Paypal, cet outil de censure & de la dictature

Paypal s’associe désormais à d’autres géants de la Big Tech dans la guerre mondiale de l’opinion et participe apparemment activement à l’empêchement de la diversité d’opinion et de la liberté d’expression : tout à fait dans l’esprit des mondialistes de gauche et des décideurs d’agendas totalitaires qui centralisent la « vérité » et revendiquent eux-mêmes la souveraineté exclusive en matière d’interprétation des « faits », le service de paiement se réserve lui aussi le droit de punir et, au pire, de bloquer les clients qui diffusent de prétendues « désinformations ». Les médias libres et les représentants de la contre-publicité critique qui dépendent des dons de Paypal seraient les premiers concernés.

A l’origine, il avait même été question que le service de paiement en ligne dominant le marché prélève à partir de novembre une sorte d’ « amende pour désinformation » d’un montant de 2.500 dollars à titre d’amende conventionnelle sur les comptes des clients qui diffusent de la « désinformation » (la définition de ce que l’on entend par là devant être effectuée, à l’instar de Facebook et Google ou Youtube, par des « fact checkers » hautement subjectifs et politiquement orientés).

Comme l’écrit l’initié et blogueur Norbert Häring sur son site web éponyme, Paypal a envoyé début octobre des e-mails à ses clients professionnels pour leur annoncer qu’à partir du 3 novembre, la politique d’utilisation acceptable (AUP, une sorte de directive d’utilisation) serait élargie – et ce de manière à ce qu’elle contienne désormais une interdiction « d’envoyer, de poster ou de publier des messages, des contenus ou des matériaux qui encouragent la désinformation ».

Selon Häring, les contrevenants auraient alors été considérés comme des infractions aux conditions d’utilisation, ce qui aurait permis à Paypal de percevoir une amende de 2.500 dollars par cas. Elon Musk et l’ancien chef de PayPal David Marcus, entre autres, se sont insurgés contre cette annonce. Ce dernier a déclaré : « Une entreprise privée peut te prendre ton argent si tu dis quelque chose qui ne lui plaît pas. C’est de la folie ». Paypal a ensuite subitement fait marche arrière et tenté de se justifier en affirmant que l’annonce en question avait été faite « par erreur ».

Le service de paiement a fait savoir publiquement le 9 octobre :

« Récemment, un avis AUP a été publié par erreur et contenait des informations erronées. PayPal n’impose pas d’amende pour les informations erronées et il n’a jamais été question d’inclure cette formulation dans notre politique. Nos équipes travaillent à la correction des pages de notre politique. Nous nous excusons pour la confusion que cela a pu créer ».

Cette rétractation transparente et embarrassante n’a pas empêché Paypal de perdre plusieurs clients et de voir le cours de son action baisser.

Toutefois, les observateurs critiques n’ont pas été dupes et soupçonnent Paypal de maintenir secrètement son projet ; ce qui n’est guère surprenant, car le groupe est bien entendu sous surveillance politique et sous la pression de gouvernements affiliés à des ONG qui ont fait du contrôle global de l’opinion leur objectif, sans lequel le Great Reset, la transformation vers des systèmes de contrôle social profonds, l’expropriation de la fortune privée et la transformation finale de sociétés libérales intactes en Etats autoritaires, ne peut pas aboutir.

Et en effet : comme le révèle Häring, des commentateurs de grande envergure pensent avoir constaté que Paypal a introduit en secret la nouveauté prétendument retirée.

Bloquer les comptes des citoyens critiques – pour les mondialistes, ce n’est pas un tabou :

Dans les conditions d’utilisation actuelles de l’entreprise, on trouve en effet la réserve de droit de l’entreprise de retirer « 2.500 dollars ou l’équivalent en monnaie nationale » des comptes clients concernés pour chaque violation présumée des conditions d’utilisation. A un autre endroit des conditions d’utilisation, on trouve désormais une directive explicite selon laquelle il est « interdit » de diffuser des « informations inexactes ou trompeuses » (en anglais : « misinformation ») en rapport avec le compte Paypal.

Même si ces directives ne sont pas nouvelles en soi, personne n’aurait pensé jusqu’à présent que la clause de pénalité monétaire pouvait s’appliquer à la « désinformation », d’autant plus que la formulation vague »…en relation avec le compte Paypal ne devrait avoir aucun rapport avec une activité commerciale ou journalistique, et encore moins avec l’expression publique d’opinions.

C’est Paypal lui-même qui a établi cette combinaison avec sa déclaration initiale – même si elle a été démentie – et qui a ainsi ouvert les yeux des utilisateurs sur les possibilités d’abus commerciaux et de censure qui découlent pour l’entreprise des conditions générales de vente apparemment anodines de l’entreprise pour détruire l’existence de journalistes, de maisons d’édition et de journalistes politiquement indésirables.

« Dans un groupe comme Paypal, on n’annonce pas ce genre de choses par erreur. L’annonce du retrait n’a rien fait non plus pour clarifier la confusion qui s’est installée, mais l’a habilement utilisée pour brouiller ses propres intentions », commente Häring, qui critique en outre le fait que les conditions générales de vente de Paypal sont probablement volontairement si confuses et opaques que « ce n’est pas par hasard qu’une grande confusion s’est installée dans les commentaires sur la nouveauté annoncée puis annulée. »

Ce ne sont pas les seuls leviers dont dispose Paypal pour couper le son et exclure arbitrairement et à volonté les clients indésirables, conformément à ses propres conditions d’utilisation : Le groupe peut également confisquer à sa guise des avoirs de comptes ou imposer des blocages de comptes temporaires ou permanents pour de simples expressions d’opinion.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les clauses de l’entreprise sont juridiquement discutables. Il y a donc lieu de continuer à s’inquiéter, surtout pour les utilisateurs professionnels du service, d’avoir des surprises aussi désagréables que certains utilisateurs de Facebook avec d’éventuels blocages et suppressions de comptes…

ABBE BOUBEE – SAINT NICOLAS DU CHARDONNET

LES NOUVEAUX LIVRES DE LAURENT GLAUZY SONT SORTIS :

LES SUPER LOGES n° 7

LA RUSSIE CONTRE L’EMPIRE DE BAAL

ET NOUS AVONS RECU LA TEINTURE MERE D’AIGUILLES DE PIN SYLVESTRE (PROVENANCE SOMMETS AUTRICHIEINS – Carinthie)

POUR COMMANDER

OU laurentglauzy1@gmail.com

SOUTENEZ-NOUS, ENCOURAGER NOTRE TRAVAIL PAR UN ABONNEMENT DE 5 OU 10 € / MOIS A PRO FIDE CATHOLICA

GRACE A VOUS NOUS AVONS PU RECRUTER UNE PERSONNE SUPPLEMENTAIRE POUR L’ECRITURE D’ARTICLES – MERCI

https://profidecatholica.com/faire-un-don/embed/#?secret=Jkz4IKbJRg#?secret=qLsN1PJsEP

4 Commentaires

  • vous voyez bien (vous avez compris maintenant ?) que l’argent électronique (qui est voulu par les banques, en effet le traitement d’un chèque leur coûte comme le calculent les audits internes très très cher payés eux !! 50 fois plus cher que les payements électronique un ardinateur qui fait tout ! donc possibilité de licencier encore lus de gens, et de tenir les clients par les couilles et imposer une dictature de plus en plus totalitaire) est un outile de Satan ! il faut défendre le payment par chèque bec et ongle. C’est une question d »humanisme de liberté de Civilisation, de solidarité des travailleurs face aux exploiteurs. La défense du chèque (et bien sûr encore plus de l’argent liquide) est un enjeu vital, à ne surtout pas lâcher. Sinon nous sommes tous foutus !
    signé « cookies prodromes du fascisme »

    • Bonjour la résistance,

      Total soutien avec votre positionnement pour le maintien d’un système monétaire géré par les humains.
      Malheureusement seulement une minorité de nos concitoyens a conscience du danger mortifère de la monnaie dématérialisée, la monnaie électronique gérée par l' »intelligence artificielle » qui nous entraine inévitablement dans un esclavage totalement sordide et satanique.

      Bon courage à tous les résistants.
      Fraternelles Cordialités à la communauté résistante.

      • merci ! chaque fois que j’achete sur internet non seulement je n’achete que chez les marchands qui prennent les chèques, mais quand j’envoie le chèque je joins un petit laius imprimé en défense des chèque et pour expliquer la tactique des banques et la nécessité d’être solidaire des employés qu’elles veulent envoyer au chômage pour maximiser leurs profits et redre les gens esclaves de leur système

Laisser un commentaire