la stabilité de la terre !

  • L’énorme problème de la science depuis l’abandon de la scolastique thomiste, c’est de confondre observation et théorie.
    Cela aboutit au nominalisme: je peux nommer les choses par les noms que je veux y apposer et non par les concepts réels. C’est aussi l’idéalisme de Descartes: je pense donc je suis.
    Ainsi, contrairement aux écritures qui rappelle à longueur de chapitres que la Terre est fixe, qu’elle a des extrémités (orbe-terrarum traduit abusivement depuis le 19ème siècle par le mot « globe » alors qu’il sagit du tour circulaire des terres, les terres étant les continents, et l’orbe le cercle terrestre-On voit hélas l’influence néfaste de Galilée qui s’obstina contre la réalité à faire tourner la Terre non seulement autour du Soleil, mais sur elle-même, malgré les avertissements de Saint Robert Bellarmin, qui était, peu le savent, un mathématicien aussi comme Galilée.)
    Voici une vidéo qui justement est bien scientifique et démontre imparablement que la Terre st belle et bien plane.
    Elle montre que l’électromagnétisme est une loi, donc observée, et la gravitation , une théorie. Si on est honnête, on doit étudier cette vidéo.
    https://youtu.be/MACPDjNFxu4

  • Tout d’abord, ayant vécu une « conversion » à la terre plate depuis bientôt 4 ans, je tiens à remercier et à féliciter toutes les personnes qui sincèrement ont pris la peine de proposer leur avis ou leurs objections.
    Veuillez me pardonner une intervention longue et insuffisamment structurée mais vos avis m’ont obligée à réagir rapidement alors que mes obligations ne me laissent pas suffisamment de loisir pour élaborer un texte plus construit.
    LE COURAGE FACE A L’OSTRACISATION
    De fait, il faut savoir que le simple fait de parler du sujet de la Terre plate, à l’instar d’un mot grossier, est hautement voué au ridicule. Cette menace sociale est tellement radicale qu’elle va jusqu’à pouvoir effectivement, comme le soulignaient si justement Raminagrobis et Jean-Michel Hardy, discréditer la crédibilité de toute la personne, y compris concernant d’autres sujets. La prudence est donc de mise.
    Pour autant, un tel tabou vis-à-vis d’une question qui, somme toute, devrait être explicable rationnellement et exempte d’agressivité inter-relationnelle, pose question. Pourquoi un rejet aussi violent des personnes, de leur argumentaire, et même de la question elle-même ? Ce rejet catégorique sans pédagogie ni procès interpelle, d’autant que de manière étrange, une masse non négligeable de la population, soit plusieurs millions d’individus, et quel que soit leur niveau d’érudition, s’est laissée convaincre. Et ces personnes ne reviennent jamais en arrière… Serait-ce à une telle échelle par obstination d’orgueil mal placé, ou plutôt en raison de l’engouement de nouvelles découvertes toujours plus convaincantes et déterminantes ? De fait, plus elles approfondissent ce sujet, en se basant pourtant sur des démonstrations factuelles, logiques et reproductibles, plus leur conviction grandit…
    D’ailleurs, si l’on cherche bien, et en dépit de la censure très puissante, redoutable, voire très suspecte (en effet, pourquoi les autorités publiques redouteraient-elles à tel point un simple phénomène d’illuminés naïfs peut-être, mais profondément inoffensifs ?), un ensemble non négligeable d’ingénieurs scientifiques à travers le monde a fait le pas vers ce qui, à première vue, peut sembler une étrange lubie, d’autant plus stupéfiante qu’elle s’apparente à un suicide social (!?!).
    Cet engouement est plus que surprenant.
    Mais le déclencheur, ce qui fut décisif pour m’engager à creuser le sujet de manière plus précise et approfondie, fut le relais de personnalités socialement respectables (« pape » François, Barak Obama, Bill et Hillary Clinton, …)dans des discours officiels. Certes il s’agissait de le ridiculiser ou à la limite de n’en rien dire, mais il m’aurait paru plus décent de leur part de ne pas mettre en lumière des questions d’une évidence aussi notoire s’il ne s’agissait que de stupidités farfelues.
    Je dois également prévenir d’une chose, à savoir le choc de conception du monde que cela peut provoquer lorsque l’on en arrive à remettre en question des données de cet ordre, que l’on pensait irrémédiablement acquises. Je puis vous assurer que l’effet n’est guère confortable et je dois avouer personnellement que j’ai mis un bon mois à m’en remettre… sans compter l’incompréhension douloureuse de la part de certains membres de ma famille, fermés a priori à toute recherche sincère.
    POURQUOI, AVEC DE TELLES DIFFICULTES D’APPROCHE, SERAIT-CE UN SUJET NON SEULEMENT IMPORTANT MAIS ESSENTIEL ?
    Pourquoi les personnes investies le perçoivent-elles comme une urgence, y compris dans des périodes de danger vital comme actuellement ?
    Effectivement, si le sujet était anodin, secondaire, accessoire, le changement de sa perception ne serait pas si déstabilisant pour ceux qui s’y risquent, la censure ne serait pas aussi redoutable, comme le souligne notre cher Laurent, et les attaques aussi virulentes, voire perfides, sans pédagogie scientifique et avec une argumentaire essentiellement limité. Et surtout, l’épidémie ne devrait pas continuer à essaimer ainsi, en particulier dans des milieux érudits.
    Or de fait, quand on réfléchit à l’imbrication des sujets de controverse découverts par les alerteurs comme mensonges institutionnels, il s’agit ici de la racine d’entre eux, de la poupée russe la plus grosse, celle qui « englobe » (pour ainsi dire) toutes les autres, des fondations du gigantesque château de cartes qui va du darwinisme au covid-vaccinisme en passant par le remaniement de l’histoire, les faux exploits sur la lune et l’ISS jusqu’à la pseudo-démocratie mondiale que l’on souhaite nous vendre sous le nom de NOM (Nouvel ordre mondial, NWO, new world order).
    D’ailleurs, il s’agit chronologiquement du premier mensonge antécédent même au copernicisme (celui qui a bizarrement tant coûté à l’Eglise qui l’a qualifié, sous le sceau de l’infaillibilité, de véritable hérésie), et dont la nécessité sous-tend immédiatement ce dernier. Il date effectivement de plusieurs siècles, avant même la Renaissance, ce qui supposerait une stratégie sur du très long terme, au delà des individus, des groupes et des générations, bref, l’implication inhérente d’une intelligence d’ordre et de portée angélique. A cet égard, dès lors que l’on parvient à appréhender l’effroyable haine dont la race humaine peut faire l’objet, une telle conspiration parait enfin explicable et plausible.
    DES ENJEUX ESSENTIELS
    Mais revenons à cette idée de principe fondateur. La forme de notre monde peut effectivement paraître anecdotique. Certes, sa déformation va être à la source d’une fausse perception de notre place en tant qu’être humain, et partant de notre identité essentielle, mais elle va impliquer également celle du Créateur, de Sa personnalité, de Ses intentions et des relations avec Ses créatures – l’Homme, en particulier -.
    A ce propos, il suffit d’écouter l’interview donnée par François avec les astronautes de l’ISS (26/10/2017 à 15h) pour saisir l’enjeu philosophique, métaphysique et religieux : l’Homme ne doit se percevoir que comme une poussière à la dignité insignifiante, particule disposée elle-même à la surface d’une autre poussière tournoyant à des vitesses faramineuses, emportant dans son sillage toute velléité de stabilité ou d’immuabilité (relativisme dogmatique et moral, multiplicité des systèmes de référence individuels), y compris de la notion de vérité, dans un univers aux proportions démesurées, dénotant l’immense distance voire l’absence d’un dieu qui s’il peut prétendre à sa respectabilité d’horloger, n’en reste pas moins infiniment lointain dans l’espace comme dans le temps, désormais liés, dans un environnement essentiellement vide comprenant des températures inimaginables et de multiples dangers effroyables de collision ou de rayonnements sidéraux et sidérants…laissant l’homme détrôné, orphelin, seul face à un environnement impersonnel, vide, impitoyable et angoissant…; les notions antiques de haut et de bas n’ont plus de sens réel, celles des fins dernières perdent totalement de leur crédibilité dans leur aspect concret, tangible, en dépit d’apparitions comme Fatima, reléguées implicitement à des images symboliques. L’âge supposé de l’Univers participe de ce dénigrement de l’importance de l’être humain et de sa dignité; enfin l’intervention de Dieu parait superflue, inaccessible, Sa création, Son oeuvre basée sur des principes d’indifférence à la souffrance, au gâchis, à la mort et l’univers ainsi dépeint, s’il impressionne, laisse un sentiment de solitude et de froide cruauté, en totale dissonance avec les affirmations de la Révélation, qui s’en trouve discréditée à sa racine car toutes les affirmations dépeignant la nature deviennent des contes obscurantistes, au mieux d’obscurs symboles théologiques que même les plus éminents théologiens parviennent à peine à justifier. Le retentissement en est si grand que les grands-parents ne parviennent plus à transmettre leur foi à la jeune génération, que très difficilement. L’attrait vers les leurres d’une société d’apparences, de divertissements et d’égoïsme ne trouve plus de contre-balancier, de bouclier protecteur, et l’Eglise, désertée, est désignée comme le vestige historique d’une période obscurantiste et despotique, de par ses dogmes discrédités comme dépassés. Les valeurs de mouvance, d’évolution, de dynamisme, de progrès sont mis en avant au grand discrédit de la stabilité de la Sagesse stable, solide et perpétuelle. Déracinées de leurs valeurs immuables, les âmes n’ont plus que le réconfort du troupeau, qui les mène individuellement et collectivement vers une décadence morale encouragée, leur perte certaine qui leur ferme non seulement l’avenir éternel mais également la sérénité présente de leur conscience…
    En revanche, si l’on envisage les autres théories que le globe terrestre va permettre de déployer petit-à-petit, il s’agit véritablement de l’amorce d’un monstre contre les intérêts de l’homme et en hostilité affichée envers Dieu, signe spécifique de son origine démoniaque, sachant que le démon et ses acolytes sont patients et capables de plusieurs coups à l’avance comme dans un immense jeu d’échecs.
    Sans le globe, de fait, pas d’héliocentrisme possible, ni de développement sur des milliards d’années (Lyell), ni d’évolutionnisme, ni de Big Bang, ni encore moins des alunissages et programmes spatiaux, ni non plus du narratif hautement ésotérique des aliens que d’illustres personnalités ne craignent même plus d’afficher ouvertement (pape, différents présidents, organismes « crédibles tels la NASA sur son site officiel..)
    Lorsque l’on analyse les conséquences théologiques de ces différentes théories présentées comme acquises, on réalise qu’il s’agit de l’exact opposé des fondements de la Révélation, autant dire qu’il s’agit d’une guerre spirituelle impitoyable. D’ailleurs, les propagandistes communistes russes ne s’y sont pas trompés en étendant le communisme à la Chine. Leurs enseignements aux populations ne portait pas sur Marx, Lénine ou « le Capital » mais bien sur le Darwinisme, ce qui, dans le contexte préalablement fragilisé de la philosophie bouddhiste, n’opposait pratiquement aucune résistance. L’occident chrétien a nécessité bien davantage de temps et opposé de réticences afin de se convertir- et il s’agit bien d’une conversion religieuse puisque les principes faussement rationnels sont en réalité bien dogmatiques -, l’Eglise de Rome a lutté avec ténacité, fermeté et bravoure avec le seul argumentaire qui lui était autorisé. Elle a même mis en balance toute sa crédibilité en allant au front, au vu de la dangerosité gravissime de la menace, avec sa dernière arme, celle de son autorité infaillible qu’elle n’a pas hésité à utiliser, même si cela lui a coûté très cher jusqu’à aujourd’hui pour sa crédibilité. Mais elle peut être fière a posteriori et à la lumière de l’immuable vérité, d’avoir pleinement assumé ses devoirs de responsabilité et d’avoir combattu avec honneur et vaillance même si cela reste toujours majoritairement incompris à notre époque qui exige d’elle la discrétion du vaincu… Pour autant, elle n’a pas dit son dernier mot…
    CROIRE OU NE PAS CROIRE? TELLE EST LA QUESTION
    Concernant la terre plate, il est irresponsable de parler de « croyance », dans un sens ou dans l’autre. A cet égard, la réalité est accessible à tout un chacun, à condition de le vouloir. Il faut prendre le temps de vérifier par soi-même car les preuves sont disponibles à condition de réfléchir avec bon sens, honnêteté et un minimum de rigueur.
    Il est évident que dans l’hypothèse où les platistes auraient raison, les documents et expertises officielles sont sujets à caution et ne peuvent faire partie de l’argumentaire. Fort heureusement, cette question de la forme de la terrre touche suffisamment de domaines scientifiques pour que les données factuelles et reproductibles abondent. De plus, à l’ère de l’internet, de multiples mesures sont accessibles ainsi que des appareil relativement peu onéreux pour être à disposition d’un public beaucoup plus large. en outre, les échanges d’informations peuvent se faire avec rapidité dans le monde entier, à condition de refuser les faux témoignages ou les argumentaires tronqués, hâtifs ou fallacieux.
    Les domaines touchés par cette réalité physique sont si nombreux (géographie et astronomie certes, mais également cinétique, énergétique, optique, géométrie, mécanique ondulatoire, géologie, thermodynamique, électro-magnétisme, mécanique des fluides, météorologie, atomistique, géothermie, colorimétrie des gaz rares, etc… sans compter la philosophie, l’histoire (événementielle mais aussi idéologique ou législative ou encore artistique), la métaphysique, la théologie, l’exégèse ou encore l’étude des prophéties…). Le champ est immense, les bonnes volontés scientifiques bienvenues et l’élaboration d’une nouvelle compréhension de notre monde véritablement passionnante ! Il ne se passe guère de semaine sans que ne soit découverte une nouvelle implication ou un phénomène captivant ou apportant une nouvelle lumière particulièrement intéressante dans un domaine particulier. Je ne citerai que quelques exemples afin de donner une vague idée : analyse de l’albédo et de la luminosité astrales et confrontation avec les données officielles, analyse du mouvement dit « géostationnaire », analyse gravitationnelle d’un système de 3 astres, études d’une nouvelle physique des marées (beaucoup plus cohérente), spectre lumineux des gaz excités, analyses laser en 3D, étude du sextant et de l’oscilloscope, avionique, cinétique relative et moments d’inertie, transparence lunaire et étude de températures de refroidissement, effets de grossissement optique d’une atmosphère humidifiée et règles de perspectives, confrontation des angles d’orientation des levers et couchers de soleil avec le modèle copernicien, analyse des degrés de longitude à des latitudes données par rapport aux distances cartographiques, étude des relations entre magnétisme et mouvement cinétique circulaire expliquant l’effet de « gravité », déséquilibre inacceptable de la formule de Newton, incohérence des lois de Képler, implications de la loi d’entropie, nouvelle cartographie et perspectives lunaires, observations constatables individuellement de la danse lumineuse des étoiles et supposées « planètes » (semblable aux effets de sono-luminescence), énergie induite et effet Tesla, aviation et mécanismes anti-gravitationnels, etc… sans même aborder la lancinante et sinistre question du « qui ? »… Une fois les yeux décillés, et après le premier moment excessivement déstabilisant de déni, de prise de conscience, de refus, d’indignation, de colère, de rancoeur, d’acceptation, de hiérarchisation des responsabilités, de pardon assumé, la véritable aventure commence à l’instar de celle d’un chercheur scientifique confronté à de « nouvelles frontières », entouré d’autres chercheurs aussi passionnés que lui et communicant avec générosité à travers le monde leurs découvertes et avancées personnelles, apportant un réconfort certain face à l’inertie navrante de la société, particulièrement de la part de l’entourage proche et familial qui peut étrangement vite devenir belliqueux voire violent, et malgré cela demeurant fasciné et émerveillé par la prolifération et la diversité de connaissances nouvelles permises par cette approche qui rend véritablement libre et à nouveau titulaire de deux valeurs volées par l’évolutionnisme du scientisme officiel : la conscience de sa dignité et l’espérance de l’éternité !
    L’AVENTURE COMMENCE !
    Oui, dans notre contexte sociétal à vif, pourquoi perdre du temps à se pencher sur un sujet qui semble si anecdotique en comparaison des urgences actuelles? Notre énergie, si précieuse en ce moment, ne serait-elle pas mieux employée à lutter contre les attaques actuelles inégalées sur l’humanité, gravement menacée d’extinction de 95% de sa population par des élites milliardaires tels George Soros, David Rockfeller, Bill Gates ou la famille Rothschild ? Leur idéologie malthusienne délirante, semblable aux pires monstres du nazisme est pourtant affichée, ne craignant plus d’être entravée. Disposant malheureusement des moyens de parvenir à leurs sinistres fins, ils contrôlent tous les postes-clés de pouvoir pseudo-démocratique susceptibles de les freiner ainsi que les médias, véritables prêtres du Mal, rompus aux sciences de propagande mises au point avec efficacité prouvée par Bailey, double neveu de Freud ainsi que le financement, hautement rentable de surcroît, des manipulations génétiques de virus de laboratoire et d’injections de masse, capables en outre de transformer l’être humain en robot génétiquement modifié à la merci des armes psychotropes d’intelligence artificielle, c’est-à dire en zombie sans âme ni conscience, comme le souligne pertinemment Eric Saillard.
    Or la forme de la terre n’est pas si anodine qu’elle y parait. D’ailleurs, la censure ne s’y trompe pas. Et un indice dans l’enquête de vérité obstruée par des esprits malveillants est justement le degré de hargne engagé dans la controverse. Plus l’agressivité, la mauvaise foi, la tentative de ridicule, l’ostracisation et la mort sociale sont sévères, plus on peut légitimement se douter que l’on approche du coeur du problème, de la racine du mensonge, de la base sur laquelle sont échafaudées toutes les autres supercheries.
    Lorsque l’on comprend que la bataille se joue principalement sur le plan spirituel et que l’enjeu essentiel est le devenir de milliards d’âmes – un enjeu d’amour et d’éternité -, on perçoit mieux pourquoi la haine devient farouche lorsque l’on s’attaque à cette question de la forme de la terre qui en réalité met en jeu la crédibilité des Saintes Ecritures, rempart sacré contre l’erreur et les hérésies multiples conduisant les âmes au gouffre éternel.
    La terre plate cautionne la Révélation tandis que le globe la discrédite. Nombreux sont les exemples (genèse, livre de Job, Psaumes, tentation au désert, ascension, assomption, apocalypse…). (Je pourrais développer, mais là n’est pas mon propos aujourd’hui. Je puis l’exposer plus tard.)
    La perception de Dieu y change drastiquement. La terre plate confirme le récit de la Genèse, d’un créateur tout puissant et bon au point de constituer un des arguments sophistiques de la censure qui cherche à faire croire que les preuves tangibles physiques de cette morphologie n’existeraient pas et que ses défenseurs seraient d’obscurantistes « créationistes » sectaires voulant absolument faire coïncider de manière idéologique et contre toute évidence leur vision de la réalité avec leurs convictions d’une lecture biblique littérale.
    Pourtant, le globe est bien incompatible avec les Saintes Ecritures, car si les descriptions morphologiques peuvent être détournées par les théologiens les reléguant au rang de symboles poétiques à visée pédagogique spirituelle, il contredit directement le rôle du Sauveur, l’essence même de la bonne nouvelle, car avec ses corollaires inéluctables d’évolutionnisme, de transformisme et d’explosion initiale, la beauté parfaite de la création est niée, la déchéance due au péché originel devient absurde et la logique de la Rédemption s’écroule d’elle-même. Il ne reste plus que l’enveloppe vide du christianisme avec son vocabulaire, mais vidé de toute sa signification, comme l’a brillamment exposé Theillard de Chardin, qui par ses pompeuses tentatives de concordisme rejoignit l’ésotérisme le plus insensé.
    L’Homme devient, à l’instar des promesses de l’antique serpent, tel un dieu qui se croit autonome, affranchi de tout devoir d’amour, de reconnaissance ou d’obéissance envers son bienfaiteur, un être indépendant visant une illusoire immortalité terrestre, qui croit décider de lui-même du bien ou du mal en fonction de ses caprices, sans s’apercevoir que ceux-ci le déservent et le ruinent.
    De fait, big-bang et darwinnisme, développements logiques et inévitables de la notion de globe, illusionnent l’individu en lui laissant croire à un continuel progrès, à une absence, indifférence ou désintérêt pour lui d’un dieu lointain, impuissant et/ou cynique (car il aurait été à l’origine de la souffrance et de la mort inhérentes au mode de développement de sa création, tout en accusant mensongèrement – ô comble de l’ignominie ! – l’homme d’en être responsable !).
    La très haute dignité humaine est désacralisée au profit d’une vision utilitaire du maillon accessoire d’un processus en devenir et d’une communauté sociétale, toute morale devient relative du contexte environnemental et historique, fonction de l’intérêt supérieur du plus grand nombre (en réalité du plus fort ou du plus manipulateur dans le « meilleur des mondes » de l’utopie communiste).
    Enfin l’on peut comprendre que le combat de survie qui fait rage actuellement n’est que la manifestation de cette immense confrontation entre le parti de Dieu et celui de son ennemi, combat qui semble parvenir à son apogée…
    Or la forme de la terre, parce que matériellement vérifiable nous donne le verdict sur qui des deux détient objectivement la vérité.
    De plus, elle permet à ceux qui daignent ouvrir les yeux, questionner, réfléchir et peser les arguments, de redonner courage et espérance dans cette immense bataille.
    Car si la terre ressemble à une gigantesque et merveilleuse couveuse d’un père penché amoureusement sur sa progéniture, rien n’est impossible à Dieu et Sa toute-puissance devient palpable. La rédemption devient cohérente et l’infinie bonté de Dieu visible. Le combattant s’y ressource, sachant que l’issue finale de la grande bataille est connue d’avance, que le démon n’est seulement qu’un ange, que ses prétentions fondront comme prédit, telles neige au soleil…
    Connaître sa force ainsi que son ennemi permet de mieux le combattre et d’éviter ses pièges. Armé de la vérité de la terre plate qui défend le récit biblique de manière radicale, majestueuse et grandiose, qui déracine toutes les théories fumeuses qui en sont issues, le croyant perçoit mieux les hiérarchies et priorités, peut davantage discerner les véritables armes efficaces à utiliser, à savoir le sacrement du pardon, le rosaire, la lecture des Ecritures, l’esprit de jeûne ou de sacrifice et l’amour fraternel. D’ailleurs toute l’histoire de nos aïeux témoigne de la puissance du rosaire et de ces armes spirituelles dans des batailles réputées invincibles.
    Oui, la bataille est immense et semble désespérée mais nous sommes forts. Tenons bon, aidés des légions du ciel, et nous verrons combien la vérité qui nous rend libres vaincra.

    Voilà pourquoi la terre plate, antidote à la racine de tous les mensonges – à savoir en premier lieu celui du globe, bizarrement suivi de l’hélio-centrisme (révélateur du culte du soleil, symptomatique de l’idolâtrie de Lucifer ) n’est pas une perte de temps dans notre lutte pour le bien. C’est un rempart de sérénité et d’assurance au beau milieu de la psychologie de la peur.
    De plus, ce que je pourrai approfondir pour ceux qui le souhaitent sur le plan des preuves scientifiques dans une prochaine intervention (car je trouve effectivement que Laurent Glauzy ne développe pas assez l’aspect rationnel, physique et mathématique mais son travail est déjà éminent), la terre plate est vérifiable sur tant de multiples points.
    Et toutes – je dis bien toutes – les objections correspondent à des sophismes, des fausses démonstrations qu’un oeil averti peut facilement discerner.
    Avec une analyse plus fine, vous verrez par vous-mêmes.
    Plus on approfondit, plus on est émerveillé.
    Quant à la question des limites évoquée par Johanna, les étranges lois d’inaccessibilité de l’Antarctique pour qui n’est pas habilité ne sont certes pas de bonne augure. Nous disposons de quelques pistes basées sur des témoignages au delà du mur de glace qui borde les océans connus et du dôme qui nous encercle mais la lune nous révèle que des continents se prolongent bien au delà, vraisemblablement avec d’autres hémisphères célestes supérieures, ce qui demeure en parfaite cohérence avec les écrits patristiques et la tradition de l’Eglise (pour mémoire, Saint Thomas était bien convaincu de la terre plate, je puis en donner la preuve par une de ses réfutations avec le latin originel).
    Hauts les coeurs ! (Et honneur à Laurent Glauzy de mouiller la chemise pour nous avertir, nous indiquer la route et nous réconforter en dépit des humiliations que cela lui apporte !) Le redressement ne sera pas obtenu humainement. Seule une intervention miraculeuse pourra nous sortir de l’impasse. Mais quelle joie lorsque ceux qui attendent l’espérance de Sa venue seront éblouis par Sa glorieuse manifestation ! Celui qui nous aime, l’attendu des Nations, le Libérateur est TRES fort. Nous ne sommes pas seuls et l’issue est déjà gagnée au calvaire. Donnons notre entière confiance (foi et espérance), seul mérite qu’attend de nous Celui qui nous porte chacun en Son Sacré Coeur et vivons continuellement, conscients de la faiblesse de nos forces et de la puissance infinie de notre Créateur, Sauveur et Sanctificateur, en dépit des difficultés de plus en plus âpres et en tenant bon contre toutes les sollicitations et incitations perfides et mensongères, dans la louange et l’action de grâce !
    Gloire à Celui qui a déclaré que Sa miséricorde envers les repentis était encore davantage certaine que l’est la stabilité de la terre

    • Votre exposé est remarquable et je vous en félicite.
      Le grand problème de la science aujourd’hui, c’est que l’on confond observation et théorie.
      Cela est dû à l’abandon de la scolastique thomiste et l’intronisation du subjectivisme par la devise de Descartes: « je pense donc je suis ». Ainsi l’idéalisme qui consiste à vouloir que les choses soient comme on veut, et le nominalisme qui consiste à apposer un concept ou un nom à un objet sans tenir compte de la réalité. On peut dire alors par exemple, qu’une table n’est pas forcément un plateau posé sur 4 pieds ou un socle, mais que cela peut être une voiture ou un piano. Comme vous voulez!
      La question de la Terre-Plate relève de cette observation du réel et la vidéo que je vous recommande ici doit être regardée et étudiée crayon en main, si on veut être honnête. Elle définit que l’électro-magnétisme est une loi, et la gravitation une théorie.
      https://youtu.be/MACPDjNFxu4
      Malheureusement,sous le Pontificat de Benoit XIV, entre 1740 et 1760, dans un désir de conciliation et de paix, le Pape a débloqué l’index qui frappait les ouvrages coperniciens et galiléens à la seule condition que ceux-ci soient annotés. Vous pensez bien qu’avec le procès de Galilée qui s’était déroulé dans la passion 110 ans auparavant, avec la complicité de la famille illustre Lincei et les adeptes du culte de Mithra (culte rendu au soleil) auquel Galilée justement appartenait, les religieux, modernistes avant la lettre, et pour une grande part hélas, des Jésuites profitant de leur réputation pour pourfendre à juste titre le protestantisme, se sont engouffrés dans les nouvelles idées concernant la nouvelle vision du monde, car c’est bien de celle-là qu’il s’agit. Il faut dire aussi qu’un certain nombre de ces religieux érudits et savants ne tinrent aucun compte des interdictions papales. Galilée était un révolté et Saint-Robert Bellarmin, membre du Saint-Ofiice, et mathématicien comme lui, avertit Galilée des problèmes théologiques que sa nouvelle conception du monde prônait.
      Ainsi à partir du Pontificat de Benoit XIV, on va évoluer progressivement vers la notion d’une terre pas seulement ronde ou incurvée comme certains érudits le prétendaient au Moyen-Age, mais vers un globe habité bien-sûr aux antipodes (cela contre la pensée de Saint-Augustin) et galoppant à tout allure dans l’espace au mépris des lois fondamentales de la force centrifuge.
      On finira par trouver une traduction abusive dans les missels pour « l’orbe-terrarum » représentant le globe, alors que mot à mot il faudrait traduire par « cercle des terres ». Nulle-part, dans l’écriture sainte , il n’est question de globe si on reprend la Vulgate de Saint-Jérôme. A longueur de chapitres il est question de terre fixe. Qui sont alors ces scientifiques qui prennent tant de liberté à ce point avec le texte sacré? Bien-sûr, il y a des versets qui ne doivent pas être pris à la lettre, mais là devant les centaines d’allusions à une terre immobile, qui est l’escabeau de Dieu, il est difficile de pratiquer les distortions exégétiques.

    • Votre exposé est remarquable et je vous en félicite.
      Le grand problème de la science aujourd’hui, c’est que l’on confond observation et théorie.
      Cela est dû à l’abandon de la scolastique thomiste et l’intronisation du subjectivisme par la devise de Descartes: « je pense donc je suis ». Ainsi l’idéalisme qui consiste à vouloir que les choses soient comme on veut, et le nominalisme qui consiste à apposer un concept ou un nom à un objet sans tenir compte de la réalité. On peut dire alors par exemple, qu’une table n’est pas forcément un plateau posé sur 4 pieds ou un socle, mais que cela peut être une voiture ou un piano. Comme vous voulez!
      La question de la Terre-Plate relève de cette observation du réel et la vidéo que je vous recommande ici doit être regardée et étudiée crayon en main, si on veut être honnête. Elle définit que l’électro-magnétisme est une loi, et la gravitation une théorie.
      https://youtu.be/MACPDjNFxu4
      Malheureusement,sous le Pontificat de Benoit XIV, entre 1740 et 1760, dans un désir de conciliation et de paix, le Pape a débloqué l’index qui frappait les ouvrages coperniciens et galiléens à la seule condition que ceux-ci soient annotés. Vous pensez bien qu’avec le procès de Galilée qui s’était déroulé dans la passion 110 ans auparavant, avec la complicité de la famille illustre Lincei et les adeptes du culte de Mithra (culte rendu au soleil) auquel Galilée justement appartenait, les religieux, modernistes avant la lettre, et pour une grande part hélas, des Jésuites profitant de leur réputation pour pourfendre à juste titre le protestantisme, se sont engouffrés dans les nouvelles idées concernant la nouvelle vision du monde, car c’est bien de celle-là qu’il s’agit. Il faut dire aussi qu’un certain nombre de ces religieux érudits et savants ne tinrent aucun compte des interdictions papales. Galilée était un révolté et Saint-Robert Bellarmin, membre du Saint-Ofiice, et mathématicien comme lui, avertit Galilée des problèmes théologiques que sa nouvelle conception du monde prônait.
      Ainsi à partir du Pontificat de Benoit XIV, on va évoluer progressivement vers la notion d’une terre pas seulement ronde ou incurvée comme certains érudits le prétendaient au Moyen-Age, mais vers un globe habité bien-sûr aux antipodes (cela contre la pensée de Saint-Augustin) et galoppant à tout allure dans l’espace au mépris des lois fondamentales de la force centrifuge.
      On finira par trouver une traduction abusive dans les missels pour « l’orbe-terrarum » représentant le globe, alors que mot à mot il faudrait traduire par « cercle des terres ». Nulle-part, dans l’écriture sainte , il n’est question de globe si on reprend la Vulgate de Saint-Jérôme. A longueur de chapitres il est question de terre fixe. Qui sont alors ces scientifiques qui prennent tant de liberté à ce point avec le texte sacré? Bien-sûr, il y a des versets qui ne doivent pas être pris à la lettre, mais là devant les centaines d’allusions à une terre immobile, qui est l’escabeau de Dieu, il est difficile de pratiquer les distortions exégétiques.

  • Pathétique cette vidéo, désinformation fabriquée de toute pièce avec un argumentaire scientifico théologique qui pue le complotisme (le vrai, celui du NOM) afin de « convertir » les cathos réac au platisme et ainsi jeter le voile d’obscurantisme sur la foi catholique.
    J’ai, comme je l’ai déja dit sur ce site, passé cinq ans en immertion dans le texte biblique afin d’en exprimer la substentifique moelle. L’Esprit Saint étant visiblement à la manoeuvre car il m’a donné de nombreux signes de sa présence, voici le dernier en date :
    Au début de cette année je chat sur une plateforme avec quelqu’un d’ouvert à la foi mais non pratiquant. Il me dit ouvrir souvent la Bible et lire un verset au hazard pensant que Dieu peut lui parler ainsi et continue en disant : Tiens, on va voir ce qu’il dit de tes recherches. Il commence la lecture d’un verset piqué au hazard :  » car Dieu s’est révélé à lui,… »
    Pas mal me dit-il. C’est incroyable. Il a l’air de t’avoir à la bonne.
    Je lui demande la référence du verset. Il me dit : désolé. J’ai refermé. Ca me suffisait.
    Dès qu’on se quitte, j’ouvre le dossier Bible.doc et je lance la recherche. Cette suite de mots s’est avérée introuvable.
    Un signe de plus.
    J’affirme donc qu’il n’y a rien dans le texte qui puisse ni affirmer que la terre est plate, ni qu’elle est sphérique. J’ajoute que lorsque l’Eglise a voulu maintenir son pouvoir sur les sciences il n’en ait rien sorti de bon. Ce n’est non seulement pas sa mission mais cette recherche de pouvoir d’érudition va à l’inverse des paroles du Seigneur qui élève les humbles et couvre de honte les orgueilleux.
    J’ajoute que nombre de scientifiques qui ont largement contribué au développement de la cosmologie étaient et sont des créationnistes et parfois même de grands pratiquants.
    GARDEZ-VOUS DE FAIRE LE JEU DES MONDIALISTES QUI SONT À LA MANOEUVRE SUR LE NET (le filet) jeté dans la mer (la foi) pour capturer les poissons (les chrétiens) afin de rendre innaudible leur apostolat assombri par ce voile d’obscurantisme.
    Je vous quitte, l’Angelus sonne…
    L’ange du Seigneur apporta l’annonce à Marie qu’elle serait la mère du sauveur…
    Je finis en parlant de notre mère qui vient d’interrompre heureusement mon développement.
    La médaille que je porte (la médaille miraculeuse de la rue du bac) représente Marie debout sur un globe et non sur un disque avev des pointes qui pendent en dessous.

    La Dame de tous les peuples apparait de même à Amsterdam, le globe terrestre sous ses pieds sur lequel rampe un serpent.

    A Gietrzwald en Pologne, Marie apparait assise sur un trone, l’Enfant Jésus sur les genoux. Il tient dans sa main gauche un globe terrestre.
    J’arrête là ou ke continue ?

    Marie serait-elle une illuminati ou un membre du WEF ?
    La Reine des cieux et son fils chercheraient à nous maintenir dans cette erreur (globe terrestre) qu’ils ont fabriquée de toute pièce ?
    J’attends les commentaires de ceux que mon propos direct dérange, le qualifiant d’attitude prétencieuse et arrogante. Le wokisme c’est pas mon truc.

  • Ce que je vois ce sont de grands discours, personne ne répond à mes simples questions.
    Pour rappel : moi qui trouve des arguments en faveur de la « plate » comme de la « sphérique », je vous pose donc quelques questions qui me viennent :
    1/ pourquoi les logos de l’ONU et OMS représentent-ils la terre plate ?
    2/ pourquoi les images de la terre vue de l’espace (par la Nasa) sont toutes des images, dessins et non des photos (il faut regarder avec attention) ?
    3/ pourquoi n’avons-nous pas le droit d’accéder à antarctique ?
    Et je rajouterai une …
    4/ Pourquoi toutes les vidéos sur le sujet de la version plate sont censurées, supprimées ?
    Juste par exemple, celles qui sont données en référence sur ce site (faire une recherche avec « terre plate » et dans quasiment chaque article trouvé, on a la vidéo qui mentionne : « Vidéo non disponible – Cette vidéo n’est pas disponible ».
    Encore une fois, je ne suis dans aucune certitude, juste de la réflexion et justement je propose à ceux qui ont des réponses du côté « globe », de les apporter.
    Voilà, je veux bien vous lire.

  • Désolé Catverine, il n’y a pas de réponse à vos question qui ne soit insubmersible dans l’océan de contradiction et de désinformation dans lequel nous navigons. Il n’y a de bien et de mal (et donc de vrai et de faux) que ce que l’on déside, affirment les franc massons et leurs amis qui dirigent le monde. Ceci s’applique au naturel comme au surnaturel. Alors la réponse d’aujourd’hui ne sera plus la même demain en fonction de l’avancement de leur plan.
    Notre salut est dans le secours du Seigneur qui a fait le ciel et la terre.

  • Je vous invite à regarder ce documentaire sur la terre plate pour les plus sceptiques
    https://odysee.com/@Chaine73:9/_FLATTEN-THE-CURVE-Aplanir-la-courbe-Le-documentaire-de-Vikka-Draziv:7

  • La carte de gleason est la veritable carte, c’est aussi le logo de l’onu, l’oms ect…

Laisser un commentaire