Procès du Massacre de Nice: Les proches de 14 personnes (dont 4 enfants) veulent savoir pour quelles raisons elles ont été découpées et vidées de leurs organes, alors que la cause de leur mort semblait pourtant évidente.

« Découpées et vidées de leurs organes »…………

Le 14 Septembre 2022, France 3 Région Provence-Alpes-Côte d’Azur publiait :

Lire le texte en entier sur : https://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes-cote-d-azur/alpes-maritimes/nice/proces-de-l-attentat-de-nice-suite-aux-prelevements-d-organes-sur-leurs-enfants-des-parents-toujours-sans-reponse-2613920.html

Le prélèvement d’organes questionne les familles

Lors de son témoignage, Gérald Quatrehomme a expliqué que des prélèvements d’organes avaient été réalisés sur l’ensemble des personnes ayant subi une autopsie, comme c’est demandé dans le protocole judiciaire dans le cas de dossier criminel. Si d’habitude ils ne prélèvent que des échantillons de certains organes, cette fois, Gérald Quatrehomme avait arbitré qu’il faudrait prélever l’intégralité des organes, ne sachant pas ce qu’allaient être les demandes de l’enquête par la suite.

Trois familles ont fait la demande de récupérer ces prélèvements. Une famille américaine l’a fait quelques jours après l’attentat. Une autre, celle de Yanis, a pu récupérer ces prélèvements en 2019. Cette demande est intervenue près de trois ans après l’attentat car les parents n’ont eu la connaissance de cette autopsie et de ces prélèvements qu’à ce moment-là. Enfin, la famille d’Amie n’a toujours pas pu les récupérer car elle demande qu’une analyse ADN soit réalisée sur ces prélèvements pour s’assurer qu’il s’agit bien d’Amie.

L’avocate rappelle un article du code pénal qui stipule que seuls doivent être effectués les prélèvements biologiques nécessaires au besoin de l’enquête et demande au médecin légiste si cela lui semble avoir été le cas. Elle souligne ce point car aucune demande n’a été faite par les enquêteurs concernant les organes des victimes. L’homme rétorque que faire une « analyse rétrospective » n’est pas la bonne façon de voir les choses.

Il était important pour Virginie Le Roy de faire savoir que le nombre d’organes prélevés lui semblait abusif. Elle a notamment énuméré tous les organes prélevés sur une petite fille de six ans, donnant ainsi l’impression, pour qui ne s’y connait pas forcément très bien anatomie humaine, qu’il s’agissait là de l’ensemble des organes du corps humain. Elle relève que les organes génitaux ont été prélevés sur cette petite fille. Le médecin légiste avait précédemment précisé que ces organes étaient relevés sur les femmes pour voir si elles étaient enceintes au moment de leur mort. L’avocate lui demande alors de justifier un tel prélèvement sur une petite fille de six ans. Le médecin se voit bien incapable de lui donner une raison convenable. Il explique encore une fois que c’est le « protocole généralisé » qui est en cause. Les médecins qui ont procédé aux autopsies auraient donc fait leur travail sans distinction entre une femme en âge d’être enceinte et une fille de 6 ans. Glaçant.

Avec cet exemple, l’avocate souligne alors un point qui travaille les parties civiles concernées : si ce protocole était réellement généralisé et que tous les organes devaient être prélevés sans distinction entre les victimes, pourquoi aucun dossier ne présente les mêmes prélèvements d’organes ? Là encore, le médecin légiste dit que « le protocole était censé être identique » mais ne donne pas réellement de réponse. Le médecin admet alors que le protocole n’a jamais été écrit mais il a simplement été donné à l’oral de manière peu précise.

Il admet à la barre ne pas avoir donné de consigne précise sur les prélèvements, vous vous rendez compte ?Maître Virginie Le Roy, à France 3 Côte d’Azur

Des questions restent sans réponse 

Stéphane Erbs venait, lui aussi, chercher des réponses ce mercredi. Malheureusement, il ne les a pas vraiment eues. Lorsqu’il est allé se recueillir auprès de son épouse décédée lors de l’attentat, il a été informé qu’une autopsie avait été pratiquée. Il en a d’ailleurs constaté les stigmates sur le corps de son épouse. Toutefois, le nom de son épouse ne figure pas sur la liste des personnes ayant reçu une autopsie. Virginie Le Roy a donc demandé formellement à Gérald Quatrehomme si une autopsie avait été pratiquée. Vérifiant dans son dossier, il lui répond que non. Et Stéphane Erbs reste alors dans le flou.

A la sortie de l’audience, il se dit « très déçu »« On s’y attendait mais on sait ce qu’on a vu, on sait ce qui s’est passé donc ça crée de l’incompréhension », déclare-t-il. 

Virginie Le Roy elle aussi semble déçue à la sortie de la salle. « On a vu un médecin légiste qui reste campé sur ses positions et qui évite de répondre à certaines questions », détaille-t-elle. Elle martèle : « Je n’ai pas entendu lors de cette audience une seule justification de la nécessité du prélèvement des organes pour l’enquête ». 

Désormais, elle attend la venue de François Molins, procureur de la République à l’époque, à qui elle demandera davantage de justification sur les raisons pour lesquelles les familles n’ont pas été prévenues des autopsies réalisées et des prélèvements d’organes.

Le 10 Octobre 2022, SUD-OUEST publie :

Attentat de Nice : les prélèvements d’organes entiers pas « justifiés », estime François Molins

Pourquoi des organes ont-ils été prélevés sur des victimes de l’attentat de Nice lors des autopsies ? L’ancien procureur antiterroriste François Molins a tenté de répondre à cette douloureuse question

L’ancien procureur antiterroriste François Molins a estimé lundi au procès de l’attentat de Nice que le choix fait par les médecins légistes de prélever l’entièreté des organes de certaines victimes « ne se justifiait pas », tout en défendant la nécessité des autopsies pour les besoins de l’enquête.

Après l’attaque, plusieurs familles se sont vivement émues en constatant que des victimes avaient été dépouillées de leurs organes lors des autopsies, sans qu’elles en soient prévenues. « Mon sentiment, c’est que le prélèvement de la totalité des viscères n’était pas indispensable », a déclaré devant la cour d’assises spéciale de Paris celui qui est aujourd’hui procureur général près la Cour de cassation, l’un des plus hauts magistrats français.

« Si c’était à refaire, il n’y aurait pas eu de prélèvements systématiques », a-t-il ajouté, reconnaissant aussi des insuffisances dans l’information aux familles.

Autopsies

Après l’attaque au camion-bélier sur la Promenade des Anglais le 14 juillet 2016, qui a fait 86 morts et plus de 450 blessés, des autopsies ont été pratiquées sur les corps de 14 victimes, dont quatre enfants, avait expliqué au début du procès l’ex-directeur de l’institut médico-légal (IML) de Nice, Gérald Quatrehomme.

François Molins, en tant que procureur de Paris alors chargé de toutes les enquêtes en matière de terrorisme, a confirmé à la barre les trois critères fixés par le parquet pour déterminer la nécessité d’une autopsie. Le premier, pour « établir scientifiquement les causes du décès » si l’examen externe du corps n’y a pas suffi. Le deuxième, lorsque la victime a eu une prise en charge médicale avant de décéder, « pour faire la part des choses » entre ce qui est dû à l’attaque et ce qui est lié à une « éventuelle négligence médicale ». Et enfin en cas de suspicion d’atteinte par balle.

« Sujet douloureux »

« J’ai conscience que c’est un sujet douloureux pour les victimes », mais « on ordonne une autopsie non pas pour faire de la peine mais parce qu’on en a besoin », a-t-il fait valoir. Ce n’est pas parce qu’« après coup l’autopsie n’a servi à rien qu’on peut inférer qu’il ne fallait pas l’ordonner ».

Sur chaque corps autopsié, des organes ont été prélevés et placés sous scellés, au cas où des analyses complémentaires seraient nécessaires à l’enquête, avait expliqué le Pr Quatrehomme. « On n’a pas abordé la question des prélèvements d’organes » au cours de la réunion de travail organisée entre les magistrats et l’IML, a assuré François Molins, expliquant s’en être remis sur ce point à l’expertise des médecins légistes.

Hormis pour certains organes qu’il est nécessaire de prélever en entier lorsqu’on veut les analyser, le protocole habituel à Paris est de « prélever un échantillon, quelques centimètres », et lorsque le parquet de Paris donne ses instructions, « on n’imagine pas que ça va être autrement », a souligné le magistrat.

La majorité des familles concernées n’ont pas été informées de ces actes et ne l’ont appris que lors de la procédure, voire à l’audience, ont rappelé à la barre de nombreuses parties civiles dans des témoignages déchirants.

« Absurdité »

« Je cherche à comprendre comment le système médico-judiciaire a pu en arriver à une telle absurdité : découper ma fille de 12 ans en morceaux pour déterminer qu’elle est décédée d’un polytraumatisme compatible avec la percussion avec un engin à haute cinétique. Tout ça pour ça. Mais on le savait déjà ! », avait ainsi déclaré à la barre Anne Gourvès.

En 2018, elle avait découvert « avec effroi un procès-verbal de mise sous scellés d’organes » de sa fille. Anne Gourvès a fait une demande de restitution des organes, assortie d’un test ADN qui lui a été refusé. Un document médical (qui évoque une personne de sexe féminin âgée d’une vingtaine d’années) l’a fait même douter du fait qu’il s’agissait bien de ceux de sa fille.

Pour ces cas, « je ne vois pas d’autres solutions que de faire des analyses ADN pour restituer ces organes aux familles », a déclaré François Molins, précisant qu’il s’exprimait en son nom, déclenchant quelques applaudissements dans la salle d’audience.

Devant des familles anéanties qui n’ont découvert parfois que lors de la procédure les prélèvements d’organes sur leurs proches, L’ancien procureur antiterroriste François Molins a demandé de « restituer ces organes » mis sous scellés. © Crédit photo : Benoit PEYRUCQ/AFP

Commentaires des internautes sur cette Double Mort des pauvres victimes et de leurs familles :

Disparition de Simone Veil. Beaucoup d’Israéliens lui doivent la vie.

Tel Aviv (Daniel Rouach). : 30 juin 2017.

Juive de coeur et soutien permanent à Israël et au sionisme, Simone Veil est décédée ce vendredi matin à 89 ans. En Israël une grande tristesse touche les franco-israéliens qui l’ont connu.
Très peu de personnes le savent. Elle avait signé lors de son passage au Ministère de la santé un accord franco-israéliens de dons d’organes. En effet Israël manquait cruellement de donneurs. Cet accord réel mais appliqué avec une très grande discrétion aura permis à de nombreux israéliens de rester en vie.


France3-regions. : « Plusieurs fois ministre sous les mandats de Giscard d’Estaing et Miterrand, elle aura marqué la vie politique française avec notamment sa loi sur l’IVG en 1975. C’est aussi la première femme élue présidente au Parlement européen.

Simone Veil est décédée ce vendredi matin à l’âge de 89 ans selon ses proches. C’est l’une des grandes figures politiques du XXe siècle qui s’est éteinte, mais également une grand militante féministe et une grande europhile.

Rescapée de la Shoah après sa déportation à Auschwitz, Simone Weil se lance dans une carrière de magistrate après la guerre. Elle s’engage en politique quelques années après et devient ministre de la Santé en 1974. Grande militante pour les droits des femmes, c’est à son initiative qu’est votée la loi qui porte son nom en 1975 qui dépénalise l’interruption volontaire de grossesse.
De par son histoire personnelle, Simone Veil est toujours restée attachée aux idéaux européens. C’est la première femme élue présidente du Parlement européen à Strasbourg, en 1979. 
Après avoir été de nouveau ministre des Affaires sociales, de la Santé et de la Ville sous Balladur, Simone Veil s’écarte peu à peu de la vie politique et continue de siéger au conseil constitutionnel de 1998 à 2007.
Simon Veil aurait eu 90 ans le 13 juillet prochain. Le maire de Strasbourg, Roland Ries a réagi à ce décès, partageant son émotion devant la disparition « d’une femme politique d’un courage et d’une détermination immenses, dont la vie toute entière a été marquée par la lutte, parfois acharnée, pour ses convictions ».



4 Commentaires

  • Ces manières ne sont pas chrétiennes ! Il n’y a rien d’autres à ajouter.

  • Comment les gens peuvent-ils encore donner du crédit à cette parodie de justice ?
    Tout cela est de la mascarade, il s’agissait juste de récupérer des organes, le reste n’a sûrement aucune importance pour les médecins et les magistrats.

    Les manières ne sont pas chrétiennes comme l’écrit Marq, dans une société qui ne l’est plus, ça n’est plus une surprise. Les gens sont encore en train de rêver et d’attendre le secours de l’état. S’ils étaient tournés vers Dieu, cela n’arriverait pas.

  • La lumière étant mise sur les monstruosités, il est bon d’avoir des infos pour soutenir le moral des résistants. En voici deux toutes fraiches. Pro gend publie l’entretien entre Morad Al Hattab et Amandine Roy: C’est un document magistral,. Morad apporte 2 INFOS CAPITALES : 1 ) Joel Benenson, formé talmud, a monté le même scénario de faux couple, pour les macron que pour les Obama, deux duos de faux-culs pédés, réellement traitres à la nation, et pour Obama avéré grand meurtrier, (l’Ukraine est sa 11eme guerre) 2) un doc de l’armée d’Alger qui montre le faux en date de naissance du bri-jean-mich qui est ami de rot de schild, formé talmud. Autrement dit, TOUT TOURNE AUTOUR DU TALMUD où est écrit depuis le siècle II: ’’Nous les juifs sommes les seuls humains’’ et ’’Jésus doit pour l’éternité dans ses excréments’’. Or, nous avons appris que de NOMBREUX ’’TRANSHUMANISTES’’, PAR FAUX VAX ET 5G, SONT TALMUDS-JUIFS, dont Harari et Attali. Malheureusement, la grande majorité des Français, y compris des chefs d’armées et des chefs de gendarmerie qui pourraient faire un commando pour choper le bri-jean-mich et le mettre à Paul AL sur le net mondial, ne voient pas la réelle et double monstruosité, des deux duos chefs d’états et d’armées, de faux-culs pédés, et du transhumanisme à faux vax et 5G. UN COMMANDO sur bri-jean-mich POURRAIT APPORTER UNE LUMIERE SALVATRICE. Pro gend publie aussi des nouvelles de la saine guerre de Russie, titré Kherson sera-t-il Stalingrad.  » » Plus la Russie s’approche de la Victoire plus son ennemi international est dangereux car son amoralité l’autorise à toutes les folies suicidaires inimaginables. Général Sourovikine, commandant du front russo-ukrainien a déclaré: ’’Je ne suis plus disposé à sacrifier des soldats russes dans une guerre de guérilla contre des hordes de fanatiques armés par l’OTAN. Nous avons suffisamment de forces et de moyens techniques pour conduire l’Ukraine à une capitulation totale’’.Source : ZE Journal. Tenons bons!! Salutations à tous!!

  • Rituels Sataniques avec le Juif Estrosi et le mossad

Laisser un commentaire