La mafia maçonnique veut faire croire à la défaite de Bolsonaro.

Le dimanche 30 octobre 2022, le Brésil a élu un nouveau président, un nouveau parlement et un tiers de son sénat. Le socialiste Luiz Inácio Lula da Silva (« Lula »), encensé par la presse du système dans son pays, a remporté une victoire très serrée face au président sortant, Jair Bolsonaro, conservateur, patriote et antimondialiste.

Les résultats provisoires du second tour sont les suivants : 50,9 % des voix pour Lula, 49,1 % des voix pour Bolsonaro. Bien que les sondages aient prédit au président sortant une défaite cuisante dès le premier tour, il a réussi à combler l’écart du premier tour (48,4 contre 43,2). Le résultat de dimanche représente l’issue historiquement la plus serrée d’un second tour de scrutin au Brésil. Le plus grand pays d’Amérique du Sud dispose d’un système de vote entièrement électronique sans preuve papier – Bolsonaro avait déjà mis en garde contre une possible manipulation avant le scrutin.

Comme d’habitude, le courant dominant a nié toute plausibilité de fraude bien avant le scrutin. Néanmoins, les voix qui doutent de la légitimité du résultat ne devraient pas s’apaiser après le jour du scrutin. Car si l’on veut faire croire que Bolsonaro est destitué en tant que président, le « Partido Liberal », pour lequel il était en lice, a remporté les élections dans les deux chambres du Parlement, où il est désormais la première force.

Si l’on en croit le résultat, le Brésil sera bientôt dirigé par un homme, « Lula », qui a déjà dirigé le pays entre 2002 et 2010. Accusé d’être impliqué dans un énorme scandale de corruption politique, il a même passé un an et demi en prison à partir de 2018. En fait, il aurait dû rester jusqu’à 12 ans en prison. Mais la Cour suprême a renversé le jugement. Lula a été libéré, a retrouvé ses droits politiques et a été érigé en candidat par le système.

On a essayé de piéger Bolsonaro parce qu’il avait misé sur la liberté plutôt que sur le confinement lors de la « pandémie » et qu’il avait partagé des messages critiques sur la vaccination dans les médias sociaux. Dans sa petite guerre contre Bolsonaro, la Cour suprême a temporairement bloqué Telegram pour tous les citoyens !

Une grande partie du peuple a apprécié la voie de la liberté de Bolsonaro, et de nombreux citoyens l’ont soutenu dans ses combats incessants contre la justice instrumentalisée politiquement. L’année précédente, plusieurs millions de personnes sont descendues dans la rue pour le soutenir à l’occasion de la fête nationale. Il a toujours eu quelque chose à opposer aux diktats des élites mondiales : Lorsqu’un sommet de l’ONU s’est tenu à New York, lorsque les personnes non vaccinées ont même été exclues des restaurants de la « Grosse Pomme », Bolsonaro, non vacciné, a tout simplement mangé sa pizza sur le trottoir avec sa délégation.

Informations tirées de Wochenblick.at

ABBE BOUBEE – SAINT NICOLAS DU CHARDONNET

POUR COMMANDER

https://profidecatholica.com/boutique/embed/#?secret=GzLKi5xgC0#?secret=Zeg9rFhPwb

OU laurentglauzy1@gmail.com

SOUTENEZ-NOUS, ENCOURAGER NOTRE TRAVAIL PAR UN ABONNEMENT DE 5 OU 10 € / MOIS A PRO FIDE CATHOLICA

GRACE A VOUS NOUS AVONS PU RECRUTER UNE PERSONNE SUPPLEMENTAIRE POUR L’ECRITURE D’ARTICLES – MERCI

https://profidecatholica.com/faire-un-don/

4 Commentaires

Laisser un commentaire