Stratpol : Pour Daria, offensive kiévienne, catastrophe énergétique. Vidéo.

« Le concept de « TOLERANCE » a été créé pour DETRUIRE l’IDENTITE EUROPENNE. »

–Daria Douguine.

Ce qu’est la chaîne de commandement qui a planifié et opéré l’attentat contre Alexandre Douguine et sa fille Daria est révélé indirectement par le journal  Los Angeles Times :

« Depuis 2015 la CIA entraîne les agents des services secrets ukrainiens dans une structure secrète aux États-Unis ».

En décembre 2021 déjà, sur Grandangolo, la journaliste Daria Platonova rapportait :

« Les services de sécurité ont communiqué avoir identifié 106 agents ukrainiens qui se préparaient à commettre des attentats et massacres dans 37 régions de Russie. En plus de la constante tension sur le plan politique et médiatique, nous devons aujourd’hui nous confronter aussi à des actions de groupes terroristes dans notre pays, heureusement neutralisés à temps. »

Sur ce fond reste sans réponse la question de savoir comment il a été possible que la voiture de Daria, sur laquelle a été installée la bombe télécommandée, soit restée jusqu’au soir dans un parking non gardé avec des télé-caméras ne fonctionnant pas.

Maya Nogradi (réalisatrice, éditrice à Grandangolo) nous parle ce soir, dans un témoignage émouvant, de son amie Daria. Il en émerge une figure de jeune journaliste et analyste géopolitique qui tenait une place de plus en plus significative que ce soit en Russie ou au niveau international. De ces éléments et d’autres encore on peut déduire que Daria a été non pas simplement victime d’un attentat contre son père mais elle aussi cible première de l’attentat.

Lire l’article entier sur mondialisation.ca

« Bien que les médias occidentaux se soient empressés de qualifier Douguine de « conseiller de Poutine » ou de « nationaliste russe » ou de tout autre épithète insensée, il ne s’agit là que de la bêtise habituelle des médias occidentaux. Douguine est un philosophe et, étant plutôt controversé, il n’est en aucun cas proche du Kremlin. Il a produit une œuvre très impressionnante et ce n’est peut-être pas une bonne idée de la résumer en quelques phrases, mais je vais essayer.

Les spécificités de l’État russe sont liées au vaste paysage eurasiatique et sont indépendantes de l’ethnologie, de la religion, de l’économie ou de l’idéologie ; elles nécessitent, pour leur préservation, un seul dirigeant fort dont le pouvoir repose sur l’approbation d’une vaste majorité conservatrice, autonome et patriotique. Lorsque la Russie a bénéficié d’un tel leadership, notamment sous le Prince Vladimir [ 915-1015], Ivan IV le Terrible [1530-1584], Pierre Ier le Grand [1672-1725], Joseph Staline et maintenant Vladimir Poutine, son royaume s’est rapidement étendu. Même sous des dirigeants moins grands, il s’est développé de manière constante parce que son modèle de gouvernance, avec un centre autoritaire sauvegardant les intérêts de communautés éloignées, grandes et petites, sans distinction d’ethnie, de langue ou de religion, a progressivement gagné des adhérents parmi les populations voisines sur la base du principe de complémentarité ethnique évidente. Les deux contre-exemples d’incompétence massive sont Mikhaïl Gorbatchev et Boris Eltsine, qui ont amené la Russie au bord de l’effondrement économique et de la dissolution politique. Après la fin du moment unipolaire de l’Amérique, il y a une dizaine d’années, la Russie n’a cessé d’étendre son influence et a d’excellentes chances de rejoindre les autres grandes nations d’Eurasie pour former un centre de pouvoir eurasien qui se débarrassera du fardeau du contrôle extérieur et de l’exploitation par les nations occidentales. Douguine considère Moscou comme la troisième Rome et l’héritier de l’Empire romain d’Orient et de l’Empire mongol. C’est un patriote russe mais le qualifier de nationaliste est une pure absurdité puisque la Russie n’est pas une nation mais une fédération de nombreuses nations.

Comme il semble habituel avec les Ukrainiens, l’acte odieux de l’assassinat de la fille de Douguine a été pour eux un acte puissamment autodestructeur. Avant cet événement, Douguine travaillait dans une relative obscurité et ses idées étaient connues dans des cercles plutôt étroits et considérées comme controversées. Mais aujourd’hui, son nom est partout et des dizaines de millions de personnes le recherchent et étudient son travail. Le martyre de sa fille l’a élevé, elle et lui, au rang de héros nationaux et leurs noms, ainsi que son œuvre, vivront à jamais.

Les Ukrainiens n’auraient guère pu faire plus pour faire avancer la cause de la souveraineté eurasienne et pour hâter la disparition de leur faux clan nationaliste mono-ethnique mort-né, contrôlé par l’étranger. L’assassinat de la fille d’un philosophe est un acte d’humiliation nationale ukrainienne et ses dirigeants, qui ont ordonné le meurtre, se vautreront désormais dans l’ignominie et la honte perpétuelles. »

Dmitry Orlov


Laisser un commentaire